Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Chauvard (Jean-François), Laboulais (Isabelle), Lebeau (Christine), dir., Les fruits de la récolte. études offertes à Jean-Michel Boehler

Strasbourg, Presses universitaires, 492 p., 2007
Jean-Marie Quelqueger
p. 485-488
Référence(s) :

Chauvard (Jean-François), Laboulais (Isabelle), Lebeau (Christine), dir., Les fruits de la récolte. études offertes à Jean-Michel Boehler, Strasbourg, Presses universitaires, 492 p., 2007

Texte intégral

1Tout au long de ses années de recherches, Jean-Michel Boehler n’a cessé de croiser l’économique, le social et le culturel pour restituer l’histoire du monde rural. Le titre des hommages qui lui sont destinés est évocateur : quels « fruits de la récolte » peut-on offrir à un paysan du Kochersberg, descendant des tenanciers de la Cour colongère de l’abbaye de Schwarzach à Kuttolsheim, également prévôts, puis maires du village ? Le « grain de blé » du Kochersberg a germé depuis les années 1960 et s’est ouvert au travers de nombreuses contributions sur l’Alsace moderne. Alain Belmont, en quelques lignes fort chaleureuses (p. 217), présente le bénéficiaire de ces « mélanges » : « comme tout habitant du Kochersberg…, le grain de blé est un être compliqué. Sous une peau un tantinet coriace, il cache un cœur tendre autant que généreux… ».

2Les contributions à ce volume se répartissent en quatre parties thématiques sur les campagnes et sociétés rurales en France, les terres d’Alsace, la ville de Strasbourg et son arrière-pays, l’histoire culturelle, enfin la mobilité et les témoignages des voyageurs.

3Dans la partie concernant la production agricole, les blés sont paradoxalement absents, mais Alain Belmont (Université de Grenoble, p. 217-233), à travers l’exemple de la Mühlsteinbrücke, nous montre, en amont, l’importance de la meule de moulin extraite des carrières de la région. Ensuite, Gérard Béaur (CNRS/EHSS, Paris, p. 93-107), par le biais du mouvement concomitant des prix de la terre et des grains, met en cause, en aval, à travers l’exemple de la région de Chartres, le caractère systématique de la « soudure » et des conséquences sociales qu’on lui prête traditionnellement, à savoir la spéculation blatière. Le texte très instructif de Dominique Dinet (Université de Strasbourg, p. 109-117) dévoile les théories d’un moine bourguignon au XVIIIe siècle, dom Le Gentil, sur la question de savoir si la multiplication des labours pouvait suppléer à l’apport d’engrais naturels : rencontre entre le monachisme et l’agronomie. La vigne est présente par l’intermédiaire de la statuette de saint Urbain, patron du vin en Alsace, ce dernier étant présenté par Elisabeth Clementz (Université de Strasbourg, p. 197-216) sous l’angle des multiples usages qu’en font les Antonins d’Issenheim. Le même vin est perçu à travers l’œil de la caméra, devenant un véritable « acteur » de cinéma selon Françoise et François Steudler (Université de Strasbourg, p. 149-164). La pisciculture dans le Sundgau et son intégration dans l’économie de marché, du XIVe au XVIIe siècle, sont analysées par Georges Bischoff, (Université de Strasbourg, p. 179-195). La cavalerie trouve sa place grâce à Daniel Roche, spécialiste de l’histoire du cheval (Collège de France, Paris, p. 29-47), mais il s’agit bien du cheval rural, de trait ou de labeur, lequel, à la fin de l’Ancien Régime, devient synonyme de mutation qualitative de l’agriculture, grâce à une rationalisation des méthodes d’élevage. Jean Vogt (BRGM, Strasbourg, p. 249-258), malheureusement disparu depuis lors, démontre que l’Alsace se trouve sur le chemin de l’approvisionnement de Paris en bétail de boucherie, ce qui génère, au passage, de substantiels profits pour les habitants de la région. Enfin il appartenait à Anne Radeff (Université de Marne-La-Vallée, p. 421-436) de mettre en lumière les relations commerciales transfrontalières à partir du canton des Waldstätten, avantageusement situé entre l’Alsace et Milan.

4Alors que Jean-Marc Moriceau (Université de Caen, p. 65-92), dans une contribution bien illustrée et très documentée, érige en modèle la « grande agriculture » aux mains des gros fermiers de l’Ile-de-France, à travers l’exemple des Bocquet à Juilly en 1758, la suite des contributions met l’accent sur la complexité des facteurs sociaux. Hidemi Uchida (Université de Tokyo, p. 259-275) rappelle la place que tiennent les propriétaires forains, suisses en l’occurrence, dans l’agriculture alsacienne au lendemain des guerres du XVIIe siècle. Erich Pelzer (Université de Mannheim, p. 235-248) dégage, dans sa contribution, l’originalité de la noblesse alsacienne, après le rattachement de 1648, prise entre les Habsbourg et les Bourbon. Entre l’histoire sociale et l’histoire politique, le pas est aisément franchi par François Chauvard (école française de Rome, p. 313-332) qui plonge dans la querelle juridictionnelle autour des droits de souveraineté, de bourgeoisie et d’émigration à Strasbourg à la fin de l’Ancien Régime. Odile Kammerer (Université de Haute-Alsace, p. 167-178) illustre, à travers l’exemple mulhousien au Moyen Age, la relative proximité entre la ville et la campagne, la dernière organisant ses terroirs et orientant sa production en fonction de la première. Ouvrant les horizons rhénans sur le monde méditerranéen à la même époque, Pierre Racine (Université de Strasbourg, p. 11-28) revient sur le dialogue ville-campagne en reprenant le thème historiographique de citta et contado, à propos de la naissance des communes italiennes et de leur progressive émancipation par rapport à leurs seigneurs.

5L’exotisme italien introduit le lecteur dans le monde des voyages. Jean-Claude Waquet (Ecole pratique des Hautes Etudes, Paris, p. 437-456) évoque celui de Dominique Vivant-Denon, un graveur et négociant à la fin du XVIIIe siècle, fin observateur des réalités politiques, qui décrit, autour de Naples, le « jardin de l’Europe » – allusion à peine voilée au jardin d’Alsace – et le « paradis terrestre » aux alentours d’Otrante. Quant à la contribution d’Isabelle Laboulais (Université de Strasbourg, p. 457-477), elle porte sur un autre mode de communication, à savoir l’échange de correspondance entre savants (1771-1823), dans lequel les informations géologiques et botaniques sont nourries d’observations sur le terrain et d’entreprises cartographiques.

6L’histoire intellectuelle n’est jamais très éloignée des préoccupations de l’agriculture. C’est ce que montre Antoine Follain (Université de Strasbourg, p. 119-133), qui replace les progrès agricoles, au XVIIIe siècle, dans le mouvement des idées de l’époque, en évoquant le rôle des « thesmophores » en Anjou. Christine Lebeau (Université de Paris-Sorbonne, p. 135-147) réconcilie, dans l’Empire des Habsbourg comme dans la France du XVIIIe siècle, les théories de la science économique avec les réalités rurales. François Igersheim (Université de Strasbourg, p. 277-300) nous conduit sur le terrain de l’histoire des organisations agricoles d’Alsace de 1940 à 1947, tandis que, traitant de l’enseignement spécialisé à Strasbourg entre 1918 et 1939, Dominique Lerch (Inspecteur d’Académie, p. 333-350) nous rappelle, à travers sa propre expérience de prise en charge de l’enfance défavorisée, que nous ne nous contentons pas d’être des chercheurs enfermés dans leur tour d’ivoire, mais que nous sommes des pédagogues et des éducateurs aux prises avec la réalité quotidienne.

7L’histoire des mentalités est abordée par Robert Muchembled (Université de Paris-Villetaneuse, p. 365-380) qui tente une histoire des émotions et par Alain Cabantous (Université de Paris-Sorbonne, p. 49-64) qui inscrit sa contribution dans le thème nocturne à l’époque moderne. Leur emboîtent le pas deux élèves du récipiendaire, à savoir Léone Prigent (Université de Strasbourg, p. 381-401) qui reprend le dossier du vêtement féminin en tant que signe social et symbole, en associant histoire matérielle et histoire des mentalités, et Anne-Claire Claudel (Université de Strasbourg, p. 403-417) qui analyse les archives criminelles pour y trouver un système de représentation et d’appropriation révélateur des structures mentales d’autrefois.

8Matérialisant les liens très étroits que continue à entretenir Jean-Michel Boehler avec la Société savante d’Alsace, le mot de la fin revient tout naturellement à deux de ses collaborateurs. Bernadette Schnitzler (Musée archéologique de Strasbourg, p. 351-361) reconstitue une maison d’édition strasbourgeoise, le Hunenburg Verlag, datant des années 1930 et dont les archives ont été, en partie, perdues. Benoît Jordan, quant à lui (Archives de la Ville et de la Communauté urbaine de Strasbourg, p. 303-311) nous décrit l’impossible réforme de l’abbaye de Murbach au début du XVIIe siècle, abordant une histoire religieuse qui confine à l’histoire politique.

9En dépit de leur diversité, l’ensemble des contributions est en phase avec les préoccupations du récipiendaire et reflète les multiples facettes de son activité de recherche. Il appartenait tout naturellement à Marcel Thomann, président d’honneur de la Fédération des Sociétés d’histoire d’Alsace, au nom de la sociabilité historique, de rendre hommage au « laboureur-universitaire » du Kochersberg pour avoir dégagé et fertilisé le terrain de cette entité multiforme qu’on appelle « paysannerie ». L’ouvrage se termine par la bibliographie exhaustive de Jean-Michel Boehler, entre 1968 et 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Quelqueger, « Chauvard (Jean-François), Laboulais (Isabelle), Lebeau (Christine), dir., Les fruits de la récolte. études offertes à Jean-Michel Boehler », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 485-488.

Référence électronique

Jean-Marie Quelqueger, « Chauvard (Jean-François), Laboulais (Isabelle), Lebeau (Christine), dir., Les fruits de la récolte. études offertes à Jean-Michel Boehler », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/633

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page