Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Igersheim (François), L’Alsace et ses historiens, 1680-1914. La fabrique des monuments

Strasbourg, 2006, Presses universitaires de Strasbourg, 524 p., 32 euros, ISBN 2-86820-2651
Philippe Lorentz
p. 562-564
Référence(s) :

Igersheim (François), L’Alsace et ses historiens, 1680-1914. La fabrique des monuments, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 524 p., 32 euros, ISBN 2-86820-2651, 2006

Texte intégral

1En Alsace, terre de confins ballottée du XVIIe au XXe siècle entre deux États nationaux, l’écriture de l’histoire a été, davantage encore que dans d’autres contrées, tributaire des vicissitudes géopolitiques. Dans le cadre de sa thèse d’habilitation soutenue en 2002 à l’université Marc-Bloch, François Igersheim s’est livré à une vaste enquête sur l’histoire de l’histoire de l’Alsace. Son important travail paraît aujourd’hui aux Presses universitaires de Strasbourg. Le parcours qu’il propose comporte sept étapes débutant dans l’Alsace française des Lumières pour aboutir à la veille de la Première Guerre Mondiale, au terme du demi-siècle d’annexion à l’Empire allemand. Ce parti chronologique a le mérite de mettre en relief les temps forts et les ruptures dans les chantiers historiographiques de la période, déterminés par les événements contemporains : l’époque révolutionnaire et ses « Tables rases » ; un long XIXe siècle marqué par une recherche historique encouragée et encadrée par les gouvernements successifs de la France ; la perte désastreuse de la bibliothèque de Strasbourg causée par le bombardement de 1870 (« Le Jardin foudroyé ») ; la mise en place du Reichsland Elsass-Lothringen, l’installation de l’université allemande (1872) et ses répercussions idéologiques ; le rejet, par la sociabilité historienne de l’Alsace, de la science historique générée par cette institution et l’essor des sociétés d’histoire locale.

2L’ouvrage de François Igersheim est fondé sur le dépouillement de nombreux fonds d’archives institutionnels, de papiers d’érudits, de la presse alsacienne et des travaux historiques ayant vu le jour au cours des XVIIIe et XIXe siècles (éditions de sources, monographies, synthèses et périodiques). Dominant ce matériau foisonnant, l’auteur procède à une analyse approfondie des conditions de la production historiographique en Alsace et de ses rouages durant ces deux siècles. L’état des sources écrites – tant documentaires que littéraires (chroniques) – à la disposition des historiens, tout comme le cadre institutionnel et administratif de leur conservation (archives et bibliothèques) et – à partir de la Monarchie de Juillet – de la conservation des monuments bâtis constituent la trame de ce livre. Mais ni les gardiens de ce patrimoine, ni les historiens – ce sont souvent les mêmes – ne sont oubliés. En les mettant en scène de manière très vivante, François Igersheim retrace leurs carrières, campe leurs réseaux, évoque leurs inimitiés et évalue leur rôle dans l’écriture de l’histoire de l’Alsace (un précieux index permet de retrouver facilement ces nombreuses figures).

3Durant une bonne partie du XIXe siècle, le principal chantier que se fixe la recherche historique en Alsace est l’édition des sources narratives médiévales (annales et chroniques), dont la liste est donnée par Jean-Daniel Schoepflin. Ce programme, fréquemment à l’ordre du jour, n’aboutit pas. Il est finalement mené à bien par l’érudition allemande (dans le tome II des Fontes Rerum Germanicarum de Böhmer [1845] ; dans le tome XVII des Monumenta Germaniae Historica [1861] ; dans les tomes VIII et IX des Chroniken der deutschen Städte vom 14. bis ins 16. Jahrhundert, publiées par Karl Hegel [1870 et 1871]). Cet échec est en grande partie lié au désintérêt du lectorat potentiel de ces textes en langue germanique, « la majeure partie des personnes qui s’intéressent en Alsace à l’histoire de notre province [parlant] de préférence la langue française et [lisant] de préférence les œuvres écrites en français », comme l’explique en 1869 l’archiviste du Bas-Rhin Louis Spach (cité à la p. 249). Ces conditions particulières compliquant la tâche des éditeurs en leur imposant la traduction des sources ont pesé dans la priorité accordée en Alsace aux monuments bâtis. La mise en évidence de ce phénomène est l’un des principaux acquis du livre de François Igersheim, pour qui « la concentration sur le monumental » offre également un terrain neutre où s’estompent les divisions confessionnelles et politiques auxquelles viennent s’ajouter, après 1870, les fractures nationales. À la fin du XIXe siècle, la notion de monument historique se dilate au point de s’étendre aux paysages (sites naturels, villes et villages), eux-mêmes « monumentalisés ». François Igersheim montre que c’est là le reflet d’une mutation sociale. Désormais, le patrimoine n’est plus seulement l’apanage des notables et des savants ; il appartient à tous les Alsaciens, même aux plus humbles.

4Il faut dire que depuis le XVIIIe siècle, le terrain est favorable, en Alsace, à la « fabrique des monuments », même dans leur acception la plus large. Schoepflin et l’abbé Grandidier, qui se servent des outils de la critique des textes historiques mis au point par les Mauristes, font aussi une place aux monuments de pierre, suivant en cela l’exemple de Dom Bernard de Montfaucon (1655-1741). Mais l’attention au paysage est déjà présente. Pour élever l’édifice historique qu’il se propose de construire, Schoepflin doit « gravir le sommet de nos montagnes, […] jeter à bas les créneaux de nos tours et de nos murailles » (préface de l’Alsatia illustrata, 1751, trad. de L. W. Ravenez). En 1820 paraît dans le Kunstblatt le premier signalement de la collection de peinture ancienne réunie à Colmar à la suite des saisies révolutionnaires. L’auteur de cet article, l’« antiquaire » strasbourgeois Christian Maurice Engelhardt, est aussi un amateur de randonnées en montagne. Il précise que c’est à l’occasion d’une excursion dans les Vosges qu’il est entré en contact avec les trésors d’art dont il est question (en l’occurrence, le Retable des Antonins d’Issenheim). A la même époque, les nombreuses lithographies des Antiquités de l’Alsace par Schweighaeuser et Golbéry (1828), qui montrent les monuments dans leurs sites, alimentent cette sensibilité au paysage : « Paysage réel de lieux existants, c’est plus encore un paysage imaginaire qui invite au voyage » (p. 69). Les impulsions venant de l’État, comme les dispositifs de protection des monuments mis en place par l’administration (création par Guizot de l’Inspection des Monuments historiques en 1830 ; instauration du classement) jouent un rôle décisif. Sous le Second Empire, la fondation de la Société pour la conservation des Monuments historiques d’Alsace par le préfet Migneret (1855), à laquelle François Igersheim consacre une véritable monographie, place les monuments « sous la protection du pays lui-même ». En 1895, face à une tentative de mainmise de la recherche allemande sur cette compagnie, Rodolphe Reuss fait entendre une claire volonté de continuer à veiller, en associant « les couches les plus diverses de la population », sur « les restes du passé, disséminés sur nos montagnes et dans les vallées de notre pays, [sur] les églises et les châteaux d’Alsace ».

5En 1898 paraissait la thèse de Rodolphe Reuss, précieux répertoire raisonné de l’historiographie alsacienne depuis les temps les plus anciens jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. En observant attentivement comment, au cours des XVIIIe et XIXe siècles, les historiens de tous bords, de toutes confessions et de tous milieux ont mis ce matériau en état de fonctionnement, François Igersheim écrit aujourd’hui une page de l’histoire d’Alsace : celle d’une période décisive au cours de laquelle ses habitants se sont approprié leur passé et leurs monuments pour se forger une mémoire collective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Lorentz, « Igersheim (François), L’Alsace et ses historiens, 1680-1914. La fabrique des monuments », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 562-564.

Référence électronique

Philippe Lorentz, « Igersheim (François), L’Alsace et ses historiens, 1680-1914. La fabrique des monuments », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/741

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page