Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Gerhards (Auguste), Morts pour avoir dit non, 14 Alsaciens et Lorrains face à la justice militaire nazie

Strasbourg, La Nuée Bleue, 2007, 251 p., 20 euros, ISBN 978-2-7165-0713-4
Jean-Pierre Kintz
p. 586-587
Référence(s) :

Gerhards (Auguste), Morts pour avoir dit non, 14 Alsaciens et Lorrains face à la justice militaire nazie, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2007, 251 p., 20 euros, ISBN 978-2-7165-0713-4

Texte intégral

1Auguste Gerhards n’est pas inconnu en Alsace. Ses recherches sur l’industrie textile dans le Sundgau avaient été publiées dès 1968. Il est aussi collaborateur du Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne. Cet ouvrage est dédié « aux jeunes générations pour qu’elles sachent ce que foi, courage et patriotisme signifient ». 549 prisonniers ont été exécutés à la prison de Roter Ochse de Halle, près de Leipzig, entre le 2 novembre 1942 et le 9 avril 1945 (218 en 1943 et 262 en 1944) par la guillotine ou par pendaison. L’auteur a pu consulter, en 2003, les archives du Reichsgericht que l’Armée Rouge avait mis en dépôt à Prague après la Seconde Guerre mondiale.

2Ces fonds du Tribunal de guerre du Reich contiennent les actes de 168 jugements : 23 Alsaciens, 17 Lorrains, 128 autres Français. Ont été exécutés 9 Alsaciens, 5 Lorrains et 20 autres citoyens français. Auguste Gerhards a rassemblé de nombreuses notes sur chacune des 14 victimes alsaciennes et lorraines. Il retrace ces « destins tombés dans l’oubli » dans la deuxième partie du livre (p. 37 à 139). Il évoque à nouveau en 2003 l’effroyable destin de son oncle Théo exécuté par les nazis le 29 octobre 1943 qu’il a décrit dans Théo Gerhards, 1900-1940. Un Alsacien en Résistance. Une émotion intense se dégage de ces récits de « héros » qui eurent le courage de dire simplement non à un système qui écrasait les individus. Les historiens s’attacheront davantage à la description de l’une des structures de ce système, celle de la justice militaire nazie et qui forme la troisième partie de l’ouvrage. On appréciera la présentation de la législation pénale militaire et les textes appliqués aux quatorze Alsaciens et Lorrains. En bon historien, Auguste Gerhards présente à la fin de son ouvrage une chronologie (p. 225-230), les sources et les fonds d’archives consultés (p. 233-236) et une substantielle bibliographie (p. 237-241). A un moment où le devoir de mémoire est de mieux en mieux reconnu et où les collectivités locales entreprennent la grande enquête sur les victimes de guerre, on ne peut que féliciter les Editions de la Nuée d’y contribuer à leur manière. Puisse la jeunesse alsacienne et lorraine manifester sa reconnaissance à ces auteurs, tel Auguste Gerhards, qui apportent leur témoignage au récit de l’histoire de notre région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Kintz, « Gerhards (Auguste), Morts pour avoir dit non, 14 Alsaciens et Lorrains face à la justice militaire nazie », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 586-587.

Référence électronique

Jean-Pierre Kintz, « Gerhards (Auguste), Morts pour avoir dit non, 14 Alsaciens et Lorrains face à la justice militaire nazie », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/808

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Kintz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page