Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Moyen Age

Tönsing (Michael), Johannes Malkaw aus Preussen (ca. 1360-1416). Ein Kleriker im Spannungsfeld von Kanzel, Ketzerprozess und Kirchenspaltung (Studien zu den Luxemburgern und ihrer Zeit, 10)

2004, 473 p., index
Bernhard Metz
p. 545-548
Référence(s) :

Tönsing (Michael), Johannes Malkaw aus Preussen (ca. 1360-1416). Ein Kleriker im Spannungsfeld von Kanzel, Ketzerprozess und Kirchenspaltung (Studien zu den Luxemburgern und ihrer Zeit, 10), 473 p., index, 2004

Texte intégral

1En 1390, on vit arriver à Strasbourg – en habits de bégard, dirent plus tard ses ennemis – un curieux personnage : Johannes Malkaw, prêtre séculier du diocèse de Kulm en Prusse, qui depuis 1388 consacrait toute son énergie à prêcher en faveur du pape de Rome contre celui d’Avignon et contre les neutralistes. Il l’avait fait d’abord à Cologne et Koblenz, et avait vite réussi à se rendre impossible dans ces deux villes. De même à Strasbourg : en peu de temps, il réunit contre lui le Magistrat, les ordres mendiants, les chevaliers de Saint-Jean (dont le commandeur Heinrich von Wolfach avait été chassé par une foule excitée par les sermons de Malkaw) et tous ceux qui tenaient à la paix religieuse et civile dans la ville. Pour se débarrasser de lui, on l’accusa d’hérésie, à l’aide de citations de ses sermons isolées de leur contexte et interprétées avec une mauvaise foi manifeste. Il fut arrêté, puis transféré en 1391 dans la prison épiscopale de Benfeld, où il rédigea sa défense. L’inquisiteur Nikolaus Böckler, OP, se fit confirmer par l’université de Heidelberg l’hétérodoxie de plusieurs assertions de Malkaw, mais celui-ci sut échapper à la condamnation. Libéré en 1392, il alla s’inscrire à l’université de Cologne, et fut nommé en 1393 chapelain d’honneur du pape, ce qui avait le grand avantage de le soustraire à la juridiction de tout évêque et de tout inquisiteur. Pour plus de sûreté, il se fit délivrer par l’université de Heidelberg en 1394 un « certificat d’orthodoxie » qui annulait l’expertise de 1392, au motif qu’elle reposait sur des informations déformées.

2En 1396, on retrouve Malkaw à Strasbourg, cette fois en qualité de commandeur de la maison de l’ordre teutonique en cette ville – maison dans laquelle il avait déjà résidé en qualité de chapelain au temps de ses prêches enflammés de 1390. En 1398, il fait déplacer l’autel majeur de son église – selon M. Tönsing en vue de lui obtenir des indulgences, qui lui sont effectivement accordées en 1399-1400 ; mais on ne voit pas pourquoi ces indulgences, grâce auxquelles il espère plausiblement augmenter les revenus de la commanderie, ont nécessité le déplacement de l’autel. Or c’est bien ce transfert qui l’entraîne dès 1398 dans un nouveau conflit, cette fois avec l’évêque élu Wilhelm von Diest et la ville de Strasbourg ; en 1401, cette affaire se termine à l’avantage de Malkaw, qui bénéficie de ses bons contacts avec la curie romaine et qui, de plus, est devenu conseiller du roi Ruprecht. Le fait que le nouveau roi, la Ville et l’évêque élu sont tous partisans du pape de Rome facilite la réconciliation. Mais dès 1403 resurgit, sans qu’on sache exactement à quelle occasion, le conflit de Malkaw avec la Ville et l’ordre teutonique ; ce dernier lui reproche ses initiatives abusives, aussi dans sa gestion financière. En 1403/04, il est obligé de renoncer à son office et de quitter la ville, laissant la commanderie endettée. Peu après, il quitte l’ordre teutonique et se fait bénédictin. En 1411, on le retrouve à Cologne, où l’Inquisition s’intéresse à nouveau à lui. Il lui échappe et poursuit ailleurs ses activités militantes en faveur de Grégoire XII. En 1416, il est présent au concile de Constance. C’est là qu’on perd sa trace – au moment où disparaît, avec le schisme, la cause à laquelle il avait consacré sa vie.

3S’efforçant de rendre justice à son héros, M. Tönsing (p. 220-221) souligne qu’il était courageux et persévérant, qu’il n’avait mis ni son drapeau ni sa langue dans sa poche, et que ses actes étaient en accord avec ses convictions. Certes, mais c’était aussi un fanatique (il traite les clémentistes de scorpions et d’hérétiques, qu’en bonne justice il faudrait tous brûler), et le sens des réalités lui faisait cruellement défaut. Rudolf von Habsburg a dit un jour que lorsqu’on a trois guerres en même temps, il faut s’empresser de mettre fin à deux d’entre elles pour pouvoir gagner la troisième. Malkaw, lui, semble avoir appliqué le principe inverse : lorsqu’on a un ennemi puissant, il est urgent de s’en faire plusieurs autres. C’est ainsi que, non content de combattre les clémentistes, et les neutralistes avec eux, il s’en est pris tour à tour aux Juifs, aux ordres mendiants, aux élites laïques de Strasbourg et à l’évêque élu Wilhelm, de sorte qu’il s’est fait éjecter de partout. Les papes de Rome ont eu à se louer de son zèle, mais ils n’en ont sans doute tiré aucun profit réel. Aussi l’intérêt du personnage ne réside-t-il pas dans l’efficacité de son action, mais dans l’éclairage que sa biographie projette sur l’état de l’Eglise au temps du Grand Schisme. Et comme les deux épisodes les plus importants et les mieux documentés de la vie errante de Malkaw ont eu Strasbourg pour théâtre, ce Prussien appartient à notre histoire.

4C’est pourquoi il faut se réjouir qu’il ait trouvé un biographe aussi consciencieux et compétent que M. Tönsing, qui n’a reculé devant aucun effort pour retracer une carrière dont les sources manuscrites sont dispersées de Rome à Hildesheim et de Paris à Berlin. Notons d’ailleurs que sur les 473 p. de son livre, la biographie de Malkaw n’en occupe que 223. 160 sont consacrées à l’édition de toutes les sources le concernant, et 38 à une prosopographie des acteurs des deux procès en hérésie faits à Malkaw ; parmi eux, de nombreux Strasbourgeois, clercs et laïcs. L’édition des sources, faite avec grand soin et selon toutes les règles de l’art, est précieuse en raison de la dispersion des originaux ; l’index permet d’en tirer le meilleur parti. La source la plus volumineuse est la réponse de Malkaw aux accusations de ses adversaires en 1391 (n° 4, p. 228-273). Elle nous donne un aperçu de la mentalité du personnage et de sa culture, plus canonistique que scripturaire ou patristique. Son latin est d’ailleurs aussi déplaisant que ses idées, et on plaint beaucoup son éditeur d’avoir dû se colleter à cette prose par endroits rimée, mais toujours filandreuse.

5M. Tönsing éclaire plus particulièrement deux aspects de la vie de Malkaw : ses démêlés avec l’Inquisition, domaine que l’auteur connaît à fond, et son intervention dans la vie strasbourgeoise, dont il donne un tableau bien informé. Au temporel, il rappelle, notamment d’après Alioth, les tensions internes de la bourgeoisie et ses conflits avec l’évêque ; au spirituel, il montre qu’à l’arrivée de Malkaw, et contrairement à ce que prétend celui-ci, l’obédience romaine n’était pas loin d’avoir gagné la partie à Strasbourg, même si des clémentistes comme Heinrich von Wolfach et le général des Augustins Johann Hiltalingen y étaient actifs, et si les neutralistes avaient sans doute plus d’influence que les sources ne le laissent apparaître. M. Tönsing montre fort bien combien les conflits séculiers et religieux étaient enchevêtrés, ce qui rendait la situation très délicate ; la majorité des responsables avait compris qu’elle imposait aux urbanistes et aux clémentistes de ne pas exacerber leur opposition ; et de fait, les deux camps coexistaient tant bien que mal dans la ville, à l’exemple des Augustins, urbanistes, mais qui hébergeaient Hiltalingen, leur confrère clémentiste. Malkaw, trop pénétré de sa mission pour tenir compte du contexte politique, s’est conduit à Strasbourg en éléphant dans un magasin de porcelaine – et de ce fait, il joue le rôle d’un révélateur. C’est ce qui fait son intérêt, excellemment mis en valeur par M. Tönsing, pour l’histoire du Strasbourg des environs de 1400.

6Un détail (p. 130 n. 609) qui n’enlève rien au mérite de l’ouvrage : il faut distinguer le Heimlich Buch, dont Hegel a publié des extraits juste avant qu’il ne brûle en 1870, de l’Achtbuch, dont la partie antérieure à 1401 est publiée dans Urkunden Buch der Stadt Strassburg VI n° 1606, et qui existe toujours (AMS III 1/1), bien qu’il ne figure pas dans l’inventaire de la série III.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernhard Metz, « Tönsing (Michael), Johannes Malkaw aus Preussen (ca. 1360-1416). Ein Kleriker im Spannungsfeld von Kanzel, Ketzerprozess und Kirchenspaltung (Studien zu den Luxemburgern und ihrer Zeit, 10) », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 545-548.

Référence électronique

Bernhard Metz, « Tönsing (Michael), Johannes Malkaw aus Preussen (ca. 1360-1416). Ein Kleriker im Spannungsfeld von Kanzel, Ketzerprozess und Kirchenspaltung (Studien zu den Luxemburgern und ihrer Zeit, 10) », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/712

Haut de page

Auteur

Bernhard Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page