Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XVIe - XVIIe siècles

Chalmel (Loïc), Oberlin. Le pasteur des Lumières

Editions La Nuée Bleue, 2006, 239 p., 20 euros
Claude Muller
p. 548-549
Référence(s) :

Chalmel (Loïc), Oberlin. Le pasteur des Lumières, Editions La Nuée Bleue, 239 p.,2006, 20 euros

Texte intégral

1Jean Frédéric Oberlin (1740-1826) figure, depuis de longues années, parmi les compagnons historiographiques de Loïc Chalmel, spécialiste reconnu de la petite enfance. La synthèse que l’auteur nous présente constitue le terme d’une longue maturation. L’ouvrage, à la fois clair, dense et érudit, s’affirme comme un prolongement indispensable pour tout visiteur qui parcourt le beau musée Oberlin du Ban de la Roche, au fond de la vallée de Schirmeck.

2Qui est Oberlin ? Ce pasteur luthérien est relativement bien connu de l’historiographie alsacienne, en partie hagiographique, pour la plus grosse part scientifique, à cause de l’aura qu’il a dégagé pendant sa vie et, sans doute plus encore, après sa mort. Modèle d’édification, exemple à suivre, cet homme voué à Dieu fait le choix de s’isoler dans un lieu quasi inaccessible, le Ban de la Roche, pour y mettre son savoir aus service de ses paroissiens. Dans un siècle où les Lumières bousculent l’ordre figé de la société, Jean Frédéric Oberlin, par sa vie, est à la fois l’homme d’une époque, mais aussi un homme en rupture avec son époque.

3Pendant soixante ans, le pieux et dévoué pasteur s’engage dans une quête éperdue du progrès spirituel, éducatif et économique du peuple qui lui est confié. De l’apprentissage de la lecture à l’histoire naturelle, de la musique à la création des caisses de secours, Oberlin paraît, dans bien des domaines divers, un pionnier. Loïc Chalmel, avec sobriété et méticulosité, nous propose une esquisse d’un homme bon, véritable synthèse vivante de la foi et des sciences au tournant du XIXe siècle. Il le situe dans les grands courants de pensées, évoque ses relations personnelles et épistolaires, de Stuber, Grégoire, Basedow, Lentz, Pfeffel, Lavater à Legrand, décrit surtout ses mille expérimentations didactiques. Nul doute l’ermite du Ban de la Roche, pas si ermite d’ailleurs que cela, apparaît bien comme un personnage hors du commun, une personnalité digne d’intérêt, un précurseur.

4Remarquable synthèse de nos connaissances actuelles, l’ouvrage de Loïc Chalmel ne constitue, curieusement, pas un point final. Dans le cadre restreint de ses pages et de par sa volonté d’atteindre le plus large public possible, il ne pouvait prétendre à l’exhaustivité. Une prochaine piste de recherche paraît être l’évolution de la pensée d’Oberlin, tant il est vrai que le pasteur a vraisemblablement tâtonné, rebroussé chemin, tergiversé, hésité avant d’aboutir à ses propres certitudes. Comment, petit à petit, Oberlin s’est-il construit ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Chalmel (Loïc), Oberlin. Le pasteur des Lumières », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 548-549.

Référence électronique

Claude Muller, « Chalmel (Loïc), Oberlin. Le pasteur des Lumières », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/718

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page