Navigation – Plan du site

Le Kochersberg au Haut Moyen Âge

Recherches, thèses et hypothèses
Marcel Thomann
p. 79-127

Résumés

Le Kochersberg a-t-il vraiment été, et de tous temps, le grenier à blé de l’Alsace ? Comment a pu se passer, dans cet espace stratégique entre Rhin et Vosges, le relais entre l’occupation romaine et l’avènement des Mérovingiens ? Les noms des localités, régulièrement transmis du VIIIe siècle à nos jours sont une source aussi précieuse que fiable... Or il s’avère qu’on n’y a pratiquement jamais fait valablement appel, de même qu’on n’a guère interrogé les nombreux « lieux dits » du XIIe ou du XIIIe siècle, pourtant collectionnés dans nos archives par de méritoires érudits. Ces données objectives révèlent un contexte essentiellement militaire où des unités équestres, souvent liées au nom d’Arbogast, ont accaparé l’ensemble des terres disponibles. L’étude voudrait attirer l’attention sur une foule de problèmes posés dans ce contexte, aussi bien à l’historien du droit et des institutions qu’au linguiste dont la science est davantage qu’ « auxiliaire ». Et peut-être aussi contribuer, si peu que ce soit, à l’une ou l’autre solution.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Kochersberg
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  La bibliographie du Kochersberg au Haut Moyen Âge est relativement restreinte. La meilleure étude (...)
  • 2  Etienne JUILLARD, La vie rurale dans la plaine de Basse Alsace, 1953, p. 160.
  • 3  Etienne JUILLARD, op. cit., p. 27-28.

1De solides raisons expliquent que le Kochersberg au Haut Moyen Âge a été assez peu étudié1 et qu’un voile recouvre encore des « secrets que la majeure partie de la plaine d’Alsace recèle sûrement »2, sachant qu’ « il y a mille ans de Moyen Âge qui ne les ont pas encore révélés ».3

2Les historiens n’ont pas la tâche facile, car du Ve au XIe siècle l’écrit est rare, voire quasiment absent.

  • 4  Joëlle BURNOUF, op. cit., Le Kochersberg, histoire et paysage, 1980, p. 29 ; Conviction plusieurs (...)
  • 5  Les tours et postes d’observation (vigies) de type « gefede » (voir ci-dessous en Annexe).
  • 6  FLOTTE/FUCHS op. cit., p. 130 « on connaît peu de chose des édifices publics ».
  • 7  Sans compter les dépressions et vallons comblés par les norias des éboueurs strasbourgeois... et p (...)

3Peut-on, pour autant, affirmer – comme on l’a fait – que « l’archéologie est la seule méthode d’approche de l’histoire du Kochersberg ancien » ?4 Il paraît difficile d’adhérer à cette thèse. Les archéologues ne sont en effet guère mieux lotis que les historiens. Les avancées dans les domaines de la céramique, des rites funéraires, de l’habitat – y compris militaire – sont certes appréciables, mais en matière d’« archéologie du paysage », qui porte notamment sur l’étude des voies de communication et d’approvisionnement par eau, les installations militaires5 et les édifices publics6 les progrès sont moins évidents. Et cela s’explique aisément. Un dispositif militaire complexe a changé cinq fois de camp et a, hélas, bouleversé irrémédiablement le paysage, comme nulle part ailleurs en Europe. De 1850 à 1950, et par cinq fois, les inscriptions des pancartes « Terrain militaire - Défense d’entrer » ont été relayées par « Militärgelände – Betreten verboten », et vice-versa. Dans les environs de Hausbergen/Dingsheim/Griesheim, précisément là où nous localisons un « district équestre » du Haut Moyen Âge, d’innombrables forteresses et fortins ont été implantés et reliés par des réseaux souterrains. Là où des prospections aériennes pourraient être révélatrices – et ce n’est qu’un exemple – les cicatrices des conflits ont défiguré et rendu illisible le paysage7.

4Pour décrypter l’histoire du Kochersberg au Moyen Âge, il apparaît qu’il faille se résigner à l’intuition d’Etienne Juillard, que c’est par la toponymie qu’on pourra « relayer l’archéologie déficiente pour soulever le voile qui masque l’époque des invasions et de la germanisation de la plaine ».

  • 8  Il faut certes se méfier de la tradition, qu’elle soit orale ou écrite, toujours susceptible d’avo (...)
  • 9  Marc BLOCH dans Annales d’Histoire Sociale, t. 2, 1940, p. 44.
  • 10  JULLIARD, op. cit., p. 166.

5En règle générale les dénominations des localités sont en effet des témoins fiables de réalités oubliées, car leur « baptême » remonte bien plus haut que la date de leur apparition dans un écrit8, et l’analyse historique et philologique des noms de lieux actuels est apparue, sur la portion du Kochersberg qu’il s’agissait ici d’explorer, le moyen de suppléer l’absence d’autres sources documentaires. Il va de soi que nous nous sommes astreints à la plus grande prudence possible, et à suivre les conseils de Marc Bloch « ne jamais employer la toponymie seule9 » et d’Etienne Juillard pour lequel « les données (de la toponymie) seraient très insuffisantes si l’on ne pouvait les corroborer par d’autres indices »10.

6Si certains mystères millénaires pressentis par un maître de la géographie historique resteront néanmoins, et sans doute à jamais, enfouis dans les « siècles obscurs », les progrès récents de l’étude des institutions romaines et mérovingiennes du Rhin Supérieur ont néanmoins pu rectifier quelques idées et préjugés, voire résoudre quelques inconnues. Des conceptions, encore classiquement « reçues » il n’y a pas longtemps, sont aujourd’hui dépassées ou discutées.

  • 11  JUILLARD, op. cit., p. 169.

7Des recherches sur l’histoire du droit et des institutions d’Alsace ont attiré l’attention sur des problèmes du Kochersberg, a priori tout à fait insolites. Elles peuvent amener – entre autres – à douter de la vision traditionnelle d’un « Ackerland », où « ... jusqu’à l’Alsace française du XVIIIe siècle, deux mille ans se passèrent sans que le système agricole changeât de base »11 Il se révèle en particulier qu’au Haut Moyen Âge une activité d’élevage, de dressage et d’entraînement de plusieurs milliers de chevaux a pu accaparer, en totalité, la surface et l’activité d’une quinzaine de nos villages actuels. Un constat surprenant susceptible d’éclairer d’un jour nouveau la vie dans cette région avant l’an 1000, notamment en ce qui concerne l’utilisation des terres par l’agriculture.

8S’il était possible de reconstituer les éléments d’un important élevage équestre, il fallait d’abord, en une première partie, tenter de le mettre « en situation », d’en retrouver la raison d’être dans un cadre plus vaste.

9Pour fascinant qu’il soit pour la curiosité de l’historien, l’ordonnancement de ce dispositif ne révèle qu’un aspect d’une évolution qui dépasse de très loin le cadre géographique du seul Kochersberg. Le constat amène en effet à s’interroger sur quelques problèmes de l’époque se situant entre la faillite de l’Empire romain et l’entrée en scène des « repreneurs » francs, mérovingiens et carolingiens.

10Conjuguée avec les apports récents de l’historiographie, le but de l’enquête tentée ci-dessous serait atteint si elle pouvait ouvrir l’une ou l’autre perspective tant soit peu nouvelle ou, du moins, susciter et encourager des investigations innovantes, pluridisciplinaires et transnationales, en matière d’histoire du droit et des institutions, basées sur le vocabulaire juridique et toponymique transmis par ces siècles encore trop « obscurs ».

Quelques données certaines… et beaucoup de flou

La période romaine

11L’acquis des connaissances est maigre et peu assuré pour l’époque s’étalant entre 58 avant J.-C., – date à laquelle on a convenu de fixer l’arrivée des Romains – et 923 où l’influence des souverains de la « Francia Occidentalis » s’efface en Alsace.

12Jusque vers 260 après J.-C. notre région avait prospéré à l’abri du Limes des Romains, ligne fortifiée lointaine, à l’Est de la Forêt Noire. Mais lorsque ce bouclier dut être abandonné, le Rhin sera la frontière séparant l’Europe en deux. Désormais, et jusqu’aux années après 900, le sort de sa rive gauche dépendra des conceptions stratégiques romaines puis franques et mérovingiennes, des luttes entre des factions et des clans de l’un ou de l’autre camp ; mais aussi des poussées « Barbares » toujours renouvelées. Quel sera le destin du Kochersberg dans cette évolution ?

Le peuplement après le IIIe siècle : Alamans ou Francs ?

13Les historiens et les linguistes-dialectologues se sont beaucoup intéressés aux habitants du Kochersberg à la fin de l’Antiquité et à l’aube du Moyen Âge : Ils ont constaté une assez forte densité de population et un nombre de localités habitées au moins égal à ce qu’il est aujourd’hui. Mais quelles ethnies ou tribus ont occupé ces villages ? Celtes, Gallo-romains, Alamans ou Francs se sont-ils succédé sur les mêmes terroirs ou ont-ils vécus côte à côte ?

  • 12  Historique détaillé du débat dans Adolf BACH, Deutsche Namenkunde, 1974, II, paragr. 640 à 651 et, (...)
  • 13  Opinion reprise par Michel PARISSE, Histoire de la Lorraine, II, 1990, p. 6.

14Après plus de deux siècles de débats non dénués d’objectifs idéologiques, la discussion n’est toujours pas close12. Mais une opinion, presque identique à celle qui prévaut pour l’ensemble de la « Francia Occidentalis », semble désormais prévaloir : « encadrement Franc de la population par une aristocratie guerrière sur un très large espace, jusqu’à l’Aquitaine, mais avec une densité variable13 »

  • 14  Discussion de ces problèmes de chronologie dans Dieter GEUENICH, Ein junges Volk macht Geschichte. (...)

15Pour le territoire s’étendant du Rhin aux Vosges il est désormais admis que lors des invasions de la Gaule par les « Barbares », ce sont des Alamans qui, en vagues successives, se sont installés solidement et majoritairement14.

  • 15  Emilienne DEMOUGEOT, Notes sur l’évacuation des troupes romaines en Alsace au début du Ve siècle, (...)
  • 16  Relation de l’historien romain AMMIEN MARCELLIN, Livre XVI, XII, 3.

16Les Romains ayant certes surveillé le Rhin, mais pas vraiment défendu cette limite15, des ressortissants de tribus alémaniques sont déjà installés sur sa rive gauche – et sans doute depuis 260. Lorsqu’en 357 le César Julien met en fuite une nouvelle coalition d’Alamans surgis d’outre Rhin, son armée, partie de Saverne, avait traversé un pays que manifestement des Alamans avaient cultivé et qui est couvert de moissons – on est fin août – jusqu’aux collines de Hausbergen. Sûrs de leurs droits les chefs Alamans envoient même des messagers, enjoignant à Julien de se retirer de ces terres qu’ils affirment avoir conquises « par leur valeur et à la pointe de l’épée »16.

  • 17  Bien qu’une vive controverse sur les structures politiques des Alamans vers l’an 500, et avant les (...)

17Que le Kochersberg, bien que peuplé essentiellement par des Alamans, ait été politiquement et militairement aux mains des Romains puis des Francs est certes d’explication difficile, mais ne semble plus discuté17.

18Mais que s’est-il passé de 357 à la fin de l’occupation romaine vers le milieu du Ve siècle ? Il semble bien que sur cette question il faille réviser quelques idées reçues.

L’endémique querelle sur les noms de lieux en -ingen et en -heim

  • 18  Cf. croquis dans BACH, op. cit., paragr. 542, p. 413.
  • 19  « eine systematische bewusste Umbenennung » – Historique de cette discussion en cours depuis près (...)
  • 20  BACH, op. cit., paragr. 677.

19Il avait été longtemps admis que les villages en -ingen correspondaient à des habitats d’une population d’origine alémanique, ceux avec un suffixe en -heim étant caractéristiques pour les Francs. Mais comme les localités en -ingen sont nettement minoritaires dans le Kochersberg18 on en a déduit « des changements volontaires et systématiques » : les Francs auraient transformé en -heim19 des noms de villages d’Alamans auparavant en -ingen. Le grand nombre de localités alsaciennes en -heim ne correspondrait donc pas nécessairement à l’origine ou à l’ethnie des habitants, mais ne s’expliquerait que par la mainmise militaire franque20.

  • 21  Fr. J. HIMLY, dans Revue d’Alsace, 88, 1948, p. 218 « on peut se demander si, de conjecture en con (...)
  • 22  Cf. Max MARTIN, „Alamannen im römischen Heer“, dans Dieter GEUENICH (direction), Die Franken und d (...)

20Les Francs occupaient les passages et les points stratégiques de cette terre souvent menacée, tout en assurant le fonctionnement et l’encadrement du vaste district équestre dont il sera question plus bas. Mais ils se considéraient « étranger » en Alsatius21, d’autant plus qu’une rivalité les opposait aux Alamans, ces derniers leur reprochant d’être trop romanisés22.

Un « substrat » gallo-romain ?

  • 23  Sur Molsheim : une étude est en préparation.

21Mais les Alamans et les Francs n’étaient pas seuls dans ce territoire. Qu’est-il advenu des occupants antérieurs, Celtes ou « gallo-romains » ? Les noms de lieux comme Kochersberg (sans doute d’une racine paléo européenne kuk-koch = la colline) Rangen (Randan), Mittelkurtz (mutuli curtis = « le domaine de la borne limite »), Brumath (Brocomagus), témoignent de ce substrat.23

  • 24  Nous avons, par exemple, réuni suffisamment d’éléments qui démontrent que les 7 Betbur d’Alsace, o (...)

22Il y a par ailleurs des « points névralgiques » – carrefour des grands voies impériales romaines par exemple – Mutzig (mutatio), Maennolsheim (Mansionaticus) ou Saverne (Tres Tabernae), voire Molsheim, où des structures spécialisées dans les services seront maintenues par les Mérovingiens et les Carolingiens, pour assurer la pérennité des institutions24. Elles garderont leurs noms gallo-romains. D’autres entités territoriales, plus « sensibles » car d’intérêt militaire, seront totalement « francisées » en heim, sans que cela soit nécessairement une indication sur l’ethnie de la population. Ce fut sans doute le cas du « pôle équestre » autour de Dingsheim-Stutzheim.

Présence romaine ininterrompue du Ier au Ve siècle ?

23Quoi qu’il en soit, après la bataille de Strasbourg en 357 et la victoire du César Julien sur les Alamans de nouvelles vague d’envahisseurs déferlent sur une partie de l’Europe en 377 et en 388.

  • 25  J. J. HATT, « Strasbourg des origines à l’invasion des Huns » dans Georges LIVET/Francis RAPP, His (...)

24Ont-ils ravagé la région de Strasbourg25 ?

  • 26  C’est en tout cas ce qu’admet J. J. HATT, op. cit., p. 106.

25Rien n’est moins sûr. En 377 des Alamans ont certes traversé le Rhin, mais bien plus au Nord, autour de Trèves et de Mayence, et au sud près de Colmar, où ils furent d’ailleurs battus, rejetés et poursuivis sur la rive droite par l’armée de l’Empereur Gratien, de manière à garantir la paix pour quelques années au moins. Ensuite : les historiens ont longtemps estimé « vraisemblable que des Alamans ont pillé Strasbourg et ses environs »26 puis daté de 398 à 406 l’abandon par le généralissime romain Stilicon de la « frontière rhénane » dans son ensemble.

  • 27  E. DEMOUGEOT, art. cité, p. 28.

26Les travaux récents n’adhèrent plus à cette thèse. On estime désormais, arguments convaincants à l’appui que, même avec des effectifs réduits, Stilicon aussi bien que ses prédécesseurs et ses successeurs ont voulu et pu protéger une partie des points fortifiés du Rhin supérieur et que notamment « la grande invasion de 407, qui avait submergé presque toutes les Gaules, n’entraîna pas l’évacuation de l’Alsace »27. De même les effets de la ruée des Huns et de leurs alliés en 451 doivent sans doute être relativisés.

27Avaient-ils l’ambition de s’installer dans l’Empire romain de façon durable ?

28Il semblerait que non, leur objectif étant de s’enrichir, le plus rapidement possible, par le pillage et par l’exigence de tributs financiers. Qu’on se représente l’exploit logistique de cet invraisemblable « Tour des Gaules » dopé par l’appât du gain : En six mois, à peine, les cavaliers et les chariots de cette énorme caravane ont parcouru près de 2 000 km, tout en livrant de nombreux combats, détruisant les villes de Auxerre, Besançon, Langres, Augst/Bâle, Strasbourg, Worms, Mayence, Trèves, Reims, Metz, Cologne. Mais aussi Tournai, Cambrai, Amiens, Beauvais ; sans compter Paris, Orléans, Lyon ou Troyes qu’ils n’ont que menacés. En dépit de quelques batailles perdues, ils purent d’ailleurs s’en retourner chez eux sans être trop diminués, puisque dès le printemps suivant, en 452, ils seront en mesure d’attaquer l’Italie où ils s’emparent de Padoue, Vérone et Milan, entre autres.

29Début 451 une partie de cette armée avait certes incendié Strasbourg, mais sans doute la seule ville qui lui barrait la route : Attila voulait percer vers le cœur de la Gaule par les voies romaines pratiques et rapides. Elles l’ont mené le long du Rhin d’abord, puis de Trèves à Metz et de là à Reims, ou encore – en droite ligne – de Cologne à Cambrai. Les Huns n’avaient par conséquent aucun intérêt à s’attaquer à Saverne, ni au réduit du suburbium -Kochersberg, installations militaires hérissées de points fortifiés et où, au surplus, aucun butin intéressant n’était à espérer. Ils auront donc contourné les massifs vosgiens sans les traverser.

Le temps des Francs Mérovingiens

Le dispositif romain du Kochersberg pérennisé

30On a longtemps admis qu’après une nouvelle invasion des Barbares en 407, le généralissime et consul Stilicon avait retiré l’ensemble de ses troupes de la frontière rhénane, afin de défendre l’Italie menacée.

  • 28  Hans Ulrich HUBER, dans « Das römische Reich » in : Imperium Romanum, Römer, Christen, Alamannen – (...)

31Dans la « Notice des Dignités » recensant les unités opérationnelles de l’armée vers 422/423, aucun corps de troupe romain ne figure plus après la frontière nord de l’Alsace – qui se situait alors à Seltz – jusqu’à Bingen en Rhénanie28.

  • 29  Selon Ralf SCHARF, dans « Die Notitia Dignitatum », in : Imperium Romanum, 2005, op. cit., p. 187 (...)
  • 30  François PETRY, Contribution citée à Histoire de l’Alsace rurale, 1983, p. 67 ; cf. aussi E. DEMOU (...)

32En réalité, on le sait maintenant, certaines défenses frontalières avaient été laissées en place, notamment celles occupées par les Francs désormais « fédérés ». Et un « Comte de Strasbourg » ainsi qu’un district militarisé de Strasbourg dénommé « Tractus Argentoratis » – dont, par sa situation, le Kochersberg a du constituer la partie essentielle – figurent encore bel et bien dans la « Notice des Dignités »29. Il se confirme ainsi que « face aux flots menaçants, qui quelque fois ont déferlé, l’armée a été solidement implantée en Alsace »30.

33Par la suite Clovis et ses successeurs – mérovingiens et carolingiens – vont poursuivre, avec succès, des objectifs politiques dynamiques. Le rôle imparti au dispositif militaire dans le Kochersberg faisait partie d’une conception à la fois défensive et offensive d’ensemble, et permet une vue plus précise – du moins en ce qui concerne le Kochersberg – des circonstances du passage de l’Antiquité au monde médiéval.

  • 31  Michel Parisse, Histoire de la Lorraine, II, 1990, p. 3. Lorsqu’un érudit aussi consciencieux que (...)

34Les collaborateurs de la revue Francia et plus particulièrement K. F. Werner ont considérablement fait évoluer la vision traditionnelle de l’historiographie française sur la manière dont le conglomérat ethnique appelé « Francs » a pris la suite de Rome, tant en Alsace que dans le reste des Gaules : « Les conclusions des recherches historiques en ce qui concerne les cinq siècles qui suivent les victoires de Clovis ne sont pas suffisantes. »31 Comme les documents écrits de cette époque sont rares, voire inexistants, trop de conjectures ont tenu lieu de faits prouvés. On considère désormais que :

  • 32  Karl Ferdinand WERNER, Histoire de France, t. I, Les origines, (Avant l’an mil) – Texte français o (...)
  • 33  Sur ces délicats problèmes cf. Ferdinand LOT, Naissance de la France, 1970, édition revue par Jacq (...)

il y a lieu d’exclure la vision d’un monde romain civilisé, chrétien et homogène, subitement exposé à des Barbares qui viennent seulement de quitter leurs forêts pour se ruer sur leurs victimes dans les régions rhénanes d’Allemagne32, et que « celui qui parle des « invasions » à propos de la fondation de l’État franc par Clovis se trompe d’époque33.

Une continuité « romaine » assurée par les Francs

  • 34  Que cette constatation ait été mise en relief par le très répandu manuel d’histoire du droit const (...)
  • 35  Olivier GUYOTJEANNIN, Clovis chez les historiens, dans : Collection de l’École des Chartes, 1996, (...)

35Sait-on assez que Clovis avait commencé sa carrière en tant que titulaire d’une fonction dans l’administration romaine de Reims ?34 Qu’il avait été ensuite « général fédéré » des Romains, et commandant d’une armée de guerriers professionnels Francs associés de Rome, (« l’exercitus Francorum »)35 pour finalement être institué « rex gloriosissimus » ? Et que l’Empereur romain d’Orient lui a remis les insignes de « Consul » ?

  • 36  Cf. Thomas ANDERSON Jr, dans Early Medieval Europe 4, 1995 ; Détails et références des débats entr (...)

36S’il est connu qu’il avait fait rédiger la célèbre « loi salique », (Pactus legis salicae) dont une partie fut loi constitutionnelle de la monarchie française jusqu’en 1789, on préfère généralement ignorer que ce monument législatif, présenté comme la source première d’une civilisation dite « barbare » était, à l’origine, le code disciplinaire pour les soldats francs servant dans l’armée romaine36.

L’Alsace et Clovis

37L’occupation de l’Alsace alémanique par les Francs doit être replacée dans ce contexte. Le roi franc exerce, en Alsace, les pouvoirs antérieurement dévolus au « Comes Argentoratensis » romain, et sans doute en continuité.

  • 37  K.F. WERNER, op. cit., p. 319.
  • 38  Comme on le lit généralement, et même sous la plume de l’historien du droit aussi intelligemment é (...)
  • 39  Discours de réception de l’évêque François Egon de Furstenberg à Louis XIV ; même indication dans (...)
  • 40  Sur les assertions concernant Clovis en Alsace cf. E. CHAMPEAUX, Les légendes savantes de la vieil (...)

38Pour apprécier tant soit peu le sort fait à notre région dans les siècles qui vont suivre, il faut donc, croyons-nous, mettre l’accent sur ce qu’il est convenu d’appeler la « légitimité franque » de Clovis (465-511). Ce Franc « salien » (originaire des Pays Bas), avait été élu vers 509 chef de tous les « rois » de son peuple, et c’est en vertu de cette « légitimité franque » portant sur l’ensemble de sa nation, qu’il investira la partie de l’Alsace au sud de Seltz, c’est-à-dire – au moins – les territoires dont le Kochersberg est le centre. À juste titre on a reproché aux historiens de n’avoir « pas assez prêté attention à l’extrême importance de cet événement (l’élection de Clovis comme chef de tous les Francs) et de son contenu juridique pour les partages ultérieurs de l’héritage de Clovis »37. Depuis 509 Clovis a la pleine souveraineté qui, à cette époque, nécessitait la conjugaison des trois éléments : le « règne, la puissance et la gloire ». Aussi n’a-t-il pas « conquis »38 l’Alsace à la fin de son règne, mais il l’a « occupée » en vertu, à la fois, de sa légitimité romaine antérieure et de son récent statut de roi de tous les Francs, responsable de l’ensemble du regnum qui venait de lui être reconnu, volontairement, par tous les représentants et rois de son peuple. A-t-il résidé en Alsace ? Durant tout le Moyen Âge et jusqu’au XVIIIe siècle on admettait qu’il avait « placé la première pierre de ce somptueux vaisseau » (la Cathédrale)39, et une inscription gravée dans l’église Saint Martin (démolie en 1529) rappelait la fondation de ce sanctuaire en 513, par sainte Clotilde, l’épouse de Clovis40.

Le droit appliqué par Clovis et ses successeurs

  • 41  C’était la règle générale sous les Mérovingiens et les Carolingiens Cf. E. LESNE, Histoire de la p (...)

39Dans la nécessité de maintenir un réseau d’équipements militaires dont déjà Rome ne pouvait ou ne voulait se séparer, le Kochersberg médiéval était régi par un statut juridique qui a fait de l’évêque, nommé à Strasbourg par la puissance franque, le propriétaire de la Cité et des terres alentour. À juste titre on a souligné que c’était la seule explication possible au fait que l’Église de Strasbourg, et plus spécialement le Chapitre de l’Évêque, a été, durant tout le Moyen Âge, le plus important propriétaire foncier d’Alsace41.

40Sous les Francs mérovingiens le Kochersberg était soumis à ce qu’on a appelé :

  • 42  Définition proposée aussi bien par l’historien du droit français Jacques ELLUL, op. cit., que par (...)
  • 43  MITTEIS/LIEBERICH, Deutsche Rechtsgeschichte, 15e éd. 1954, p. 61 : „Die Centene wäre damit eine W (...)

une forme particulière d’organisation du domaine royal franc »42, en quelque sorte « la reprise de la colonisation militaire romaine sur un domaine du Fisc, devenue ainsi une forme particulière de l’administration du domaine royal franc. //.. « Mais sur la composition et les missions de cette entité les sources ne révèlent pas grand chose43.

41On sait néanmoins que le territoire était subdivisé en « centena » commandées par un chef le thunginus : on le retrouvera au Kochersberg.

    • 44  ZOZIME, Histoire nouvelle, Éd. Les Belles Lettres, Paris, 1979-1989, III, 8, 1.

    Le témoignage de l’historien Zosime (qui écrit dans les années 500-520) relate que l’armée romaine a été « enrôlée par des (Francs) Saliens... en unités, et précise – et c’est capital pour notre propos – : « (des unités) qui, à ce qu’il paraît, se sont conservées jusqu’à nos jours ».44

    • 45  Un imposant édifice rectangulaire de 85 m x 105 m qui aurait perduré jusqu’au XIIe siècle. Au XVIe(...)
    • 46  Cf. RICHTER, op. cit.
    • 47  HATT, dans LIVET/RAPP, Histoire de Strasbourg, op. cit., t. I, p. 270.
    • 48  Il n’est pas possible d’entrer ici dans le détail, parfois controversé, de ces institutions qui re (...)
    • 49  Chronique de Frédégaire, IV, 43 : à partir de Marolegia ... « pacem insectans, multus iniqui agent (...)

    Le voisinage du Palais de Kirchheim. Les souverains Francs mérovingiens et leurs familles ont souvent vécu – et en paix semble-t-il – dans leur imposant Palais de Kirchheim/Marlenheim45 : en 587, 590, 608/610, 613/61446 comme plus tard aussi les Empereurs carolingiens. Or, les Romains déjà avaient fortifié ce lieu, et ce dès 130-16047.
    À partir du VIe siècle Kirchheim apparaît comme « palatium », l’un des plus importants du royaume mérovingien avec, notamment, un imposant château de 105 mètres sur 85, sans doute l’un des plus imposants de l’époque. Dans l’organisation des institutions mérovingiennes le « palatium » reproduisait théoriquement le palais de l’Empereur romain. Appelé « sacrum palatium », il était la résidence du gouvernement et peuplé de conseillers, d’officiers, de « ministres », de gardes, et de la « cour ». Parmi les « ministres » qui résidaient au Palais le Comes stabuli ou marescalc était le responsable militaire. De même les chefs de cette armée, les ducs, sont choisis parmi les membres du « palatium »48. Quoi qu’il en soit il est probable que dans cette partie d’Alsace peuplée essentiellement d’Alamans et depuis longtemps « surveillée » par les Francs, il y ait eu des difficultés dans l’application de la politique militaire mérovingienne. En effet un chroniqueur relate que le roi Clotaire II († 639), partant de Marlenheim, a du « intervenir » énergiquement, c’est-à-dire « en trucidant par le glaive de nombreux fauteurs de troubles49 », étaient-ce des Alamans du Kochersberg ? On l’ignore. Mais peut être l’institution des « ducs d’Alsace », d’une famille alémanique étroitement liée aux Francs qui apparaît vers 630, n’est-elle pas étrangère à ces événements.

    • 50  Herbert NESSELHAUF, Umriss einer Geschichte des Obergermanischen Heeres, dans Jahrbuch des römisch (...)

    Le refus de céder l’Alsace aux Burgondes. En 436, lorsque ce sont des Burgondes installés autour de Bâle qui revendiquent l’Alsace, le généralissime des légions romaines, Flavius Aetius en fait massacrer une partie par ses auxiliaires hunniques, puis les transplante en « Sapaudia » (Savoie), plutôt que de céder à leur demande d’installation en qualité de fédérés dans le Tractus Argentoratensis. Voilà bien un témoignage de l’importance que Rome apportait à ce glacis protecteur50.

    • 51  « Il faudra saisir le rôle exact du palais royal dans l’occupation de la région ». C’était un des (...)
    • 52  J. MARTIN, Atlas d’Histoire de l’Église, 1990, p. 22 (Théodose était l’empereur romain d’Orient co (...)

    La proximité de Strasbourg a évidemment joué. Mais arrivera-t-on jamais à départager, dans les activités et fonctions des quelques kilomètres carrés de territoire qui les séparaient51, ce qui relevait de l’influence des autorités du Palais royal de Kirchheim et ce qui est à attribuer à celles de Strasbourg, siège épiscopal et militaire ? Les chapitres ruraux ecclésiastiques de Waldulm-Sand sur la rive droite du Rhin et de Saint-Laurent sur la rive gauche avaient sans doute rappelé, jusqu’à leur suppression au XIVe siècle, une ancienne Cité (civitas) romaine, puisque aussi bien on admet généralement que « l’organisation ecclésiastique de la Gaule aux alentours de 600 ne correspond pas au découpage politique du royaume franc, mais reflète encore exactement la structure administrative théodosienne (= romaine) »52. S’il est certain que ce suburbium défensif n’était pas laissé à l’abandon sous les Mérovingiens, on ignore la nature exacte des rapports hiérarchiques entre le Commandant de cette Cité et l’état-major royal de Kirchheim.

42Mais dépendre de Strasbourg signifiait aussi l’insertion dans la politique diocésaine franque.

  • 53  La datation 550-575 est suggérée par A.M. BURG dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacien (...)

43Par la conversion de Clovis et des siens au christianisme, « orthodoxe » pour l’époque, c’est-à-dire à la religion de leurs sujets romains, le catholicisme, dont – il y a lieu d’y insister – les évêques maintiennent la liaison avec Rome, ils bénéficient d’importants privilèges pour assurer des tâches administratives autrefois dévolues à des laïques spécialisés. Lorsque vers 500, Clovis est institué « rex gloriosissimus » par l’Empereur romain d’Orient, il est aussi – constitutionnellement – « princeps » de « ses » évêques et l’apparition, vers 550-575, dans le diocèse de Strasbourg, du premier évêque au nom germanique franc et très évocateur d’Arbogast, paraît bien témoigner d’une prise en main dans la durée53.

Conclusion provisoire

  • 54  Démonstration argumentée par Herbert NESSELHAUF, Die spätrömische Verwaltung der gallisch-germanis (...)

44Pour des raisons impératives, Rome a toujours su maintenir une présence militaire effective entre Strasbourg et Saverne. Et lorsque la présence romaine s’évanouit en Europe – vers la fin du Ve siècle –, ce sont des Francs qui continueront à maintenir l’équipement et le fonctionnement de ce « glacis » protégeant la Gaule appelée à devenir « Francia »54.

  • 55  C’est la conclusion de H. BÜTTNER, de son étude de l’Alsace au VIe et au VIIe siècle, mais sans do (...)
  • 56  Reinhold KAISER, op. cit., p. 20.

« Après la victoire de Clovis l’histoire de l’Alsace (et donc du Kochersberg) est toujours déterminée par l’État des Francs »55 et « L’Alsace, sur la rive gauche du Rhin, a été intégrée à la « Francia » en tant que duché régional de caractère alémanique. »56

Un glacis

Traces d’anciennes frontières dans le Kochersberg et son arrière pays

45Les compétitions pour la suprématie du territoire donnant accès à la Gallia par la vallée de la Bruche et par le col de Saverne devaient logiquement se limiter à la région située entre le massif forestier de Haguenau au Nord et la limite avec les Séquanes, à hauteur de Sélestat au Sud.

46Au sud du Donon les Vosges constituaient une barrière quasiment infranchissable, et ce n’est nullement par hasard que les fortifications de Kirchheim et de Saverne se dressent là où les obstacles naturels se révélaient plus perméables. Les traces d’anciennes limites politiques détectables dans cette zone névralgique indiquent d’ailleurs que chez les Celtes déjà, la configuration naturelle du Kochersberg a été déterminante :

    • 57  Il n’est nullement impossible – même si a priori cela peut surprendre – que la Souffel était aména (...)

    Au Nord-Est le Kochersberg débute au bord de la zone d’inondation du Rhin et de l’Ill. Là où ce réseau d’îles et de bras fluviaux se heurte aux terrasses de Lœss, le « débarcadère du Rhin » (Rhinstett ancien nom de Reichstett) en permettait l’accès direct57.

  • Un « avant Kochersberg » sur la première terrasse de lœss, de Cronenbourg et de Koenigshoffen jusqu’au pied de la falaise des collines des trois Hausbergen.

  • Un noyau central du Kochersberg proprement dit, le « Ackerland » ou « Büreland » du XXe siècle, qui à l’ouest s’étend jusqu’aux horst du Scharrach-Goeftberg et celui des Frankenheim, qui au sud s’adosse à la Bruche et à la Mossig, et qui est bordé au nord par la Zorn.

    • 58  C’est sur cette ligne de la rivière de Rohr que J.J. HATT, Argentorate-Strasbourg, 1933, situe la (...)
    • 59  Romovileir (1181) « le village des romans » ; Grafsteten (1289), « Dépôt du Comte des germanophone (...)
    • 60  « Ici commence le Land » = le pays des germanophones.
    • 61  « Site de la Borne frontière », (Stein).
    • 62  Dieterlen : « Ici commence le Land germanophone », (Diet > deutsch).

    Un « arrière Kochersberg » d’une largeur d’environ 3-4 km se profile du sud-ouest au nord-ouest. Il est enserré entre deux lignes séparatrices, nettement affirmées, où on distingue : d’une part une antique frontière longeait la voie routière Wasselonne – Rangen (Randa) – Rohr – Mutzenhouse (la station de la Mutatio) qui devait séparer des districts restés celtes de ceux occupés par les Romains, avant les invasions germaniques du IIIe siècle après J.-C.58 ; d’autre part, à l’ouest de cette bande intermédiaire, s’étalait au Moyen Âge un massif forestier, ininterrompu de Wasselonne à Steinbourg-Dettwiller. Sur sa lisière les noms aussi significatifs que Romanswiller, Crastatt59 au sud, Landersheim60 au milieu, Steinbourg61 et Dettwiller62 au nord, indiquent qu’ici s’arrêtait – provisoirement – le « Land », germanophone d’Alsace.

  • Les territoires de Marmoutier et de Neuwiller dépendant de Metz. Ces « Marches » encadraient le col de Saverne. À l’est une suite ininterrompue de massifs forestiers aujourd’hui largement défrichés les séparait du Kochersberg, et à l’ouest se dressait la barrière vosgienne. Au Haut Moyen Âge, Marmoutier et Neuwiller relevaient au temporel et au spirituel de l’évêque de Metz.

Le Kochersberg plaque tournante des communications européennes ?

47Le collaps du commerce intra européen, vers 600 après J.-C., sans doute lié à l’effondrement démographique, n’avait laissé subsister que des vestiges des anciennes voies romaines. Le col de Saverne vers lequel plusieurs de ces voies convergeaient était néanmoins resté d’une importance attestée par les textes.

48Pour autant rien n’indique que la ville de Saverne a été, avant l’an mil, une ville riche, de commerçants ou de banquiers, et il se peut que les voies routières et fluviales du pays entre la Bruche et la Zorn n’aient servi, pour l’essentiel, qu’aux transports et communications locales ou militaires.

  • 63  Cf. Philippe DOLLINGER, dans Histoire de Strasbourg, op. cit., t. 2, p. 8 : « Nous ne disposons d’ (...)

49Il est certain que les Romains disposaient d’une flotte, assuraient du transport rhénan, qu’un (petit) port a été localisé à Strasbourg où un autel dédié au dieu du Rhin a été retrouvé. Mais les indices de ce type d’activité, pour intéressants qu’ils soient, paraissent sans commune mesure avec les imposantes structures et trouvailles de villes comme Metz, Trèves ou Cologne. Plus tard, du temps de Charlemagne, le poème si souvent cité de Ermold Nigellus évoque certes l’acheminement de matières pondéreuses, pierres et bois sur le Rhin ou l’exportation du vin par l’Ill. Mais on s’interroge : le trafic dont il est question n’est-il pas d’abord et surtout local ou régional, et limité au Rhin et à ses affluents – en dépit même du nom de « burgum des routes » qu’a pris Argentoratum63 ?

Fig 1 : Le Kochersberg contourné

Fig 1 : Le Kochersberg contourné
  • 64  FLOTTE/FUCHS Carte archéologique de la Gaule, Bas-Rhin, 2000, p. 115-116 « pas un axe économique m (...)

50Il est en effet bien établi que le commerce international Nord-Sud, qui aurait dû amener et recevoir le frêt – du moins à partir de Kembs – n’empruntait guère le fleuve et les routes qui reliaient Bâle à Mayence. Les caravanes qui avaient remonté le Rhône et la Saône jusqu’à Besançon, ainsi que celles venant du Danube et de Bâle, passaient aussitôt à l’ouest des Vosges ; soit par le Jura, soit par Thann et le col du Bussang64. Quant aux communications « civiles » de l’Allemagne de l’Est et du Nord avec la « Francia », elles n’empruntaient qu’exceptionnellement un trajet traversant la Forêt Noire et les Vosges en passant par Strasbourg, mais contournaient ces massifs par l’Est et passaient par Francfort, Mayence, Trèves, Coblence ou Cologne, pour rejoindre la Champagne, Reims, les Flandres et Boulogne. Dans ce contexte la ville de Metz a été une place commerciale et financière prospère, alors que notre regretté ami Robert Will m’a maintes fois répété que « Strasbourg était le Bitche des Romains », c’est-à-dire une forteresse de frontière sans population civile à activité économique particulière.

Un glacis conforme aux définitions de l’art militaire

  • 65  C’est la définition, classique, du dictionnaire Robert. Cf. aussi Vauban « l’art du glacis consist (...)

51Le Kochersberg et les territoires le séparant des Vosges ont constitué une région « d’entre Deux », répondant très exactement à la définition du « glacis », c’est-à-dire une « Zone protectrice formée par des pays indépendants, mais soumis à l’influence militaire d’un autre pays »65. Ce glacis protégeait la Gaule puis la Francia, tout en lui étant rattaché jusqu’au IXe siècle et constituait le rempart face à une Germanie éventuellement hostile, et en tout cas toujours dangereuse.

L’équipement militaire aux dépens des activités agricoles

  • 66  L’historien Ammien Marcellin en fait expressément état.

52Après une invasion catastrophique en 265, et lorsqu’en 357-360 le César Julien dut repousser les Alamans, la mise en défense des abords de la bande rhénane s’imposait. Julien avait fait fortifier Saverne, et aussi ses avant-postes66, et en toute logique, le Kochersberg a dû faire partie des aménagements militaires dans les siècles qui ont suivi.

  • 67  François PETRY, La campagne en Alsace de l’époque celtique à la fin de la période romaine (VIIIe s (...)

53Les membres de la famille impériale romaine avaient certes organisé l’administration civile de la Gaule, mais la région rhénane était restée zone opérationnelle des Armées, et les représentants politiques en Gaule sont en même temps commandants en chef des légions rhénanes. On en a conclu que « ...la présence de l’armée semble avoir pesé (en Alsace) d’un poids très lourd »67 et certainement aux dépens des activités agricoles.

Une situation stratégique essentielle pour la Gallia franque

54Le Kochersberg a été d’un intérêt stratégique capital pour la sécurisation des Gaules. Mais aussi, et le fait est très rarement évoqué en tant que plate-forme avancée pour les incursions assez régulières en Germanie. Certes il ne semble pas y avoir d’écrits le documentant. Mais n’est-il pas évident que l’armée romaine avait impérativement besoin, comme plus tard celle des Mérovingiens et des Carolingiens, d’une base de mobilisation et d’intendance pour regrouper les forces d’intervention offensive le long du Rhin ou sur la rive droite ? Dans ce cas de figure, le plateau du Kochersberg était idéalement situé. Il serait surprenant, compte tenu des structures militaires effectivement décelables, qu’il n’ait pas été utilisé à ces fins.

L’étendue du « tractus argentoratensis »

Le Comte de Strasbourg et son territoire

  • 68  François PETRY, art. c., p. 54.
  • 69  Jean-Jacques HATT, Strasbourg, in Livet/Rapp, op. cit., p. 200.

55Le territoire imparti aux unités cantonnées à Strasbourg, le « territorium legionis » dont on ignore l’étendue exacte68 ne s’arrêtait pas à l’enceinte d’Argentoratum et les militaires romains exploitaient les environs de la ville jusqu’au delà de l’actuel Koenigshoffen, notamment pour la production « industrielle » de tuiles69.

  • 70  Cf. Emilienne DEMOUGEOT, De l’unité à la division de l’empire romain, 395-410, Essais sur le gouve (...)

56Dès la fin du IVe siècle, et en tout cas après 408, a eu lieu autour de Strasbourg un regroupement militaire concrétisé par l’installation d’un puissant Comte de Strasbourg (Comes Argentorati) et d’un District de Strasbourg (Tractus Argentoratensis), une mesure qui a rendu pratiquement impossible les activités agricoles, mais qui a sans doute évité au Kochersberg bien des misères.70

  • 71  J. D. SCHOEPFLIN, Alsatia Illustrata, cap. 2, sect. 55.
  • 72  Jean-Jacques HATT, Histoire de la Gaule romaine, 1959, p. 354-356.

57La fonction « comtale » d’Argentoratum est connue par le « Tableau des Offices et des grades » (Notitia Dignitatum) datant du début du Ve siècle. Depuis Schoepflin71 – au moins – on ne compte plus les auteurs qui, en toutes langues, ont disserté sur ce sujet resté « énigme difficile »72, mais importante au plan de l’histoire de Rome en Europe.

  • 73  AMMIEN MARCELLIN, Livre XVI, XII, 12 : « hic quaeso vallo fossaque circumdati ». Restes d’ancienne (...)

58Logiquement le Kochersberg était un élément capital de ce dispositif. Dès lors qu’un tractus est attesté par des documents du Ve siècle, on rappellera qu’en 357, lorsque le César Julien arrive devant Argentoratum il se félicite de pouvoir camper, directement à l’ouest des collines de Hausbergen, dans un « vallum » entouré de fossés73. Il est donc probable qu’un dispositif stratégique remontant à une période antérieure existait déjà. Mais quelle était l’étendue du « tractus » que commandait le Comte, et quels ont pu en être les points extrêmes ?

59Le territoire du Kochersberg consacré à la cavalerie, n’était très certainement qu’un des éléments du système militaire autour de la place d’Argentoratum.

60Entre Sélestat au sud et Seltz au nord d’autres structures militaires protégeaient les accès à la « Gallia » :

    • 74  Camille OBERREINER, Campagne de César contre Arioviste, Revue d’Alsace, 1919, p. 250 résume les qu (...)

    Epfig (Appiacum) dont le proche Stotzheim est philologiquement comparable à Stutzheim, et où a été conjecturée la bataille de César contre Arioviste74 ;

    • 75  Notamment des lieux-dits en Krieg/Gries.

    Rhinau, un des bacs du Rhin les plus utilisés dès l’Antiquité, situé sur la limite diocésaine sud, et dont des toponymes « intéressants » peuvent être localisés dans les environs immédiats75 ;

    • 76  Une étude sur ce site est en préparation.
    • 77  Une série d’éléments toponymiques identiques ou comparables à ceux de Dingsheim sur Souffel y sont (...)
    • 78  Cf. Marcel THOMANN, Le destin routier de Rosheim, dans Annuaire de la Société d’Histoire et d’Arch (...)

    Molsheim76 (Moles.)/Mutzig (Mutatio)/Dinsheim (Thunginus77), verrous fortifiés au débouché du Val de Bruche78 ;

  • Brumath (Brocomagus) où l’archéologie par vue satellitaire promet d’importantes découvertes.

La partie transrhénane du diocèse de Strasbourg

  • 79  Une discussion relatée en détail par CHAMPEAUX, Les légendes savantes de la vieille Alsace, 1930, (...)

61Et puis, le lit du Rhin n’a pas toujours marqué la frontière. Sur toute la longueur du fleuve (hors l’Alsace du roi de France), les limites administratives ont été fixées, jusqu’en 1815, à 10-20 km à l’Est du Rhin. De fait l’Alsace a été un enjeu international – au sens littéral du terme – plusieurs fois millénaire, notamment quand les auteurs antiques s’efforçaient de séparer les « Galli » des « Germani ». Au XVIe siècle encore une polémique célèbre a opposé le moine franciscain Murner au savant humaniste Wimpheling sur le point de savoir si la « Gallia » s’était arrêtée au Rhin ou aux Vosges79.

  • 80  Sur l’occupation romaine de l’Ortenau face à Strasbourg BÜTTNER, op. cit., p. 107 et 113 apporte d (...)
  • 81  C’est l’expression employée par Ferdinand LOT, Naissance de la France, 1970, p. 41.

62Dans ce contexte, et pour s’en tenir au seul contexte alsacien, il est inimaginable que les Romains, puis les Francs, aient pu se désintéresser des territoires de la rive droite du Rhin, dont le destin n’est pas si étranger à celui du Kochersberg qu’on pourrait le croire à première vue. Les habitants de l’ancien diocèse de Strasbourg (celui d’avant 1789) qui empiétait sur le Pays de Bade) étaient réunis par le Rhin en un long destin commun et la petite région faisant directement face à Argentoratum/Stasbourg a fait corps avec le « suburbium » ouest de cette ville-forteresse. Une tête de pont avait été aménagée sur la rive droite du Rhin, telle sans doute qu’on la retrouvera encore au XVIIIe siècle80. Il est vrai que dès la fin de la romanité et sous les Mérovingiens deux catégories d’Alamans se sont opposées, d’une part ceux d’Alsace, certes « Alamans » déclarés, mais constitués en « protectorat »81 des Francs – sans doute un héritage romain – avec des Ducs puis des Comtes de la famille des Etichonides, et d’autre part ceux de la rive droite du Rhin. Mais les historiens qui en font état ne précisent pas toujours ce qui est une évidence : à savoir que les Alamans dits « de la rive droite » étaient, sans aucun doute possible, ceux des territoires actuellement souabes à une centaine de kilomètres du Rhin, à l’ouest de la Forêt Noire, et non pas ceux du pays de Bade, résidant aux portes de Strasbourg.

Le chapitre rural de Saint-Laurent supprimé au XIVe siècle

  • 82  M. BARTH, AEA, 1947/1948, p. 70 à 72 a eu le mérite d’essayer de clarifier les versions anciennes (...)

63Les Francs avaient repris telles quelles les structures romaines et, jusqu’à nos jours, l’Église catholique a calqué ses circonscriptions administratives sur ce schéma. Il est donc intéressant d’observer que, jusqu’au XVe siècle, le territoire qui vraisemblablement correspondait au « suburbium » romain, mérovingien et carolingien de Strasbourg était regroupé en quinze, puis vingt-trois paroisses et constituait un « Chapitre ecclésiastique » dit de Saint-Laurent, car il dépendait de la fondation du même nom en la cathédrale de l’évêque de Strasbourg. À ce jour son existence même est souvent ignorée par les historiens82. Il est hautement probable que l’organisation d’un « Chapitre » de pastorale religieuse dans ce territoire entièrement « militarisé » correspondait à un service d’aumônerie prés l’Armée, mais que par ailleurs ses limites et ses structures étaient celles d’une circonscription militaire fortifiée...

Limites du district de Saint-Laurent

  • 83  Il n’y a pas, à ma connaissance, d’étude sur les limites anciennes des possessions épiscopales au (...)
  • 84  Sans doute dû à sa situation en limite. Cf. KATZFELD, en Annexe 8.

64Heureusement on dispose de la liste des paroisses dépendant de ce Chapitre83. On en compte 15 en 1371: La Rothenkirche de Sainte-Hélène à Schiltigheim, Bischheim, Reichstett, Souffelweyersheim, Vendenheim, Mundolsheim, Griesheim, Dingsheim, Pfulgriesheim, Ittenheim, Oberschaeffolsheim, Wolfisheim, Eckbolsheim, Hausbergen, Lingolsheim. Au nord l’appartenance d’Olwisheim est discutée84. Huit autres s’y ajoutent en 1454 : Breuschwickersheim, Achenheim, Holzheim, Hangenbieten, Entzheim, Geispolsheim (dont, comme au nord pour Olwisheim, et sans doute pour des raisons identiques, le statut est discuté), Hattisheim (village disparu depuis), Illkirch. On peut donc restituer – grosso modo – l’étendue et les limites de cette circonscription en suivant celles des paroisses actuelles.

Une circonscription ecclésiastique, mais hérissée et ceinturée par des systèmes de défense

  • 85  Ad. BACH, Deutsche Namenkunde, op. cit., II, 1, paragr. 285.
  • 86  Les composés en Frid et en Egg/Eck mériteraient aussi une prudente étude, on ne peut l’aborder ici

65Comme le « Tractus » a été maintes fois menacé et attaqué, il serait a priori logique que sur ses limites la toponymie ait gardé la trace des fortifications, des litiges et des combats. L’ouvrage de référence en la matière ne mentionne – au plan européen germanophone – que quatre ou cinq toponymes anciens signifiant « lutte » ou « combat » qu’il considère comme quasi synonymes : Krieg, Hilti, Had et surtout Wig85. Or on retrouve tous ces témoins, sentinelles avancées devant le Rhin et autour du système fortifié d’Argentoratum-Strateburgum, avec, bien sûr, les indications sur la présence de postes d’observations, de « bornes », et des affirmations de « limite » territoriale86.

Wig/Wick

  • 87  On hésite entre les notions 1/ de « bourg», du latin vicus : thèse de F.J. HIMLY, dans Revue d’Als (...)
  • 88  Canton de Geispolsheim, dans les bans des localités actuelles de Graffenstaden, Illkirch et Ostwal (...)
  • 89  En 1165 Wicheresheim (selon M.P. URBAN ; Lieux-dits, Dictionnaire étymologique et historique des n (...)
  • 90  Wigeresheim en 1146 selon une charte de Sindelsberg. Cf. E. HERR, Das ehemalige Frauenkloster Sind (...)

66Des nombreuses études parues sur « wig/wick », on peut dégager cette définition : « Site fortifié près d’une route ». Elle semble convenir à la plupart des cas connus87. Autour de ce qui fut le Chapitre de Saint-Laurent, aux entrées de Strasbourg et des accès au Kochersberg on note : une série de sites en « wick » : IllWICKersheim (actuellement Ostwald)88, BreuschWICKersheim, WICKfridesheim (aujourd’hui Wiwersheim) et – peut-être – WICHeresheim89 (aujourd’hui Souffelweyersheim) et WIGeresheim (Weyersheim)90.

  • 91  TAYLOR STARCK/J.C. WELLS, p. 726,correspondant au latin propugnaculum = la tour fortifiée.
  • 92  TAYLOR STARCK/J.C. WELLS, p. 637. C’était le préposé des marchands (praepositus negotiarum) cf. Ha (...)
  • 93  Gerhard KÖBLER, Lateinisch-germanistisches Lexikon, 2. Aufl., 1983, p. 343.

67Au Moyen Âge les relais et les carrefours routiers avec un péage et des postes de douanes de Strasbourg étaient « sécurisés », par des sites fortifiés dénommés Wighus91. Ainsi un Wighäusel servait de poste douanier au sud de la ville près de l’Elsau actuelle, Parfois le responsable des marchands portant le titre de wickgraf92 y siégeait. Il peut y avoir confusion avec le vieux haut allemand wihhen, qui rend le latin provehere (transporter)93 mais il était évidemment normal que les transporteurs, aux limites des cités utilisaient des locaux fortifiés.

La limite nord
  • 94  TAYLOR STARCK/J.C. WELLS, p.147.

68Vendenheim marquait le flanc nord du district militaire : c’était la station des combattants à pied, ce que révèlent très exactement les premières mentions de la localité à partir de 1100. Vendenheim (-v- prononcé -f- à l’époque) de fendo vieux haut allemand : combattant à pied94 est donc le « Heim » des combattants à pied.

  • 95  Jean-Jacques HATT, Argentorate-Strasbourg, 1993, p. 43-44 ; s’il est certain que des itinéraires i (...)

69Jean-Jacques Hatt avait estimé qu’un « ruisseau innommé sur la carte » au sud est de Vendenheim a marqué la séparation entre le « territorium legionis » d’Argentoratum et la « Municipe » de Brocomagus-Brumath95.

70Or c’est aussi très exactement l’endroit, au sud du noyau ancien de l’agglomération de Vendenheim, où devait se situer un carrefour routier stratégique face au bac par lequel on passait sur la rive droite du Rhin au nord de Strasbourg. Il est donc logique d’y trouver les indices toponymiques qui caractérisent des limites anciennes. Ils permettent de préciser quelque peu la limite nord du Chapitre de Saint-Laurent :

    • 96  Sur carte IGN 25 000, à environ 500 m au sud-ouest du noyau ancien de Vendenheim.
    • 97  Mot celtique ou pré celtique selon Pierre FOUCHE, Phonétique historique du français, 1961, Démonst (...)

    le lieu-dit Pfuetzenberg96 y rappelle Budina/Bodina qui signifiait « borne limite97 », tant dans le vocabulaire celtique et pré celtique que dans les lois des germains :

    • 98  = « le chemin du nouveau passage ». Cf. ci-dessous sous KATZFELD, Annexe 8.

    les lieux-dits Niefernweg renvoient au « passage frontalier », de même que les toponymes catz et still attestés ici au Moyen Âge98 ;

    • 99  Sur carte IGN au 1/25 000. L’ancienneté de cette dénomination reste évidemment à vérifier.

    un lieu-dit Lorenzenacker, un peu plus bas, à 1 km à l’ouest de Pfulgriesheim (Lorenz = Laurent)99 ;

    • 100  Cf. ci-dessous Une organisation « modèle » de Arbogast évêque « militaire » de Strasbourg ?

    Le patronage de saint Arbogast de la paroisse médiévale de Lampertheim100, à la pointe nord du Chapitre.

La limite sud

71Du IXe au XIVe siècle on retrouve au sud du Chapitre les toponymes spécifiques à des limites contestées. Ils sont regroupés autour d’un nœud routier, d’où l’on accédait au bac rhénan du sud de Strasbourg : Hundsfeld :

    • 101  Médard BARTH, op. cit., 1960, colonne 410, et 1945-47.

    « bod/bud » déjà rencontré à son extrémité nord : GeisBODESheim, un village dont la forme Geispolczheim > Geispolsheim n’est citée qu’à partir de 1371, et dont le statut d’appartenance a été discuté101.

72Dans son ban très étendu et à sa limite se trouvaient les villages disparus de :

    • 102  Hatt- est un synonyme de Wick-. De hadu, le combat et hattjan = combattre – Cf. Adolf BACH, Deutsc (...)
    • 103  Détruit au XVe ou au XVIIe siècle. Cf André HUMM, op. cit., p. 114.

    Hattisheim102 signifiant « champ de bataille » dont le finage également important s’étendait sur 720 hectares103 ;

    • 104  HUMM, op. cit., p. 129-130.

    Künresheim/Kindersheim/Kingersheim104 qui renvoie à un toponyme ancien significatif en « König » ;

    • 105  HUMM, op. cit., p. 161.

    Strassheim105, cité au XIIIe et XIVe siècle, au carrefour des routes, et à la limite de son ban :

    • 106  Les formes anciennes de Entzheim Ensusshaim, 737, Anisheim, 965, Anesheim, 1224, Eneszheim 1297 (M (...)

    Entzheim cité comme Anesheim en 1224 . Le nom vient de « anasium » signifiant l’ « extrémité », « le lieu du front »106. Un « Schiffgraben » menant sans doute au bac rhénan traversait son ban, et ce n’est certainement pas un hasard que l’entrée sud du territoire fortifié, la paroisse d’Entzheim, avait Arbogast pour saint patron, comme il l’était de Lampertheim/Vendenheim à l’entrée nord.Dans ce contexte on notera que le monastère Saint Arbogast était également situé directement sur l’enceinte de la cité urbaine de Strasbourg.

Des postes d’observation

  • 107  Gefida/Gaphetas/Geffede sont les formes anciennes de Hohengöft en 775, Xe s., et 1239 selon BARTH, (...)
  • 108  Dans nos lieux-dits le latin Speculum a évolué jusqu’à donner Spiegel.
  • 109  Manuscrit de Charles SCHMIDT, Topographie rurale du Bas-Rhin (Manuscrit BNU Ne 3861).

73Goeffede désigne au Haut Moyen Âge le lieu ou la tour d’observation qui permet de regarder au loin, dans toutes les directions, ce qui est bien le cas pour les hauteurs bien connues de Hohengöft ou de Kleingöft107. Les glossaires médiévaux du vieux haut allemand traduisent le terme par skouwunga, qui lui même est l’équivalent de latin speculum108 Or in Gefteta, Goeffedestal (1279, 1380) Goeffedetal 1450, Goffestal 1291, Geffetal 1313, Göftetal 1405, 1498, 1518 XIVe siècle109 sont des lieux-dits, attestés dès le XIIIe siècle à Dingsheim et à Lampertheim. L’inspection du terrain amène à situer probablement ce « point d’observation » à l’endroit précis où se rejoignent actuellement les bans de Griesheim, Pfulgriesheim, Lampertheim, et Mundolsheim. Au travers de l’étroite « fenêtre de tir » dégagée par la retombée des Hausbergen et la remontée des collines bordant la Zorn on y jouit d’une vue exceptionnelle et « imprenable » sur Reichstett et le Rhin.

74Les prêtres s’occupant des unités de cavalerie stationnées le long de la bande rhénane n’auront plus d’aumônerie à exercer lorsque la frontière de l’Empire germanique sera déplacée du Rhin à la Lorraine et à la Meuse – et ce sera le cas à partir du Xe siècle, le chapitre rural de l’Eglise perd également sa justification. Il sera dissous.

75Dans cette hypothèse un double constat ne manque pas d’intérêt :

  • D’une part Saint-Laurent est le seul chapitre rural, de tout le diocèse, qui a été supprimé avant la fin du Moyen Age, avec répartition des paroisses entre les chapitres ruraux voisins.

    • 110  Cf. J. BURCKLE, Les chapitres ruraux des anciens évêchés de Strasbourg et de Bâle, 1935, p. 33, et (...)

    Ensuite il semble bien qu’un regroupement parallèle ait eu lieu de l’autre côté du Rhin où, à notre connaissance, sans explication, au milieu du XIVe siècle, le chapitre rural de Waldulm-Sand fut scindé en deux archiprêtrés (Offenburg et Lahr)110.

76Il est hautement probable que ces réorganisations ont consacré la caducité définitive de l’antique structure du tractus.

77En tout état de cause ce sont uniquement les noms des localités et des lieux dits qui subsistent comme témoins (assez fidèles) d’un passé politique, administratif, militaire et économique révolu.

Un dispositif « modèle » d’Arbogast, évêque « militaire » de Strasbourg ?

  • 111  Les toponymes Stutzheim et Handschuheim plaident en ce sens. Cf. Annexes.

78Les missions dévolues à la cavalerie du « Tractus », étaient-ce les Romains où les Francs qui les avaient initiées ? Des indices concordants permettent de conjecturer que ce « pôle équestre » avait été mis en place très tôt, en tout cas avant le phénomène linguistique de la « mutation consonantique » du vieux haut allemand, c’est-à-dire avant les années 700-800, avec – au surplus – l’emploi d’un vocabulaire alors déjà vieilli et sans doute plus compris par le plus grand nombre111. Que cette volonté et ait été systématique dans la durée est attesté – notamment – par la pérennité toponymique.

79L’existence même d’un chapitre rural de Saint-Laurent dépendant directement de la cathédrale de Strasbourg attire l’attention sur les rapports étroits entretenus, depuis Clovis au moins, entre le pouvoir séculier et des Evêques choisis pour promouvoir des stratégies politiques et militaires.

  • 112  Philippe DOLLINGER, dans LIVET/RAPP, Histoire de Strasbourg, op. cit., t. II, 1981, p. 5, insiste (...)

80Il n’était guère possible, au Moyen Âge, de choisir arbitrairement son nom, dès lors qu’on faisait partie de l’aristocratie112. Aussi, lorsque apparaît le patronyme Arbogast dans la région de Strasbourg, on voudrait être fixé sur la mission impartie à ce personnage qui ne saurait être qu’un des plus hauts dignitaires francs, ainsi que sur les dates de son activité, car dès la fin de l’Antiquité les rapports sont étroits entre la :

  • 113  Karl Ferdinand WERNER, dans Histoire de France, t. 1, Les origines, 1984, p. 265-266 et p. 293-297

« grande maison franque et romanisée des Arbogast et la personne de Clovis » et que « cette famille est caractéristique des réalités romano-germanique dans les couches dirigeantes des nouvelles entités politiques de la Gaule »113.

  • 114  Auteur, entre autres d’une Histoire de l’Église d’Alsace, 1946, 372 p. et un des plus actifs promo (...)
  • 115  Gabriel HANOTAUX, Histoire de la nation française, 1925, p. 41.

81L’Abbé André Marcel Burg, spécialiste de cette époque114 s’est évidemment posé ces questions capitales, et avec Médard Barth il n’hésite pas à contredire la tradition en affirmant que « l’épiscopat d’Arbogast se situe vers 550-575 (et non au VIIe siècle comme le voudraient la Vita et les faux du XIIe s.) » donc peu après Clovis. On a affirmé (ou conjecturé ?) que le Comte de Strasbourg de la Notitia Dignitatum était le petit-fils d’Arbogast Ier, Franc († 394), généralissime des armées romaines, « l’homme le plus puissant en Occident » « Faiseur d’Empereurs ». A-t-il été le principal chef militaire « commandant supérieur de la défense sur la frontière du Rhin115 », voire même commandant de la rive gauche tout entière comme on l’a conjecturé ? Nous n’avons pas la prétention de trancher cette question très controversée.

  • 116  Paul WENTZCKE, Regesten der Bischöfe von Strassburg, 1908.
  • 117  Un ouvrage de Médard BARTH, Der heilige Arbogast, Bischof von Strassburg avait paru en 1939/1940 ; (...)

82En revanche il est généralement admis que l’évêque Arbogast, « premier évêque qui porte un nom germanique116 », a été membre de la dynastie, en parenté sans doute étroite avec le Comte, et qu’à « l’époque où les Mérovingiens entreprirent d’incorporer dans leur royaume les Alamans d’Alsace et de les christianiser, c’est Arbogast qui devait entreprendre cette lourde tâche »117. D’autres auteurs, et non des moindres, ont souligné, à juste titre, que la christianisation et l’incorporation des Alamans d’Alsace dans le royaume des Francs n’était qu’une partie de la mission dévolue à cet évêque. L’absence quasi totale de documents écrits ne permet guère, me semble-t-il, d’en être certain. Mais l’hypothèse n’est pas non plus à exclure absolument.

83Il est en effet bien connu, que les évêques de Strasbourg ont joué un rôle essentiel dans la vie de la Cité – et de ses environs – jusqu’à la fin du XIIIe siècle. S’il est notamment attesté qu’ils disposaient, notamment, de la puissance militaire... c’est sur ce point que des précisions essentielles font encore défaut : qualité et nombre des troupes, leurs lieux de stationnement, l’organisation du suburbium, notamment.

  • 118  Emil HERR, Haldenburg und das Dorf Munolzheim, Strasbourg, 1908 (Extrait du journal Strassburger P (...)
  • 119  Médard BARTH, Der heilige Arbogastus, op. cit. p. 163, 188-189.

84Dans ce contexte de rareté documentaire il convient donc de ne négliger aucune piste et on notera donc – entre autres –, que le château de Haldenburg sur les hauteurs de Hausbergen/Mundolsheim, propriété de l’Évêque est le poste fortifié à proximité immédiate du « district équestre »118. Plusieurs toponymes anciens indiquent au XIIe et au XIIIe siècle les chemins qui y mènent. Et le patron de paroisses qui ceinturent aussi bien le district équestre que le chapitre rural de saint Laurent (Offenheim, Lampertheim et Enzheim, voire le monastère de Saint-Arbogast sur la ceinture urbaine) et ce qui devait être son pendant sur la rive droite du Rhin (Marlen) n’est-il pas saint Arbogast119, de haute antiquité et actuellement ?

85S’il paraît possible de voir la politique de Clovis et de ses successeurs, et notamment d’Arbogast à l’origine de l’équipement militaire du Kochersberg sous les Mérovingiens, un double constat peut nourrir la réflexion sur la fin de cette organisation :

  • D’une part Saint-Laurent est le seul chapitre rural, de tout le diocèse, qui a été supprimé avant la fin du Moyen Âge, avec répartition des paroisses entre les chapitres ruraux voisins. Lorsque à partir du Xe siècle la frontière de l’Empire germanique sera déplacée du Rhin à la Lorraine et à la Meuse, les prêtres s’occupant des unités de cavalerie stationnées le long de la bande rhénane n’auront plus d’aumônerie à exercer et le chapitre rural de l’Église perd également sa justification. Il sera dissous.

    • 120  Cf. J. BURCKLE, Les chapitres ruraux des anciens évêchés de Strasbourg et de Bâle, 1935, p. 33, et (...)

    Ensuite il semble bien qu’un regroupement parallèle ait eu lieu de l’autre côté du Rhin où, à notre connaissance sans explication, au milieu du XIVe siècle, le chapitre rural de Waldulm-Sand fut scindé en deux archiprêtrés (Offenburg et Lahr)120.

86Aussi est-il hautement probable que ces réorganisations ecclésiastiques sont l’épiphénomène accompagnant et consacrant la caducité définitive de l’antique structure étatique du tractus. Sa disparition est certes due – et sans doute d’abord – au déplacement des frontières de l’Empire, mais aussi à l’avènement du régime dit « féodal », marquant un changement politique et administratif radical. À partir de la fin du XIIIe siècle l’Évêque et l’Empire se partageront le territoire du Kochersberg ou le géreront en indivis. Dans le nouveau système où des « Seigneurs » (dont l’Évêque) disposeront toujours de troupes, mais « privées » et partageront avec l’Empire un « Comté » (« Grafschaf ») dont la gouvernance et l’administration sont encore assez peu connues.

87En tout état de cause ce sont uniquement les noms des localités et des lieux dits qui subsistent comme témoins (assez fidèles) du passé politique, administratif, militaire du Haut Moyen Âge désormais révolu.

Fig 2 : Limites du district du chapitre Saint-Laurent

Fig 2 : Limites du district du chapitre Saint-Laurent

Limites du district du chapitre Saint-Laurent, probable « Tractus » d’Arbogast, évêque militaire de Strasbourg (avec indication des paroisses dont le patron est saint Arbogast).

Présupposés techniques généraux d’un centre militaire équestre

Besoins considérables d’espaces

  • 121  Philippe DOLLINGER, dans Georges LIVET/Francis RAPP, Histoire de Strasbourg des origines à nos jou (...)

88En tout état de cause il est établi qu’en 1261 encore, l’évêque Walther de Hohengeroldseck est à la tête d’une importante force de cavalerie : il est entouré de 1 500 chevaliers lors de sa première messe en la cathédrale. En mars 1262 il dispose d’au moins 300 cavaliers cuirassés lors de la célèbre bataille de Hausbergen où il est défait par les milices strasbourgeoises121. Or 300 cavaliers armés, c’est près de 1 000 équidés en campagne : chaque cheval harnaché et monté par un cavalier en armure était nécessairement accompagné de 3 voire de 4 autres, pour porter les écuyers accompagnateurs, le valet d’armes, le matériel et les lourdes armures lors des déplacements. Dans la ville même de Strasbourg il y avait certes la cour de l’évêque, avec une petite troupe de chevaliers, mais à l’intérieur de l’enceinte il n’y avait guère de place disponible pour une masse aussi importante d’équidés. Des espaces disponibles au sud, au nord ou à l’est étaient trop souvent inondés pour des installations durables. Le plateau du proche Kochersberg s’avérait irremplaçable, même s’il était tout à fait insuffisant compte tenu des besoins.

  • 122  Cf. les savants calculs de JUILLARD, op. cit., p. 50 à 58.

89Car selon les experts, la zone d’environ 70 km² qu’occupe le « district équestre » ne saurait suffire, par exemple, à 2 000 chevaux et aux installations nécessaires pour la remonte, les poulains, les juments etc. S’il faut au moins 1 hectare pour nourrir une tête de bovin par an122, le besoin en foncier est plus important encore pour les chevaux. Certes, de mai à octobre le bétail du Kochersberg est, au XVIIIe siècle encore, envoyé en pâture dans le Ried nord, les îles du Rhin ou le val de Zorn, par les parcours spécialisés (« Viehwege » et autres « Graswege »), mais en hiver le cheval, à l’inverse des bovins, ne saurait être confiné en écurie : pour le garder en bonne santé il faut, impérativement, des terrains à proximité directe de l’écurie pour le « sortir » quotidiennement.

90Les pentes et plateaux bordant les vallées herbeuses de la Zorn ou les prairies, certes inondables mais néanmoins fourragères du delta Ill/Rhin auraient été favorables pour loger et entretenir des escadrons de cavalerie. Pourquoi alors n’y a-t-on pas installé des complexes hippiques importants ? La réponse est à chercher dans la situation stratégique du plateau entre Hausbergen et Stutzheim. La position est en effet idéale comme centre de rassemblement, de mise en place et d’exercices avant le départ vers « l’Ost ». La situation est tout autant susceptible de verrouiller, en cas d’attaque, les accès au col de Saverne et aux résidences royales de Kirchheim/Marlenheim.

Des contraintes d’organisation : Une armée « populaire » et une armée « de métier »

  • 123  Importante bibliographie internationale sur ces problèmes ; cf. Philippe CONTAMINE, dans Histoire (...)
  • 124  RICHARDOT, op. cit., p. 263.
  • 125  Herbert NESSELHAUF, Umriss einer Geschichte des Obergermanischen Heeres, dans Jahrbuch des römisch (...)

91La cavalerie avait pris une place de plus en plus essentielle entre le IIIe et le Ve siècle, et plus spécialement pour la défense des frontières123. Constat d’un spécialiste : « Dans les derniers temps, l’armée romaine occidentale en pleine décomposition ne peut rien offrir de mieux qu’une bande de cavaliers en armure »124. On en a conclu que les compétences du « Comte de Strasbourg » ayant été purement militaires125, il devait disposer d’importantes forces montées, voire même de celles du plus prestigieux général romain, le magister equitum impérial, dont on sait qu’il a dû rejoindre Arles, dans le sud des Gaules, suite à l’abandon par Rome de la préfecture de Trèves.

92Dès lors il n’est pas téméraire d’estimer que, dans le cadre de ce repli, une partie substantielle des équipements logistiques ait été transférée dans le « Tractus Argentoratensis », et que ce n’était pas une mince affaire. Opération d’autant plus délicate que dans le système franc, et bien plus tard encore, les « hommes libres » et certaines institutions, et plus spécialement les évêques, étaient astreints à apporter leur contribution au « Hériban » (Heerbann) lorsque le roi ou l’Empereur engageait une expédition militaire.

  • 126  Y a-t-il eu des exceptions ? Les chartes de Marmoutier font état de « milites casati », une expres (...)
  • 127  Cf. Philippe CONTAMINE, Histoire militaire de la France, tome I, 1992, p. 18 et suiv. avec bibliog (...)

93Ils devaient amener avec eux tant et tant de chevaux, plus l’équipement et les indispensables auxiliaires du service militaire dû. Or les hommes « libres » n’étant pas encasernés126 en un lieu unique, mais disséminés sur l’ensemble du territoire. Les hommes comme leurs chevaux devaient évidemment être régulièrement et sérieusement entraînés. L’éparpillement supposait une organisation par « périodes » et par groupes en un centre d’entraînement, de maintenance. Lors de la mobilisation pour une expédition guerrière la mise en route de ces semi-professionnels étant forcément longue et compliquée, il est évident que cette masse devait être organisée, encadrée, entraînée, et structurée en un ordre de bataille et de logistique par un « noyau dur » de permanents constituant l’exercitus Francorum..., dont, à part le nom, on ne connaît pratiquement rien127. Une lacune de la connaissance historique que des vues nouvelles sur l’organisation de la cavalerie romaine et franque comblent quelque peu.

94Tout concorde pour voir dans le « district équestre » du chapitre rural médiéval de saint Laurent, la concrétisation d’une politique militaire traditionnelle de la lignée des « Arbogast », au service du maintien et du développement d’escadrons d’une cavalerie de combat.

Un district équestre révélé par les noms de lieux

95Il est évident que face à la frontière rhénane les espaces militaires du « Tractus » étaient protégés par des remparts, des fossés, des tours et des forteresses.

96Au centre du territoire devait se situer la résidence du chef militaire et civil, le thunginus avec des lieux de rassemblement, notamment une place où pouvait se tenir le « plaid » des « libres » constituant la huntena ou centenaria franque. Proche de la station de commandement devaient s’étaler les espaces et stades de « travail », c’est-à-dire d’exercice et d’entraînement pour les chevaux, les cavaliers et les fantassins les accompagnant, tant pour les novices que pour les champions et les unités aguerries, tant pour les poulains non encore dressés, que pour les chevaux de combat harnachés ou non.

97Déjà l’historien Ammien Marcellin raconte que dans la bataille de Hausbergen de 357 les deux armées étaient de valeur équivalente : les Alamans étaient plus grands et plus athlétiques, les Romains plus entraînés par les exercices continuels auxquels ils étaient soumis. Or on sait que les Francs ont été les conservateurs de cette tradition romaine.

  • 128  Cf. Ralf SCHARF, art. cité, 2005, p. 44.

98Une unité équestre romaine « normale » (« numeri, ala, ou cohortes ») comprenait, à la fin de l’Antiquité entre 130 et 250 de ces équidés128. Devaient donc être prévus – à proximité – des manèges où s’exerçaient les cavaliers et les chevaux, et aussi un manège particulier pour l’éducation des poulains à habituer progressivement au dressage de combat. Sans oublier les indispensables étendues de pâture, séparées pour les juments et les étalons, comme l’étaient aussi les écuries. S’y ajoutaient les locaux de stockage de fourrage.

99Quant aux hommes ils étaient également « parqués », au plus près de leurs montures : des casernements particuliers servaient aux soldats, d’autres aux pâtres et aux palefreniers. De même les maréchaux, les artisans spécialisés dans la sellerie, le harnachement, les armures et les armes et aussi les vétérinaires devaient résider sur place.

Une source historique crédible : la toponymie

100La généalogie des noms d’une douzaine de ses villages, fait en effet apparaître un dispositif cohérent voué à la cavalerie. Il ne manquerait plus que des preuves sur le terrain pour conforter ces données. De fait il est possible de déterminer dans une partie bien délimitée du Kochersberg :

  • des éléments administratifs de l’autorité mérovingienne et carolingienne ;

  • des postes et des stations d’équipement et d’entraînement ;

  • les éléments d’un important district tout entier voué à la cavalerie et répartis en une douzaine de localités contiguës.

  • 129  Détails et références seront repris en Annexe.

101Toutes choses, pensons-nous, que la toponymie du XXIe siècle est susceptible de révéler. Avant d’en aborder la démonstration, forcément peu romanesque, voici, prime au lecteur pressé129, l’ordonnancement tel qu’à défaut d’autres interprétations toponymiques convaincantes on pourrait se le représenter :

Un ordonnancement fonctionnel et complet

102(Plus de détails sur les localités dans les Annexes)

103Au centre d’un territoire de 100 km² se situait :

    • 130  Détails, notamment philologiques en Annexe.

    Dingsheim130, (788, Thunchinashaim) la résidence du chef militaire et civil, le thunginus à l’abri du premier rempart fortifié de la colline des

  • Hausbergen, (Hus= la maison forte) ; et derrière les avant postes de

  • Schiltigheim, (XIIe s. Schiltencheim), localité sur une première éminence de lœss formant « bouclier » (das Schild = le bouclier) ;

  • la Haldenburg (la Burg, forteresse de la colline) et la

    • 131  Louis LUDES, Histoire de Cronenbourg, 1984-1986.

    Kronenburg (la Burg, de la Krone (couronne) royale dont la première trace dans les archives ne date que du XIVe siècle, mais qui remonte sans doute aux Mérovingiens131

  • Koenigshoffen (curia regis = cour domaniale royale).

  • Entre les Hausbergen (« collines de la maison forte ») et la Kronenburg devaient se situer les premiers lieux de rassemblement et notamment la place du plaid des « libres » constituant la huntena, où la justice se rendait sous un chêne

    • 132  Cadastre ancien de la Ville de Strasbourg.

    Hundseich132 (chêne de la justice du plaid), nom d’un lieu-dit actuel du faubourg de Cronenbourg ou (?) sous le « noyer du thunginus » (autre lieu-dit Duntzennuss-baum également à Cronenbourg).

  • Contigus à la station de commandement de Dingsheim, on distingue :

    • 133  Cf. Détails en Annexe 2.
    • 134  Détails en Annexe 2.
    • 135  Détails en Annexe 3.
    • 136  Sur carte IGN au 1/25 000.

    au nord l’espace de travail, consistant en deux manèges d’entraînement qu’au Moyen Âge on désignait par « Gries »133, Griesheim134, le stade normal, pour les chevaliers et leurs montures, à Pfulgriesheim (Fulgriesheimjusqu’au XVIIIe siècle135) le Gries, pour le dressage préalable des poulains (appelés Fuhlen/Fohlen/Rössel) et le lieu-dit actuel de Rösselberg136 (= colline des poulains). Vendenheim = la station des combattants à pied qui bordait et protégeait la limite nord du district (de vieux haut allemand fendo = le combattant à pied).

    • 137  Détails en Annexe 7.
    • 138  Détails en Annexe 4.
    • 139  Détails en Annexe 6.
    • 140  Gerhard KÖBLER, Germanisches Lexikon, 2. Aufl., 1982, p. 133.

    au Sud et à l’Ouest les résidences/casernements, tant pour les humains que pour les animaux : Hurtigheim137 = les habitations des gardiens (vha hirti = (gardiens et pâtres), prés de Stutzheim138 = le site du troupeau, (vha Stuot = le troupeau) et de Handschuheim139 = l’écurie des étalons, (ancien francique anzacho, et hanzian = l’étalon) voire de Ittenheim (= la « puériculture chevaline »,de Euthu(z), « le descendant », « le petit », « l’enfant »140 où l’on s’occupait des poulains ? On hésite à se prononcer fermement).

104Aux limites de cet ordonnancement une série d’indices toponymiques permettent de reconnaître les points extrêmes latéraux, sud, et nord :

    • 141  Lieux dits particulièrement « intéressants », mais la place nous manque pour en esquisser les déve (...)

    Eckbolsheim, Breuschwickersheim, Wiwersheim et Eckwersheim141, et, entre Eckwersheim, Vendenheim et Berstett

  • Niffer, (vha Niufar = le nouveau passage), actuellement un hameau

    • 142  Cf. HUMM, op. cit. et Annexe 8.
    • 143  Sur carte IGN 1/25 000.

    Catzfeld (de latin cancellum ou de Gallo-roman Gades = la frontière d’un territoire), village disparu142 et – probablement – le lieu-dit Katzenacker143 à la jointure des bans actuels de Truchtersheim, Pfettisheim, Behlenheim, Lampertheim, Pfulgriesheim

    • 144  Sur STILL cf. Marcel THOMANN, Haslach-Balbronn-Still : termes institutionnels à l’entrée du Val de (...)

    Stille (latin stillare : faire passer goutte à goutte )144, cour domaniale.

  • 145  Les éléments d’une étude spéciale ont été réunis, mais ne peuvent être développés ici.

105Ces trois établissements délimitaient la transition vers une autre circonscription administrative d’importance autour de Brumath145 tandis que

  • Offenheim devait alors signaler l’endroit « ouvert = », libre », la zone « franche », à la sortie d’un territoire soumis à des restrictions en tous genre, comme c’est le cas pour d’autres localités en Offen ou en Frei du domaine germanophone.

106Il faut enfin noter que le territoire ainsi défini n’est pas inondable – la précision a son importance – étant recouvert de couches de lœss, de plus en plus conséquentes au fur et à mesure que l’on s’écarte du Rhin et de l’Ill. Souffelweyersheim, Schiltigheim, Cronenbourg et Koenigshoffen sont implantés sur une première terrasse, la seconde s’étale derrière et au dessus de la barrière naturelle relativement abrupte des collines de Hausbergen, Les cours d’eau de la Musau et de la Souffel entaillent cette seconde terrasse du sud au nord.

107À défaut d’autres explications toponymiques tant soit peu vraisemblables un « district équestre » cohérent peut donc être raisonnablement présumé.

Fig. 3 : Limites nord du district du chapitre Saint-Laurent

Fig. 3 : Limites nord du district du chapitre Saint-Laurent

Conclusions

108La tentative de conjuguer l’histoire du droit et des institutions, avec l’archéologie et la toponymie dans le cadre d’une enquête volontairement restreinte débouche, me semble-t-il, non pas tant sur des conclusions fermes – l’état de la documentation n’en autorise que quelques-unes –, mais sur au moins trois pistes de réflexions fertiles.

Au plan général

109L’enquête sur le « district équestre », même sommaire et provisoire, devrait apporter quelques éléments nouveaux à la discussion épineuse des historiens à propos de la cavalerie des Mérovingiens et des Carolingiens.

Les « 35 000 cavaliers de Charlemagne » : résultat d’une organisation systématique et rigoureuse

110Lorsqu’au IVe-Ve siècle romain s’était accentué le développement d’une « cavalerie lourde », voire « ultra-lourde », l’armure, les boucliers, les armes des cavaliers et des fantassins accompagnateurs, mais aussi la carapace et les cuirasses du cheval supposaient des efforts d’équipement et de maintenance aussi gigantesques qu’incontournables. À l’évidence, les métiers de la forge, ainsi que les agents s’occupant de la garde, du fourrage, de l’entretien exigeaient une organisation complexe, hautement spécialisées et faite pour durer. Le tout devant être installé au plus près des chevaux, tant à demeure qu’en déplacement...

  • 146  Intéressante réflexion du linguiste-philosophe spécialiste de l’hermeneutique Hans Georg GADAMER: (...)
  • 147  Ph. CONTAMINE, La guerre au Moyen âge, op. cit., p. 103.

111Si des auteurs du XIXe siècle avaient tendance à surestimer la cavalerie des tribus franques146, on estime aujourd’hui qu’elle ne s’est développée qu’au VIIIe siècle lorsque, sous Pépin le Bref, l’Assemblée annuelle des Francs passe du « champ de mars » (encore dénudé) au « champ de mai » où on pouvait se procurer le fourrage des chevaux. Sous Charlemagne « l’Empire était capable de fournir quelque 35 000 cavaliers solidement équipés auxquels pouvait s’ajouter toute une masse de piétons et d’auxiliaires riche peut-être de 100 000 hommes. »147

  • 148  Articles de L. GANSHOF, « À propos de la cavalerie dans les armées de Charlemagne », Académie des (...)

112On reproche à certains historiens de s’obstiner à confondre l’ancienne armée des « Francs », caractérisée par le courage et la discipline de fantassins combattant à pied, avec « l’armée de Clovis, roi des Francs », qui disposait d’éléments cavaliers équipés et formés « à la romaine », sans qu’on sache vraiment quand, où et comment ces entraînements ont été mis en œuvre148. Dans ce contexte on notera deux difficultés essentielles que les promoteurs d’une cavalerie efficace avaient à surmonter :

Sélection d’une race de chevaux adaptés au combat

  • La première consistait à trouver et à assurer l’élevage d’une race de chevaux assez forts pour supporter, en plus de la propre carapace métallique, le poids d’un chevalier lourdement armé, tout en étant capable, ensuite, d’affronter et de charger l’adversaire, puissamment, rapidement et longuement.

  • En second lieu, ces montures ne devaient pas paniquer, mais obéir à leur cavalier dans le bruit, la fureur et le sang de batailles où elles voyaient se battre et mourir leurs congénères, ce qui suppose un dressage extrême et quotidien.

Incontournables nécessités foncières

  • 149  M. JUNKELMANN, Die Reiter Roms, 3 volumes, Mainz 1990-1992.
  • 150  André CORVISIER, Dictionnaire d’art et d’histoire militaires, 1988, p. 175.

113On estime qu’une structure équestre d’intervention romaine (ala milliaria) disposait de 1 000 à 2 000 cavaliers et de 2 000 chevaux « de combat »149. Pour diverses raisons il devait en être de même chez leurs successeurs mérovingiens et carolingiens. Chacun des cavaliers était par ailleurs accompagné de 5 à 6 auxiliaires – dont un écuyer (armiger) et deux valets (garciones) – et du nombre correspondant de montures150. Et les cavaliers combattaient en étroite liaison avec des fantassins, dont les cantonnements et les terrains d’exercice devaient également se trouver à proximité immédiate. Or on compte en général de 1 à 2 hectares par animal – les surfaces de logements et d’aménagements techniques divers s’y ajoutant évidemment, et on arrive à un total, de plus de 10 000 hectares nécessités par ce seul « pôle ».

Au plan régional « Kochersberg »

114Dans le glacis militarisé, structuré et équipé, intercalé entre la « Gallia » (qui sera « Francia ») et la Germanie, ce sont donc de prodigieux problèmes d’aménagement du territoire qui se posaient, tant à la fin de l’Antiquité qu’au Haut Moyen Âge mérovingien et carolingiens. Une emprise foncière conséquente était la condition essentielle, sine qua non, à la mise en place et au fonctionnement pérenne des équipements.

115Le Kochersberg était-il normalement en mesure de fournir un effort aussi gigantesque ?

Accaparement de l’espace dans une implantation stratégiquement idéale

116On a vu plus haut que la zone occupée par le district proprement équestre était fort insuffisante pour les besoins des chevaux d’une ala romaine.

117Les vallées herbeuses de la Zorn auraient été plus favorables mais le plateau entre les Hausbergen et Stutzheim est stratégiquement important parce qu’il permet le rassemblement de « l’Ost » et est susceptible de verrouiller les accès au col de Saverne, aux résidences royales de Kirchheim/Marlenheim et même à Brumath.

Nécessité d’une structure permanente de maintenance et d’un centre de mobilisation – L’ « exercitus Francorum »

118Dans le système franc, et bien plus tard encore, lorsque l’armée, à intervalles plus ou moins réguliers, se mettait en campagne (aller à l’Ost), les « libres » et certaines institutions étaient astreints au service militaire du « Hériban » (Heerbann), avec tant et tant de chevaux, plus l’équipement et les indispensables assistants. Or les Francs « libres » n’étant pas encasernés en un lieu unique, mais disséminés sur l’ensemble du territoire, où chacun de ces « barons » disposait d’un « beneficium » de 10 « manses » (contenu du manse : environ 10 hectares) ce qui faisait – en admettant qu’il n’y avait que 100 « libres » épiscopaux – environ 10 000 hectares, soit la surface d’une vingtaine de bans communaux.

  • 151  « libres » et « ministeriaux » – sans qu’on puisse distinguer l’importance et le rôle respectif de (...)

119De plus les hommes comme leurs chevaux devaient être régulièrement et sérieusement entraînés. Une entreprise compliquée et difficile, vu l’éparpillement des cavaliers et qui supposait, pour le moins, une organisation par « périodes » et par groupes en un centre d’entraînement, de maintenance et de mobilisation. Dans tous les cas de figure s’imposait, de plus, une nombreuse équipe de « permanents », militaires professionnels que l’évêque recrutait dans la classe des non nobles : ce fut, semble-t-il, car la question est discutée depuis plus d’un siècle, la couche sociale des « Ministériaux ». On ne pouvait se passer d’un groupement (« exercitus ») hautement spécialisé, et en tout état de cause et de probabilité cette mission incombait aux cavaliers-chevaliers des évêques de Strasbourg, depuis Arbogast au moins151.

Un demi millénaire durant : l’agriculture du Kochersberg sacrifiée à l’armée

120Au XIIIe siècle l’étroite entente entre les évêques et les souverains germaniques ayant cessé, l’administration impériale avait pu, soit s’emparer des biens épiscopaux, soit trouver des arrangements d’échanges avec l’évêque, soit réunir leurs souverainetés en une entité nouvelle. Les petits féodaux avaient-ils les moyens, l’ambition ou le besoin d’une politique d’élevage hippique ? A-t-on renoncé, sans autre forme de procès, à cette institution ? Ou s’est-on partagé les restes matériels intéressants ? Il n’est pas impossible que des recherches d’archives approfondies arriveront à jour à établir ce qu’il est advenu de ce « district équestre ». Mais on en ignore tout à l’heure actuelle.

  • 152  Dans la remarquable thèse d’habilitation de Odile KAMMERER, Entre Vosges et Forêt-Noire : pouvoirs (...)

121On restreint ici la question au seul Kochersberg, mais c’est bien du problème général, européen, du passage de la cohérence politique et militaire, assurée en Alsace avant 1250 par les Staufen, à la « territorialisation » de l’époque féodale dont il s’agit. Or il a été établi que dans nos régions cette évolution a été différente qu’ailleurs152.

  • 153  Eléments (en partie dépassés) de cette problématique avec bibliographie dans Reichsland Elsass-Lot (...)

122In fine Dingsheim, Offenheim, Griesheim et Pfulgriesheim feront partie de la « Grafschaft » (Comitatus, vulgariter Grafschaft), un amalgame de localités indivises entre l’Empire et l’Evêché. Dans les discussions et recours judiciaires l’évêque aurait revendiqué la pleine propriété de certains villages, sans que malheureusement on sache sur quelles localités sa réclamation a porté, ni sur quels arguments juridiques ou historiques ses demandes se sont appuyées... Encore un écheveau extrêmement compliqué153.

  • 154  C’est le terminus ad quem proposé par Odile KAMMERER, positions de thèses, RA, 1999, p. 212.

123Avec le déclin de l’autorité impériale, le déplacement vers l’est de la Lorraine et la Meuse des limites de l’Empire germanique, et plus généralement l’avènement concomitant des structures « féodales » en place vers 1350154 la reconquête des terres par l’agriculture était programmée. L’organisation « militaire » du Kochersberg n’avait plus beaucoup d’intérêt pratique.

124Aussi l’hypothèse d’un système agricole immuable depuis deux mille ans, à laquelle croyait encore Juillard, est sans doute à écarter.

125La toponymie historique permet, en tout cas, de concrétiser ce que François Petry notera :

  • 155  François PETRY, La campagne en Alsace de l’époque celtique à la fin de la période romaine (VIIIe s (...)

« le statut militaire régional n’a pas permis le « décollage » civil »... « sa fonction militaire (stratégique et économique), la prédominance de l’administration militaire ont entraîné moins un sous-développement économique que social et semblent avoir eu des conséquences à long terme » ; « Pour des raisons stratégiques il faut bien accepter l’idée d’un aménagement assez développé de ce boulevard de l’Empire qu’est la bande rhénane. /.. aux abords des points militaires l’armée exerce une emprise certaine... qui entraîne pour les uns (premiers occupants) logiquement le refoulement, pour d’autres une prise de possession en droit » et « une forme d’économie particulière a certainement, à notre sens, été imposée à l’Alsace : elle aurait eu essentiellement une fonction alimentaire et fourragère »155

126Le Kochersberg n’a fort probablement pas été, entre l’an 400 et l’an 1000 l’« Ackerland », le grenier d’abondance de l’Alsace.

Une enquête à poursuivre

127Il faut y insister : les réflexions ci-dessus ont été orientées, prioritairement, aux fins de mettre en situation un pôle équestre révélé par la toponymie, d’en établir la raison d’être et la logique. N’ont donc pu être retenus maints éléments peu en rapport avec cette préoccupation. Mais il est évident que, pour une époque et un territoire comme le Kochersberg, assez peu explorés à ce jour, des pistes intéressantes, mais « hors du sujet » sont apparues. Certaines se sont révélées passionnantes : mais n’ont pu être abordées ici. D’autres ont certes été évoquées, mais trop brièvement. Elles devraient faire l’objet d’études ultérieures, pour lesquelles l’abolition des barrières – notamment linguistiques – qui séparent encore archéologues, historiens, germanistes, latinistes serait cependant un préalable indispensable… (et sans doute, hélas, utopique).

128Il en est ainsi, du complexe « krieg/gries », un magnifique sujet de thèse pour qui aurait la curiosité et les compétences pluridisciplinaires – notamment linguistiques – adéquates.

129Continuer l’enquête sur l’étendue de ce « Tractus » sur la rive droite du Rhin serait hautement souhaitable.

130On a constaté que l’aqueduc parti de Kuttolsheim approvisionnait Stutzheim, et qu’il s’y diversifiait vers le nord-est : c’est la direction de Dingsheim-Griesheim. Ce qui amène à penser que le responsable romain, et après lui le thungravius franc qui y résidaient bénéficiaient du confort d’eau pure ; mais aussi que d’autres institutions ont pu profiter d’une répartition en réseau. L’eau de Kuttolsheim n’aurait-elle pas été destinée aux seuls Strasbourgeois ? Voilà qui mérite réflexion.

131A-t-on d’ailleurs installé ce réseau pour les seuls humains ? Un élevage pilote d’équidés aurait-il pu en profiter ?

  • 156  L’ancien directeur des Archives municipales de Strasbourg, M. François Joseph FUCHS nous signale p (...)

132Nous avons localisé une bonne vingtaine de Gries, à maints endroits « significatifs » et prometteurs d’Alsace, de Lorraine et du Rhin supérieur. Cette collecte a pu se faire par l’exploitation de documents établis par des géographes et des historiens. À l’avenir elle devrait être fertile en résultats dès lors qu’historiens, linguistes, géographes et archéologues uniront leurs curiosités, leurs connaissances et leurs efforts. Il est en effet hautement vraisemblable que les recherches d’archives et l’exploration des documents cadastraux ouvriraient de nouveaux horizons156.

  • 157  L’archéologue Georges Frédéric HEINTZ a relevé que la tradition orale prétend qu’« autrefois le Ko (...)
  • 158  En dépit des gravières et des canaux modernes qui rendent le retour à la situation médiévale plus (...)

133Qu’en est-il, et ce n’est encore qu’un exemple, de l’histoire des canaux avant le XVIIe siècle ? Accédait-on au centre du Kochersberg à partir du Rhin, de l’Ill de la Zorn ou de la Bruche157 ? Reichstett ou Souffelweyersheim158 ont sans doute été de tous temps des vecteurs en ce domaine.

134Pour le Haut Moyen Âge l’enquête toponymique restera l’élément clef des recherches, à condition d’être menées avec un maximum de prudence, et par des spécialistes expérimentés et reconnus.

  • 159  BURNOUF/BOEHLER/CALLOT, Le Kochersberg, histoire et paysage, 1980, p. 29.

135Au total on ne peut que se rallier à la vue prospective d’une archéologue : « Sans doute les traits d’un nouveau visage du Kochersberg se profilent qui semblent sensiblement différents de celui que l’historiographie classique nous a transmis ».159

Haut de page

Annexe

Éléments du « District équestre »

1. Dingsheim, le poste de commandement du « thungraf »

Formes anciennes : Thunchinashaim, 788 ; Dungenesheim, 1089 ; Tungesheim, 1226 ; Thungensheim, 1253 ; Dingesheim, 1301 ; Düngesheim, 1314, 1454 ; Dengesheim, 1355 ; Tuenngensheim, 1347160.

La localité, accolée à la colline et au ruisseau de Musau. Autrefois du Chapitre de Saint-Laurent, aujourd’hui au carrefour où le « Chapitre rural » de Strasbourg rencontre ceux de Saverne et de Molsheim.

Entre Niederhausbergen et Dingsheim Jean Braun161 fait passer le « tracé présumé de la route romaine principale » reliant Argentorate-Strasbourg à Brocomagus-Brumath qui prend son départ au carrefour Sainte-Hélène près Schiltigheim. Dingsheim est également sur le trajet de l’autre route romaine menant de Ober-hausbergen à Stutzheim.

Les formes les plus anciennes de Dingsheim renvoient, sans aucun doute possible, au Tungravius franc162, chef militaire et civil, commandant d’un district géographique la Centena, où il était responsable des « libres », c’est-à-dire des Francs occupant le territoire. Le germanique thungravius équivaut au Centenarius de l’Antiquité tardive, fonctionnaire d’autorité chargé des territoires environnants.

Philologie : Le passage de Thunchinashaim à Dingsheim est tout à fait conforme aux règles de la phonétique historique.

2. Griesheim sur Souffel, « l’arène » pour l’entraînement des chevaliers et des montures prêtes au combat

Formes anciennes : Greuchesheim, 823 ; Griechesheim, 913 ; Griegisheim, 1200 ; Griechesheim, 1243 ; Greichesheim, 1259 ; Criegesheim, 1328 ; Kriegsheim, 1340 ; Crygesheim, 1347 ; Kriegshem, 1501 ; Criegsheim, 1550163.

Un témoignage écrit Greuch au début du IXe siècle et Criech – en 913 ne marque pas l’acte de naissance de cette la localité, dont l’origine peut être bien antérieure. En vieux haut allemand « krieg » qui a évolué vers « griez » signifiait « combat singulier », « tournoi », ou « jeu » : pratiqué dans le stade, mais qui pouvait également consister en « joutes » verbales de poètes, de troubadours, voire de juristes. Le « Sängerkrieg » de la Wartburg, connu par les opéras de Wagner, n’est pas une guerre, mais un « jeu ». Les adversaires devaient observer « les règles du tournoi » : la kriegeswis164 et leurs « luttes » sur le griez étaient organisées et arbitrées par un griezwart165.

« Krieg » au sens actuel de « guerre » était longtemps absent du vocabulaire médiéval et n’apparaît dans les pays germanophones qu’à partir du moyen haut allemand166.

Les terrains, stades ou manèges servaient à l’entraînement, notamment des chevaux et de leurs cavaliers. Dans la seule région du Rhin Supérieur et en Moselle voisine nous avons relevé d’assez nombreux exemples (Griesfeld/Kriegsfeld, Griesacker, Griesmatte, Griesau ou Grieswörth) où un Gries est situé à proximité immédiate d’un centre de décision (Kirchheim/Marlenheim, Dingsheim, Vieux Brisach (Bade), plusieurs exemples en Moselle) ou aux passages d’une frontière (bacs de Strasbourg et de Rhinau).

Philologie: L’évolution greuch- > griech > crieg > > krieg > > Gries avec chute (ici très tardive) du -ng- est une évolution phonétiquement normale et bien documentée167. Disposer, d’une série d’attestations écrites aussi nettes concrétisant l’évolution phonétique à travers les siècles est rare. Par un phénomène bien connu en philologie, « gries » = sable s’est confondu, dès le vieux haut allemand, avec la notion de « terrain apprêté avec du sable » où se pratiquaient les « jeux » du Greuch/Griech.

De ce fait le sens de gries = terrain d’exercices militaires et de joutes a été fortement concurrencé par son homonyme gries venant de vieux haut allemand grioz = sable, et ce d’autant plus que l’ancien Krieg de l’époque franque et féodale (= des joutes, des exercices) ne correspondait plus au sens « moderne » de Krieg = guerre, un terme sur l’origine duquel les spécialistes s’interrogent : « peu claire »168.

Parmi les occurrences alsaciennes on se contentera de noter celles où l’hésitation entre Krieg et Gries est manifeste :

  • à Strasbourg-Robertsau un litige frontalier oppose entre 1604 et 1609 Strasbourg à la seigneurie de Hanau et à la commune de Auenheim (Bade) à propos d’un Kriegerwörth, un lieu stratégique, car situé non loin du bac qui au nord de Strabourg permettait le passage du Rhin. Curieusement Kriegerwörth figure plus tard sur les cartes comme Grieswörthel169 ;

  • à Gambsheim / Bettenhoffen (Bas-Rhin) – un lieu-dit Grisenau, à hauteur de l’ancienne embouchure de l’Ill dans le Rhin, face au lieu-dit Kriegswerth sur l’actuelle rive droite du Rhin170 (Bade-Wurt.) – Commune de Rheinbischofsheim) ;

  • à Rhinau (Bas-Rhin), endroit stratégique près d’un coude du Rhin, où un très ancien bac rhénan menait à Kappel (Bade-Wurt.). Sur la rive droite actuelle du Rhin, à environ 500 m au nord de l’embarcadère du bac (l’île du Fahrkopf) figurent deux lieux-dits contigus dont l’un est orthographié Kriegsfeld, et l’autre Griesacker171 ;

  • Kriegsheim (Bas-Rhin), à 2 km au Nord de l’ancienne Cité Brocomagus-Brumath et du Hundtal172, (le lieu du plaid), on constate les mêmes formes anciennes que celles de Griesheim-sur-Souffel : Creicheshaim ou Creucheshaim en 828, Criegesheim en 1369173.

3. Pfulgriesheim, l’arène pour le dressage préalable des poulains

Formes anciennes : Vuolenkrichesheim, 1224 ; Vuilcriechesheim, 1243 ; Fulcriegesheim (1302 et 1327, 1359) ; 1371 Fulkriegesheim (et 1381)174 ; 1760 foulkriegsheim175

Les anciennes formes de Pfulgriesheim, toutes en -ful, démontrent que cette localité n’a rien à voir avec allemand Pfuhl, « le marécage », contrairement à ce que l’on pourrait admettre à première vue.

En effet vul/ful comme Rössel signifient en vieux haut allemand « le poulain », (aujourd’hui allemand « das Fohlen »176). En cavalerie les poulains devaient subir un dressage préalable, avant d’être aptes à suivre l’entraînement des chevaux adultes177.

S’il est tout à fait normal que -ful- se soit conservé, jusqu’à nos jours, dans le nom de la localité, il est cependant plus rare, et donc notable, que -Rössel figure également toujours sur les cartes géographiques usuelles sous la forme de Rösselberg178 : « la colline des poulains ».

Philologie : Origine du terme Griesheim, cf. ci-dessus. Le passage de -f- à -pf- est très récent (XVIIIe s.).

4. Stutzheim, « la localisation du troupeau »

Formes anciennes : Stuzzesheim, 1121179 ; Stucesheim, 1146180 ; Stuzesheim, 1163 ; Stutzheim, 1270 : Stuzesheim v. 1300181.

Le nom n’apparaît dans les chartes qu’au début du XIIe siècle, mais la localité est bien plus ancienne. Des trouvailles archéologiques confirment les rapports avec le phénomène « cheval »182. Plusieurs éléments l’attestent, de nos jours encore. Ainsi une bonne partie du ban actuel – une centaine d’hectares au moins – figurent sur la carte IGN 1/25 000. De nos jours encore la terrasse entre Stutzheim et Offenheim est délimitée par un Hengstweg 183. Sur la carte IGN au 1/25 000 figurent encore deux lieux-dits contigus, à l’Ouest de Dingsheim : « Wohlenacker » et « Pfuhlaecker ». Il s’agit d’anciens espaces réservés aux poulains. Ce qu’on remarque d’abord c’est l’étendue de ces zones : plus d’une centaine d’hectares témoignent de l’importance quantitative du troupeau de Stutzheim. Ensuite on note l’ancienneté des transcriptions : des lieux dont l’affectation a changé depuis bien longtemps – peut être depuis plus d’un demi-millénaire – maintiennent, par leurs noms, le souvenir des milliers d’équidés d’une cavalerie médiévale. Enfin on est frappé par la fidélité à l’évolution de la prononciation : ful-, est la forme ancienne que le greffier ou le géomètre a noté, d’après l’oreille : wohl-, tandis que dans la section contiguë on sacrifie à la modernité du XVIIIe siècle et ce sera, toujours d’après l’oreille, Pfuhl pour fuhl.

Plusieurs vestiges de l’époque romaine et mérovingienne ont été signalés à Stutzheim. Certains posent problème. Ainsi la conduite d’eau venant de Kuttolsheim : elle y bifurque vers le Nord-Est : vers Dingsheim et Griesheim ? Ou bien encore : des fers à cheval que l’archéologue Robert Forrer a déclaré « romains ». Or les spécialistes semblent aujourd’hui d’accord pour admettre que les Romains ne ferraient pas leurs montures, et que les ferrures à clous ne sont apparus qu’après Charlemagne184. Par ailleurs la tombe d’un guerrier mérovingien était recouverte d’une dalle qui s’est avérée être une partie, très mutilée, d’une sculpture romaine en réemploi. On y distingue une personne tenant quelque chose dans sa main gauche, une figuration qui présente une similitude avec une sculpture représentant la déesse Epona, protectrice des troupeaux.

Philologie : La forme en -tz- de Stutzheim prouve que le nom de cette localité est antérieur aux années 600-700. En effet « stuot » signifiant « le troupeau de chevaux », devait exister avant le VIe-VIIe siècle de notre ère, à une époque donc de laquelle aucun témoignage écrit ne nous est parvenu. En une première étape la finale -t- de stuot est restée stable jusque vers l’an 600. Puis le passage de -t- à -tz- ou -zz- est de règle lors de la « mutation consonantique » qui a eu lieu à partir de l’an 600. Exemples alsaciens : le -t- de Mutatio, terme romain signifiant relais ou péage, évoluera vers > tz dans Mutzig ou Mutzenheim. De même l’actuel Blotzheim apparaît sous la forme de Flabotesheim, Blatisheim en 828.

Dans les noms de localités nées après le IXe siècle Le -t- final, ne subit pas de changement. La comparaison avec Stuttgart, dont la première mention est Stuotengarte au XIIIe siècle (1229), ne manque donc pas d’intérêt : le nom de cette localité n’a pas connu l’évolution de stut à stutz, une preuve que la ville est d’origine (relativement) récente.

5. Beroldsheim ?

Formes anciennes : Beroldasheim 798, Beroltsheim, Beroldesheim, Beroltesheim,
XIIe s., 1251, Beroltzheim 1224, 1320, 1361, 1371185.

Il y a eu au Moyen Âge un village de Beroldsheim, à la jointure des bans actuels de Stutzheim, Offenheim, et Hurtigheim. et régulièrement cité jusqu’au XIVe s.186. Avec une église sous le patronage de Saint Michel et de Sainte Apolline.

De nos jours encore le lieu-dit Bertzenfeld de Stutzheim rappelle son souvenir. Régulièrement cité jusqu’au XIVe s., sa chapelle était sous le patronage de Saint Michel et de Sainte Appoline.

Or les toponymes en ber- se rapportent souvent à un endroit où on se livrait au « Bärenhetzen », c’est-à-dire à des combats de cirque avec des ours. Des « jeux » de ce type ont eu lieu à Cologne au lieu-dit appelé Berlich de nos jours, et où s’élevait un stade du temps des Romains. Il en est de même au Barlisgrueb prés de Augst-Bâle et au lieu-dit Perlach de Augsbourg en Bavière où ont effectivement été localisées des ruines de stades187.

Un stade dans le Kochersberg ? Dès lors qu’il y a des équipements de cavaliers il est évident que ceux ci disposaient de d’installations d’entraînement et de compétitions d’une certaine importance autour de Griesheim – Dingsheim – Stutzheim ou encore Cronenbourg...

6. Handschuheim « les écuries des chevaux-étalons »

Formes anciennes : Hantscohasheim, 788 ; Hanschoash 803 ; Hanjevesheim 1128 ; Handshuhesheim 1147188.

On a la chance de voir figurer « hanzian » et « anzacho » dans des textes écrits de la langue des Francs anciens, dont on ne connaît plus que des bribes dites « Gloses du Malberg », insérées dans leurs lois du VIe siècle après J.-C.), où ils signifient « cheval »189 On considère généralement qu’au moment de la consignation écrite – en latin – de leur droit coutumier, les formules dites du « Malberg » devaient absolument être prononcées, mais qu’elles n’étaient plus guère comprises par les Francs du VIe siècle.

En conséquence, et d’après les règles de la philologie historique, hanzian a normalement évolué vers « Handschuh » ce qui donnait un sens au mot, à défaut d’être compris dans son sens originel. Aucune autre explication pertinente sinon convaincante ne semble avoir été proposée, tant pour le Handschuheim du Kochersberg que pour son presque homonyme Handschuhsheim, dans les faubourgs de Heidelberg190.

À noter, à titre d’indice complémentaire, qu’avant la Réforme, Saint Georges plus spécialement connu comme protecteur des chevaux était le patron de Handschuheim.

Il apparaît ainsi que le nom « Handschuheim » devait désigner l’endroit où étaient concentrés les chevaux disponibles. Le contexte géographique et routier de ce lieu s’avère en effet idéal pour la mise à disposition, voire pour l’intervention de chevaux et d’éléments de cavalerie dans les meilleures conditions de rapidité et d’efficacité. Notamment par la proximité immédiate, aussi bien vers la vallée de la Mossig que vers l’entrée du Val de Bruche – Molsheim et Mutzig qui sont à 5 km – que vers les deux voies les plus importantes menant aux places stratégiques de Molsheim, de Marlenheim, et de Saverne. Il semblerait donc que Handschuheim ait eu un rôle complémentaire à celui du « district équestre ».

7. Hurtigheim, la résidence des « pâtres » (Hirten)

Formes anciennes : Hirtencheim, 1199 ; Hirtenkein, 1288 ; Hirtingheim 1351, 1371, 1464 ; Hirtigheim, 1496191.

En vieux haut allemand Hirte signifiait déjà, comme de nos jours, « gardien du troupeau », qu’il s’agisse de vaches, de cochons ou de chevaux192.

Si Hürtigheim est contigu à Stutzheim, l’endroit où était parquée la « Herde », de chevaux, c’est qu’il était d’usage de débuter l’initiation du jeune candidat chevalier par la garde du troupeau, afin de le familiariser avec ses futures montures. C’est ce qu’explique J.J. C. von Grimmelshausen, célèbre auteur badois du XVIIe siècle ayant longtemps séjourné à Strasbourg :

« la fonction de pâtre est la préparation et le commencement de la carrière militaire. Comme la chasse permet de s’initier et de s’exercer aux « bellicosa » et aux « martiali ingeniosa », c’est-à-dire aux habiletés et aux techniques du combat guerrier, il faut donc au préalable initier ceux qui se destinent au métier de soldat dans l’office aimable et agréable de gardien du troupeau… »193

8. Katzfeld, l’espace de la limite

Formes anciennes : Cazfeldes 739, Kacesfelt 760, « in villa seu in marca Gazfeld » 798, Cazfeld 798, Cazfelda 850,« Wider Kazevelt » 1240, Katzevelt 1371, « der Weg bi Catzefeld » 1276. En 1371 une cour royale (« curia dominicalis dicti de Stille in villa Katzevelt »).

Village disparu près du hameau de Niffern, entre Eckwersheim et Olwisheim194 et d’une importante forêt limite dite Helinlohn195. Il y a une forte probabilité que Cazfeld bordait le territoire « militaire » du « Tractus Argentinensis » romain, franc et mérovingien (ancien chapitre rural de St Laurent). En témoignent d’abord les formes anciennes du toponyme Catzfeld lui-même, celles du « passage/bac » de Niffer (Niufar), et la « curia dominicalis » de Stille (= le petit passage). Patronage de saint Pancrace.

En dépit de certaines légendes locales les noms de lieux en -Katz n’ont le plus souvent rien à voir avec un félin quelconque ; autant dire qu’il ont fasciné de nombreux spécialistes196. Des toponymes de ce type peuvent être ramenés à des termes médiévaux Cancellus et Gades correspondant au latin Meta (borne limite) et limes (frontière), ou à l’allemand Markscheyde et Landscheide197 et ils sont parfois donnés comme synonymes de latin Profundus, un terme signifiant « territoire en marge »198. De fait, en Alsace ou en Moselle plusieurs lieux dits Katzenberg (ou Katzenkopf, ou Katzmatt) désignent les anciennes limites entre les populations qui, au Haut Moyen Âge sont encore de langue gallo-romaine, et celles qui parlent le germanique. Quelques exemples : le Katzenberg au sud-Ouest de Singrist (Bas-Rhin) sur la limite de la « Marche » de Marmoutier avec Romanswiller (826 : Rumoldeswiller) que plusieurs indicateurs font apparaître comme reliquat gallo-romain ; le grand et le petit Katzenberg, près de la crête vosgienne, au nord de la maison forestière de Kapellbronn, commune de Lutzelhouse (Bas-Rhin) sur la frontière lorraine ; le Katzenberg (ou Roche du chat sur certaines cartes) au nord-ouest de Eigenthal, commune de Walscheid (Moselle, mais Alsace avant 1789) dont le nom signifie « limite avec les Walen = les Welsch ; La Katzmatt à la Rotlach, commune de Hohwald (Bas-Rhin) où on a situé la limite linguistique vers 1700.

Philologie : Katz au sens de limite provient soit de latin cancellus, soit de gades dont on ignore l’origine.

Cancellus signifie « barrière » en latin et sera conservé dans le vocabulaire savant allemand de l’Église : (« Kanzel ») : le prêtre s’adressait au peuple à partir de la barrière séparant la nef du chœur. Dans les régions où après le départ des Romains la dénomination latine de barrière « cancellus » a persisté dans un environnement non ecclesiastique et germanophone, cancellus a d’abord évolué vers catila, cakoz ou gazogan199, puis s’est figé en Katz. Le sens originel n’étant plus compris, l’imaginaire populaire ayant horreur du vide a installé le chat dans la place vacante...

Gades est couramment rendu par Meta (borne limite) et limes (frontière), ou allemands (Markscheyde et Landscheid). Dans le domaine alémanique le -g- à l’initiale de gades est normalement remplacé par -k- au IXe siècle. De même le -d- du milieu devient -t- suite à la « mutation consonantique ». Démonstrations et bibliographie dans Braune/Eggers, Althochdeutsche Grammatik, 14. Aufl., 1987, paragr. 149 et 163, ainsi que dans Adolf Bach, Deutsche Namenkunde, II, Ortsnamen, 1981, Paragraph 374 ; voir aussi Dictionary of Medieval latin from British Sources, 1975, p. 1044. Ce qui chez nous a donné Katz – se survit dans l’anglais actuel Gate pour « porte » ou « barrière », cf. Ernest Klein, Etymologial Dictionary of the English language, 1966.

9. Niffer

Autrefois une localité souvent citée, devait marquer l’endroit du « passage » (forme de 788 Niufera200) « la nouvelle Fähre », le nouveau lieu de transbordement par dessus le Bruchgraben/Mühlbaechel appelé aussi Neugraben (nouveau canal)201. Ce cours d’eau était sans doute bien plus important au Moyen Âge que de nos jours, et le sens originel de Mühlbächel pourrait éventuellement ne pas correspondre à ce qu’il paraît signifier de nos jours « le ruisseau du moulin »202. Mais une « Fähre » (un bac) était-il nécessaire pour le traverser ?

10. Stille

Le terme signifie petit passage « filtrant » (latin stillare, d’où français « distiller » etc.) vers un col ou un bac203 La cour (royale ? « curia dominicalis ») de Stille permettait sans doute également de passer la frontière, sans être le point de franchissement principal.

D’après le contexte territorial et historique Katzfeld délimitait des circonscriptions nullement « ordinaires ». Au nord s’étendait déjà la banlieue de Brocomagus/Brumath l’ancienne capitale de l’Alsace, au sud il limite la douzaine de villages qui formaient le « district équestre » du Kochersberg, une institution militaire de tout premier ordre, c’est-à-dire d’importance européenne, tant pour les Romains que pour leurs successeurs Francs.

Or dans l’Antiquité, et au Moyen Âge encore, des terrains « neutres » étaient aménagés entre les circonscriptions politiques et administratives. De pouvoir joindre des lieux réservés à la rencontre, sans passer par la douane ou tout autre contrôle garantissant la sécurité des transactions. C’est en ces « zones franches », c’est-à-dire « ouvertes » qu’avaient lieu les marchés où les produits s’échangeaient « librement », hors taxes. C’est là aussi qu’étaient implantées les institutions permettant la rencontre de ceux auxquels les Autorités faisaient obligation de s’entraîner dans les joutes et exercices guerriers, aussi bien en tant que cavaliers, qu’en fantassins ou en pancratiastes, ces spécialistes romains du combat corps à corps. N’y avait-il pas autrefois à Katzfeld une chapelle dédiée à saint Pancrace204 ?

Dans cette région du Kochersberg où l’armée a joué un si grand rôle du temps des Romains et de leurs successeurs Francs, un réseau d’arènes et de terrains d’entraînement a nécessairement fonctionné. Il aurait été logique qu’à Katzfeld un établissement de ce type ait été implanté. Peut-être l’archéologie en confirmera un jour une hypothèse de ce genre.

Haut de page

Notes

1  La bibliographie du Kochersberg au Haut Moyen Âge est relativement restreinte. La meilleure étude sur le Kochersberg que l’on puisse recommander est sans doute celle d’Etienne JUILLARD, un géographe particulièrement intéressé par l’histoire, La vie rurale dans la plaine de Basse Alsace, 1953, 582 p. Les synthèses dues à Albert LORENTZ KochersbergPeuples en mouvement sur la route de l’Histoire, La Maison du Kochersberg, 2007, 56 p., à Joëlle Burnouf dans BURNOUF/BOEHLER/CALLOT, Le Kochersberg, histoire et paysage, 1980, apportent des éléments nouveaux forts utiles qu’on complétera avec les rapports du très précieux, FLOTTE/FUCHS Carte archéologique de la Gaule, Bas-Rhin, 2000 ; et il faut saluer les nombreux apports de détail régulièrement fournis par la revue Kocherschbari ; HATT, SIAT, STIEBER, Recherches sur des domaines gallo-romains du Kochersberg, Cahiers d’Archéologie et d’Histoire d’Alsace, 1958, p. 57-60 ; I. HÖHE, Das Kochersbergerland, eine historische Studie, 1895, 136 p. : Madeleine CHATELET, Une recherche encours : l’étude de l’occupation du sol entre la Zorn et la Bruche à l’époque mérovingienne, dans Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, 1987, p. 35 à 40.

2  Etienne JUILLARD, La vie rurale dans la plaine de Basse Alsace, 1953, p. 160.

3  Etienne JUILLARD, op. cit., p. 27-28.

4  Joëlle BURNOUF, op. cit., Le Kochersberg, histoire et paysage, 1980, p. 29 ; Conviction plusieurs fois répétée.

5  Les tours et postes d’observation (vigies) de type « gefede » (voir ci-dessous en Annexe).

6  FLOTTE/FUCHS op. cit., p. 130 « on connaît peu de chose des édifices publics ».

7  Sans compter les dépressions et vallons comblés par les norias des éboueurs strasbourgeois... et plus de 1 000 hectares compris dans l’emprise de la gare de triage s’étendant de Cronenbourg à Mundolsheim.

8  Il faut certes se méfier de la tradition, qu’elle soit orale ou écrite, toujours susceptible d’avoir trop adapté ou déformé. Mais sans doute moins qu’on le croit d’habitude. Pour deux raisons au moins : a/ une adaptation « normale » et quasi automatique a résulté de l’évolution générale du langage : on en connaît les causes et les règles grâce à la phonétique historique, une science qui permet souvent de reconstituer les « noms de baptême » de certaines localités. b/ dès lors que les toponymes fixent des situations à incidence économique ou administrative, les autorités, et aussi les bénéficiaires, ont toujours eu intérêt à faire respecter les formes « reçues », assurant la sécurité juridique.

9  Marc BLOCH dans Annales d’Histoire Sociale, t. 2, 1940, p. 44.

10  JULLIARD, op. cit., p. 166.

11  JUILLARD, op. cit., p. 169.

12  Historique détaillé du débat dans Adolf BACH, Deutsche Namenkunde, 1974, II, paragr. 640 à 651 et, surtout, un long et important paragr. 677. L’éminent spécialiste avait « cherché la vérité » dans une position médiane, tenant compte de l’influence déterminante des Francs et des lois qui régissent la propagation des dialectes. Cf aussi l’opinion récente de l’historienne archéologue. Madeleine CHATELET, selon laquelle il est « difficile d’affirmer une implantation massive de Francs dans la région. Néanmoins une colonisation minimale avait certainement existé afin d’assurer l’encadrement de la population locale » La céramique du Haut Moyen Âge (VIe-Xe siècle) au Sud de la vallée du Rhin Supérieur, 1997, 4 vol., p. 320.

13  Opinion reprise par Michel PARISSE, Histoire de la Lorraine, II, 1990, p. 6.

14  Discussion de ces problèmes de chronologie dans Dieter GEUENICH, Ein junges Volk macht Geschichte. Herkunft und „Landnahme“ der Alamannen, dans Die Alamannen, Stuttgart, 1997, p. 73-78.

15  Emilienne DEMOUGEOT, Notes sur l’évacuation des troupes romaines en Alsace au début du Ve siècle, Revue d’alsace, 1953, p. 18.

16  Relation de l’historien romain AMMIEN MARCELLIN, Livre XVI, XII, 3.

17  Bien qu’une vive controverse sur les structures politiques des Alamans vers l’an 500, et avant les Carolingiens, soit toujours en cours. État des recherches, avec références, dans Reinhold KAISER, Das römische Erbe und das Merowingerreich, 3e édition, 2004, un tableau très élaboré et critique des recherches en ce domaine, p. 136.

18  Cf. croquis dans BACH, op. cit., paragr. 542, p. 413.

19  « eine systematische bewusste Umbenennung » – Historique de cette discussion en cours depuis près de deux siècles dans BACH, op. cit., paragr. 677.

20  BACH, op. cit., paragr. 677.

21  Fr. J. HIMLY, dans Revue d’Alsace, 88, 1948, p. 218 « on peut se demander si, de conjecture en conjecture, la moindre certitude pourra jamais être atteinte » Historique argumenté des thèses en présence dans Fritz LANGENBECK, Studien zur elsässischen Siedlungsgeschichte, parus en 1967, t. II, p. 58-88.

22  Cf. Max MARTIN, „Alamannen im römischen Heer“, dans Dieter GEUENICH (direction), Die Franken und die Alemannen bis zur Schlacht bei Zülpich (496/497), 1998, notamment p. 410 et suiv.

23  Sur Molsheim : une étude est en préparation.

24  Nous avons, par exemple, réuni suffisamment d’éléments qui démontrent que les 7 Betbur d’Alsace, ou bien aussi Maennolsheim, sont indiscutablement des toponymes d’origine latine.

25  J. J. HATT, « Strasbourg des origines à l’invasion des Huns » dans Georges LIVET/Francis RAPP, Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, t. I, 1980, p. 104-107.

26  C’est en tout cas ce qu’admet J. J. HATT, op. cit., p. 106.

27  E. DEMOUGEOT, art. cité, p. 28.

28  Hans Ulrich HUBER, dans « Das römische Reich » in : Imperium Romanum, Römer, Christen, Alamannen – Die spätantike am Oberrhein, 2005, p. 25.

29  Selon Ralf SCHARF, dans « Die Notitia Dignitatum », in : Imperium Romanum, 2005, op. cit., p. 187 et suiv., qui résume l’état de la recherche en ce domaine.

30  François PETRY, Contribution citée à Histoire de l’Alsace rurale, 1983, p. 67 ; cf. aussi E. DEMOUGEOT : « il est donc possible .../... que le tractus argentoratis ait gardé d’utiles lambeaux du limes plus longtemps que les autres pays rhénans » Revue d’Alsace, 1953, p. 28.

31  Michel Parisse, Histoire de la Lorraine, II, 1990, p. 3. Lorsqu’un érudit aussi consciencieux que Philippe Dollinger doit rédiger l’histoire de Strasbourg au Moyen Âge, il ne pourra consacrer que cinq pages à la période du Ve au XIe siècle, ponctuées de plusieurs « Nous n’en savons rien » ; mais il lui faudra 19 pages pour les seuls Xe-XIe s.

32  Karl Ferdinand WERNER, Histoire de France, t. I, Les origines, (Avant l’an mil) – Texte français original mis au point par Jean Favier, 1984, p. 293, 294, et « La « conquête franque’ de la Gaule. Itinéraires historiographiques d’une erreur », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 1996, p. 7-45.

33  Sur ces délicats problèmes cf. Ferdinand LOT, Naissance de la France, 1970, édition revue par Jacques BOUSSARD ; Jean FAVIER / Karl Ferdinand WERNER, op. cit., p. 302 et suiv., p. 318 à 325 et Fritz LANGENBECK, Vom Weiterleben der vorgermanischen Toponymie im deutschsprachigen Elsass, t. II, 1987, p. 82-83.

34  Que cette constatation ait été mise en relief par le très répandu manuel d’histoire du droit constitutionnel allemand de Dietmar WILLOWEIT, Deutsche Verfassungsgeschichte, 2e édition, 1992, p. 21, témoigne de l’objectivité qui désormais anime l’histoire allemande du droit.

35  Olivier GUYOTJEANNIN, Clovis chez les historiens, dans : Collection de l’École des Chartes, 1996, p. 5-240.

36  Cf. Thomas ANDERSON Jr, dans Early Medieval Europe 4, 1995 ; Détails et références des débats entre historiens à ce sujet dans Reinhold KAISER (2004), op. cit., p. 91.

37  K.F. WERNER, op. cit., p. 319.

38  Comme on le lit généralement, et même sous la plume de l’historien du droit aussi intelligemment érudit qu’a été Jacques ELLUL dans son Histoire des Institutions, éd. 1962, p. 36. h

39  Discours de réception de l’évêque François Egon de Furstenberg à Louis XIV ; même indication dans la chronique de Jakob TWINGER VON KOENIGSHOFEN (1346-1420).

40  Sur les assertions concernant Clovis en Alsace cf. E. CHAMPEAUX, Les légendes savantes de la vieille Alsace, 1930, notamment p. 33, et GRANDIDIER, Histoire de l’Église de Strasbourg, I, 1776, p. 165 ; Voir aussi Lucien PFLEGER, Die elsässische Pfarrei, 1936, p. 13 ; Philippe DOLLINGER dans LIVET/RAPP, op. cit., t. II, p. 5, relate cette tradition, mais ne se prononce pas. Il n’est pas impossible qu’on doive au chroniste Twinger von Koenigshofen, qui avait été pleban (vicarius perpetuus) de St Martin et vicaire du Grand Chœur de la Cathédrale la transmission de cette tradition. Cf. sur ce point, la Notice TWINGER par Bernard Metz, du NDBA, 2001, p. 3932-3933.

41  C’était la règle générale sous les Mérovingiens et les Carolingiens Cf. E. LESNE, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, I, 1910, p. 80 et Lucien PFLEGER, Kirchengeschichte der Stadt Strassburg, 1941, p. 13 et 227.

42  Définition proposée aussi bien par l’historien du droit français Jacques ELLUL, op. cit., que par les historiens allemands comme DANNENBAUER : „ein militärischer Siedlungsverband, mittels dessen das fränkische Königtum Neuland kolonisiert und fremde Gebiete erobert hat“, op. cit., où aussi le manuel d’histoire du droit de MITTEIS/LIEBERICH, Deutsche Rechtsgeschichte, 15e éd. 1954, p. 61.

43  MITTEIS/LIEBERICH, Deutsche Rechtsgeschichte, 15e éd. 1954, p. 61 : „Die Centene wäre damit eine Wiederbelebung spätrömischer Militärkolonisation auf Fiskalgut und eine Sondererscheinung der Königsgutverwaltung“.

44  ZOZIME, Histoire nouvelle, Éd. Les Belles Lettres, Paris, 1979-1989, III, 8, 1.

45  Un imposant édifice rectangulaire de 85 m x 105 m qui aurait perduré jusqu’au XIIe siècle. Au XVIe siècle encore ses ruines étaient considérées par Beatus Rhenanus comme le plus imposant vestige historique d’Alsace – Très utile exposé de la problématique par Emile RICHTER, Le domaine royal de Marlegia, dans Kronthal et Mossig, Annuaire du Cercle d’Histoire de Marlenheim et Environs, 2001, p. 19 à 74 ; avec références bibliographiques détaillées et reproduction des sources latines (avec traductions).

46  Cf. RICHTER, op. cit.

47  HATT, dans LIVET/RAPP, Histoire de Strasbourg, op. cit., t. I, p. 270.

48  Il n’est pas possible d’entrer ici dans le détail, parfois controversé, de ces institutions qui relèvent de l’histoire du droit français à ses origines. Une synthèse ainsi qu’une bonne bibliographie critique de ces questions figure dans la partie « Les institutions de la période franque « de Jacques ELLUL, Histoire des Institutions, 1999.

49  Chronique de Frédégaire, IV, 43 : à partir de Marolegia ... « pacem insectans, multus iniqui agentes gladio trucidavit ».

50  Herbert NESSELHAUF, Umriss einer Geschichte des Obergermanischen Heeres, dans Jahrbuch des römisch germanischen Zentralmuseums, 7, 1960, p. 151-179.

51  « Il faudra saisir le rôle exact du palais royal dans l’occupation de la région ». C’était un des projets de la recherche de Madeleine CHATELET, art. cité p. 37...

52  J. MARTIN, Atlas d’Histoire de l’Église, 1990, p. 22 (Théodose était l’empereur romain d’Orient compétent pour l’Alsace, coupée de Rome par les Barbares qui avaient envahis l’Italie.

53  La datation 550-575 est suggérée par A.M. BURG dans le Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, t. I, 1983, p. 59. Quelques éléments du « mystère » ARBOGAST : dans Yves BURNAND, Histoire de la Lorraine, 2, De César à Clovis, p. 209-210, K.F. WERNER, op. cit., p. 293 croit pouvoir admettre qu’autour de l’An 400 le « Comte de Strasbourg » se dénommait Arbogast.

54  Démonstration argumentée par Herbert NESSELHAUF, Die spätrömische Verwaltung der gallisch-germanischen Länder, 1938, reprise en 1960 dans : Umriss einer Geschichte des Obergermanischen Heeres, dans Jahrbuch des römisch germanischen Zentralmuseums, 7, 1960, p. 151-179 ; L’hypothèse de H. BÜTTNER, op. cit., p. 43, selon lequel les Alamans auraient eu la haute main sur l’Alsace jusqu’en 460-480 n’est plus acceptée, les recherches récentes ayant de plus en plus confirmé que les Francs ont su maintenir les positions romaines contre les Alamans. Cf. les contributions de différents auteurs dans Dieter GEUENICH, dir., Die Franken und die Alemannen bis zur Schlacht bei Zülpich (496/497), 1998, notamment p. 97 où on se réfère, entre autres, à Lucien MUSSET, Les invasions : les vagues germaniques, Nouvelle Clio, 1965.

55  C’est la conclusion de H. BÜTTNER, de son étude de l’Alsace au VIe et au VIIe siècle, mais sans donner plus de précisions. Geschichte des Elsass, op. cit., p. 69...

56  Reinhold KAISER, op. cit., p. 20.

57  Il n’est nullement impossible – même si a priori cela peut surprendre – que la Souffel était aménagée en canal, et qu’on pouvait rejoindre directement Dingsheim depuis le Rhin. Il y a lieu d’insister sur le fait que le Rhin s’avançait beaucoup plus vers l’ouest que de nos jours – au niveau de l’actuelle Cour d’Angleterre. À 8 km à l’est de Dingsheim.

58  C’est sur cette ligne de la rivière de Rohr que J.J. HATT, Argentorate-Strasbourg, 1933, situe la limite ouest du territorium legionis romain.

59  Romovileir (1181) « le village des romans » ; Grafsteten (1289), « Dépôt du Comte des germanophones ».

60  « Ici commence le Land » = le pays des germanophones.

61  « Site de la Borne frontière », (Stein).

62  Dieterlen : « Ici commence le Land germanophone », (Diet > deutsch).

63  Cf. Philippe DOLLINGER, dans Histoire de Strasbourg, op. cit., t. 2, p. 8 : « Nous ne disposons d’aucune donnée pour apprécier l’importance de cette population, mais il est douteux qu’elle ait dépassé sensiblement un millier d’habitants, Strasbourg n’était qu’un grand village, quoi qu’il soit toujours qualifié de ville (urbs ou civitas) en raison de l’enceinte et de la présence de l’évêque. ».

64  FLOTTE/FUCHS Carte archéologique de la Gaule, Bas-Rhin, 2000, p. 115-116 « pas un axe économique majeur » ; « l’axe Rhône, Saône, Moselle privilégié ».

65  C’est la définition, classique, du dictionnaire Robert. Cf. aussi Vauban « l’art du glacis consiste à accroître la distance entre assaillants et assiégés ».

66  L’historien Ammien Marcellin en fait expressément état.

67  François PETRY, La campagne en Alsace de l’époque celtique à la fin de la période romaine (VIIIe siècle avant Jésus-Christ – Ve siècle après Jésus-Christ, dans Jean Michel BOEHLER/Dominique LERCH/Jean VOGT, Histoire de l’Alsace rurale, 1983, p. 43-67 ; voir aussi HATT, Strasbourg, o. c. p. 199 : Le siège de l’administration de la cité (civitas), le « municipe » était à Brumath, capitale des Triboques... Les habitants d’Argentorate n’avaient pas de conseil municipal élu, et ils dépendaient de l’autorité militaire.

68  François PETRY, art. c., p. 54.

69  Jean-Jacques HATT, Strasbourg, in Livet/Rapp, op. cit., p. 200.

70  Cf. Emilienne DEMOUGEOT, De l’unité à la division de l’empire romain, 395-410, Essais sur le gouvernement impérial, et les fouilles de Jean Jacques HATT : HATT, Strasbourg, .op. cit., p. 104 et suivantes.

71  J. D. SCHOEPFLIN, Alsatia Illustrata, cap. 2, sect. 55.

72  Jean-Jacques HATT, Histoire de la Gaule romaine, 1959, p. 354-356.

73  AMMIEN MARCELLIN, Livre XVI, XII, 12 : « hic quaeso vallo fossaque circumdati ». Restes d’anciennes stations abandonnées après la récente invasion des barbares ?

74  Camille OBERREINER, Campagne de César contre Arioviste, Revue d’Alsace, 1919, p. 250 résume les querelles d’érudits à ce propos.

75  Notamment des lieux-dits en Krieg/Gries.

76  Une étude sur ce site est en préparation.

77  Une série d’éléments toponymiques identiques ou comparables à ceux de Dingsheim sur Souffel y sont localisables.

78  Cf. Marcel THOMANN, Le destin routier de Rosheim, dans Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Rosheim, 2006.

79  Une discussion relatée en détail par CHAMPEAUX, Les légendes savantes de la vieille Alsace, 1930, et qui a fait l’objet de quelques pages méritant d’être lues – ou relues – dans l’Histoire d’Alsace de Rodolphe REUSS.

80  Sur l’occupation romaine de l’Ortenau face à Strasbourg BÜTTNER, op. cit., p. 107 et 113 apporte des éléments qu’une série d’indices non encore exploités permettraient de développer. Une collaboration avec les historiens du pays de Bade ne saurait être que fructueuse. Sous forme d’un colloque ?

81  C’est l’expression employée par Ferdinand LOT, Naissance de la France, 1970, p. 41.

82  M. BARTH, AEA, 1947/1948, p. 70 à 72 a eu le mérite d’essayer de clarifier les versions anciennes de Grandidier ou de Dacheux. On est d’ailleurs peu renseigné sur l’étendue territoriale des chapitres ruraux d’Ancien Régime. La carte – par ailleurs précieuse – dressée de leur répartition vers l’an mil par CLAUSS dans le Elsass-Lothringischer Atlas, Francfort 1931, ignore totalement le chapitre Saint-Laurent et la thèse de J. BURCKLE, Les chapitres ruraux des anciens évêchés de Strasbourg et de Bâle, 1935, n’aborde pas ce type de problèmes.

83  Il n’y a pas, à ma connaissance, d’étude sur les limites anciennes des possessions épiscopales au Haut Moyen Âge. Le très érudit et regretté Jean ROTT a soutenu en 1933 une thèse de l’École des Chartes sur Le chapitre Cathédral de Strasbourg au XIVe et XVe siècle malheureusement restée manuscrite et que nous n’avons pu retrouver. Gerhard WUNDER, Le territoire rural de la ville de Strasbourg du XIIIe au XVIIIe siècle, 300 p. dactylogr., 3 cartes h.t. (édition imprimée allemande Das Strassburger Gebiet, Berlin, 1965, 140 p., 1 graphe, 3 croquis) peut cependant apporter des indications.

84  Sans doute dû à sa situation en limite. Cf. KATZFELD, en Annexe 8.

85  Ad. BACH, Deutsche Namenkunde, op. cit., II, 1, paragr. 285.

86  Les composés en Frid et en Egg/Eck mériteraient aussi une prudente étude, on ne peut l’aborder ici.

87  On hésite entre les notions 1/ de « bourg», du latin vicus : thèse de F.J. HIMLY, dans Revue d’Alsace, 1947, p. 20 (références bibliographiques) et suiv. ; 2/ de « route » : thèse de F. LANGENBECK, dans son précieux ouvrage Vom Weiterleben der vorgermanischen Toponymie im deutschsprachigen Elsass, II, 1967, p. 7 à 11 et p. 49 ; cf. aussi germanique wih qui devient wig en francique, selon BRAUNE/EGGERS, Althochdeutsche Grammatik, 14. Auflage, 1987, p. 148 ; 3/ de « guerre » : Exemples : wigan = mener une guerre, wighorn = la trompette guerrière, wigman ou wigant = le guerrier, wigros = bellator equus, le cheval de guerre TAYLOR STARCK/J.C. WELLS, Althochdeutschen Glossenwörter buch, 1984, p.726, 4/ Fortification : wighus = pugnaculum = la tour fortifiée, castrum (TAYLOR STARCK/J.C. WELLS, Althochdeutsches Glossenwörterbuch, 1984, p. 722) ; 5/ endroit dont l’accès est contrôlé, voire « sacer », sacré, TAYLOR STARCK/J.C. WELLS, p. 726. Ce n’est qu’à partir du XVIe siècle que naît le verbe wiegen (peser) dérivé de vha wegan (sur cette question cf. KLUGE, Etymologisches Wörterbuch, 14. Auflage, 2002, p. 967 et 988).

88  Canton de Geispolsheim, dans les bans des localités actuelles de Graffenstaden, Illkirch et Ostwald (= Illwickersheim). Sur carrefour de routes romaines et médiévales et à l’endroit du bac traversant l’Ill et d’un péage des Lichtenberg ; références et bibliographie dans Médard BARTH, Handbuch, 1961, col. 627, avec bibliographie. Cf. aussi CLAUSS, Historisch Topogr. Wörterbuch, p. 399 et PERRIN, La fortune immobilière de l’abbaye de Marmoutier, 1935, qui cite des manuscrits où IUllwickersheim est écrit Mutariovilla et Witariovilla. Comme il est dans la logique des choses que le carrefour du péage ait aussi été la station des changeurs et de l’échange en général, les doublons Betabura signifiant relai douanier (Betabura en 803), Mutariovilla et Wickersheim sont significatifs.

89  En 1165 Wicheresheim (selon M.P. URBAN ; Lieux-dits, Dictionnaire étymologique et historique des noms de lieux en Alsace, 2003, p. 272... M. BARTH, dans AEA, 1962-63, ne cite pas cette forme de 1165.

90  Wigeresheim en 1146 selon une charte de Sindelsberg. Cf. E. HERR, Das ehemalige Frauenkloster Sindelsberg, 1912, p. 100 n.

91  TAYLOR STARCK/J.C. WELLS, p. 726,correspondant au latin propugnaculum = la tour fortifiée.

92  TAYLOR STARCK/J.C. WELLS, p. 637. C’était le préposé des marchands (praepositus negotiarum) cf. Handwörterbuch zur Deutschen Rechtsgeschichte, col. 1059. (1156 et 1224, Reichsland Elsass Lothringen, Strasbourg, 1901-1903, p. 1211).

93  Gerhard KÖBLER, Lateinisch-germanistisches Lexikon, 2. Aufl., 1983, p. 343.

94  TAYLOR STARCK/J.C. WELLS, p.147.

95  Jean-Jacques HATT, Argentorate-Strasbourg, 1993, p. 43-44 ; s’il est certain que des itinéraires importants se croisaient à cet endroit, on ignore malheureusement tout de leur tracé précis.

96  Sur carte IGN 25 000, à environ 500 m au sud-ouest du noyau ancien de Vendenheim.

97  Mot celtique ou pré celtique selon Pierre FOUCHE, Phonétique historique du français, 1961, Démonstration détaillée p. 60, 141, 470, 804, 862 qui a donné le français borne par emprunt au Picard ; butina/budina = « Grenzmarke » dans la Loi des Francs Ripuaires ou dans la Lex Baiuvariorum : « agger terrae propter fines fundorum antiquitus ingestus ».

98  = « le chemin du nouveau passage ». Cf. ci-dessous sous KATZFELD, Annexe 8.

99  Sur carte IGN au 1/25 000. L’ancienneté de cette dénomination reste évidemment à vérifier.

100  Cf. ci-dessous Une organisation « modèle » de Arbogast évêque « militaire » de Strasbourg ?

101  Médard BARTH, op. cit., 1960, colonne 410, et 1945-47.

102  Hatt- est un synonyme de Wick-. De hadu, le combat et hattjan = combattre – Cf. Adolf BACH, Deutsche Namenkunde, Ire partie, paragr. 198, p. 218 et paragr. 206, p. 225 ; Gerhard KÖBLER, Germanisches Wörterbuch, 1980, p. 227.

103  Détruit au XVe ou au XVIIe siècle. Cf André HUMM, op. cit., p. 114.

104  HUMM, op. cit., p. 129-130.

105  HUMM, op. cit., p. 161.

106  Les formes anciennes de Entzheim Ensusshaim, 737, Anisheim, 965, Anesheim, 1224, Eneszheim 1297 (Médard BARTH, op. cit., 1960, colonne col. 343-345, 1391) renvoient à Anasium 410.

107  Gefida/Gaphetas/Geffede sont les formes anciennes de Hohengöft en 775, Xe s., et 1239 selon BARTH, op. cit., col. 588.

108  Dans nos lieux-dits le latin Speculum a évolué jusqu’à donner Spiegel.

109  Manuscrit de Charles SCHMIDT, Topographie rurale du Bas-Rhin (Manuscrit BNU Ne 3861).

110  Cf. J. BURCKLE, Les chapitres ruraux des anciens évêchés de Strasbourg et de Bâle, 1935, p. 33, et M. BARTH, AEA, 1947/1948, p. 70 à 72.

111  Les toponymes Stutzheim et Handschuheim plaident en ce sens. Cf. Annexes.

112  Philippe DOLLINGER, dans LIVET/RAPP, Histoire de Strasbourg, op. cit., t. II, 1981, p. 5, insiste sur ce point.

113  Karl Ferdinand WERNER, dans Histoire de France, t. 1, Les origines, 1984, p. 265-266 et p. 293-297.

114  Auteur, entre autres d’une Histoire de l’Église d’Alsace, 1946, 372 p. et un des plus actifs promoteurs de la Fédération des sociétés d’histoire d’Alsace auquel nous tenons à rendre Hommage.

115  Gabriel HANOTAUX, Histoire de la nation française, 1925, p. 41.

116  Paul WENTZCKE, Regesten der Bischöfe von Strassburg, 1908.

117  Un ouvrage de Médard BARTH, Der heilige Arbogast, Bischof von Strassburg avait paru en 1939/1940 ; la notice de A.M. BURG, dans Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne, n° 1, 1982, p. 59 en est une mise au point.

118  Emil HERR, Haldenburg und das Dorf Munolzheim, Strasbourg, 1908 (Extrait du journal Strassburger Post, 8.8.1908) BNU M 20 356.

119  Médard BARTH, Der heilige Arbogastus, op. cit. p. 163, 188-189.

120  Cf. J. BURCKLE, Les chapitres ruraux des anciens évêchés de Strasbourg et de Bâle, 1935, p. 33, et M. BARTH, AEA, 1947/1948, p. 70 à 72.

121  Philippe DOLLINGER, dans Georges LIVET/Francis RAPP, Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, t. II, 1981, p. 47 et 48.

122  Cf. les savants calculs de JUILLARD, op. cit., p. 50 à 58.

123  Importante bibliographie internationale sur ces problèmes ; cf. Philippe CONTAMINE, dans Histoire militaire de la France, t. I, 1992.

124  RICHARDOT, op. cit., p. 263.

125  Herbert NESSELHAUF, Umriss einer Geschichte des Obergermanischen Heeres, dans Jahrbuch des römisch germanischen Zentralmuseums, 7, 1960, p. 151-179.

126  Y a-t-il eu des exceptions ? Les chartes de Marmoutier font état de « milites casati », une expression qui a intrigué les commentateurs... et demeurée sans réponse à ce jour.

127  Cf. Philippe CONTAMINE, Histoire militaire de la France, tome I, 1992, p. 18 et suiv. avec bibliographie sur les diverses thèses en présence.

128  Cf. Ralf SCHARF, art. cité, 2005, p. 44.

129  Détails et références seront repris en Annexe.

130  Détails, notamment philologiques en Annexe.

131  Louis LUDES, Histoire de Cronenbourg, 1984-1986.

132  Cadastre ancien de la Ville de Strasbourg.

133  Cf. Détails en Annexe 2.

134  Détails en Annexe 2.

135  Détails en Annexe 3.

136  Sur carte IGN au 1/25 000.

137  Détails en Annexe 7.

138  Détails en Annexe 4.

139  Détails en Annexe 6.

140  Gerhard KÖBLER, Germanisches Lexikon, 2. Aufl., 1982, p. 133.

141  Lieux dits particulièrement « intéressants », mais la place nous manque pour en esquisser les développements qu’ils méritent.

142  Cf. HUMM, op. cit. et Annexe 8.

143  Sur carte IGN 1/25 000.

144  Sur STILL cf. Marcel THOMANN, Haslach-Balbronn-Still : termes institutionnels à l’entrée du Val de Bruche au Moyen Âge, dans Revue d’Alsace, 118, 2002, p. 264-265.

145  Les éléments d’une étude spéciale ont été réunis, mais ne peuvent être développés ici.

146  Intéressante réflexion du linguiste-philosophe spécialiste de l’hermeneutique Hans Georg GADAMER: « von besonderen Heldentaten der Reiterei weiss die Geschichte kaum zu berichten » dans Das Problem der Sprache, 1967, p. 509.

147  Ph. CONTAMINE, La guerre au Moyen âge, op. cit., p. 103.

148  Articles de L. GANSHOF, « À propos de la cavalerie dans les armées de Charlemagne », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, II, 1952, p. 531-537 et « Charlemagne’s Army », Providence, 1968 ainsi que J. F. VERBRUGGEN, « L’armée et la stratégie de Charlemagne », dans Karl der Grosse, I, ed. W. Braunfels, Düsseldorf, 1965, p. 420-434 et The Art of Warfare in Western Europe during the Middle Ages: From the Eighth Century to 1340, Amsterdam, 1977.

149  M. JUNKELMANN, Die Reiter Roms, 3 volumes, Mainz 1990-1992.

150  André CORVISIER, Dictionnaire d’art et d’histoire militaires, 1988, p. 175.

151  « libres » et « ministeriaux » – sans qu’on puisse distinguer l’importance et le rôle respectif des uns et des autres. Fritz KIENER, Studien zur Vefassung des Territoriums der Bischöfe von Strassburg, 1912 a eu le méritoire courage d’esquisser quelques réponses à quelques-uns des .périlleux problèmes ci-dessus évoqués... sans toujours emporter l’adhésion. Dans un chapitre intitulé « la chevalerie germanique et la ministerialité » Michel PARISSE, La noblesse lorraine XIe-XIIIe siècle, 1976, p. 264 à 304 arrive à débrouiller la question et ses conclusions se rapprochent sensiblement de celles que propose Heinrich DANNENBAUER, dans le chapitre « Königsfreie und Ministerialen » de ses Grundlagen der mittelalterlichen Welt, 1958, p. 329 à 353. Les thèses d’École des Chartes de Lily GREINER, La seigneurie épiscopales de Strasbourg jusqu’en 1274 et de F.J. HIMLY. Etudes critiques sur l’Alsace à l’époque mérovingienne, 1939 qui ne sont accessibles qu’en quelques pages de résumé, ne paraissent pas avoir approché ces problèmes « militaires ».

152  Dans la remarquable thèse d’habilitation de Odile KAMMERER, Entre Vosges et Forêt-Noire : pouvoirs, terroirs et villes de l’Oberrhein, 1250-1350, 604 p., 1998, dont la Revue d’Alsace, 125, 1999, a publié les « positions de thèse » p. 211 à 216.

153  Eléments (en partie dépassés) de cette problématique avec bibliographie dans Reichsland Elsass-Lothringen, Ortsbescheibender Teil, 1901-1903, p. 355.

154  C’est le terminus ad quem proposé par Odile KAMMERER, positions de thèses, RA, 1999, p. 212.

155  François PETRY, La campagne en Alsace de l’époque celtique à la fin de la période romaine (VIIIe siècle avant Jésus-Christ - Ve siècle après Jésus-Christ), dans Jean-Michel BOEHLER/Dominique LERCH/Jean VOGT, Histoire de l’Alsace rurale, 1983, p. 43,52 et 53.

156  L’ancien directeur des Archives municipales de Strasbourg, M. François Joseph FUCHS nous signale par exemple que le fonds – qu’il a classé et catalogué – de l’Œuvre Notre Dame aux archives municipales de Strasbourg, est particulièrement riche pour tous les villages du Kochersberg. Très peu exploité à ce jour, il pourrait se révéler fructueux. En tout état de cause, à partir du XIIe siècle l’excuse absolutoire « il n’y a pas de documents » n’est plus recevable Le recueil de Emil HERR, Urkundenbuch des Frauenklosters Sindelsberg, 1913, – un modèle du genre – en est une preuve.

157  L’archéologue Georges Frédéric HEINTZ a relevé que la tradition orale prétend qu’« autrefois le Kolbsenbach était une rivière et on pouvait remonter en bateau jusqu’à la « ville de Bourn » Au lieu-dit Bournacker, au pied du Micheslberg les laboureurs dégagaient des substructions si nombreuses qu’on disait qu’à cet endroit il y avait autrefois une grande ville dénommée « Bourn » (Témoignage d’un agriculteur de Lampertheim recueilli en 1939 et reproduit par dans la revue Kocherschbari, n° 53, 2006, p. 10.

158  En dépit des gravières et des canaux modernes qui rendent le retour à la situation médiévale plus difficile qu’ailleurs. Un sujet d’étude, de longue date, de Jean-Marie HOLDERBACH pour le secteur Souffelweyersheim/Reichstett et pour l’Alsace en général de Odile KAMMERER, Le Haut-Rhin entre Bâle et Strasbourg a-t-il été une frontière médiévale ? dans 117e congrés national des Sociétés Savantes, Strasbourg, Hist. méd. et phil., p. 171-193 et Positions de thèses, RA, 1999, p. 213, qui note – entre autres – que les canalisations successives du Rhin ont fait baisser de quelques mètres la nappe phréatique et fait référence aux travaux des géographes ; voir aussi Marcel THOMANN, Le destin routier de Rosheim, Annuaire 2005 de la Société d’Histoire de Molsheim, notamment p. 88.

159  BURNOUF/BOEHLER/CALLOT, Le Kochersberg, histoire et paysage, 1980, p. 29.

160  Selon CLAUSS, Historisch topographisches Wörterbuch des Elsass, p. 252.

161  Jean BRAUN, Carte des Voies et stations romaines présentée en 1968 à la Direction Régionale des Antiquités.

162  Cf. les notices thunginus dans Gerhard Köbler, Rechtsgeschichte, Ein systematischer Grundriss, 3. Aufl., 1981, p. 98-100 et de Ruth SCHMIDT-WIEGAND, Thunginus dans Handwörterbuch zur deutschen Rechtsgeschichte, 1991 et suiv., 5. Band, Spalte 291-296 ; Charles SCHMIDT, Les Seigneurs, les paysans et la propriété rurale en Alsace, 1897, p. 9 et 10 avait pris Tunginisheim comme exemple pour justifier la théorie selon laquelle les villages doivent leur nom à celui qui, à un moment ou à un autre, en a été le maître. Précisons cependant qu’ici il s’agit d’un occupant désigné par sa fonction, et non par son nom personnel.

163  Médard BARTH, Archives de l’Église d’Alsace, 1960, colonne 460-461.

164  BENECKE/MÜLLER/ZARNCKE, Mittelhochdeutsches Wörterbuch, 1858, p. 880.

165  Références détaillées dans Althochdeutsches Wörterbuch, Volume IV, 1986. Le terme Gries/Grieg/Krieg n’a pas connu, à ce jour, l’étude approfondie philologique et historique qu’il mérite assurément. Les éléments – souvent surprenants – que nous avons rassemblé sur ce problème donnent matière à une publication particulière... Nous ne pouvons donc en donner ici qu’un trop bref résumé.

166  Exposé et multiples exemples dans GRIMM, Deutsches Wörterbuch, 11. Band. De même le latin « bellum » ne se traduit que par « Fehde ».

167  Un processus phonétique bien connu, et commun aux langues romanes et germaniques, permet de comprendre, - les rapports de -g- / -ch- avec -k-, et comment le -ch- (de Greichesheim par exemple) a pu tout normalement évoluer vers -z et de là à -s, avec chute du -g- avant la syllabe finale – Explication détaillées dans PAUL/MITZKA, Mittelhochdeutsche Grammatik, 18. Aufl., Paragr. 69, et Pierre FOUCHE, Phonétique Historique du Français, 1961, p. 552, 553, 613, 614, 623.

168  Le problème a été peu étudié. Heinrich KLUGE, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, 24. Auflage, 2002, p. 539 cite quelques références, mais conclut par « Herkunft unklar ».

169  Arthur BEYLER, Historique de la Robertsau, 1955, p. 51-53 et carte.

170  Sur carte IGN 1/25 000.

171  Sur une carte au 1/50 000 de 1838, reproduite dans Die Ortenau, 2007, p. 300.

172  Carte IGN au 1/25 000.

173  CLAUSS, Historisch topographisches Wörterbuch des Elsass.

174  Médard BARTH, Archives de l’Eglise d’Alsace 1960, col. 1071-1072.

175  Plan de finage de 1760 (ABR C562/238, Mittelhausbergen).

176  Historique du mot : cf. alsacien « Pfüllele », le poulain.

177  Au XIVe siècle en Bourgogne, notamment : « dès le sevrage les poulains étaient expédiés pour élevage et dressage dans deux autres écuries » BAUTIER, Robert-Henri et Anne-Marie BAUTIER, « Contribution à l’histoire du cheval au Moyen Âge : l’élevage du cheval » Bulletin philologique et historique (jusqu’à 1610), 1976 (Paris, 1978), 1978 (Paris, 1980), p. 9-75.

178  Carte IGN au 1/25 000, Roesselberg, sur la limite du ban avec Behlenheim, et contigu au lieu-dit Lorentzenacker, qui, à huit siècle de distance, rappelle le chapitre rural de Saint-Laurent supprimé au XIIIe-XIVe siècle.

179  Emil HERR, Das ehemalige Frauenkloster Sindelsberg, 1912, p. 87 et 102.

180  HERR, op. cit., p. 94.

181  HERR, op. cit., p. 152.

182  Cf. Bernadette SCHNITZLER, Aux origines de Stutzheim - 6 millénaires d’histoire, du néolithique à l’époque mérovingienne, dans Kocherschbari, n° 34, 1996, p. 13 à 23 et Flotté/Fuchs, Carte archéologique de la Gaule, Bas-Rhin, 2000, p. 616 à 619.

183  Ouvrage collectif Pfulgriesheim, mon village, 2003, p. 3 ; on notera qu’au Moyen Âge le terme Hengst signifiait « cheval » en général. Il n’a pris le sens de « cheval mâle » qu’au XVIe siècle. Explications, entre autres, dans GRIMM, Deutsches Wörterbuch, t. 20.

184  Germain CARNAT,Le fer à cheval à travers l’histoire et l’archéologie, 1951.

185  Cf. Medard BARTH, AEA, 1960, colonne 138-139 (sous BERTZEN) et Colette OTTMANN, Pélerinages ruraux du Kochersberg, Pays d’Alsace, Ne 155, 1991, p. 18 et 31 (où bibliographie).

186  Cf. Medard BARTH, AEA, 1960, colonne 138-139 (sous BERTZEN) et Colette OTTMANN, Pélerinages ruraux du Kochersberg, Pays d’Alsace, n° 155, 1991, p. 18 et 31 (où bibliographie).

187  Adolf BACH, Deutsche Namenkunde, II, 1, 1981, paragr. 327.

188  CLAUSS, Historisch –topographisches Wörterbuch des Elsass, 1895, p. 439.

189  Cf. Karl August ECKHARDT, Glossar zu Pactus legis Salicae, 1962, p. 278 et p. 283.

190  On a proposé dans ce cas, sans aucune référence, que le nom provenait sans doute d’un grand propriétaire dénommé Ansco (Ansgar, Hansco ?).

191  Medard BARTH, Archives de l’Eglise d’Alsace, 1960, colonne 609.

192  MÜLLER/ZARNCKE, Mittelhochdeutsches Wörterbuch : Pferdehirte, m. hipponomus ; HEDERICH 1770, pferdshirtALER 1527b ; rostüscher oder perdehirtte, mango. voc. nigg. abb. 3006, pfertherter ; DIEFENBACH. nov. gl. 245a.

193  Dans son roman, Simplicissimus, 1668, I, 15 : „das hirtenamt sei eine vorbereitung und anfang zum regiment: dann gleichwie die bellicosa und martialia ingenia erstlich auf der jagd geübt und angeführet werden, also soll man auch diejenige, so zum regiment gezogen sollen werden, erstlich in dem lieblichen und freundlichen hirtenamt anleiten.“

194  André HUMM, op. cit., p. 126.

195  Citée par A. SCHRICKER, Älteste Grenzen und Gaue im Elsass, 1884, p. 346, et Anton DOLL, Traditiones Vizenburgenses, 1979, n° 3, p. 174.

196  Cf. Wilhelm KASPERS, Katz in Ortsnamen : der Tiername Katze, dans Zeitschrift für Ortsnamenforschung, 13, 1937-1938, p. 213 à 225 et Robert SPECKLIN, Katz et Hund dans la toponymie alsacienne, Les Vosges, 1956/4 p. 7-13, mais à notre connaissance les piestes ci-dessus trop sommairement évoquées n’ont pas encore été exploitées.

197  Selon les ouvrages spécialisés de latin médiéval comme Du Cange, t. IV, p. 6 qui donne de nombreux exemples de la pratique ou NIERMEYER, Mediae latin. Lexicon, 1957, p. 459, par ex.

198  Dans les glossaires profundus est rendu, entre autres, par ses synonymes germaniques kacoz et gazogan. Cf. STIEVERS, Althochdeutsche Glossen, I, p. 72-73.

199  Références dans VON WARTBURG, Französisches Etymologisches Wörterbuch, t. 23, p. 158.

200  Le sens de ce terme a donné lieu à une discussion entre érudits ; cf. Friedrich MENTZ, Die badische Ortsnamenforschung, dans Zeitschrift für Ortsnamenforschung, 1930, p. 95.

201  CLAUSS, Historisch topographisches Wörterbuch des Elsass, p. 780.

202  Wolfgang KLEIBER/Max PFISTER : Aspekte und Probleme der römisch-germanischen Kontinuitä, 1992, p. 21 et Albrecht GREULE, Vor- und frühgermanische Flussnamen am Oberrhein. Ein Beitrag zur Gewässernamengebung des Elsass, der Nordschweiz und Südbadens, dans Beiträge zur Namenforschung, Beiheft 10, Heidelberg, 1973.

203  Détails et références dans Marcel THOMANN, Haslach, Balbronn, Still : termes institutionnels à l’entrée du Val de Bruche au Moyen Âge, dans Revue d’Alsace, 128, 2002, p. 263-265.

204  Antoine WÜRRY, Geschichte des Dorfes Rumersheim, 1910, p. 153.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1 : Le Kochersberg contourné
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig 2 : Limites du district du chapitre Saint-Laurent
Légende Limites du district du chapitre Saint-Laurent, probable « Tractus » d’Arbogast, évêque militaire de Strasbourg (avec indication des paroisses dont le patron est saint Arbogast).
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 3 : Limites nord du district du chapitre Saint-Laurent
URL http://alsace.revues.org/docannexe/image/986/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Thomann, « Le Kochersberg au Haut Moyen Âge », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 79-127.

Référence électronique

Marcel Thomann, « Le Kochersberg au Haut Moyen Âge », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/986 ; DOI : 10.4000/alsace.986

Haut de page

Auteur

Marcel Thomann

Professeur émérite, Université Robert Schumann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page