Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XIXe - XXe siècles

König (Mareike), Hg. Deutsche Handwerker, Arbeiter und Dienstmädchen in Paris. Eine vergessene Migration in Paris im 19ten Jahrhundert

Oldenburg-Munich, 198 p., 2003
François Igersheim
p. 554-556
Référence(s) :

König (Mareike), Hg. Deutsche Handwerker, Arbeiter und Dienstmädchen in Paris. Eine vergessene Migration in Paris im 19ten Jahrhundert, Oldenburg-Munich, 198 p., 2003

Texte intégral

1L’ouvrage à reliure carton que nous présente Mareike König, bibliothécaire de Institut Allemand de Paris, réunit les contributions d’une journée d’étude de cet Institut en juin 2000. Sept chercheurs y font le point sur l’immigration allemande à Paris au XIXe siècle. Les Allemands ont été nombreux à Paris – autour de 100 000 avant 1870, mais leur population se restreint à 30 000 après 1870. En 1911, 17 700 femmes et 11 900 hommes. Voilà qui intéresse doublement l’Alsace. Avant 1870, hors d’Alsace et surtout à Paris, les Alsaciens sont considérés comme « Allemands », et ce ne sont pas que les émeutes xénophobes qui les incluent dans les cibles ! Voilà ce qu’établit bien la contribution de Pierre-Jacques Deraine, Migrations de travail, conflits et sociabilités, l’exemple des ouvriers allemands en France sous la Monarchie de Juillet et la Deuxième République. Bien entendu, en Alsace, on fait la différence et les ouvriers savent reconnaître « les Allemands » dont ils demandent l’expulsion en 1848. Deraine nous met en présence de ces fortes colonies d’Allemands, Alsaciens compris, dans tout l’arc nord-est de la France et jusqu’au Havre, où les pauvres attendent d’émigrer pour l’Amérique.

2Mais après 1870, les Alsaciens sont juridiquement Allemands. Mareike König n’a-t’elle pas été un peu rapide en évacuant le cas des « bonnes alsaciennes » de Paris ? Certes les recensements ne permettent pas d’établir l’origine des Allemandes par Etat. Ainsi par Allemandes, nous entendrons « germanophones », écrit-elle. Il n’en reste pas moins que son étude (p. 70 à 119) qui s’attache à décrire la vie difficile de ces jeunes filles et femmes est fort attachante. Elle contraste avec le tableau plus optimiste tracé par Jean Haubenestel (Active, propre, honnête, les jeunes filles alsaciennes en place à Paris, Strasbourg 2002, CR RA 2003). Mais Mareike König ne nous renseigne pas assez sur la « carrière » de ces « bonnes » ? Est-on « bonne » toute sa vie ? Celles qui reviennent, et elles sont sans doute les plus nombreuses, reviennent avec un pécule et se marient, tardivement, dans leurs villages. C’est du moins le souvenir qu’ont gardé beaucoup de familles alsaciennes, qui envoyaient leurs filles à Paris, pas à Strasbourg… et que confirme Haubenestel.

3La contribution de Gaël Cheptou : « l’organisation syndicale de langue allemande à Paris (1900-1914) » fait le point sur le Deutsche Gewerkschaftskartell de Paris, avec ses fortes sections de mécaniciens, ouvriers du meuble, maroquiniers et fourreurs, tailleurs et employés d’hôtel. Les relations entre ouvriers syndiqués français et allemands sont marqués par la double méfiance, celle de Français qui se méfient des tendances très disciplinées des syndicalistes allemands trop renfermés sur leurs cercles et leur monde et celles des Allemands qui reprochent aux Français leur indifférence voire leur animosité à l’égard des ouvriers immigrés. Mais peu à peu des rapprochements s’opèrent, des convergences sont à l’œuvre et en tous cas au niveau des organisations, les relations deviennent fort détendues. Marie-Louise Goergen nous présente « Paris, un lieu de rencontre pour les socialistes français et allemands » qui nous renvoie à sa thèse sur « les relations entre socialistes allemands et français à l’époque de la IIe Internationale » (1998), qu’elle a publié en 2002, sous le titre « Camarades d’outre-Rhin ». Après avoir esquissé une galerie des « grands Allemands » qui fréquentent Paris : Wilhelm Liebknecht, qui y séjourne volontiers, mais aussi Clara Zetkin, qui y vit de 1882 à 1890 difficilement de traductions et d’articles, en soignant un mari malade – il mourra en 1890 – et élevant ses deux fils. Rosa Luxembourg enfin, qui y fait des séjours beaucoup plus courts. On retiendra tout particulièrement la place que prend la doctrine socialiste allemande et ses débats dans les deux revues socialistes françaises : la Revue Socialiste de Benoît Malon, où Peguy, sous le pseudonyme de Pierre Boz fait le compte rendu des revues allemandes de 1893 à 1898, Neue Zeit et Sozialistische Monatshefte et le Mouvement socialiste de Lagardelle, ouverte d’abord aux « orthodoxes » de la socialdémocratie, puis devenant à partir de 1905 de plus en plus critique, en accueillant Robert Michels qui élabore alors son analyse critique de la bureaucratie des partis et des syndicats. Robert Michels est aussi un des hôtes des socialistes français de Paris où il croise de nombreux militants français, dont les époux Salomon et Wally Grumbach. On l’aura compris, il ne s’agit pas là, d’une journée d’étude de « synthèse » qui fait le point sur une question centrale du débat historiographique, mais plutôt de quelques études éparses que réunit le lieu, Paris, (et l’Institut allemand) qui ouvrent des pistes de recherche et rafraîchissent quelques thèmes déjà anciens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « König (Mareike), Hg. Deutsche Handwerker, Arbeiter und Dienstmädchen in Paris. Eine vergessene Migration in Paris im 19ten Jahrhundert », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 554-556.

Référence électronique

François Igersheim, « König (Mareike), Hg. Deutsche Handwerker, Arbeiter und Dienstmädchen in Paris. Eine vergessene Migration in Paris im 19ten Jahrhundert », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/730

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page