Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Reviriego (Bernard), Les Juifs en Dordogne 1939-1944, de l’accueil à la persécution

Préface de Serge Klarsfeld, Ed. Archives départementales de la Dordogne, Perigueux, 528 p., 2003
François Igersheim
p. 578-579
Référence(s) :

Reviriego (Bernard), Les Juifs en Dordogne 1939-1944, de l’accueil à la persécution, Préface de Serge Klarsfeld, Ed. Archives départementales de la Dordogne, Perigueux, 528 p., 2003

Texte intégral

1La communauté juive de Strasbourg comptait 9 324 personnes en 1936. Elle fit partie du flux d’évacués qui s’installa en Dordogne à compter de septembre 1939. Il y avait eu jusque là dans ce département, une dizaine de familles juives. L’ouvrage de Bernard Reviriego nous retrace l’installation, l’organisation, l’exclusion, la persécution des Juifs de Dordogne, et nous donne une « liste des personnes incorporées dans les GTE, internées dans les camps ou prisons, déportées ou fusillés en Dordogne », 1 186 à 1 196 victimes juives, sur 2 600 victimes au total. 16,7 % de la population juive, estimée à 7 441 en mars 1943, ce qui est inférieur à la moyenne nationale de 24,24 %, mais ne saurait être dû, écrit Reviriego à une « certaine passivité des responsables locaux de Vichy ». Dans son premier chapitre, l’ouvrage remet en place l’organisation des deux Strasbourg : « l’échelon de Périgueux », et le « Strasbourg maintenu » qui va s’installer définitivement jusqu’en 1945 à Périgueux, avec ses mairies annexes de Thiviers, Thenon, Vergt, Neuvic, Mussidan, Ribérac, alors que la plus grande partie des Strasbourgeois est repartie, laissant en Dordogne 22 800 Alsaciens, dont la communauté juive. Lazare Blum et Lucien Cromback, en liaison avec les rabbins Hirschler, Marx et Cyper organisent la communauté. Cromback, avec Joseph Weill, organise l’Organisation de l’Aide Sociale Israélite (OASI), qui essaime dans de nombreux départements de la France occupée. Elle sera absorbée en 1942 par l’UGIF. Joseph Weill est une cheville ouvrière de l’OSE. Les EIF poursuivent leur activité et Pierre Khantine, commissaire régional des EIF, professeur au centre artisanal de Moissac, assure le regroupement et la formation à Moissac, des jeunes EIF, absorbés eux aussi à l’UGIF en 1942, mais qui en formeront la « Sixième » section, clandestine, vouée à la résistance. Reviriego décrit la mise en place du statut des Juifs et les mesures d’exclusion, puis de persécution déclenchées contre eux, avec la sinistre chronologie des rafles et des convois. Bref, un ouvrage précieux pour l’histoire de l’Alsace et pour celle de la Dordogne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Reviriego (Bernard), Les Juifs en Dordogne 1939-1944, de l’accueil à la persécution », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 578-579.

Référence électronique

François Igersheim, « Reviriego (Bernard), Les Juifs en Dordogne 1939-1944, de l’accueil à la persécution », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 mai 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/785

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page