Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Heider (Christine), Entre France et Allemagne. Thann, une ville de Haute-Alsace sous la domination des Habsbourg (1324-1648)

Thèse de doctorat (Art, Histoire et Civilisation de l’Europe), Strasbourg, 2004
Élisabeth Clementz
p. 560-561
Référence(s) :

Heider (Christine), Entre France et Allemagne. Thann, une ville de Haute-Alsace sous la domination des Habsbourg (1324-1648), Thèse de doctorat (Art, Histoire et Civilisation de l’Europe), Strasbourg, 2004

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Christine Heider a ouvert la voie pour la recherche sur les villes seigneuriales en Alsace. D’emblée, dans son avant-propos, l’auteur rappelle l’importance du déséquilibre bibliographique entre les villes d’Empire, qui ont retenu l’attention des historiens, et les villes seigneuriales, qui n’ont guère été étudiées jusqu’à présent. Cette lacune est d’autant plus regrettable que ces villes, nombreuses en Alsace, jouent un rôle qui est loin d’être négligeable, tant du point de vue politique qu’économique. Ainsi, pendant une partie du Moyen Age, Thann a occupé une position stratégique sur la route menant aux foires de Champagne. Elle faisait partie de l’Autriche antérieure. Au XVIe siècle, Thann joue même le rôle de bastion avancé de l’Empire face à une éventuelle invasion venue de l’Ouest.

2Le second mérite de ce travail est d’avoir pris en compte une période chronologique large, couvrant les deux derniers siècles du Moyen Age et une partie de l’époque moderne. Ce choix se justifie entièrement dans la mesure où il correspond à la domination des Habsbourg, seigneurs de Thann entre 1324 et 1648. Ce choix est également riche de conséquences, car il permet d’étudier les continuités et les ruptures qui marquent l’avènement de l’époque moderne. L’auteur n’en a pas fait l’économie, ni dans le domaine religieux avec un développement sur Thann, ville-refuge et bastion de l’ancienne foi, ni dans le domaine politique avec l’étude de l’insurrection paysanne de 1525.

3Ce travail présente quatre parties très équilibrées. Après avoir étudié l’organisation institutionnelle de la ville, ses rapports avec les Habsbourg, l’auteur aborde un sujet peu traité par les historiens jusqu’à présent, à savoir les relations de la ville de Thann avec les 42 localités du bailliage dont elle était le chef-lieu. Le bailliage de Thann avait une forme très étirée. Il s’étendait au sud jusqu’à Dannemarie. Au nord-ouest, la ville de Thann occupait une position très excentrée par rapport à l’ensemble. Ce territoire était loin d’être homogène d’un point de vue administratif. La juridiction (gericht) de Thann, les prévôtés (vogteyen) de Burnhaupt et Traubach et les quatre mairies (meyerthümer) de Balschwiller, Soppe, Reiningue et Reppe n’avaient pas toutes le même statut. Il en allait de même du point de vue linguistique puisque certaines de ces localités étaient francophones. L’auteur remarque « que ces liens d’interdépendance ne se limitaient pas aux seuls aspects administratifs, mais trouvaient aussi leur traduction dans le domaine judiciaire, fiscal et économique ». Le fonctionnement souvent complexe de la ville et de la seigneurie de Thann est présenté avec beaucoup de clarté.

4Dans la troisième partie qui traite du pays et des hommes, Christine Heider évoque la démographie de la ville de Thann. Malgré l’absence de registres paroissiaux pour le XVIe siècle, elle arrive à étudier la mobilité de la population grâce à un registre des héritiers étrangers. Ce dernier, complété par d’autres sources des archives municipales de Thann et des archives départementales du Haut-Rhin, permet également une étude très intéressante sur les crises démographiques qui ont affecté la ville au XVIe siècle et au début du XVIIe. Une manne archivistique qui laisse rêveur le médiéviste !

5Pour finir, l’auteur aborde la question religieuse dans la cité de Thann, les relations conflictuelles entre le pouvoir civil et la société des clercs. Un mémoire du Magistrat daté de 1510 stigmatise les divers travers de la société ecclésiastique à la veille de la Réforme. On y voit apparaître un clergé paroissial mal formé et mal rémunéré, des chanoines cupides, prêts à tout pour améliorer leurs revenus. Après la Réforme, Thann sera un lieu d’asile pour les Franciscains de Mulhouse et pour d’autres clercs de cette ville et de celle de Bâle. Par la suite, la ville de Thann mènera une politique de restauration religieuse très active en veillant, par exemple, à engager de bons prédicateurs. L’installation des Capucins en 1622 facilitera l’œuvre du Magistrat dans le domaine religieux.

6Pour mener à bien ce travail, l’auteur a succombé à « la tentation des Annales ». Malgré une sévère mise en garde contre ce type de source dans l’introduction, les références aux Annales des Franciscains restent nombreuses. Ceci mis à part, on ne peut que louer l’ampleur et la variété des sources consultées pour offrir au lecteur un tableau le plus complet possible de l’histoire d’une ville seigneuriale. Il nous faudra encore quelques monographies de cette qualité avant d’envisager un travail de synthèse sur le rôle des villes seigneuriales dans notre région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Clementz, « Heider (Christine), Entre France et Allemagne. Thann, une ville de Haute-Alsace sous la domination des Habsbourg (1324-1648) », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 560-561.

Référence électronique

Élisabeth Clementz, « Heider (Christine), Entre France et Allemagne. Thann, une ville de Haute-Alsace sous la domination des Habsbourg (1324-1648) », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/737

Haut de page

Auteur

Élisabeth Clementz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page