Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Gilliot (Pierre), Mémoires d’un Savernois ou Souvenirs d’un Savernois

Préface de Bernard Legras, Créteil, Editions Edipol, 204 p., 2005
Henri Heitz
p. 558-560
Référence(s) :

Gilliot (Pierre), Mémoires d’un Savernois ou Souvenirs d’un Savernois, Préface de Bernard Legras, Créteil, Editions Edipol, 204 p., 2005

Texte intégral

1L’intérêt de ces Mémoires ou Souvenirs d’un Savernois dépasse le cadre de la petite ville alsacienne où il est né en 1888 et où il est décédé en 1965. Car, tout en souhaitant d’abord réaliser une chronique destinée à sa famille, l’auteur a été amené à transmettre son témoignage sur toute une époque riche en événements, notamment ceux relatifs aux deux guerres mondiales qui ont entraîné des destins heurtés.

2Pierre Gilliot appartenait à une famille savernoise présente dans la ville depuis les années 1840. Par le mariage avec le premier l’imprimeur savernois Aweng, les Gilliot deviennent les propriétaires d’une entreprise d’imprimerie qui édite notamment le Zaberner Wochnenblatt ou Feuilles d’affiches de l’arrondissement de Saverne qui devient après 1 91 8, Le Journal de Saverne. Cette presse, en partie officielle, est une importante source pour l’histoire locale. Après 1872, un autre imprimeur, Wiebicke, Allemand immigré mais marié à une Savernoise, fit paraître un journal concurrent, le Zaberner Anzeiger. Le personnage jouera un rôle dans la révélation de l’Affaire de Saverne en 1913.

3Le père de Pierre, malgré ses sentiments francophiles, avait décidé de ne pas quitter l’Alsace annexée en 1871. L’enfance du narrateur n’a pas été malheureuse. Ses souvenirs raniment la vie de cette ville de garnison alors en plein développement. Des personnages surgissent comme Emile Audiguier, conservateur du musée et aquarelliste documentaliste qui fréquente le Casino, club français fermé aux Allemands. Les classes du collège sont évoquées avec humour. En 1900, au décès de son père, son frère Paul lui succéda à la tête de l’imprimerie. En 1907, Pierre, citoyen allemand, se rendit à Paris pour préparer le concours d’entrée à l’Ecole Centrale qu’il intégra en 1910 pour obtenir en 1913 le diplôme d’ingénieur, spécialité mécanique.

4Et Pierre revient alors à Saverne pour accomplir son service militaire dans l’armée allemande, au 99e R.I cantonné à Saverne. Volontaire d’un an – Einjariger – l’ingénieur diplômé en France se plie à la discipline prussienne. Il vit alors de l’intérieur du régiment les épisodes de l’Affaire de Saverne qui fait l’objet de toute la seconde partie de l’ouvrage. Le récit de cet événement a été rédigé après 1945, sans les notes détruites en 1940 ; il contient des souvenirs personnels mais aussi des considérations qui utilisent des sources documentaires publiées. Après l’évocation du service militaire allemand, la déclaration de guerre de 1914, place le jeune aspirant devant le dilemme angoissant : soit rejoindre la Suisse puis la France mais être considéré comme déserteur de l’armée allemande, soit rester dans les rangs de son régiment. Il choisit cette seconde option quoique déchiré à l’idée de combattre des Français, peut-être ses amis parisiens. Il réussit à échapper à l’affectation sur le front russe grâce à sa spécialisation dans les transmissions en partie acquise à Paris. Il combattra tour à tour en Haute Alsace, au Chemin des Dames où il est blessé, devant Ypres, en 1916 à Verdun puis en Champagne. « Si j’avais la chance d’être prisonnier, je me trouverai en pays ami ». Cette occasion ne s’est pas présentée. En novembre 1918, le jeune lieutenant est démobilisé et rentre à Saverne en uniforme allemand. Son récit de la guerre, de la débâcle allemande et de l’arrivée des Français en Alsace a une valeur documentaire même si l’auteur n’en a pas vécu tous les épisodes.

5En 1919, Pierre épouse Thérèse Guntz d’une famille amie et restée francophile. Puis commence une carrière professionnelle d’ingénieur qui l’amène à Vallerysthal, puis à Meisenthal, enfin à Mulhouse comme inspecteur de la Corporation des Métaux où la déclaration de guerre de septembre 1939 le surprend. Après la « Drôle de guerre », l’offensive allemande atteint Mulhouse le 16 juin 1940. Quelques semaines plus tard, Pierre, comme les autres membres de sa famille, est expulsé par les nazis et rejoint sa femme et ses enfants dans le Midi de la France. Affecté au service des réfugiés alsaciens à Limoges, il prend contact avec un réseau de résistance, le « réseau Mitridathe » affilié aux Anglais. La Croix de guerre vint récompenser cet engagement.

6La famille Gilliot a été l’une des plus fidèles et des plus actives au service du « Souvenir français » en Alsace et à Paris.

7L’ouvrage « Mémoires d’un Savernois » retrace un passé où l’histoire de la famille Gilliot tient une place importante. Les illustrations relatives à l’aspect familial relaient les quelques vues documentaires sur le Saverne d’avant 1918.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Heitz, « Gilliot (Pierre), Mémoires d’un Savernois ou Souvenirs d’un Savernois », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 558-560.

Référence électronique

Henri Heitz, « Gilliot (Pierre), Mémoires d’un Savernois ou Souvenirs d’un Savernois », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/735

Haut de page

Auteur

Henri Heitz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page