Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Rittgen (François), Opération Nordwind – Dernière offensive allemande sur la France

Paris-Sarreguemines, Editions Pierron, 2006, format 21,5 x 28,5 – couverture rigide, 39 euros, ISBN 2-705-0333-2
Jean-Pierre Kintz
p. 591-592
Référence(s) :

Rittgen (François), Opération Nordwind – Dernière offensive allemande sur la France, Paris-Sarreguemines, Editions Pierron, 2006, format 21,5 x 28,5 – couverture rigide, 39 euros, ISBN 2-705-0333-2

Texte intégral

1Les auteurs des manuels d’histoire des lycées évoquent certes la contre-offensive lancée par von Rundstedt dans les Ardennes, au mois de décembre 1944, mais ignorent souvent une autre offensive contemporaine, l’opération Nordwind. Elle peut paraître comme un engagement militaire supplémentaire. Elle a néanmoins eu sa spécificité. Le Mosellan François Rittgen, employé dans les services administratifs de l’armée américaine est connu par les historiens. Il est l’auteur de La bataille de Bitche et du Bitcherland et a décrit son pays natal dans Bitche et son canton. La contre-attaque du Feld-maréchal Gerd von Rundstett, à partir du 15 décembre 1944, a été imposée par Hitler. Celui-ci a imaginé une autre opération qu’il annonce le 28 décembre à une trentaine d’officiers supérieurs réunis dans son quartier général de l’Adlerhorst. Il s’agit moins de reconquérir du terrain perdu entre la région de Colmar et celle de Sarreguemines que de détruire les forces ennemies : « le but de toutes ces offensives… est tout d’abord d’éliminer totalement les troupes américaines au sud de notre percée [les Ardennes], de les briser les unes après les autres, d’anéantir une division après l’autre … Il ne s’agit pas de gagner du terrain. Il s’agit uniquement pour nous d’anéantir et de faire disparaître les forces ennemies là où nous les trouverons. Il ne s’agit pas non plus de libérer ainsi l’Alsace : ce serait bien beau, l’impact sur le peuple allemand serait immense, l’action sur le monde serait déterminante, l’impact psychologique terrible et le résultat sur le peuple français déprimant mais ce n’est pas important. Il est important, je le répète, d’anéantir sa force en hommes… ». En réalité l’impact fut dramatique en Alsace tant pour les militaires que pour les civils. Le drapeau nazi allait-il flotter sur la flèche de la cathédrale de Strasbourg ? Les principaux événements sont connus, le 31 décembre, vers minuit, les Allemands, adoptant la tactique de l’attaque de masse, se lancèrent à l’assaut des troupes américaines près de Sarreguemines avec l’objectif d’attendre Saverne où les rejoindraient des troupes attaquant à partir de Bitche (le front de Bitche). La 7e armée américaine risquait d’être prise en tenailles à partir de la poche de Colmar. Le 3 janvier 1945, Hitler admit que l’opération des Ardennes « n’avait plus de chances de réussir ». Le lendemain, des unités allemandes traversèrent le Rhin au Nord de Strasbourg où des combattants des FFI s’opposèrent aux forces allemandes. Le général Eisenhower avait ordonné un plan de « repli rapide » à exécuter avant le 5 janvier sur une position défensive des Vosges. Le général de Gaulle avait réitéré dès le 2 janvier son ordre à de Lattre de Tassigny de défendre Strasbourg « au cas où les forces alliées quitteraient leurs positions actuelles ». Il conçut même l’idée de retirer aux alliés le commandement des troupes françaises et en fit part au général Eisenhower où Winston Churchill et à F. D. Roosevelt. Appuyé par Churchill, de Gaulle obtint que les troupes américaines s’étendraient vers Strasbourg. Francis Rittgen retrace les combats autour de Strasbourg. Il souligne la force des combats et la détermination allemande et l’essoufflement des troupes alliées en Alsace à partir du 19 janvier. On pouvait s’interroger si l’opération Nordwind allait réussir. Elle fut annulée par Hitler le 25 janvier ; la population civile fut la victime de ces combats et souffrit atrocement. La 5e partie de l’ouvrage est composée de témoignages recueillis par l’auteur ou repris de publications telle « l’Outre-Forêt » ou la revue trimestrielle de la Société d’histoire et d’Archéologie de Saverne.

2Ayons le courage d’écrire que cet ouvrage peut-être lu de deux manières : les amateurs d’histoire militaire apprécieront la précision et la clarté de l’exposé de Francis Rittgen. Pour eux, le texte est essentiel. Après une première lecture, nous avons repris le livre pour nous attarder sur les illustrations. Elles nous donnent une autre approche de cette opération militaire : héroïsme certes (p. 67), soldats montant au combat (p. 53), patrouille dans la neige (p. 58), le soldat et sa mule dans la neige… mais aussi la misère sous toutes ses formes, le froid, la faim, la peur… (p. 64 et 131 ; villageois dans la neige ; p. 138, fillette emmitouflée ; p. 38, 80, 97, 122 et 139 ; fuir, être évacué) et les destructions (p. 102, Bettenhoffen ; p. 109, Ostheim ; p. 192, Hatten).

3Cet album de photographies ne représente t-il pas une autre vision de l’opération Norwind ? L’histoire n’est-elle pas aussi fondée sur l’imaginaire ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Kintz, « Rittgen (François), Opération Nordwind – Dernière offensive allemande sur la France », Revue d’Alsace, 133 | 2007, 591-592.

Référence électronique

Jean-Pierre Kintz, « Rittgen (François), Opération Nordwind – Dernière offensive allemande sur la France », Revue d’Alsace [En ligne], 133 | 2007, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/826

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Kintz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page