Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Dölemeyer (Barbara), Die Hugenotten

Stuttgart, Verlag W. Kohlhammer, 232 p., 2006
Christian Wolff
p. 585-586
Référence(s) :

Dölemeyer (Barbara), Die Hugenotten, Stuttgart, Verlag W. Kohlhammer, 2006, 232 p.

Texte intégral

1Tome 615 des livres de poche Kohlhammer-Urban, ce manuel veut répondre à la curiosité d’un public a priori peu familiarisé avec un épisode qui a beaucoup et durablement marqué l’histoire de l’Allemagne. Pour l’auteur, les huguenots sont les victimes de la révocation de l’édit de Nantes qui ont préféré l’exil à l’abjuration. Elle laisse de côté les religionnaires qui ont fui le royaume de France bien avant 1685, notamment les rescapés des persécutions menées dans les Pays-Bas espagnols et la Franche-Comté au XVIe siècle. Ce premier Refuge a été à l’origine d’une série de communautés francophones en région rhénane, bien étudiées par Philippe Denis.

2Ainsi définie la période analysée, sont successivement examinés les circonstances et conséquences de la révocation en France même jusqu’à la Révolution, les chemins et les lieux principaux du Refuge, avec la Suisse comme plaque tournante et Francfort comme centre de triage, puis les destinations ultimes : Provinces Unies, Angleterre et Irlande du Nord, Danemark, Suède et Russie, la province du Cap en Afrique et la Caroline du Sud en Amérique.

3Le chapitre IV, le plus étendu, s’attarde légitimement sur le rôle de l’Electeur de Prusse, des autres princes protestants et des villes libres du Saint Empire, en montrant comment cette minorité, arrivée les mains vides, devient peu à peu une élite respectée. Quelques pages éloquentes évoquent cependant les conflits nés çà et là de l’installation de ces immigrés avec les autochtones en matière de droits d’usage, de concurrence artisanale, voire d’ostracisme envers les Allemands de souche venant s’établir dans les « colonies » huguenotes du pays. A la longue, parfois, très vite, ces « opiniâtres » s’intègrent cependant, tout en transmettant à leurs descendants une culture et des traditions qui ont alimenté ce que l’auteur appelle finement le « mythe huguenot », entretenu à partir du XIXe siècle par des fondations et par des sociétés huguenotes en Europe et en Amérique.

4L’ouvrage comporte un appareil critique et une abondante bibliographie, utilisée par la spécialiste du sujet qu’est Mme Dölemeyer pour mener à bien cette très utile et complète synthèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Wolff, « Dölemeyer (Barbara), Die Hugenotten », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 585-586.

Référence électronique

Christian Wolff, « Dölemeyer (Barbara), Die Hugenotten », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/805

Haut de page

Auteur

Christian Wolff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page