Navigation – Plan du site

Essai sur la hiérarchie des villes médiévales d’Alsace (1250-1350). 2e partie

Bernhard Metz
p. 129-167

Résumés

Il s’agit de la poursuite de l’article commencé dans la RA 128.2002, dont le propos est de mesurer le degré d’urbanité et de centralité des villes d’Alsace à l’aide d’un certain nombre d’indicateurs, pris dans les domaines de l’organisation communale, de l’économie, de l’équipement défensif, sanitaire, cultuel, etc. Sont étudiées 11 villes, de Marckolsheim à Rosheim, les plus grandes étant Mulhouse et Ribeauvillé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  ESCHER/HIRSCHMANN ; voir en part. les cartes au t. 3.

1La première partie de cet article a paru dans le t. 128 (2002) de la Revue d’Alsace. Le lecteur voudra bien s’y reporter, en particulier à la liste des sigles et titres abrégés (p. 97-99 ; complément à la fin de la présente livraison) et à l’introduction, qui expose la problématique et la méthode de ce travail. Mon propos est d’appliquer à l’Alsace une partie au moins de la démarche que Monika Escher et Frank G. Hirschmann ont élaborée pour l’étude comparée des villes du Moyen Âge central dans une région beaucoup plus vaste – un rectangle dont Rotterdam, Paderborn, Winterthur et Semur-en-Auxois occupent à peu près les angles, et dont par conséquent l’Alsace fait partie1. C’est pourquoi les auteurs ont sollicité ma collaboration : c’est le point de départ du présent article, dont ils ont pu utiliser la première partie. Mais comme je travaille beaucoup moins vite qu’eux, c’est moi qui, désormais, peux m’appuyer sur leur œuvre, parue en 2005.

  • 2  La liste des critères, avec leurs coefficients, figure in ESCHER/HIRSCHMANN, I, 38-40 (et en franç (...)

2Le propos de celle-ci est d’étudier de façon comparative, nombreuses cartes à l’appui, les villes d’une vaste région à cheval sur la frontière linguistique et sur la frontière du Royaume et de l’Empire, entre l’An Mil et 1350. À cette fin, les auteurs ont élaboré une liste de critères d’urbanité et de centralité, affectés de coefficients en fonction de leur importance, ce qui leur permet d’estimer et de comparer la qualité urbaine des villes étudiées – sans s’illusionner sur les multiples imperfections de cet instrument de mesure. C’est sans davantage d’illusions que je le reprends presque à l’identique2. Ce système permet d’attribuer à chaque ville, à des dates conventionnelles (1200, 1250, 1300, 1350), un certain nombre de points, qui donne un aperçu de son importance relative. Par convention, est considérée comme ville toute localité qui atteint au moins sept points au plus tard en 1350.

  • 3  Y compris Belfort, Wissembourg et Lauterbourg, qui ne font pas encore partie de l’Alsace au cours (...)

3Le travail d’Escher et Hirschmann a des qualités auxquelles le mien ne saurait prétendre, ne serait-ce qu’en raison de la taille de la zone retenue, des comparaisons multiples qu’elle leur permet, de l’étude approfondie à laquelle ils soumettent chacun de leurs critères d’urbanité et de centralité, et de la qualité de leur dossier cartographique. Néanmoins, et bien qu’ils consacrent une notice à 37 villes d’Alsace3, leur œuvre ne rend pas superflue la poursuite de mon enquête, dans la mesure où cette dernière est pour l’essentiel fondée sur les sources, tandis qu’Escher et Hirschmann, vu l’étendue de leur territoire, sont forcés de s’appuyer en partie sur la bibliographie, d’où, inévitablement, quelques erreurs et lacunes. Aussi bien leurs notices, plus brèves et plus synthétiques que les miennes, donnent-elles moins de références précises. Le lecteur aura donc tout intérêt à confronter les deux points de vue ; à l’occasion, il s’amusera de voir comment les mêmes sources sont susceptibles d’interprétations différentes qui souvent aboutissent, in fine, au même nombre de points...

4Dans la première partie de mon article, le calcul des points de telle ou telle ville est bancal. Une des causes en est que, lorsque tel critère n’est plus présent après telle date, je l’indique (comme Escher-Hirschmann) en imprimant son nom en caractères barrés (p. ex. château). Or, au moment de la mise en forme de mon texte, ces mots barrés ont tout simplement été supprimés ! S’y ajoutent quelques erreurs de calcul de ma part. D’ailleurs, la poursuite des recherches apporte inévitablement quelques additions et corrections. Au total, les évaluations de toutes les villes seront à reprendre à la fin de l’article, à paraître dans un prochain numéro.

  • 4  Ce point n’a pas échappé à ESCHER/HIRSCHMANN, I, 55.

5Parmi les critères d’urbanité retenus, le moins problématique n’est pas la superficie des villes intra-muros. L’Atlas de Himly l’indique, mais ses chiffres, outre qu’ils incluent souvent des extensions postérieures à 1350, sont problématiques : dans son tableau de « la superficie comparée des villes » (p. 26-32), le tracé au 1/10000 contredit souvent et le chiffre correspondant (Bergheim, Brumath, Riquewihr, Rosheim, Soultz-sous-Forêts...) et le plan au 1/4000 (p. 47-133)4. On verra plus loin l’exemple particulièrement crasse de Munster. Il n’autorise qu’une conclusion : calculer la surface d’une ville d’après les plans au 1/4000 de Himly, comme je l’ai fait jusqu’ici, ne mène à rien de sérieux. Il est nécessaire de remonter aux plans cadastraux, travail fastidieux que je ne pourrai exécuter, au mieux, que pour la troisième partie de cet article. Ce n’est qu’une raison parmi d’autres de considérer que l’« échelle d’Escher/Hirschmann » n’est qu’une mesure très approximative de l’importance d’une ville. Du moins la présentation détaillée des critères et des sources fournira-t-elle une base de départ pour des évaluations plus fines.

Marckolsheim

  • 5  OHI III 286 n° 239 ; RBS II 823 ; RH I 110.
  • 6  RBS II 2359 et 2415 ; cf. HEK 796-97.

6Paroisse probablement ancienne, bien que la charte de 1215, dont le plebanus de Marcholfesheim est témoin, soit un faux de la seconde moitié du XIIIe siècle5. En 1294 et 1297, Rudolf von Habsburg-Laufenburg et sa mère vendent à l’évêché de Strasbourg le village avec la collation de l’église6.

  • 7  Trad. fr. du diplôme in M. KNITTEL, Marckolsheim, fragments d’histoire, 1994, 47, d’ap. AM Marckol (...)
  • 8  ABR G 1652/5 (1338) ; AHR 132J 29 (1434).

7Commune : le roi Albrecht confère à Marckolsheim en 1299 les franchises de Sélestat7. Une charte est passée en 1338 vor dem schultheissen, vor dem rate und vor dem gerihte ze Markolzhein. Un Stettmeister apparaît en 14348.

  • 9  ABR G 1652/4-5.

8Sceau attesté en 1322 et 13389.

  • 10  B. METZ in Encyclopédie de l’Alsace 8, 1984, 4960-61, et KNITTEL, Marckolsheim (n. 7), 61-73.

9Château : bien que divers auteurs en fassent état, il n’a jamais existé10.

  • 11  RBS II 2414.
  • 12  Notae hist. Arg., in MGH SS n.s. 4, 553 ; KÖNIGSHOFEN II 667.

10Enceinte : en projet en 129711, elle semble n’avoir été élevée (ou achevée) que par l’évêque Johann (1306-28)12. Selon Himly, elle entoure une superficie de 19,14 ha ; 14 ha semblent plus plausibles.

  • 13  ABR G 811/2 (geleit en 1385) ; AMS AA 1446 f° 311r (passagium seu salvum conductum av. 1416).

11Péage mentionné en 1385 et avant 141613.

  • 14  Theloneum in nundinis ... custodiendo nundinas : ABR G 377 f° 33r. On notera cet emploi de la monn (...)

12Foire attestée vers 1345 par son Zoll, qui ne rapporte qu’une livre bâloise14.

13Évaluation : 3 points en 1300 (paroisse, commune), 7 en 1350 (sceau, enceinte > 10 ha, foire).

Marmoutier

  • 15  Sa bibliographie est immense (cf. M. THOMANN, « Bibliographie de l’abbaye et de la ville de M. » i (...)

14Abbaye bénédictine Saint-Martin, remontant à l’époque mérovingienne15.

  • 16  SindUB 7-23. Ce couvent, qui n’a jamais été bien riche, a à sa tête une magistra et non une abbess (...)

15Sindelsberg, un couvent de bénédictines, a été fondé en 1115-1117 à 1,3 km de l’abbaye et à son initiative, hors de la ville mais dans son ban16.

  • 17  H. BÜTTNER, «Abt Meinrad und die Pfarrei Maursmünster», in Studien und Mitteilungen z. Gesch. des (...)
  • 18  RBS II 858.
  • 19  C’est sans doute à elle que Berewardus de superiori ecclesia, témoin d’une charte de M. en 1135 (A (...)
  • 20  Elle est souvent confondue – en dernier lieu dans le Dictionnaire des monuments historiques d’Alsa (...)

16La paroisse Saint-Etienne de Marmoutier s’étendait à l’origine à toute la Marche ; son curé (plebanus presbiter) est cité en 113717 ; elle est incorporée à l’abbaye en 122018. Son église, dite Oberkirche19, située à 200 m hors de l’enceinte au S, a été démolie, sans doute vers la Révolution20, mais son cimetière est toujours en usage.

  • 21  ABR H 610/4 ; manque dans l’éd. de HANAUER, Constitutions, 87-88, qui omet la liste des témoins.
  • 22  Scultetus et populares opidi : exp. ABR H 612/1 (peu lisible) ; vidimus H 612/1a ; copie G 1374.
  • 23  Burger und scheffele ont le droit, reht und gewonheit uf ze setzenne : ABR H 610/6-7, éd. CAOU IV (...)
  • 24  1384 : AMS 1AST A XX 36/1 ; c’est le seul sceau de ville en navette que je connaisse en Alsace ; l (...)

17Commune : les habitants de Marmoutier sont appelés cives dès 117021 ; c’est avec leur accord et celui du Schultheiß que les Geroldseck, avoués de l’abbaye et devenus peu à peu seigneurs de la ville, légifèrent en 1281 sur les cens du Buchberg22. Les franchises non datées que les même seigneurs accordent aux bourgeois, très probablement entre 1288 et 1295, mentionnent neuf échevins élus pour un an avec leur accord23. Mais le sceau de la ville n’est attesté qu’en 1384, des jurés qu’en 1392, un Conseil qu’en 147024.

  • 25  Garten ... wider die stat ..., stoß [!] uf den schiesserein : SindUB 142 n° 17, § q. C’est pour l’ (...)

18Compagnie de tireurs : son existence semble découler de la mention d’un champ de tir au début du XIVe siècle25.

  • 26  ABR G 131/7 et H 589/8.

19Château bâti par l’évêque Friedrich de Strasbourg en 1390/91 pour s’assurer une part de la succession des Geroldseck26.

  • 27  AD I 226 et 228 n° 275, coutumier de l’abbé Meinhard, daté [1137-46] par PERRIN, Marmoutier (n. 15 (...)
  • 28  ... sollempni forinsecus iuxta circuitum muri processione en 1142 : AD I 223 n° 270. Iuxta muri am (...)

20Enceinte : Marmoutier est déjà qualifié d’oppidum entre 1137 et 1146, et à nouveau, avec une allusion à une porte, en 114627. On voit mal si le mur mentionné en 1142 et 1170 entoure la ville ou seulement l’abbaye (voire en 1142 son cimetière), mais celui de la ville est bien attesté en 125328. Himly indique une superficie intra muros de 7,3 ha ; elle ne semble guère supérieure à 5 ha, du moins si son plan est bien au 1/4000.

  • 29  MGH SS 17, 116 l. 4 (miracle arrivé en 1280, noté en 1290 ; cf. MENTGEN, 34-35) ; SALFELD 254 ; cf (...)

21Les Juifs de Marmoutier sont cités en 1280, un pogrom en 134929.

  • 30  Donation aux monastères de M. et Sindelsberg in usus infirmorum utrobique en 1217 : SindUB 113 n° (...)
  • 31  SindUB 180 n° 22 (1329). AEA 10.1959, 119 (1330).

22Une abbaye ancienne comme Marmoutier avait vraisemblablement un hôpital ; il reste toutefois à le prouver, car ce n’est pas lui qui est cité en 1217 et en 1278, mais l’infirmerie du couvent30. En revanche, une léproserie existe en 1329, mais rien n’indique qu’elle dépende de la ville plutôt que de l’abbaye31.

  • 32  Filius quondam Alberti rectoris puerorum in M. : SUB VII 248 n° 847.

23Un maître d’école déjà défunt étant mentionné en 135732, il n’est pas trop audacieux de supposer que l’école existe déjà en 1350. À vrai dire, on a du mal à croire qu’une abbaye importante comme Marmoutier n’ait pas eu d’école bien avant cette date, mais la preuve reste à faire.

  • 33  Une rente sur la badstube dans la rue dite Bruchslùck, attestée en 1391 (ABR E 2814/2), figure aus (...)

24Un bain existe en 1391 et sans doute avant l’extinction des Geroldseck en 139033.

  • 34  Voir n. 19 (1135) et AD I 225 n° 275, coutumier de [1137-46] cité n. 27.
  • 35  In foro ante portam [monasterii ?] : AD I 226 n° 275, coutumier cité n. 27. Sextarium avene ... fo (...)
  • 36  Inv. AM Saverne 33 (1368) ; AMS 1AH 586 f° 304r (1384).

25Péage : un teloneum abbatial existe avant le milieu du XIIe siècle34, mais il s’agit presque sûrement d’une taxe sur les transactions du marché, attesté à la même époque35. Des étals de boucher apparaissent en 1368 et 138436.

  • 37  Omnes quoque mercatores in hac marcha constituti ... abbati teloneum dabit (sic) : AD I 225 n° 275 (...)

26Commerce : selon le coutumier de l’abbé Meinhard [1137-46], le teloneum déjà évoqué est dû par « tous les marchands établis dans la Marche »37.

  • 38  Mutationem monete abbas constituere debet : AD I 225 n° 275. Cf. ESCHER/HIRSCHMANN, II 398. Pour u (...)

27Monnaie : selon le même coutumier, c’est à l’abbé qu’il revient de la « changer », c’est-à-dire peut-être de la décrier, ou plutôt d’autoriser les changeurs à exercer leur activité38.

  • 39  ESCHER/HIRSCHMANN, II 398, arrivent à des chiffres supérieurs (8 points en 1200, ..., 13 en 1350) (...)

28Évaluation : 7 points en 1150, 1200 et 1250 (abbaye, couvent de femmes, paroisse, enceinte, marché, change), 10 en 1300 (commune, Juifs), 11 en 1350 (école)39.

Masevaux

  • 40  MGH Poetae latini I 94 n° VI (coenobium Masunvilre).
  • 41  MGH Epist. saeculi XIII, III 269 n° 301 (1254). En 1399, l’évêque de Bâle parle encore d’abbatia . (...)

29Abbaye de femmes Saint-Léger, attestée vers 78040, officiellement encore bénédictine en 1254 et 1399, mais de facto chapitre séculier de dames nobles au plus tard au XIVe siècle41.

  • 42  AHR 32H 6 (6 chanoines sont témoins pour l’abbesse en 1287) ; AHR 10G 18/8 (1344, 1484). En généra (...)

30Chapitre de chanoines dépendant de l’abbaye, attesté depuis 1287 et au moins jusqu’au XVe siècle42.

  • 43  L. PFLEGER, Die elsässische Pfarrei, 1936, 41 et 78 ; CLOUZOT, XLIII et 150 (1302) ; HEK 802 et 80 (...)
  • 44  P. TRESCH, Masmünster, seine Abtei, seine Gotteshäuser, 1938, 10-17 (trad. fr. E. MARTIN-TRESCH, s (...)

31Paroisse Saint-Martin, que Pfleger suppose sans véritable preuve plus ancienne que l’abbaye43, et qui existe en tout cas en1302 ; son église, détruite en 1786, était à 150 m hors de la ville au S, à l’emplacement de l’actuel cimetière44.

  • 45  .. der vogt und .. der rat und die burger : AM Masevaux EE 1/1.
  • 46  BUB VI 175 n° 177/1.

32Commune : le Conseil apparaît en 136845, son sceau en 142446.

  • 47  1210 : Tr. I 457 n° 297. 1338 : tout nouveau membre de la corporation doit 7 ß dem vogt (et en 134 (...)

33Centre administratif : un Schultheiß est cité depuis 1210, un bailli depuis 133847.

  • 48  AM Masevaux EE 1/1 ; éd. BRUN, Masevaux, I 206-12.
  • 49  Castrum Maßmunster, fief bâlois « vers 1362 » [date très approximative] : Tr. IV 188 n° 76. Burg u (...)

34Château : en 1368, les Habsburg, en autorisant la commune à s’entourer d’une muraille, lui font aussi obligation de leur bâtir un château dans un angle de l’enceinte48, mais elle ne l’a pas fait. Le château des Masmünster à M. (Ringelstein, sur un rocher hors la ville) est attesté « vers 1362 », puis depuis 140949.

  • 50  Tr. IV 711 et ci-dessus, n. 48. Cf. A. BRUN, « 1368 : naissance de la ville de M. », in Patrimoine (...)

35Enceinte : elle est en construction en 136850. Himly indique une superficie de 21,7 ha dans les limites de l’enceinte extérieure (non datée) ; on semble plus près de 13 ha à l’intérieur de la première enceinte.

  • 51  GJ II/2, 525 (1325) ; SALFELD 240 (1338). MENTGEN 53 (1396), 62-63 et index.

36Juifs attestés depuis 1325, victimes d’un pogrom en 1338, à nouveau attestés de 1396 à 143551.

  • 52  TRESCH, Masmünster (n. 44), 17-18, cite les AP Masevaux, sans autre précision.

37Hôpital : sa chapelle Saint-Erhard est consacrée en 140552.

  • 53  AHR 10G 1/2/4 (copie XVIIIe s.).

38École avant 143353.

  • 54  AHR 10G 6/10 (maison d’estuves).

39Bain en 141254.

  • 55  AM Masevaux EE 1/5, éd. BRUN, Masevaux aux XIVe et XVe s. : les corporations, la ville. Thèse, Bes (...)
  • 56  AHR 10G 6/10 (1413) ; GRIMM IV 80.

40Péage : en 1435, le duc Friedrich accorde aux bourgeois de Masevaux, pour l’entretien de leur enceinte, un czol à lever à la fois sur les transactions [du marché] et sur les marchandises traversant la ville ou le bailliage ; parmi ces dernières, le tarif de 1481 nomme des draps de Bruges, de Malines et de Londres55. D’après un coutumier peu datable (1324-1579), l’abbesse a un zoll « du Hanenbach au Gresson », qui a lui aussi ce double caractère ; c’est apparemment lui que mentionne un arbitrage de 141356.

  • 57  All jarmarkt dans la confirmation du bail de la fronwage à la corporation des tisserands en 1418 : (...)

41Foires : il est déjà question de « toutes les foires » de Masevaux en 1418 ; elles sont quatre par an en 150557.

  • 58  von unsern vordern seligen von Phirt : BRUN, Masevaux, I 77. A. BRUN, « Les corporations de M. », (...)
  • 59  BRUN, Masevaux, I 139 ; sur le coutil de M. au XVe s. cf. aussi GRIMM IV 80, AMS 89Z 126a, et H. A (...)

42Textile : en 1338, la duchesse Johanna renouvelle les statuts accordés à la corporation des tisserands « par les comtes de Ferrette, ses prédécesseurs »58 ; si l’on prend cette expression au pied de la lettre, il faut remonter au moins à son grand-père Theobald, donc avant 1311. Déjà selon ce premier règlement, la spécialité de Masevaux est le coutil (zwilch), mais celui de 1418 fait aussi allusion à la production de futaine (schürlitz)59.

  • 60  BRUN, Masevaux, I 37-39 et 153.

43Marché : il est déjà mentionné dans les statuts des tanneurs et cordonniers en 1320, et ceux des tisserands en 1423 montrent qu’il se tenait le mercredi60.

  • 61  AM Belfort CC 1/1, compte communal de 1432, p. 21 ; AHR 10G 6/10 (« 1442 XII 28 »).
  • 62  AHR 10G 6/10 (tuerie ou maison d’escorcherie).

44Halles : les alles de Masovalx sont visitées en 1432 par des délégués de Belfort et sont sans doute identiques à la gewantloube sous laquelle se lève un zoll en 144[1]61. L’abbesse se plaint en 1412 des nuisances de l’abattoir62.

  • 63  BRUN, Masevaux, I 27-43. Les membres de la nouvelle zunft sont tous nommés (I 29-33), mais tous n’ (...)
  • 64  BRUN, Masevaux. BRUN, Corporations (n. 58).
  • 65  Ein jeder zunftmeister under webern und sutern : AHR 1Mi 601.
  • 66  GRIMM IV 82 (sans date, après 1324).
  • 67  BRUN, Masevaux, I 141.
  • 68  Die zunfftstuben (1477, sans autre précision): AHR 2E 122 Masevaux 2. A.M. IMBS-OBERMULLER, « Tabl (...)

45Corporations : en 1320, le comte Ulrich de Ferrette accorde des statuts à celle que viennent de fonder les tanneurs et cordonniers de M., au nombre d’env. 146 (!!)63 ; en 1338, sa fille Johanna renouvelle les statuts de celle des tisserands64. Ces deux corporations sont les seules que citent l’Urbar du comté de Ferrette, dressé après la mort du dernier comte en 132465, et le coutumier domanial de Guewenheim/Masevaux66. Celle des tisserands a sa « maison » (der zunft huß und hof), qui en 1418 sert non seulement à ses réunions, mais aussi à la vente de ses produits, als das von alter harkomen ist67. Des poêles de corporations sont évoqués en 1477 ; huit corporations auraient existé dans « la ville et la seigneurie » de Masevaux68 – mais quand ?

  • 69  Ce qui expliquerait que les bouchers de M., plutôt que de fonder leur propre corporation, adhèrent (...)
  • 70  Sur les escoffiers et courvoisiers (tanneurs et cordonniers) à Belfort au XVe s., cf. B. de VILLEL (...)

46Évaluation : 4 points en 1300 (abbaye, chapitre, paroisse), 9 en 1350 (bailli, Juifs, textile, marché, corporations). Masevaux est à la fois une communauté de vallée, comme Munster et Andlau ; un bourg abbatial, plus lent à démarrer que ces derniers et à plus forte raison que Neuwiller, Marmoutier ou Seltz ; et enfin une ville « industrielle » à l’essor tardif, mais vigoureux (elle aurait 13 points en 1400 et 21 en 1450). Cet essor se fonde sur deux matières premières : d’abord le cuir – et on peut supposer que l’élevage de la vallée de la Doller n’y est pas étranger69, tout en notant que celui de la vallée de Munster, pourtant bien mieux attesté, ne semble pas avoir eu d’effets comparables – et plus tard sur le lin, dont pourtant la culture, dans les environs de la ville, n’a pas laissé de traces bien apparentes dans les textes. En tout état de cause, élevage et culture de plantes textiles sont répandus en divers lieux sans y susciter la naissance d’un artisanat aussi dynamique qu’ici ; aussi faut-il y chercher une autre explication, qui nous échappe encore. On notera d’ailleurs qu’après 1375, Brun n’a plus trouvé qu’un texte sur la corporation du cuir – une banale confirmation de 1442 – alors que sur celle des tisserands, il y en a pléthore au XVe siècle. On peut se demander s’il n’y a pas eu à cette époque une division du travail entre Belfort (métiers du cuir)70 et Masevaux (textile).

Molsheim

47Collégiale : voir ci-dessous, hôpital.

  • 71  Sorores in M. : A. PATSCHOVSKY, in Deutsches Archiv 30.1974, 85-86 n. 53, avec sources.
  • 72  ABR G 3690/1 (« charte »), f° 9v : prope bona beginarum conventui [!] de M. (v. 1300) ; AMS 1AH 85 (...)
  • 73  Rien à ce sujet dans S. TURCK, Les Dominicains à Strasbourg entre prêche, prière et mendicité, 200 (...)
  • 74  AMS 1AH 855 f° 337v-38r et 343r ; TURCK, Dominicains (n. 73), 60, et la même in RA 123.1997, 52.

48Couvent de femmes : en 1287, un légat charge le provincial dominicain de Teutonie d’accueillir dans son ordre les « sœurs de Molsheim »71. Comme à Obernai, leur couvent n’est plus mentionné par la suite ; il pourrait s’agir du béguinage cité à Molsheim vers 1300, en 1313, et jusqu’en 150172 – mais dont les liens avec les Dominicains ne sont pas attestés73. – Ces derniers ont une maison de quête à M. en 1297 et 134674.

  • 75  Cf. HEK 284-85 (Dompeter) et 850-53 (Molsheim), OSWALD, Molsheim, 163-66, et prochainement B. METZ (...)
  • 76  En 1198, Philippe de Souabe Mollesheim expugnando cremavit, solo cimeterio in deditionem recepto : (...)
  • 77  AMS CH 5940-41 (1466) ; AMS 1AST HS Molsheim 14 (1470).
  • 78  R. WILL, « L’église paroissiale primitive de Molsheim », in ASHAM 1994, 45-61.
  • 79  HEK 851, interprétant RBS II 868 (litige entre l’évêque et l’empereur sur la patronat, la dîme, la (...)
  • 80  Ecclesia parochialis S. Petri iuxta Mollesheim, que est matrix cappelle in Mollesheim : OHI V 236 (...)

49Paroisse : Molsheim dépend à l’origine de l’église-mère du Dompeter, isolée dans les champs près d’Avolsheim, à 2 km au NNE de la ville75. Mais il y a aussi une église Saint-Georges en ville, liée à la cour domaniale de l’évêque (Fronhof), attestée dès 1198 par une allusion à son cimetière fortifié76, et appelée plus tard die Oberkirche77. Cette église, démolie autour de 1800, avait trois nefs, deux tours aux bouts E des collatéraux et deux tourelles d’escalier sur la façade W78. C’était donc un édifice imposant, qui remontait au moins au XIIIe siècle, et qui devait de facto être la paroissiale dès cette époque – dès 1221 selon Barth79. Le texte de 1337 qui affirme que « le Dompeter est l’église-mère de la chapelle de Molsheim »80 ne fait que rappeler des droits qui ne correspondent plus à la réalité, comme à Eguisheim et Lauterbourg.

  • 81  AD I 336 n° 412 (à la date erronée de 1219, rectifiée in RI V/1, 1088) ; rééd. in OSWALD, Molsheim(...)
  • 82  OHI III 361 n° 395 (universitates parochianorum de Mollesheim et de Mutzicha en 1243) ; RBS II 112 (...)
  • 83  Jurati ... opidi en 1262 (GLAK 69 v. Türkheim, Nachlaß Grandidier, Codex diplom. III/4 ; RBS II 17 (...)
  • 84  So wissen wir wol, das alle von Molßheim vellig sint : AMS IV 8/1 ; rien à ce sujet in OSWALD, Mol (...)

50Commune : Frédéric II accorde en 1220 et confirme en 1236 aux cives de Mollesheim des franchises81, qui se présentent comme la confirmation des droits dont ils jouissaient déjà sous ses prédécesseurs, mais qui n’ont pas empêché l’évêque de Strasbourg de prendre le contrôle de la ville. En 1243, la commune est capable de présenter à l’évêque une charte de 1194, ce qui montre qu’elle a un embryon d’archives82. Six jurés sont attestés en 1262 et 1263, quatre Stettmeister en 135083. Bien que les franchises de 1220 aient accordé la liberté personnelle à tous les bourgeois, le Magistrat, en 1399, reconnaît qu’ils sont mainmortables84.

  • 85  Sigillum burgensium in M. en 1263 (AMS CH 119 ; Ch. WITTMER, Inventaire des sceaux des AMS, 1946, (...)

51Sceau attesté depuis 126385.

  • 86  SUB I 106 n° 130 ; RBS I 665.
  • 87  1217 : SUB IV/1, 11 n° 17, RBS II 836 ; 1221 : RBS II 872 ; 1374 : ABR G 4747/4.
  • 88  1234 : AMS 1AH 1644 f° 12v, RBS II 1030 ; 1314 : SUB II 262 n° 313.
  • 89  Avec les baillis de Rouffach, Bernstein, Ettenheim et Ortenberg (Ortenau) et le Schultheiß de Save (...)
  • 90  Allen den dörfern ... die da hörent in die pflegnùße zu M. : SUB V 364 n° 425.

52Centre administratif : un Schultheiß est mentionné dès avant 119186, un bailli en 1217 et 1221, mais plus par la suite avant 137487, un receveur (Schaffner) sans doute en 1234, puis souvent à partir de 131488. Au milieu du XIVe siècle, le receveur de Molsheim est un des six principaux officiers de la seigneurie épiscopale89 ; le bailliage de Molsheim est expressément cité en 135790.

  • 91  Unser steynin hus und den kelre darunder, dem man sprichet der Pfaltzekelre zu Mollsheim mit allem (...)
  • 92  Jus ... patronatus cum decima, curti et domo lapidea in Mollesheim : RBS II 868.
  • 93  Cf. néanmoins RBS II 1646 (1261) et 2263 (1290).
  • 94  Cf. METZ, 3 cimetières (n. 75), et pour 1198 ci-dessus, n. 76.
  • 95  En 1249, l’évêque a au cimetière un pressoir et un grenier, qui font certainement partie de sa cou (...)
  • 96  Cf. n. 76.

53Résidence, château : en 1384, l’évêque engage sa maison de pierre, bâtie sur une cave dite Pfaltzekeller ... uff dem Fronhof91. Or, en 1221, l’empereur et l’évêque se disputent, en même temps que le droit de patronat, une cour et une maison de pierre à Molsheim92. Le Fronhof de 1384 est sûrement la cour de 1221, la domus lapidea est sans doute la même aux deux dates, et le nom de sa cave en 1384 semble garder le souvenir d’un palais épiscopal dont la maison de pierre aurait été le bâtiment d’apparat. Si tel est le cas, il faut croire que ce palais a été précocement désaffecté, car il ne porte déjà plus ce nom en 1221, et on ne trouve guère de traces de séjours qu’y aurait faits l’évêque93. Il remonterait donc au moins au XIIe siècle. Or, à cette époque, Molsheim avait un cimetière fortifié, attesté en 1198, et par des mentions tardives de « celliers »94. Ici comme à Epfig et à Châtenois, le logis et la cour de l’évêque étaient dans l’enclos du cimetière95 – ou, si l’on préfère, le cimetière et la cour seigneuriale étaient entourés d’une enceinte commune, qui en faisait à la fois le refuge des habitants et le château de l’évêque. Toutefois, le terme de château est ici sujet à caution, dans la mesure où aucun texte ne l’emploie, et où la fortification elle-même se déduit uniquement d’une allusion indirecte96. La discrétion des sources tient sans doute à ce qu’une fois incluse dans l’enceinte urbaine, dans la première moitié du XIIIe siècle, la fortification du cimetière (ou du palais) a dû perdre son intérêt et être désaffectée.

  • 97  OHI IV 102 et VI 76. Cf. OSWALD, Molsheim, 76-79.

54En tout cas, l’évêque Johann von Dirbheim (1306-28) n’a pas cherché à la moderniser, mais s’est bâti un château à l’autre bout de la ville. Lorsqu’on a démoli sa maîtresse tour en 1766, on a découvert une inscription selon laquelle il avait édifié hoc opus en 132497. En même temps, et non loin de ce nouveau château, il fonde un hôpital, qui prend rapidement l’allure d’une collégiale sans le titre (voir plus loin). Cela semble indiquer qu’il avait l’intention de faire de Molsheim sa principale résidence. Ses successeurs n’ont pas poursuivi cette politique, privilégiant qui Dachstein, qui Saverne ; mais tous ont fréquemment séjourné à Molsheim.

  • 98  Cf. n. 76.
  • 99  ...ut jura, que ab antecessore nostro B. bone memorie tenuistis, utilitati et reparationi opidi ve (...)
  • 100  MGH SS 17, 113 l. 1-3 ; RBS II 1678.
  • 101  Quamdiu ... ad peragendum opera dicti oppidi necessaria, vallando ... : GLAK 69 v. Türkheim, Nachl (...)
  • 102  KÖNIGSHOFEN II 667 ; Notae hist. Arg., in MGH SS n.s. IV, 553.
  • 103  1317 : AMS 1AST B VIII 5 ; reg. : SUB III 259 n° 852. 1318 : ZGO 5.1854, 313 = OSWALD, Molsheim, 2 (...)
  • 104  G. OSWALD, « Les fortifications de M. du XIIe au XVIIIe s. », in ASHAM 1994, 15-44, ici 17-18 et 3 (...)
  • 105  FEIN, 69 (d’après le plan du XVIIe s.), et HIMLY, Atlas, 29, indiquent 33 ha.

55Enceinte : en 1198, Philippe de Souabe prend Molsheim d’assaut98, ce qui atteste une fortification, mais rien ne prouve qu’elle ait été en maçonnerie. En 1254, l’évêque Heinrich autorise la commune à utiliser les droits qu’elle tient de son prédécesseur Bertold (1223-44) pour la réparation de son enceinte99, ce qui implique que celle-ci existe déjà depuis un certain temps. Pourtant, en 1262, les habitants (populus eiusdem opidi) ne lui font pas confiance, puisqu’ils acceptent de payer une rançon collective aux Strasbourgeois plutôt que de leur résister100 – les murailles étaient-elles inachevées ? Quelques mois après, l’évêque Walter institue un Ungeld à Molsheim « aussi longtemps qu’il sera nécessaire pour les travaux de la ville, le creusement des fossés », etc.101. Selon les chroniques, c’est seulement sous l’évêque Johann (1306-28) que l’enceinte aurait été achevée102. Sans doute faut-il comprendre qu’il l’a agrandie vers l’Est, car à sa fondation, l’hôpital est dit extra muros en 1317, mais in opido nostro Mollesheim en 1318103, ce qui correspond à la situation ultérieure. G. Oswald a plausiblement tenté de restituer le tracé primitif de l’enceinte104. Elle aurait renfermé une superficie de l’ordre de 22 à 25 ha, tandis que celle du XIVe siècle en enserre env. 26 à 29105.

  • 106  H. STEINTHAL, « Un document inédit du XIIIe siècle : un registre des dettes de l’abbaye de Hesse » (...)
  • 107  MGH Const. IV 232 n° 263.
  • 108  1340 : ABR G 2726/3. 1349 : J. EUTING, „Über die älteren hebräischen Steine im Elsaß”, in Festschr (...)

56Juifs : l’abbaye de Hesse doit 18 lb. « au Juif de Molsheim » d’après un état de ses dettes que son éditeur place entre 1255 en 1349, ce qui ne l’empêche pas d’en parler souvent comme d’une source du XIIIe siècle106. En 1308, Henri VII cède à l’évêque tous les Juifs de Rhinau et de Molsheim107. Ces derniers, à qui l’évêque et le Chapitre avaient promis leur protection en 1340, ont peut-être dû fuir la ville en 1349108.

  • 109  In opido M. in vico Judeorum ex opposito synagoge Judeorum en 1338 : AMS 117Z 76 f° 131v. Area ... (...)
  • 110  EUTING, in Festschrift ... (n. 108), 245 (ou à part, 19) n° 13. Fragment repr. in OSWALD, Molsheim (...)

57Synagogue attestée en 1343, ce dont D. Fischer conclut abusivement que sa construction a été autorisée par l’évêque Bertold von Buchegg (1328-53)109. Il reste un fragment (non daté, 1re moitié du XIVe siècle) d’une inscription en l’honneur de son fondateur110.

  • 111  G. OSWALD, « Deux siècles de vie religieuse à l’hôpital de M. », in RA 122.1996, 149-57, ici 150, (...)
  • 112  Hospitale pauperum et infirmorum en 1317 : SUB III 259 n° 852 ; area ... cum ecclesia seu capella, (...)
  • 113  Decanus, custos et alii capellani hospitalis en 1343 : AEKG 9.1934, 132. OSWALD, 2 siècles (n. 111 (...)
  • 114  M. THOMANN, „M. und Zabern, Residenzstädte im Bistum Straßburg”, in V. PRESS, éd., Südwest-deutsch (...)

58Hôpital fondé par l’évêque Johann en 1316-19111. Bien qu’il soit présenté comme destiné aux pauvres et aux malades112, son activité caritative n’a guère laissé de traces écrites ; en revanche, il est doté dès 1326 de sept prébendes sacerdotales ; son sceau le désigne comme « chapitre de l’hôpital » et il a à sa tête un doyen113. C’est à juste titre que G.Oswald y voit « une sorte de chapitre inachevé ». Or une collégiale faisait fréquemment partie de l’équipement d’une résidence aristocratique. Dans la région, les exemples de Dachstein, Saverne, Lützelstein, Sarrewerden et Fénétrange sont tous plus tardifs ; mais le royaume de France en fournit beaucoup qui remontent jusqu’au XIIe siècle. Quoi qu’il en soit, on est très tenté de faire le lien entre la fondation de ce crypto-chapitre et celle du château, et d’y voir deux effets de la même volonté de mettre Molsheim au premier rang des résidences épiscopales114. Johann von Dirbheim a eu l’élégance de se soucier des pauvres et du culte avant de bâtir pour lui-même.

  • 115  Bi der guten lüten hus en 1298 : P.C. v. PLANTA, Adel, Deutscher Orden und Königtum im Elsaß des 1 (...)

59Léproserie citée en 1298 et vers 1345115.

  • 116  ABR G 377 f° 9v.

60Péage : le theloneum qui vers 1345 est affermé pour env. 18 lb. par an116 est très probablement un droit de marché et non un péage.

  • 117  ABR G 377 f° 126v et f° 23r.

61Marché : une maison prope forum est citée dans le livre des fiefs de l’évêque Johann (1306-28), probablement en 1306 ou peu après, et d’autres an dem kornmerckete vers 1345117.

  • 118  AD I 336 n° 412 in OSWALD, Molsheim, 262.

62Grand commerce : les franchises de 1220 exemptent les habitants de péage à Strasbourg et autres villes d’Empire (sauf de celui qu’ils payaient déjà au XIIe siècle)118 ; on ignore l’usage qu’ils ont fait de ce privilège.

  • 119  X. NESSEL, Beiträge zur Münzgeschichte des Elsaß, bes. der Hohenstaufenzeit, 1909 [tiré-à-part de (...)
  • 120  AMS 1AH 382/2, éd. CAOU V 77 n° N105.

63Monnaie : l’atelier monétaire de l’évêque à Molsheim n’aurait été actif que peu de temps, sans doute dans le deuxième quart du XIIIe siècle119. Une famille Monetarius/Münser s’y rencontre depuis 1271120.

  • 121  ABR G 377 f° 11r.
  • 122  Metzigerstube en 1416 : AMS 1AH 587 f° 200r (= 582 f° 153r) ; Gerwerstube en 1450 : inv. ARA 1J 33 (...)

64Corporations : la domus fabrorum attestée vers 1345121 est probablement le poêle de la corporation des forgerons. Ceux des bouchers et des tanneurs n’apparaissent qu’en 1416 et 1450122.

65Évaluation : 7 points en 1250 (paroisse, commune, enceinte > 10 ha, grand commerce, monnaie), 10 en 1300 (sceau, Juifs, léproserie, marché, monnaie), 19 en 1350 (quasi-chapitre, centre administratif, résidence, château, enceinte > 25 ha, synagogue, hôpital, 2e marché, corporation).

Mulhouse

  • 123  CM I 56-57 n° 64-65.
  • 124  CM I 59-60 n° 68-69, 68-69 n° 84 (1269, signalant qu’Albert le Grand y a consacré un autel et le c (...)

66Augustins : en 1268, comme leur terrain est trop petit, la commune les autorise à étendre leurs bâtiments jusqu’au milieu du ruisseau, et l’Ordre de Saint-Jean leur baille quatre parcelles voisines123. De 1268 à 1271, plusieurs évêques leur accordent des indulgences pour favoriser leur chantier124.

  • 125  TSCHAMSER I 97 (confusion avec Bâle, où le couvent franciscain a bien été fondé en 1231 ?) et 155 (...)
  • 126  MOEDER, Église, 43-44 ; 1297 : MOEDER, Études, 282 [= BMHM 56.1937, 50].
  • 127  1285 ... recepte sunt domus in M. et Brisaco : « Chronicon provinciae Argentinensis », éd. in Arch (...)

67Franciscains : Tschamser écrit qu’ils se sont établis à Mulhouse à la fois en 1231, sur une parcelle acquise de Schoenensteinbach, et en 1260, sur un terrain offert par l’évêque Walter125 ! Moeder est enclin à accepter cette seconde date, tout en soulignant que la première mention d’archives est de 1297126. Une chronique franciscaine écrite vers 1327 donne la date de 1285 127.

  • 128  CM I 88-89 n° 119 (dormitorium et coquinam hospitii nostri) ; HIMLY, Atlas, 90 n° 56.

68Dominicains : ceux de Bâle ont à Mulhouse une importante maison de quête, qu’ils agrandissent encore en 1291 ; mais c’est à tort que Himly en fait un couvent128.

  • 129  TSCHAMSER I 212, d’après Berard Müller, cité n. 125, 122-23.
  • 130  MOEDER, Église, 45-46. 1306 : MOEDER, Études, 287 [= BMHM 56.1937, 55] n° 21.

69Clarisses : selon Tschamser, leur couvent aurait été fondé en 1283 par la noble Maria von Altkirch et construit en 1285129. Mais une famille noble d’Altkirch n’est pas connue à cette date, et le prénom de Maria est inusité au XIIIe siècle. Néanmoins, Moeder juge ces dates plausibles, car la première mention sûre est un bref de 1306, qui ordonne de faire restituer aux Clarisses des biens illégalement aliénés, ce qui implique que leur couvent existe déjà depuis quelque temps130.

  • 131  M. MOEDER, Les béguinages à M. [tiré-à-part de BSIM, mars 1934], 15 (1326) ; en 1378, cette maison (...)
  • 132  MOEDER, Béguinages (n. 131) ; MOEDER, Église, 47-48.
  • 133  AHR 32H 5, éd. CM I 291 n° 308 (1375) ; MOEDER, Église, 48.

70Béguines : une maison de Tertiaires franciscaines est fondée en 1326131. Les autres béguinages que cite Moeder ne sont pas des institutions, mais simplement des maisons où vivent une ou deux béguines132. Des bégards (willig armen) sont attestés en 1375 et 1433133.

  • 134  MOEDER, Études, 272 [= BMHM 56.1937, 40] n° 2. Sur les débuts de la commanderie cf. aussi P.C. von (...)
  • 135  Conradus der Hohiere de Mulehusen de ordine fratrum Theutonicorum : MOEDER, Études, 273 [= BMHM 56 (...)
  • 136  Fratres hospitalis S. Marie domus theutonice apud civitatem nostram M. : CM I 5 n° 9.
  • 137  Domus Theutonicorum en 1264 : CM I 15 n° 21 Tr. II 150 n° 111. Un commandeur en 1272 : Fr. HEFELE (...)

71Commanderie teutonique : en 1232, le roi Heinrich (VII) confirme à l’ordre teutonique la donation d’un ancien Schultheiß de Mulhouse134. Un Teutonique de Mulhouse est témoin à Bâle en 1235135. Un conflit entre les bourgeois et les « frères de l’ordre teutonique dans notre ville » sur un moulin est résolu en 1236136. Moeder admet l’existence d’une commanderie à cette date, bien qu’à strictement parler elle ne soit attestée qu’en 1264, voire en 1272137.

  • 138  Domus, magister en 1249 : CM I 13 n° 14. Petrus commendator ... hospitalis S. Johannis in Mulnhuse (...)
  • 139  Pour la première fois en 1274 : AHR 32H 5.
  • 140  CM I 63 n° 76. MOEDER, Études, 104 et 182 [= BMHM 53.1933, 52 et 54.1934, 86] n. 207, admet que la (...)

72Commanderie de Saint-Jean : les Hospitaliers ont à Mulhouse une « maison », dirigée en 1249 par un « maître », en 1263 par un commandeur138, qui par la suite sera souvent en même temps celui de Soultz139. En 1269, leur église est consacrée et dotée d’indulgences140.

  • 141  MOEDER, Église, 4-6 ; M. MOEDER, « La dîme à M. au Moyen Âge », in BMHM 48.1928, 23-64, en part. 6 (...)
  • 142  Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung 29.1908, 586 n° 6 et RUB I 57 n (...)
  • 143  GUILD, Fouilles (n. 141). Cf. M. KOEHNLEIN, « L’ancienne église Saint-Etienne de M. », in BMHM 52. (...)

73L’église paroissiale Saint-Etienne de la ville basse est en tout cas antérieure à 1003141. La première mention de son curé est de 1187142. Dès le milieu du XIIe siècle, elle avait trois nefs143.

  • 144  MOEDER, Église, 7-8 et 40 – que GUILD, Fouilles (n. 141), ne remet pas vraiment en question.

74Moeder n’est pas convaincant lorsqu’il considère l’église des Hospitaliers, dans la ville haute, comme une ancienne paroissiale144 : l’abside semi-circulaire qu’une « fouille » de 1894 a mise au jour n’est pas forcément aussi ancienne qu’il le croit, et rien n’indique que le puits trouvé en 1894 et 1954 ait servi à des baptêmes ; enfin, Moeder suppose que l’église était dédiée à l’origine à saint Jean-Baptiste, puis à saint Etienne, dont le vocable aurait été transféré au XIIe siècle à l’église de la ville basse, laissant à nouveau la place à saint Jean-Baptiste ! C’est contraire à toute vraisemblance, et au total, l’existence d’une seconde paroisse dans la ville haute n’est nullement avérée.

  • 145  Tr. I 495 n° 331 (1224) ; CM I 50 n° 57 (1267). MOEDER, Études, 82-83 = BMHM 53.1933, 30-31. MOEDE (...)
  • 146  AHR 32H 5 (1286) ; MOEDER, Église, 50.

75Cours abbatiales : la cour de Lucelle, près de la porte de Bâle, a été bâtie en 1224 contre l’enceinte urbaine, probablement en même temps que celle-ci, et était occupée en permanence par 2 à 4 moines ; sa chapelle, citée depuis 1267, est sans doute aussi vieille qu’elle145. La cour de Schoenensteinbach, citée en 1286, n’a guère duré146.

  • 147  1223 : le passage essentiel de la charte n’est pas dans l’éd. incomplète d’AD I 350 n° 432, mais b (...)
  • 148  Sculteto, advocato et consiliariis : MOEDER, Études, 272 [= BMHM 56.1937, 40] n° 1.
  • 149  MOEDER, Institutions, 84-86.
  • 150  Universi burgenses in Mulhusen ... communi omnium consilio : CM I 5 n° 9.
  • 151  BUB I 136-37 n° 191 = CM I 11 n° 12 (toute première alliance de villes contre des « chevaliers-bri (...)
  • 152  CM I 18 n° 23 (1265), 168 n° 197 (1338), 212 n° 237 (= MGH Const. VIII 455 n° 40 : 1347) ; MOEDER, (...)
  • 153  CM I 81 n° 107 (1275) et 90-92 n° 121 = CAOU III 8-9 n° 1671 (1293).

76Commune : Mulhouse est appelé civitas en 1223 et 1231147. En 1227, le landgrave écrit « au Schultheiß, au Vogt et aux conseillers de Mulhouse »148. C’est l’unique mention de consiliarii, et il ne sera plus question d’un Conseil jusqu’en 1265. Moeder croit néanmoins qu’il a existé sans interruption, sauf peut-être pendant la brève domination de l’évêque autour de 1260149. En 1236, les bourgeois de Mulhouse émettent (mais ne scellent pas) la charte par laquelle ils mettent fin à leur litige avec l’ordre teutonique sur un moulin150, et en 1246, ils s’allient à ceux de Bâle pour s’emparer du château de Landser151. En 1265, Mulhouse a 12 consules, et en 1338 et 1347 un bourgmestre reconnu par le souverain152 ; celui-ci a accordé à la ville un privilège de non evocando en 1275 et des franchises étendues en 1293153.

  • 154  CM I 26 et 38 n° 33 et 47 ; empreinte conservée de 1267 : AHR 10H 94/1, éd. CM I 51 n° 57. BEDOS 3 (...)

77Sceau mentionné en 1266154.

  • 155  1227 : voir n. 148 ; 1240 : RUB I 77 n° 74.
  • 156  M. MOEDER, « Les avoués impériaux de M. au XIIIe s. », in Bull. de la soc. d’hist. et de sciences (...)

78Centre administratif : l’advocatus attesté à Mulhouse de 1227 à 1240155 n’est évidemment pas un avoué, comme le comprend Moeder156, mais pas davantage un bailli, car il n’y a pas dans le Sud de l’Alsace d’autres biens d’Empire qu’il serait susceptible d’administrer. Moeder considère que sa seule fonction est l’exercice de la haute justice en ville, et que, comme à Haguenau et à Sélestat, il la perd rapidement au profit du Schultheiß, à l’origine limité à la basse justice.

  • 157  M. MOEDER, « Les greffiers-syndics de M. au Moyen Âge », in BMHM 43.1923, 17-64, ici 33, d’après u (...)
  • 158  CM I 25-26 n° 33-34 (1266) et 105 n° 135 (1304).
  • 159  AHR 10H 66/6 (1369) ; MOEDER, Greffiers-syndics (n. 157), 35 ; cf. CM I 299 n° 315 (1377).

79Le secrétaire de la ville n’est pas mentionné avant 1366157 ; mais en 1266, le maître d’école est en même temps juriste au service de la ville, et en 1304, il fait fonction de notaire, bien qu’il n’ait ni seing manuel ni sceau158. En 1369, le maître d’école est aussi notaire impérial, et Johann Heinrici, le premier secrétaire de la ville attesté par une charte (1378), est aussi rector scolarium159. Au total, le Mulhouse du XIIIe et du XIVe siècle évoque ces villages du XIXe siècle où l’instituteur était eo ipso secrétaire de mairie.

  • 160  MGH SS 17, 108 l. 43 ; SS 25, 342 l. 6-10 ; RBS II 1656, 1666. Cf. MOEDER, Études, 125-31 [= BMHM (...)

80Du château de l’évêque de Strasbourg, la première mention est celle de sa destruction par les bourgeois, alliés à Rudolf von Habsburg, en 1262160. Il n’a sans doute existé que peu de temps.

  • 161  Ci-dessus, n. 147 (1223) ; AD I 351 n° 436 (1224) ; CM I 5 n° 9 (1236) ; MOEDER, Études, 80-84 = B (...)
  • 162  Ci-dessus, n. 145.
  • 163  CM I 4 n° 8 ; autres exemples en 1233 (Tr. I 528 n° 354), avant 1239 (RUB I 76 n° 70 ; date : RH I (...)
  • 164  CM I 6 n° 9 (Rudeger de Porta).
  • 165  CM I 10 n° 11 (possessiones ... infra septa de Mulhusen).

81Enceinte : Moeder la date autour de 1224, avec de bons arguments ; car Mulhouse est appelé civitas en 1223 et 1236, mais villa encore en 1224161. La construction de la cour de Lucelle, contre la muraille, en 1224, est apparemment une réaction rapide à l’érection de celle-ci162. Dès 1231, neuf nobles acceptent la perspective d’être otages à Mulhouse163. Rüdiger zum Tor y est cité en 1236164. Il est vrai qu’en 1246, il est encore question de biens « à l’intérieur des palissades de Mulhouse »165 – faut-il comprendre que la ville n’a encore qu’une enceinte de bois ? ou que ces palissades sont un Etter, entourant les jardins hors les murs ?

  • 166  HIMLY, Atlas, 29 et 91 (où le plan, censé être au 4 000e, est en fait à plus petite échelle). Le c (...)

82Superficie : Himly l’estime à 33 ha – en contradiction avec son propre plan, mais peut-être à raison166.

  • 167  CM I 88 n° 118 (1290) et 102 n° 132, rotule sans date. CM I 168 n° 197 (1338). MENTGEN 37, 235 et (...)

83Juifs : en 1290, le roi Rudolf remet à la ville les 200 marcs d’argent qu’elle devait au Juif Salman de Neuenburg, dont il a confisqué les biens. Il n’est certes pas prouvé que Salman habitait à Mulhouse, mais à la fin du XIIIe siècle, Robin iudeus doit un cens à Lucelle pour sa maison dans cette ville. Les Juifs y sont persécutés en 1338 et 1349167.

  • 168  AHR 10H 94/1, éd. CM I 113 n° 145 (1311) ; MOEDER, Études, 228 = BMHM 55.1936, 60. Cf. aussi AHR 1 (...)

84Synagogue attestée en 1311168.

  • 169  AHR 10H 128/3 (1327), que je comprends comme MENTGEN, 48, et non comme R. BARZEN, F. BURGARD et R. (...)

85Le cimetière juif de Rixheim, à 5 km de Mulhouse, mentionné en 1327, était sans doute en première ligne celui des Juifs de cette ville, bien qu’il ait été qualifié récemment de « cimetière central sans rapport avec une communauté urbaine »169. Car à Rixheim même, on ne trouve pas de Juifs avant le XVIe siècle.

  • 170  CM I 122 n° 154 (phleger [in dem] armen spital zi Mulnhusen).
  • 171  MOEDER, Études, 293 [= BMHM 56.1937, 61] n° 28 (1314) ; BMHM 55.1936, 115 n° 2 (1338). Cf. Ph. MIE (...)

86L’hôpital existe en 1316170. La chapelle Sainte-Catherine, connue depuis 1314, est celle de la léproserie en 1338 et plus tard171.

  • 172  Magister Johannes, scolasticus de Mulhusen (1266) : CM I 25-26 n° 33-34 ; in vico scolarum en 1268 (...)

87L’école est fréquemment attestée à partir de 1266 ; elle passe sous le contrôle de la commune en 1297172.

  • 173  CM I 15 n° 21 > Tr. II 151 n° 111 ; cf. MOEDER, Institutions, 140-41.

88Un bain existe dès 1264173.

  • 174  Den zoll an den brugken .. an den merketen : AM Mulhouse I 175.

89Péage : le Schultheiß de Mulhouse vend à la ville en 1368 le zoll qu’il perçoit au nom de l’Empire « aux ponts et aux marchés »174, mais il est bien improbable qu’il s’agisse d’un péage.

  • 175  MOEDER, Institutions, 241.

90Les foires, selon Moeder, pourraient remonter au XIIe siècle ; mais il ne donne ni argument, ni première mention175.

  • 176  CM I 91-92 n° 121.

91Grand commerce : les franchises de 1293 exemptent les marchands de Mulhouse de péage dans toutes les villes de l’Empire176.

  • 177  MOEDER, Études, 41-44 in BMHM 52.1932, 47-50, est si persuadé de l’ancienneté du marché qu’il ne s (...)
  • 178  1266 : voir plus bas, n. 181 ; cf. Kahl (n. 166), 10 n. 29. Sur le cimetière comme lieu de marché (...)
  • 179  CM I 92 n° 121 (1293) ; BMHM 56.1937, 53 n° 19 (1303) ; AHR 3G évêché de Sbg 50 (18/1A) Niederherg (...)
  • 180  MOEDER, Institutions, 241, avec source. Sur la faible densité du peuplement dans la ville haute, c (...)

92Du marché, Moeder pense également qu’il remonte au dernier quart du XIIe siècle, dans la logique de sa thèse sur la fondation d’une agglomération marchande par Frédéric Barberousse177 ; c’est possible, d’autant plus que la halle aux draps, citée dès 1266, est au cimetière, qui est en même temps la place du marché178. Mais pour des indices précis, il faut attendre la fin du XIIIe siècle : les franchises de 1293 confient à la commune le contrôle des poids et mesures, et une mesure locale apparaît en 1303 pour les grains, en 1311 pour l’argent179. Un second marché, instauré en 1387 ou 1397 dans la ville haute, peu peuplée, n’a pas duré180.

  • 181  AHR 10H 94/1, éd. CM I 38 n° 47 (1266) ; sur le sens du mot cf. M. MOEDER in BMHM 49.1929, 30-33. (...)
  • 182  1346 : CM I 204 n° 229 ; 1377 : n. 181 ; M. MOEDER in BMHM 49.1929, 27-35.
  • 183  De macellis, de macello carnium dans le rotule de Lucelle, de 1268 : AHR 10H 97/2 ; de opacelli [f (...)
  • 184  Inv. AM Mulhouse I 73. Rente uf der brotschalen ze nehst der steininen sùle en 1342 : AHR 10H 94/1 (...)

93Halles : la watschale citée en 1266 est une halle aux draps, qui se trouvait au cimetière181 ; mais elle a été déplacée entre 1346 et 1377, sans doute à l’emplacement du koufhus cité depuis 1417182. Une boucherie est attestée depuis 1268183, et une brotschale – halle au pain ou simple étal de boulanger ? – en 1335184.

  • 185  BMHM 56.1937, 61 n° 27 (1314) ; CM I 121 n° 153 (1316) et 214 n° 239 (1347). Cf. M. MOEDER, « Rech (...)
  • 186  MOEDER, Institutions, 263 (1342) ; AHR 10H 97/3 f° 7r (XVe s.).
  • 187  MOEDER, Institutions, 112.

94Corporations : leurs maîtres sont cités depuis 1314 et ont dès ce moment un rôle politique185. Le poêle des bouchers existe en 1342, celui des tailleurs au XVe siècle186. Le nombre des corporations ne semble pas connu pour le XIVe siècle  ; il passe de sept à six avant 1449187.

95Évaluation : 6 points en 1250 (paroisse, commune, enceinte > 25 ha), 23 en 1300 (2 commanderies, 2 couvents mendiants, Clarisses, sceau, notaire, Juifs, école, bain, commerce, marché, 2 halles), 27 en 1350 (Tertiaires, synagogue, cimetière juif, hôpital, corporations).

Munster

  • 188  RegA 15 n° 44 ; MGH SS III 153 l. 7 et 10-17 ; HEK 876.

96Abbaye bénédictine Saint-Grégoire, fondée vers 660188 ; c’est à elle que la ville doit son nom, ses armes (une façade d’église) et son identité, qui s’est forgée dans le combat séculaire de la commune contre les moines, comme p. ex. à Wissembourg et à Seltz.

  • 189  Albertus clericus, canonicus S. Gregorii : ASHM 2.1928, 94 ; Joannes rector ecclesie in Meyenheim, (...)

97Chapitre de chanoines (certainement dépendant de l’abbaye, à l’instar de Notre-Dame de Murbach) sporadiquement mentionné au XIIIe siècle189.

  • 190  Thiethardus plebanus, témoin en 1183 dans la suite de l’abbé de M. (RUB I 52 n° 38 = ZGO 106.1958, (...)
  • 191  Ecclesia s. Leodegarii parrochialis : GÖSSI 194 n° 140 ; cf. AHR 1H 25/1-6 et 127/3-4.
  • 192  ASHM 7.1933, 26 (aussi in J.L. LEMAITRE, Répertoire des documents nécrologiques français, 1980, II (...)

98Paroisse Saint-Léger attestée par des mentions de son pléban à partir de 1183190, incorporée à l’abbaye en 1260191. L’église, située hors de la ville à l’E, brûle avec elle en 1354, ce qui donne à penser qu’elle n’était pas isolée192.

  • 193  Der rat und die gemeinde alle von dem vorgenanten [S. Gregorien] tal : AHR 1H 17/1, éd. CAOU V 255 (...)
  • 194  S. communitatis vallis sancti Gregorii ; photo in ASHM 9.1935, 32 ; BEDOS 363 n° 479.
  • 195  K. RUSER, Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde vom 13. Jh. bis 1549, II Städte- un (...)
  • 196  Wir der vogt, meister und rath zu M. en 1328 : AHR 1H 117a f° 126v/127v (Rotbuch, XVIe s., double (...)
  • 197  AHR 1H 117a f° 126v/127v (= inv. AM Munster GG 56 f° 37) ; J. MATTER, „Das Münsterer Rathaus”, in (...)
  • 198  Reg. MGH Const. XI 96 n° 157, éd. in W.D. FRITZ, „Die Neuverleihung des Colmarer Stadtrechts an Ka (...)

99Commune attestée en 1287193 par une charte à laquelle elle append son sceau194. C’est une communauté de vallée, comme à Andlau et Masevaux, mais ses habitants sont appelés « bourgeois » en 1291 et 1293195. Un Stettmeister est cité en 1328, 1351 et 1353196. Le conseil siège d’abord à l’abbaye ; en 1328, l’abbé met à sa disposition une maison pour servir d’hôtel de ville (ratstube)197. La charte de 1287 fait allusion à des franchises, dont le texte (s’il a existé) est perdu ; en 1354, Munster se voit conférer le droit de Colmar198.

  • 199  Voir n. 190 (1183) et 193 (1287).

100Centre administratif : un Schultheiß est attesté dès 1183, un bailli (vogt), qui administre aussi Turkheim et Wintzenheim, depuis 1287199. Dans la première moitié du XIVe siècle, Steinung von Münster est bailli à la fois de Munster et de Kaysersberg, mais c’est l’exception.

  • 200  AMC FF 351/35 (Bechtold Heimburg, wilent statschriber zu Mùnster en 1416). Cf. J. MATTER, „Die Mün (...)

101Secrétaire de la ville : il n’apparaît qu’au début du XVe siècle200.

  • 201  J. BRESCH, La vallée de M., guide du touriste, 1871, 123 ; R. SCHMITT, « Essai d’une reconstitutio (...)
  • 202  Archiv für Kunde österreichischer Geschichtsquellen 6.1851, 170 n. b.
  • 203  Burger ... gesessen inwendig diser stat ze Münstertal oder uswendig : Rappolsteiner Urkundenbuch ((...)
  • 204  B. METZ, « Les enceintes urbaines d’après les sources écrites en Alsace », à paraître dans Y. HENI (...)
  • 205  SCHMITT, Essai (n. 201). HIMLY, Atlas, 29 indique une surface de 4,2 ha, mais figure une ville d’e (...)

102Enceinte : Bresch parle sans source de « fossés et un double [!] mur d’enceinte exécutés d’après les plans [!!] adoptés en 1308 ». Il a été suivi sans critique par R. Schmitt et Himly201. Mais dès 1304, Monasterium vallis S. Gregorii est cité avec quatre autres opida202 ; et en 1303, la mention de bourgeois « résidant à l’intérieur ou à l’extérieur de la ville »203 semble faire référence à l’enceinte. Bien plus, la mention d’une ville (stat) en 1287 est presque certainement à comprendre comme « localité entourée d’une fortification maçonnée », car tel est le sens que prend le mot stat en Alsace dans la deuxième moitié du XIIIe siècle204. Pour la superficie de la ville, les indications de Himly étant contradictoires, il vaut mieux se fonder sur le plan de R. Schmitt, d’après lequel elle serait d’env. 5 ha205.

  • 206  X. MOSSMANN in BMHA 16.1893, 126-27 n° 36 ; MENTGEN 46 cite AHR 3G St Pierre 16 (D I 9).
  • 207  SALFELD 239 et 253.
  • 208  P. ACHT, dir., Regesten Kaiser Ludwigs des Bayern, 4 (Elsaß, éd. J. WETZEL), 1998, 83 n° 147 n. 1  (...)

103Juifs : en 1313, le Juif Anselm de Munster est bourgeois de Colmar206. Des pogroms sont attestés en 1338 et 1348/49207. C’est sûrement à la suite du premier que l’empereur Ludwig confère à Hanemann von Hattstatt la maison à Munster qui lui est échue du Juif Bonami208.

  • 209  ASHM 2.1928, 112-13.
  • 210  AD II 167 n° 980 ou (mieux) ASHM 60.2006, 19 l. 58 (éd. AHR 1H 17/10).
  • 211  Pratum iuxta domum leprosorum : ASHM 7.1933, 90 ; sur la date cf. ibid. 14 ; HEK 879.

104Hôpital : ses biens sont mentionnés en 1252 et 1281 209. Le traité de 1339 entre l’abbé et la ville montre qu’il s’agit d’un hôpital abbatial, en principe réservé aux natifs du Val210. La léproserie est mentionnée dans un obituaire de la fin du XIIIe siècle, continué au XIVe siècle211.

  • 212  AHR 1H 35 f° 13r, éd. AD I 432 n° 594.
  • 213  AD II 166 n° 980, ou mieux ASHM 60.2006, 18, l. 50.

105École : un écôlatre est cité en 1261212, et des écoliers dans une partie du traité de 1339 qui a toutes les chances d’être reprise d’un Weistum antérieur213.

  • 214  AD II 165 n° 980, ou mieux ASHM 60.2006, 16, l. 27-29.
  • 215  Bibl. Mun. Colmar, Ms. 122 f°1v ; vidimus : AHR 1H 35 f° 13r, éd. AD I 432 n° 594.
  • 216  AHR 1H 35 f° 50r.

106Marché : le traité de 1339 mentionne un zoller, qui ne lève pas un péage – lequel, en l’absence d’une route transvosgienne, serait peu probable – mais des taxes sur les transactions214, ce qui prouve l’existence d’un marché. Or le thelonearius attesté en 1261 avait sûrement déjà la même fonction 215. En revanche, la Laube n’est citée que vers 1456216, et dans le traité de 1339, sant Gregorien messe et sant Martins messe signifient « la fête [et non la foire] de saint Grégoire et de saint Martin ».

  • 217  AD II 165 n° 980, ou mieux ASHM 60.2006, 16, l. 30-31. Ce sont les mêmes métiers qu’on trouve dans (...)
  • 218  A. SCHERLEN, Perles d’Alsace (éd. allemande) I, 1926, 51.

107Corporations : le traité de 1339 en évoque une (celle des bouchers ? et des tanneurs et cordonniers ??)217, mais on n’en trouve plus mention par la suite218.

108Évaluation : 3 points en 1200 (abbaye, paroisse), 4 en 1250 (hôpital), 12 en 1300 (chapitre, commune, sceau, centre adm., enceinte, école, marché), 14 en 1350 (Juifs, corporation).

Neuwiller

  • 219  RegA 51 n° 109 ; HEK 914 ; Chr. WILSDORF, « Remarques sur la première vie de saint Adelphe de Metz (...)

109Abbaye bénédictine Saints-Pierre-et-Paul fondée avant 740219.

  • 220  AD I 235 n° 282.

110Chapitre de chanoines séculiers Saint-Adelphe fondé avant 1147220.

  • 221  AD I 250 n° 303, qui fait allusion à une matrix ecclesia parochialis apparemment distincte de Sain (...)
  • 222  HEK 919 ; PFLEGER, Pfarrei (n. 43), 25, cite en ce sens des recherches « à paraître » de K. Stenze (...)

111Paroisse : la première mention d’un parrochianus ou plebanus sacerdos (à Saint-Adelphe, d’après le contexte) est de 1162221. Selon Barth, Saint-Adelphe serait devenu paroisse « vers 1100 » [?], succédant à une première et « précoce » église paroissiale Saint-Jean-Baptiste222.

  • 223  MGH SS XV/1, 294-96. Cf. G. WEILL, « Le rayonnement d’un pèlerinage alsacien au IXe s. : Saint-Ade (...)
  • 224  Jos. LEVY, Die Wallfahrten der Heiligen im Elsaß, 1926, 49-50.
  • 225  BURG, Adelphi-Stift (n. 221), 69. Sur ce reliquaire (aujourd’hui à l’abbatiale), cf. R. WILL in AE (...)

112Pèlerinage à Saint-Adelphe attesté pour la 1re moitié du IXe siècle, mais avec un rayonnement exclusivement régional223, et qui aurait duré jusqu’en 1622 au moins224. Burg considère le reliquaire de la fin du XIIIe siècle comme preuve de la prospérité du pèlerinage à cette époque, et croit sans raison valable qu’il décline au XIVe siècle225.

  • 226  Le scultetus, le tribunus [= Heimburge] et 10 judices et jurati représentent les cives ou burgense (...)
  • 227  WINKELMANN, Acta (n. 147), II, 1885, 361-62 n° 586 ; LU I 457 (mentionne le Conseil de N.) ; Regg. (...)
  • 228  LU III 2940 ; ABR G 5655 f° B92r.

113Commune : l’existence de son sceau (ci-dessous) prouve qu’elle existe dès 1299 ; ses différents organes apparaissent en 1321226. L’empereur Ludwig lui confère en 1337 les franchises de Haguenau227. Un Stettmeister apparaît en 1444 et 1445228.

  • 229  ABR G 5655 f° A65v (mention : AI II 223) ; pour une empreinte conservée, voir ABR G 5351/8 (1336) (...)

114Sceau : « les bourgeois de Neuwiller » scellent une charte en 1299229.

  • 230  Also do ze Nuwilre re[ht ist ?], wan es ir oberste hof ist : CAOU V 297-98 n° N402 in Pays d’Alsac (...)

115Centre administratif : en 1289, les franchises de Diemeringen prévoient des amendes « conformes au droit de Neuwiller, car c’est là qu’ils vont en appel »230. C’est pour l’instant le seul témoignage connu du rayonnement de la cour et du droit de Neuwiller. Ce dernier est inconnu, il a dû être oblitéré par celui de Haguenau conféré à Neuwiller en 1337.

  • 231  ABR G 5377/2 (1247) ; LU I 1315 (1380) ; AMS 2OND 136/11 C (1395).

116Un Waltherus advocatus [de Neuwiller ?] est mentionné en 1247, mais aucun autre bailli n’est connu avant Wolperlin (1380-95)231.

  • 232  Domus magistri Johannis notarii à N. en 1313 : ABR G 5655 f° A76v. Conrat der stette schriber von (...)

117Un notaire apparaît en 1313, un secrétaire de la ville en 1327 et 1343. L’échevinage de Neuwiller fonctionne au moins depuis 1426232.

  • 233  LU I 904 ; cf. AlsMun 10, 1995, 6 et J.M. RUDRAUF, « Le château médiéval de N., son origine, sa lo (...)

118Le château des Lichtenberg est attesté depuis 1361233.

  • 234  Les Lichtenberg s’emparent de l’opidum quod ante ipsum claustrum situm est en 1260 [mais ne détrui (...)
  • 235  Cum cives .... oppidum duxererint ... solidare et munimen impendere eidem ... ad pontes, portas, e (...)
  • 236  1316 est une faute de la copie du XVIe s. : ABR E 2031 f° 1 ; elle est corrigée dans l’éd. de Th. (...)

119Enceinte : Neuwiller est qualifié d’opidum depuis 1260234. En 1321, l’abbé s’engage à fournir du bois aux bourgeois pour les fortifications235. L’autorisation de fortifier Neuwiller, accordée par l’empereur Ludwig à Johann von Lichtenberg en 13[30]236, est en tout cas rétrospective. La superficie intra muros, que Himly évalue à 14 ha, semble ne dépasser que de très peu les 10 ha.

  • 237  H. BANSA, Die Register der Kanzlei Ludwigs des Bayern, I, 1971, 112 n° 111 (1322). Autres mentions (...)

120Juifs : en 1322, l’empereur Ludwig engage à un chevalier le Juif Joseph de Neuwiller237. Pogrom en 1348/49.

  • 238  Les Juifs de N. doivent un cens von ire schullen, die do gelegen ist zu Nuwilr in der stat gegen H (...)

121La synagogue apparaît en 1335238.

  • 239  Ad elemosinam hospitali cedent : ABR G 5655 f° B64v (l’exp. doit être sous G 5401/1). Donation con (...)
  • 240  HIMLY, AH, 158.

122Hôpital : en 1256, les Lichtenberg donnent à l’abbaye une rente de vingt quartauts de grain, dont cinq pour son hôpital239. L’existence de l’hôpital bourgeois affirmée par Himly240 n’est nullement prouvée : parmi les mentions qu’il en allègue, il n’y en a aucune dont on puisse exclure qu’elle se rapporte à l’hôpital monastique.

  • 241  ZGO 15.1863, 397 n° 33 (1278) et 54.1900, 194 (1324). Maison „neben der Schule” en 1422 : L.A. KIE (...)

123École : Saint-Adelphe a un écolâtre en 1278 et 1324241.

  • 242  Estuarium ... in Kallegasse, appelé Mulichs badestube en 1415 : ABR G 5655 f° A82-84.

124Bain attesté en 1342 et 1344242.

  • 243  ABR C 282/66 ; LU II 1362.

125Péage : le roi Wenzel concède à Johann von Lichtenberg en 1381 un péage de 2 ß par foudre de vin à Neuwiller et Weiterswiller (sur la Lampartische Straße de Flandre en Italie)243.

  • 244  Fritscho in Marckgasse parmi les jurati de N. en 1321 : ABR G 5655 f° A24v (en alémanique, le mot (...)

126Marché : la rue du marché est citée en 1321 et 1349, le marché lui-même en 1335 et 1344, un marché au fromage en 1480244.

  • 245  Super maccello superiori carnificum en 1330 : ABR G 5655 f° A 27. Maison ex opposito macellorum am (...)
  • 246  1354 : HIMLY, Atlas, 94, sans source ; ein orthus an der milchlouben (ou milth-, avec un tilde sur (...)

127Halles : une boucherie est attestée depuis 1330245, une halle au lait (?) en 1354 (?) et 1409246.

128Évaluation : 3 points en 1150 (abbaye, chapitre), 4 en 1200 (paroisse), 5 en 1250 (hôpital), 11 en 1300 (commune, sceau, enceinte > 10 ha, école), 17 en 1350 (notaire, Juifs, synagogue, bain, marché, halle).

Obernai

  • 247  AMS 1AST HE II 1 (1231), I 46-47 et 50-51 (1246), I 238 (1436) ; AD I 389 n° 510 (124[6] ; A. HESS (...)
  • 248  Swester Grede in der closen ze Ehenheim en 1326 (AMS 1AH 4169), die meisterin und die swester geme (...)
  • 249  GYSS I 202-03 y voit sans doute à tort une institution hospitalière (voir plus bas) ; les béguines (...)

129Un couvent d’Augustines, apparu en 1231, est soumis aux Dominicains en 1246, après quoi, comme à Molsheim, on n’en entend plus parler jusqu’en 1436, date à laquelle il est déjà abandonné ; on apprend alors qu’il était voisin du reclusoir de Saint-Nicolas uff Gruß247. Ce dernier en aurait-il pris la succession ? Situé hors de la ville au SE, il apparaît en 1326, compte sept recluses en 1377 et est fermé en 1398248. Un béguinage (Luckersgotzhus) est fondé en ville avant 1336249.

  • 250  GYSS I 23-27 ; HEK 976. J. Ph. MEYER, « Notes sur l’ancienne église romane d’O. », in ADBO 16.1982 (...)
  • 251  Die kapelle, d[i]e nuwelingen zue Ehenheim ist gemaht : AMO DD 10/1, éd. CAOU II 120 n° 728 AD II (...)
  • 252  MEYER, Église romane (n. 250), 18-23.

130Église paroissiale : bien qu’elle ne soit mentionnée qu’au XIIIe siècle (expressément en 1297, implicitement en 1240 par la présence de son patron sur le premier sceau de la ville), Gyss a raison de la mettre en rapport avec la curia publica des ducs d’Alsace, le futur Selhof250. Elle est comme lui extra muros, ce qui explique la construction intra muros d’une chapelle Notre-Dame, la future Kapellkirche, dont la première mention est de 1285251. Avant sa destruction en 1867, l’église paroissiale était romane (troisième quart du XIIe siècle ?) ; elle avait une crypte et probablement trois nefs252.

  • 253  J. Ph. MEYER, L’église romane de Balbronn, in ASHAM 2005, 63-76, ici 74 (XIe s.) ; AMS 1AH 7796 (e (...)
  • 254  X. OHRESSER, « L’église Saint-Jean-Baptiste d’Oberlinden, dite Oberkirch », in Obernai 1977, 377-7 (...)

131À 500 m à l’Ouest de la ville, une église Saint-Jean-Baptiste, paroissiale en 1371 et sans doute bien avant, connue depuis 1251 sous le nom d’Oberkirche, remonte au moins au XIe siècle253. C’est celle d’un habitat dit Oberlinden, attesté depuis 1202, et qui, au Moyen Âge, semble avoir toujours fait partie du ban d’Obernai254.

  • 255  Sigillis ... universitatis de Ehenheim : Al. MEISTER, Die Hohenstaufen im Elsaß, 1890, 115 n° 1 ; (...)
  • 256  1276 : SUB III 26 n° 76 ; 1299 : ZGO 7.1856, 191 n° 18 = CAOU IV n° 3206 ; 1312 : ARA 2J 644/26 (c (...)
  • 257  AMS 1AH 4181 (der rat und die burger en 1327) ; MGH Const. VI/1, 626 n° 737 (den meister, den rat (...)

132Commune : sa première manifestation est de sceller, en 1240, un arbitrage concernant celle de Rosheim255. En 1276, elle est représentée par un Schultheiß, deux heimbürgen et 12 hommes sans titre, en 1299 par 13 jurés (dont 4 chevaliers), en 1312 par le Schultheiß, le Heimbürge et les potiores universitatis256. Le Conseil apparaît en 1327, et le [Bürger]meister dès 1330 ; en 1350, six meister sont élus pour dix ans257.

  • 258  ABR G 2927/2, éd. MEISTER (n. 255), 115 n° 1 ; photo in ADBO 3.1969, 80 ; cf. Chr. MULLER, « Les s (...)

133Sceau attesté depuis 1240258.

  • 259  GYSS I 9-27.
  • 260  1178 : MGH DD X/3, 319-23 n° 767-69 ; 1196 : RI VI/3, 524-27. GYSS I 42 et 47 suppose sans preuve (...)
  • 261  GYSS I 45-46, 68-70, 73-78 ; K. BOSL, Die Reichsministerialität der Salier und Staufer, 1950, I 20 (...)

134Centre administratif : Gyss suppose avec quelque vraisemblance que le Selhof – cour de l’abbaye de Hohenburg, incluant l’église paroissiale et la justice sur les nobles – lui été a donnée par le duc Eticho, et qu’il s’agit donc à l’origine d’un fisc royal259. Au XIIe siècle, les Hohenstaufen, avoués de Hohenburg, ne font à Obernai que deux séjours bien attestés, en 1178 et 1196260 ; c’est assez pour supposer qu’ils se sont approprié le Selhof, mais non pour admettre qu’ils ont eu un château à Obernai. Toutefois, la localité était un centre de leur administration, puisqu’on y trouve de nombreux ministériaux d’Empire et qu’elle figure dans le Reichssteuerverzeichnis de 1241 pour un montant élevé. Rudolf von Habsburg séjourne encore à Obernai en 1281, 1282 et 1285261.

  • 262  MEISTER (n. 255), 115 n° 1 (1240) ; cf. ibid. 116 n° 4 (le notaire royal Rüdiger renonce à la cure (...)

135Notaire : Otto notarius de Ehenheim est témoin en 1240, mais un secrétaire de la ville n’est connu que depuis 1381262.

  • 263  AI II 403 ; J.M. GYSS, « Le château impérial des Hohenstaufen à O. », in BMHA II/3.1685, 152-62 ; (...)
  • 264  KÖNIGSHOFEN I 446 (destruction douteuse en 1246, uniquement selon la version B de la chronique) ; (...)
  • 265  AMS CH 247, éd. AD II 19 n° 720 (aput Ehenheim en 1280) ; MGH Const. IV/2, 1009 n° 975 (apud oppid (...)

136Le château d’Obernai n’a pas vraiment été inventé par Gyss263, mais c’est lui qui a donné une apparence de plausibilité à un ensemble disparate de traditions locales, de sources tardives264 et de vestiges peu probants, en les reliant à de très rares séjours royaux (ci-dessus), et à des fiefs « castraux » destinés (certains explicitement) à la défense de la ville265. Au total, l’existence de ce château reste à prouver.

  • 266  1262 : MGH SS 17, 112 l. 48 ; ringmur en 1283 : ABR G 114/4, éd. CAOU V 172-73 n° N226. Extra muro (...)
  • 267  Inv. ARA 4J 36/1 (exp.) et 2J 646/9bis (copie XVIIIe s.). AI II 402, GYSS I 103 (cf. I 100) et J. (...)
  • 268  AD II 114 n° 893 (1314) ; GYSS I 199-200 (1315) et 202 n. 1 (zwischent den ringmuren bi dem Seleho (...)
  • 269  FEIN 69 ; HIMLY, Atlas, 29 et 97. Obernai, 1977, 37, signale qu’un géomètre a calculé une surface (...)

137Enceinte : en 1262, « Obernai n’est pas encore protégé par un mur », mais celui-ci existe en 1283266. En 1292, le prix d’un communal vendu par la ville sert à financer l’enceinte extérieure267, qui est par conséquent beaucoup plus précoce ici qu’ailleurs. Aussi bien l’hôpital, qui en 1314 doit être construit infra muros, est-il vers le milieu du XIVe siècle décrit comme « situé entre les enceintes près du Selhof »268, ce qui correspond à l’emplacement qu’il occupe encore de nos jours. Himly indique une superficie de 27 ha, qui inclut l’enceinte extérieure, la Merzgasse (faubourg W) et au N le Selhof, tous deux fortifiés au XVe siècle ; si on les exclut, il reste au maximum 11-12 ha à l’intérieur de la première enceinte (13 selon Fein), et 14-15 à l’intérieur de la seconde, du moins si l’on suppose correcte l’échelle du plan de Himly269.

  • 270  1215 : AD I 330 n° 401. 1339 : GYSS I 179 (participation aux menées d’Armleder ?) ; 1347 : inv. AM (...)

138Juifs : en 1215, donc bien avant qu’Obernai ait une enceinte de pierre, on y trouve des Juifs, auprès desquels le couvent de Saint-Léonard est endetté. En 1339, la ville a une amende à payer au sujet des Juifs ; elle leur a fait des torts non précisés en ou avant 1347, et un pogrom a lieu en 1349 ; mais des Juifs habitent à nouveau à Obernai à partir de 1380270.

  • 271  Mil. XIVe s. : ADBO 22.1988, 132 n. 26 ; curia ... qui olim erat synagoga iudeorum in vico dicto S (...)

139Synagogue : un cens est dû von der judenschule vers le milieu du XIVe siècle ; mais en 1391, c’est sur l’ancienne synagogue qu’un chrétien vend une rente271.

  • 272  Donation ad usus pauperum infirmorum in synodochio seu hospitali instaurando infra muros en 1314 : (...)

140L’hôpital est fondé en 1314, sa prébende saint Erhard en 1319 ; il a un maître en 1339272.

  • 273  J.M. GYSS, „Ein altes Seelbuch” [AMO GG 14, XIIIe-XVe s.], in Ecclesiasticum Argentinense 11.1892, (...)

141École : à part deux mentions non datées dans le nécrologe de la paroisse, elle n’apparaît qu’au XVe siècle273.

  • 274  Hoffestette, do die badestube uffe stot en 1323 : Chr. MULLER, « Les anciens bains d’O. », in ADBO(...)

142Bains : une rente est vendue sur leur parcelle en 1323 ; les statuts municipaux (du milieu plutôt que de la fin ?) du XIVe siècle évoquent la nider badestube, ce qui prouve qu’il en existe une autre274.

  • 275  1330 : MGH Const. VI/1, 711 n° 850 (extrait : GYSS I 114 n. 1) ; Fleischbank unter der Metzig en 1 (...)

143Halles : la Laube attestée depuis 1330 sert au tribunal. La boucherie est citée en 1397, et c’est sans date que Gyss évoque un Kaufhaus275.

  • 276  SUB VI 308 n° 588 = G. SCHMOLLER, Die Straßburger Tucher- und Weberzunft, 1879, 13 n° 15 (1390) ; (...)

144Draperie : en 1390, les tisserands d’Obernai – dont c’est la première mention – adhèrent à un accord entre ceux de Strasbourg, Haguenau et Saverne; mais leur règlement de 1391 se réfère à la longue tradition du métier276, sans qu’on puisse affirmer qu’il jouait déjà un rôle en 1350.

  • 277  WINKELMANN, Acta (n. 147), II, 1885, 199 n° 288 = GYSS I 107.

145Marché : le roi Albrecht privilégie en 1301 un marché qui selon toute apparence existait déjà (le jeudi)277.

  • 278  Consules, magistri artificum dicti zunftmeister totaque universitas : GYSS I 149 et 176-77. Cf. ib (...)

146Corporations : leurs maîtres, dont le nombre n’est pas précisé, ont un rôle politique à partir de 1348278. Il y aurait neuf Zunftmeister au début du XVe siècle, et au moins cinq poêles de corporations au XVe siècle.

147Évaluation : 8 points en 1250 (paroisse, couvent de femmes, commune, sceau, centre adm., notaire, Juifs), 11 en 1300 (enceinte > 10 ha, marché), 15 en 1350 (synagogue, hôpital, bain, corporations).

Rhinau

  • 279  RBS II 2289 (1290) ; ABR G 1510 (1398) ; HEK 116-18 et 1343-44.

148Collégiale : celle de Honau est transférée à Rhinau en 1290, puis à Strasbourg (Saint-Pierre-le-Vieux) en 1398, dans les deu  cas à la suite d’inondations du Rhin279.

  • 280  RBS II 1769 (1264) ; en 1371, elle a encore un sceau, mais apparemment plus de commandeur : SUB V (...)

149Commanderie Saint-Jean attestée en 1264, incorporée à celle de Dorlisheim vers le milieu du XIVe siècle280.

  • 281  SUB III 367 n° 1216 (1328) ; AEA 2.1948, 90 (1371).

150Reclusoir attesté en 1328 et 1371, sans doute identique à la samenunge mentionnée en 1362281.

  • 282  RBS II 2375 (1295) ; AMS VIII 188 f° 58r (1365) ; petit cartulaire de Saint-Pierre-le-Vieux à la f (...)

151Maisons de quête (Herbergen) : les Franciscains de Sélestat, en 1295 et 1365, et les Dominicains de la même ville, en 1391 et 1365, en avaient une à Rhinau282.

  • 283  A. KOCHER, éd., Solothurnisches Urkundenbuch, II, 1971, 142 n° 229 (plebanus) ; RBS II 1790. HEK 1 (...)

152Paroisse attestée en 1265 par une mention de son pléban283.

  • 284  Universitas civium vers 1261/63 : SUB I 413 n° 543 ; consules en 1267 : SUB II 8 n° 13 ; universit (...)
  • 285  AMS CH 144 et 193, éd. SUB I 413 n° 543 et II 8 n° 13 ; WITTMER, Inventaire (n. 85) n° 161 et 247. (...)

153Commune : mentionnée vers 1261/63, elle a un conseil en 1267284, et un sceau dès les années 1260285.

  • 286  CAOU V 196 n° N239 (1283) ; voget Gosse témoin après le Schultheiß de Rh. en 1301 : AMS 1AH 854 f° (...)

154Centre administratif : le bailli cité de 1283 à 1301 n’a pas forcément un rayon d’action plus étendu que la commune286, et par la suite son titre ne reparaît qu’au XVe siècle.

  • 287  Castra Bernstein, Girbaden, Tagsburg et Rinowe en 1236 : RBS II 1043 ; de ortis et areis sitis cir (...)

155Château : il apparaît en 1236 et vers 1345287. Il a disparu au XVe siècle, époque à laquelle toutes les mentions d’un sloß Rinowe désignent la ville.

  • 288  RBS II 845 (1219) et 886 (1223) ; murum civitatis en 1284: AMS 1AH 854 f° 139r ; suburbium en 1371 (...)

156Enceinte : Rhinau est appelé oppidum depuis 1219 et civitas depuis 1223. L’enceinte est mentionnée en 1284, un faubourg en 1371288. Sa superficie est impossible à estimer, la ville médiévale ayant été emportée par le Rhin.

  • 289  AMS 2OND 168/1 C (1294) ; MGH Constit. IV 232 n° 263a-b (1308).

157Juifs : une maison de pierre à Rhinau est vendue au Juif Samuel en 1294 ; en 1308, Heinrich VII cède à l’évêque de Strasbourg les Juifs de Rhinau et de Molsheim289.

  • 290  Hospitale s. Johannis in R. en 1264 : RBS II 1769 ; StAD F 26/223 (1282, copie de 1660) ; CAOU V 1 (...)
  • 291  SUB III 38 n° 108.
  • 292  hospitale de novo fundatum de oppido Rinowe Arg. dioc. : E. KARLESKIND, in AEKG 10.1935, 415-16 (c (...)
  • 293  HEK 1116 ; cf. HIMLY, AH, I 202-08.
  • 294  C’est aussi l’avis de N. BUCHHEIT (n. 280), 79-80.

158Hôpital : qu’une indulgence soit accordée à « l’hôpital Saint-Jean de Rhinau » en 1264 est en soi peu probant, de même que des mentions de biens de l’hôpital du lieu en 1282-83290 : il pourrait s’agir de dénominations conventionnelles pour la commanderie de Saint-Jean. Mais en 1278, Conrad Tanz lègue quatre lits « à l’hôpital de Rhinau »291 : cette fois, la nature du legs ne laisse pas de doute. Or, en 1345, une lettre d’indulgence est accordée « à l’hôpital nouvellement fondé de la ville de Rhinau »292 ; son initiale enluminée figure saint Barthélémy – à qui, en 1501, est dédiée la chapelle de l’hôpital bourgeois de Rhinau293. La ville a donc eu deux hôpitaux successifs, et le premier, bien que cela ne soit pas dans leurs habitudes, a sans doute été tenu par les chevaliers de Saint-Jean294.

  • 295  Der schoulemeister der .... statt von Rinowe en 1275 : GLAK 69 v. Türkheim, Nachlaß Grandidier, Co (...)
  • 296  RBS II 2537. Un autre, Johann Kusolt, est attesté de 1315 à 1321 (SUB II 284 n° 1315, III 287 n° 9 (...)

159École : ses maîtres sont cités en 1275 et 1301295. Par ailleurs, le chapitre Saint-Michel a un écolâtre ; le premier connu est déjà mort en 1301296.

  • 297  Estuarium en 1324 : AMS 1AH 855 f° 296r ; in estuario quondam Goßonis advocati en 1328 : AMS VIII (...)

160Un bain est cité en 1324, une rente sur le bain du bailli † Gosse en 1328, un « nouveau bain » en 1383297.

  • 298  ABR G 377 f° 31r.
  • 299  Unser stat Rinowe ... mit ... dem vare uf dem Ryne und dem zolle : AMS AA 66 f° 139v-141r.
  • 300  AMS CH 3968 (vidimus de 1427).

161Péage : vers 1345, l’Ungeld est baillé pour 50 lb., l’office de Schultheiß et le theloneum pour 18 lb.298 ; ce dernier semble donc être une taxe sur les transactions du marché. Mais lorsqu’en 1429, l’évêque engage « notre ville de Rhinau avec le bac sur le Rhin et le zoll »299, il doit plutôt s’agir d’un péage. En 1422, les Strasbourgeois sont exempts « depuis longtemps » du zoll de Rhinau300.

  • 301  AMS 2OND 168/1 C (1294) ; ABR G 377 f° 30v (porta zu Mercketbrucken v. 1345).

162Marché : le lieu-dit Merketbruke, attesté en 1294 et vers 1345301, ne serait pas probant sans les mentions contemporaines d’un zoll et de halles. On s’attendrait à ce que Rhinau ait un port, mais il n’est pas attesté – lacune des sources ou des recherches ?

  • 302  Sub lobio : AMS 2OND 168/1 C.
  • 303  Brotbanck ... under der louben en 1359 (AMS 1AH 2074 f° 178r) ; brotbanck ... nebent der tuchloube (...)

163Halles : un acte est passé en 1294 sous la Laube302 – qui ne servait pas forcément au marché à cette date, mais c’est le cas au XIVe siècle. Une halle aux draps et une boucherie sont mentionnées en 1362303.

  • 304  AMS CH 1335, transfixe.

164Corporations : sept zunftmeister apparaissent en 1420304.

  • 305  E. KARLESKIND, „Die Rheinüberschwemmungen bei Rheinau”, in Annuaire de la soc. historique, littéra (...)
  • 306  J. TREFFEISEN, „Beschädigung und Zerstörung Neuenburgs durch den Rhein bis zum beginnenden 16. Jh. (...)

165Évaluation : 2 points en 1250 (château, enceinte), 14 en 1300 (collégiale, commanderie, paroisse, commune, sceau, Juifs, hôpital, école, marché), 16 en 1350 (bain, halle). La comparaison avec Benfeld, Erstein et Markolsheim montre qu’aux XIIIe et XIVe siècles, Rhinau est la plus grande ville de la plaine entre Strasbourg et Sélestat. Mais la proximité du Rhin, cause probable de son rapide essor, lui a ensuite été fatale : il a fallu la déplacer, soit vers 1400, soit au XVIe siècle, voire même à deux reprises305. Ce destin est comparable à celui de Neuenburg en Brisgau306.

Ribeauvillé

  • 307  RUB I 155-59 n° 215-16 et 218-20 ; BUB III 209-10 n° 392. Cf. X. OHRESSER, « Le couvent des Ermite (...)

166Les Ermites de Saint-Augustin s’installent à Ribeauvillé en 1297307.

  • 308  AHR 4H 1/1 (1297) ; dominus de Sancto Morando doit un cens en 1306 : AHR E 2661/1.
  • 309  Misit duos [monachos] ad capellam de Rapolstein ad reformandum locum en 1312 : G. CHARVIN, Statuts (...)

167La prévôté bénédictine Saint-Morand, à faible distance en amont de la ville, est citée depuis 1306, mais sa chapelle a déjà obtenu une indulgence en 1297308. Deux moines de Saint-Morand d’Altkirch sont envoyés en 1312 « à la chapelle de Rappoltstein pour la réformer ». Un administrateur est cité en 1319, un prévôt en 1339309.

  • 310  RUB I 471-75 n° 618 (1350), 509 n° 659 (confirmation en 1352), 540 n° 700 (elle est in der obern s (...)

168Un reclusoir est fondé pour quatre incluses en 1350-52310.

  • 311  896 : MGH DD Karol. IV 29 n° 6 ; RUB I 3 n° 4 ; RegA 386 n° 646. 1284 : RUB I 124 n° 156. Dans HEK(...)

169La paroisse Saint-Grégoire est ancienne, puisque qu’elle doit son saint patron à l’abbaye de Munster, dont les biens à Ribeauvillé sont attestés en 896, mais plus par la suite. Elle est expressément citée en 1284311.

  • 312  Cives en 1293 : MGH SS 17, 259 l. 35 (cité in RUB I 151 l. 25) ; universitas en 1297 : RUB I 156 n (...)
  • 313  Die alte stat ... die nuwe stat und das obere dorf et die nidere stat ... die obere stat en 1298 : (...)
  • 314  RUB I 260 n° 352 (die burger gemeinlich von der obern stat ze R. scellent en 1319), 274 n° 376 (13 (...)

170Commune : les bourgeois, cités en 1293, forment en 1297 une universitas, encore dépourvue de sceau312. En 1298 la ville est partagée entre deux frères de Rappoltstein ; elle le restera jusqu’en 1362 et le sera à nouveau de 1373 à 1400. Le partage est topographique : en 1298, Anselm reçoit la vieille ville, Heinrich la ville neuve et le village en amont ; en 1373 les deux villes hautes échoient à Ulrich, les deux villes basses à son frère Bruno 313 ; Ribeauvillé forme alors deux communes. Le conseil de la ville basse est cité en 1324 et 1327, celui de la ville haute indirectement depuis 1319314.

  • 315  Voir n. 314.

171Sceau : celui de l’Oberstadt est attesté en 1319, celui de la Niederstadt en 1327, et peut-être dès 1324315.

  • 316  RUB I 242 n° 334 (1317), 340 n° 459 (1335), 348 n° 470 (1336), II 515 n° 664 (1401).

172Notaire : Werner der schriber est témoin à Ribeauvillé en 1317 ; les secrétaires des Rappoltstein sont cités en 1335 et 1336, celui de la ville à partir de 1401316.

  • 317  R. BRIEGER, Die Herrschaft Rappoltstein, 1907 (on souhaiterait que l’auteur ait fait de RUB un usa (...)
  • 318  Cf. Th. BILLER et B. METZ, Die Burgen des Elsaß, Architektur und Geschichte, II, 2007, 225-28 (Gir (...)
  • 319  Johann von Rappoltstein-Oberstadt achète en 1335 une part an dem turne ze sant Margrede : RUB I 33 (...)
  • 320  P. BRUNEL, « À propos du château bas de Ribeauvillé », in Annuaire de Colmar 26.1976/77, 113-20 ; (...)
  • 321  Castrum sive curiam suam sitam in inferiori opido R. est à Bruno von Rappoltstein en 1388: RUB II (...)

173Centre administratif, résidence, châteaux : Ribeauvillé est le chef-lieu de la seigneurie de Rappoltstein, la plus importante de la moitié Nord de la Haute-Alsace après celle de l’Empire317. Les sires de Rappoltstein résident à l’origine dans leurs châteaux au-dessus de la ville : Ulrichsburg et Hohrappoltstein remontent tous deux à la première moitié du XIe siècle, et Girsberg, attesté depuis 1288, semble une construction de la première moitié du XIIIe siècle318. Au XIVe, sans abandonner leurs châteaux de montagne, les Rappoltstein habitent aussi plusieurs hôtels en ville. Le plus connu comprend une tour et une chapelle Sainte-Marguerite, dans le cimetière de laquelle il est parfois localisé319; au XVe siècle, il devient le château des seigneurs en ville, au haut de l’Oberstadt et de l’Oberdorf, à l’emplacement de l’actuel lycée320. La cour de l’autre branche dans la ville basse est depuis 1388 assimilée à un château321.

  • 322  SUB V 1023 n° 1401 (reg. RUB V 557 n° 1564 ; vers 1370-80). RUB II 124 n° 138, 162 n° 176 (1376, 1 (...)
  • 323  Anshelmus quondam procurator de Rapolzwilre en 1241 : RUB I 79 n° 75.

174C’est seulement à partir des années 1370 que les Rappoltstein – ou plutôt leur cohéritier Heinrich von Saarwerden – ont à Ribeauvillé un bailli attesté322, mais ils y ont un Schaffner (procurator) dès avant 1241323.

  • 324  MGH SS 17, 256 l. 6-11 (1287). B. BERNHARD, Recherches sur l’histoire de la ville de R. [éd. posth (...)
  • 325  En 1268, la délimitation des territoires de quête des Dominicains de Fribourg et de Bâle est modif (...)
  • 326  RUB I 139 n° 285 > AD II 45 n° 768. Sur le sens de stat cf. plus haut, n. 204.
  • 327  HIMLY, Atlas, 98-99, l’a bien vu, mais induit le lecteur en erreur tant par ses datations arbitrai (...)
  • 328  Voir n. 313.
  • 329  In dem obern dorfe en 1306 : ABR E 2661/1 ; en 1319, Saint-Morand est in dem obern dorfe vor der o (...)
  • 330  BERNHARD (n. 324), 44-45 ; HIMLY, Atlas, 98.
  • 331  Ce que RUB et son index très détaillé facilitent ; mais la difficulté tient au fait que chaque foi (...)

175Enceinte : la communis opinio qui veut que Ribeauvillé ait été fortifié entre 1284 et 1287 ne repose sur rien de solide. Lorsqu’en 1287 le roi assiège Rappoltstein et brûle Bergheim, Ribeauvillé n’est pas nommé. B. Bernhard en conclut audacieusement que la ville était déjà protégée par sa muraille. Quant à 1284, c’est la date d’une prétendue visite du roi Rudolf à ses cousins les Rappoltstein ; qu’il ait à ce moment autorisé la fortification est pure spéculation324. En fait, il n’est pas impossible que l’enceinte ait existé dès 1268325 ; on peut être sûr de son existence à partir de 1290, date à laquelle Ribeauvillé est pour la première fois appelé stat326. Mais le Ribeauvillé de la fin du Moyen Âge consiste en quatre enceintes contiguës alignées d’E en W sur la rive N du Strengbach. La plus ancienne (Altstat) est celle dont les Augustins occupent l’angle NW, la seconde en partant de l’E327. Le partage de 1298 en mentionne deux, la ville neuve étant sans doute identique à la ville haute (celle qui inclut l’église paroissiale)328. En 1341 sont citées les deux villes basses et les deux villes hautes, ce qui prouve que l’Oberdorf, cité en 1306 et 1319, a désormais son enceinte329. Reste l’Unterstadt : Bernhard, Himly et Escher/Hirschmann croient que son enceinte existe dès 1298, mais l’acte de partage ne dit rien de tel330. Je la croirais plutôt érigée entre 1298 et 1341, mais la question reste à étudier331.

176La superficie des deux villes de 1298 pourrait être de l’ordre de 7-8 ha, celle des quatre villes de 1341 de 13-14 ha.

  • 332  Die juden 2 ß von dem wighus bi irre schule en 1311 : RUB I 203 n° 284 ; RUB I 307 n° 416 (1331). (...)
  • 333  Dans une copie de 1769 d’une charte de 1425 (AHR E 2702), on dit d’un bourgeois de R. : als der ju (...)

177Juifs : en 1311, les Juifs doivent un cens pour la tour près de leur synagogue, qui implique une communauté bien constituée. En 1331, l’empereur engage à Johann von Rappoltstein/Oberstadt les Juifs des villes haute et basse. Ceux-ci sont victimes de pogroms en 1338 et 1349332. La mention d’un hôpital juif en 1425 serait sensationnelle, si elle ne reposait pas sur une simple faute de copie333.

  • 334  Inscription citée in RA 43.1892, 248 ; selon d’autres (sans source), les fondateurs seraient les R (...)

178L’hôpital aurait été fondé en 1342 par la commune selon une inscription moderne. Son moulin est cité en 1344, son chapelain en 1346334.

  • 335  RUB II 531 n° 690 (1403) ; KNEPPER (n. 273), 242-43. SCHERLEN, Perles (n. 218), II, 1929, 306, men (...)

179L’école n’apparaît qu’avec le XVe siècle335.

  • 336  Nuwe cinse in der nuwen stat : von der badestube nebent mins herren müle : AHR 19J 1/17, cahier B, (...)

180Un bain est nommé dans un censier commencé en 1339 ; il est en tout cas attesté en 1350336.

  • 337  ESCHER/HIRSCHMANN II 498-999 d’après RUB I 177 n° 244 (= AD II 78 n° 825) : die watloube und swas (...)

181Draperie et industrie du métal : Escher/Hirschmann retiennent en ce sens la mention de drapiers, de ferblantiers et de couteliers – avec bien d’autres artisans – dans le partage des marchés en 1302337. Je ne les suivrai pas sur ce point : ces drapiers sont des détaillants et non des producteurs, et rien ne prouve que les artisans du métal aient une clientèle supralocale.

  • 338  Swas merkete sù hant, die sollent gemeine sin en 1298 : voir n. 313 ; krutmerket, holzmerket, etc. (...)
  • 339  Ze R. in der alten stat uffen den bach bi dem vischemerkete an der steininbrucke en 1321 : AHR 29H (...)

182Marché(s) : restés communs en 1298, les marchés sont partagés en 1302 ; ils comprennent alors notamment un marché au bois et un marché aux légumes ; ils ont lieu le mercredi, comme à Bergheim, car le marché de Ribeauvillé est en fait celui de Bergheim, que les Rappoltstein ont détourné dans leur ville338. Un marché au poisson est attesté en 1321 dans la vieille ville, un marché au grain après 1367, le marché de la ville haute en 1339 ou peu après339.

  • 340  MGH SS 17, 218 l. 33 ; B. BREYVOGEL, Silberbergbau und Silbermünzprägung am südlichen Oberrhein, 2 (...)

183Atelier monétaire : en 1291, Anselm v. Rappoltstein se met à frapper (sans doute à Ribeauvillé) une monnaie très proche des deniers de Fribourg, apparemment sans autorisation. Il se peut que les Rappoltstein aient battu monnaie avant et après cette date, mais en 1387, ils n’avaient plus d’atelier340.

  • 341  Hoff ... bei der louben en 1297 : RUB I 156 n° 216. Watloube en 1302 : RUB I 177 n° 244. La mentio (...)

184Halles : en 1297, les Augustins s’établissent près de la Laube. Peu après, on distingue les halles au drap (1302), au pain (1335), à la viande (1342) ; mais sous cette dernière, on vend aussi du pain. Un abattoir existe en 1339 ou peu après ; les halles au grain ne sont attestées qu’au XVe siècle341.

  • 342  Murrin der Lamperter [und] sine gesellen : RUB II 401 n° 531.

185Des Lombards achètent en 1342 la Trinkstube des nobles de l’Oberstadt de concert avec son seigneur Johann von Rappoltstein342.

  • 343  Die ... wehseler en 1302 : RUB I 177 n° 244 ; AHR 19J 1/17, cahier A, f° 8 svv. ; RUB I 498 n° 645 (...)

186Les changeurs sont nommés dans le partage de 1302 ; on en connaît au moins deux : Lorand der Wehseler en 1339 ou peu après, Hennin Wehseler avant 1352343.

  • 344  SCHERLEN, Perles (n. 218), I, 1926, 51.

187Corporations : Scherlen en indique quatre, mais sa source (qu’il ne précise pas) est manifestement postmédiévale344.

188Évaluation : 1 point en 1200 (châteaux), 2 en 1250 (centre adm.), 13 en 1300 (paroisse, Augustins, commune, enceinte, marchés, monnaie, halle, changeurs), 22 en 1350 (prévôté bénédictine, sceau, notaire, enceinte > 10 ha, Juifs, synagogue, hôpital, bain, plusieurs halles, Lombard, atelier monétaire).

Rosheim345

  • 345  Cette notice doit beaucoup à ma collègue Christine Muller, qui l’a relue et m’a communiqué de nomb (...)
  • 346  1050 : A. CALMET, Histoire ... de Lorraine, 2e éd. 1745, II pr. 289; JL 4245; M. PARISSE, « Bullai (...)
  • 347  R. LEHNI, « L’église Saint-Etienne de R. », in ASHAM 4.1970, 7-12. Pour Saint-Pierre cf. J. Ph. ME (...)

189Paroisses : la bulle par laquelle Léon IX, en 1050, est censé confirmer à l’abbaye de Hesse l’ecclesia inferior [Saint-Pierre] serait fausse ; mais la superior ecclesia [Saint-Etienne] que ce nom implique est attestée en 1137. Selon Barth, ces églises auraient été fondées dès l’époque carolingienne par Luxeuil et par Saint-Etienne de Strasbourg ; selon Koenigshofen, elles auraient été consacrées au Xe siècle ; ce sont en tout cas des paroisses anciennes346. Avant sa reconstruction au XVIIIe siècle, l’Oberkirche était romane tardive, avec un clocher-chœur (conservé), et probablement un transept et trois nefs. Quant aux trois nefs romanes de la Niederkirche Saint-Pierre (vers 1150-80), on peut encore les admirer aujourd’hui347.

  • 348  Sur la cour de Hohenburg cf. notamment HANAUER, Constitutions, 253-66, AMS CH 3574 (1419) et N. BR (...)

190Cours abbatiales : elles sont nombreuses à Rosheim, mais il n’est guère possible de les répartir en cours domaniales et ”procures” (Stadthöfe). La principale est celle de Hohenburg, qui revendique une prééminence sur les autres, celles de Niedermünster, de Hesse, de Senones, du Grand Chapitre et de Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg348.

  • 349  ZGO 14.1862, 192 n° 8 (1232) ; MEISTER (n. 255), 114 n° 1 (1240) ; ABR G 111/3 (1262) ; CAOU V 245 (...)
  • 350  AM Sélestat JJ 36. En 1419, Florenz von Ittenheim est nunc unus magistrorum ex parte nobilium opid (...)
  • 351  ABR G 111/3 (1262 ; le 14e sceau, disparu, était probablement celui de la ville, mais il n’est pas (...)

191Commune : l’universitas de Rodesheim est citée depuis 1232, des échevins depuis 1341349. En 1380, la commune est représentée par un magister, cinq consules et le tribunus [= Heimbürge]350. Elle append son sceau sans doute en 1262 et sûrement en 1286351.

  • 352  Annales de l’Est 6.1892, 103-10 n° 6-12.
  • 353  Berhtoldus advocatus en 1262 : ABR G 111/3.

192Centre administratif : dès la seconde moitié du XIIe siècle, on trouve à Rosheim un Schultheiß, un Meier, un Keller, un Heimbürge352, mais l’unique Vogt connu occupe un rang si bas dans la liste des témoins qu’il est impossible de lui attribuer une fonction importante353.

  • 354  Ch. L. SALCH, Rosheim. Châteaux, palais, maisons nobles, remparts (XIIe et XIIIe s.), 1988, évidem (...)

193Résidence, château : que Salch affirme l’existence d’un palais impérial à Rosheim, où, à notre connaissance, aucun souverain n’a jamais séjourné, ainsi que celle de « châteaux » ou « maisons-fortes », qui ne sont que des maisons de pierre à un seul étage, avec une porte au rez-de-chaussée, ne mérite d’être signalé qu’à titre de curiosité354.

  • 355  Chr. MULLER, « Greffiers à Rosheim », in ASHAM 1986, 77-89. Échevins : ci-dessus, n. 349. Jacob Gr (...)

194Secrétaire de la ville : on n’en connaît aucun avant 1412, mais puisque depuis 1341 au moins des échevins de Rosheim scellent des chartes, il doit y avoir sur place quelqu’un qui fait fonction de notaire355.

  • 356  Richer de Senones, in MGH SS 25, 298-99 ; il mentionne aussi « la porte vers le Val de Bruche », a (...)
  • 357  Ad ... fossata vel muros vel ad quascumque munitiones in dicta villa Rodesheim faciendas : ABR G 1 (...)
  • 358  RBS II 1840 (1267) ; MULLER, Topographie, ici 1978, 46 n. 93 (1274). N. BRETZ, « Contribution à l’ (...)
  • 359  ABR G 114/3 (1282) ; apud Lewerburgetor en 1300 : BN ms. lat. 9074 n° 6 [= f° 5] – ce qui prouve q (...)
  • 360  MULLER, Topographie, ici 1978, 39.
  • 361  ABR G 3624/5 ; je dois cette référence et la localisation de la Breitegasse à Chr. Muller. La ment (...)
  • 362  B. METZ, « Les enceintes urbaines d’après les sources écrites en Alsace », à paraître dans Y. HENI (...)

195Enceinte : En 1218, Rosheim est un village fortifié « sans autre défense qu’un fossé »356. En 1262, un arbitrage entre la commune et l’abbesse de Hohenburg stipule que cette dernière n’est pas tenue « de faire des fossés, des murs ni quelques ouvrages fortifiés que ce soit dans le village de Rosheim »357, ce qui montre que la question est alors d’actualité. De fait, Rosheim est appelé oppidum en 1267 et 1274358 ; Ces mentions doivent se rapporter à la première enceinte, qui inclut l’église Saint-Pierre, mais non Saint-Etienne. L’Obertor est cité en 1282 et le futur Löwentor en 1300359 ; ces portes sont sur le tracé de la deuxième enceinte, mais ne prouvent pas que celle-ci soit déjà en pierre, pas plus que son fossé, cité en 1328 et 1350360 : en effet, une enceinte de bois et de terre, comme celle qui devait exister en 1218, a elle aussi des portes et un fossé ; toutefois, la mention en 1322 d’une maison in der stat ... in Breitegasse361, c’est-à-dire entre les deux enceintes, prouve que la seconde aussi est en pierre, sinon on ne parlerait pas de stat : à cette date, en effet, une stat est nécessairement fortifiée en pierre362. Le tracé de cette seconde muraille pourrait bien être celui de 1218.

  • 363  HIMLY, Atlas, 30 ; FEIN, 69, indique 22,5 ha, mais d’après la carte au 1/25 000 !

196Superficie : la première enceinte pourrait enclore 3 à 3,5 ha ; pour la seconde, Himly indique 36 ha, qu’il faut sans doute réduire à env. 30363.

  • 364  AD I 330 n° 401 (1215) ; SALFELD 253 et 284 (1349). MENTGEN 304-05 ne concerne que les XVe et XVIe(...)

197Juifs : en 1215, Saint-Léonard a mis des objets de culte en gage auprès de Juifs de Rosheim pour plus de 9 livres. Cette mention étonnamment précoce est la seule connue jusqu’au pogrom de 1349364.

  • 365  R. WEYL, Patrimoine d’Alsace. Le cimetière de Rosenwiller, 1988, non paginé, « Historique », cite (...)

198Cimetière juif : une source de 1366 attesterait indirectement l’existence de celui de Rosenwiller365 ; mais celui-ci a toujours été un cimetière « central » et non celui de la communauté de Rosheim.

  • 366  1321 : ABR G 2715/20. 1345 : M. JOUANNY, Les Hospitaliers en Basse-Alsace (1217-1529), thèse ms. d (...)
  • 367  MULLER, Topographie, ici 1979, 34-35 n. 17, cite ABR G 1218/1a.

199Hôpital : dès 1321 sont cités der spitalweg et der spitelre hof uf den graben, mais ces noms renverraient aux Hospitaliers de Dorlisheim. L’hôpital de Rosheim aurait été fondé en 1345. Il bénéficie en 1363 d’une donation, reçue par son chapelain366. Une léproserie existe dès le XIIIe siècle367.

  • 368  MULLER, Topographie, ici 1978, 26, cite ABR G 1243/2 (2e m. XIIIe s.). Ortus in der badegassen ex (...)

200Le bain cité en 1321 pourrait être plus ancien, à en juger par la mention d’un badegraben dès la seconde moitié du XIIIe siècle – mais sans doute à l’autre bout de la ville368.

  • 369  1240 : ci-dessus, n. 349. Le rotule de la cour de Hohenburg à R. évoque bien des hofestete ... do (...)

201Marché : en 1240, un accord entre l’abbaye de Hohenburg et la commune stipule que les biens du couvent sont exempts du theloneum, qui est certainement un Marktzoll. Mais, en l’absence de toute autre mention avant 1441, il y a lieu de croire que ce marché a périclité369.

  • 370  under der louben doselbes : AMS 1AH 4396 (charte) ; in der Mittelstat gegen der louben ùber en 141 (...)
  • 371  Maisons prope carnifices (fin XIIIe s.) : ABR G 1243/3, 7 et 1243/1, 8 ; vor der metzige en 1328 : (...)

202Halle : en 1396, le Schultheiß de R. siège sous la Laube370, mais rien ne prouve qu’elle ait servi au marché. La boucherie, attestée en 1328, existe peut-être dès la fin du XIIIe siècle ; en 1438, elle est dans l’Oberstadt371.

  • 372  AMH JJ 234/23.
  • 373  Renseignement de Chr. Muller, d’après AM Rosheim DD 1 et CC 7a.

203Corporations : en 1364, à la suite d’une émeute de la commune (die von Rosheim gemeinlichen) contre l’écuyer Johann von Ramstein, le Heimburge et deux autres habitants sont exilés, et les conseillers et les zunftmeister doivent désavouer les émeutiers372. Leur nombre n’est pas connu avant le XVe siècle (7 en 1422, 8 en 1436)373.

204Évaluation : 1 point en 1200 (paroisses), 5 en 1250 (commune, Juifs, marché), 7 en 1300 (sceau, enceinte, marché), 12 en 1350 (enceinte > 25 ha, hôpital, bain, boucherie).

205(La fin à un prochain numéro)

Haut de page

Annexe

Sigles et titres abrégés

On en trouvera la liste in RA 128.2002, 97-99, mais il y a lieu d’y ajouter les suivants :

AEKG : Archiv für elsässische Kirchengeschichte
AI : J. D. Schoepflin, Alsatia Illustrata, 2 vol. 1751-61
AMO : Archives municipales d’Obernai
ARA : Archives de la Région Alsace à Strasbourg (1-2J : chartrier de Niedernai, chartes et papiers, voir inv. par Chr. Heider, 2 vol., 2000)
ASHAM : Annuaire de la société d’histoire et d’archéologie de Molsheim et environs
ASHM : Annuaire de la société d’histoire du val et de la ville de Munster
BRUN, Masevaux : A. BRUN, Masevaux aux XIVe et XVe s., les corporations, la ville. Recueil de textes inédits tirés de « Alsatica historica » (Archives de Vienne, Autriche), thèse dactyl., Besançon 1978 (photocopie aux AHR, Ms. 218)
CM : X. MOSSMANN, éd., Cartulaire de Mulhouse, 6 vol. 1883-90
ESCHER/HIRSCHMANN : M. ESCHER, F. G. HIRSCHMANN et 9 collaborateurs, Die urbanen Zentren des hohen und späteren Mittelalters. Vergleichende Untersuchungen zu Städten und Städtelandschaften im Westen des Reichs und in Ostfrankreich (Trierer historische Forschungen, 50/1-3) : 1 – Thematischer Teil; 2 – Ortsartikel; 3 – Karten, Verzeichnisse, Register, 2005.
FEIN : Hella FEIN, Die staufischen Städtegründungen im Elsaß, 1939.
GRIMM : J. GRIMM, éd., Weisthümer, 7 vol. 1840-78, rééd. 1957.
GYSS : Jos. M. GYSS, Histoire de la ville d’Obernai, 2 vol. 1866 (rééd. 1978).
HANAUER, Constitutions : [Ch.-A.] HANAUER, Les constitutions des campagnes de l’Alsace au Moyen Âge. Recueil de documents inédits, 1864.
HIMLY, AH : F.J. HIMLY, Inventaire général des archives hospitalières du Bas-Rhin des origines à 1789 (sauf Strasbourg), 2 vol. 1978.
Inv. : placée avant une cote d’archives, cette abréviation indique que je n’ai pas vu le document lui-même, mais seulement l’inventaire.
MOEDER, Église : M. MOEDER, L’Église de Mulhouse au Moyen Âge, 1957.
MOEDER, Études : M. MOEDER, Études sur l’histoire de Mulhouse aux XIIe et XIIIe s. (paru in BMHM 52.1932 à 56.1937 ; la parution en vol. prévue pour 1937 ne semble pas avoir eu lieu).
MOEDER, Institutions : M. MOEDER, Les institutions de Mulhouse au Moyen Âge, 1951.
Chr. MULLER, « Essai de topographie urbaine et contributions à l’histoire de Rosheim (XIIIe-XVIIIe s.) », in ASHAM 1978, 13-50, et 1979, 41-82.
Obernai 1977 : J. BRAUN et X. OHRESSER, éd., Obernai, 1977.
OSWALD, Molsheim : Gr. OSWALD, Molsheim à la fin du Moyen Âge (1308-1525), 1994 (= Bulletin de la société académique du Bas-Rhin, 113-114).
SindUB : E. HERR, Das ehemalige Frauenkloster Sindelsberg. Urkundenbuch mit einleitenden Untersuchungen, 1912

Haut de page

Notes

1  ESCHER/HIRSCHMANN ; voir en part. les cartes au t. 3.

2  La liste des critères, avec leurs coefficients, figure in ESCHER/HIRSCHMANN, I, 38-40 (et en français in RA 128 2002, 49-50). À chacun d’eux, les auteurs consacrent un exposé nourri et plein d’intérêt (I 119-387).

3  Y compris Belfort, Wissembourg et Lauterbourg, qui ne font pas encore partie de l’Alsace au cours de la période étudiée.

4  Ce point n’a pas échappé à ESCHER/HIRSCHMANN, I, 55.

5  OHI III 286 n° 239 ; RBS II 823 ; RH I 110.

6  RBS II 2359 et 2415 ; cf. HEK 796-97.

7  Trad. fr. du diplôme in M. KNITTEL, Marckolsheim, fragments d’histoire, 1994, 47, d’ap. AM Marckolsheim CC 1 (copie de 1789).

8  ABR G 1652/5 (1338) ; AHR 132J 29 (1434).

9  ABR G 1652/4-5.

10  B. METZ in Encyclopédie de l’Alsace 8, 1984, 4960-61, et KNITTEL, Marckolsheim (n. 7), 61-73.

11  RBS II 2414.

12  Notae hist. Arg., in MGH SS n.s. 4, 553 ; KÖNIGSHOFEN II 667.

13  ABR G 811/2 (geleit en 1385) ; AMS AA 1446 f° 311r (passagium seu salvum conductum av. 1416).

14  Theloneum in nundinis ... custodiendo nundinas : ABR G 377 f° 33r. On notera cet emploi de la monnaie de Bâle dans le diocèse de Strasbourg, alors que celle de Strasbourg a cours jusqu’à Bergheim et même à Kaysersberg.

15  Sa bibliographie est immense (cf. M. THOMANN, « Bibliographie de l’abbaye et de la ville de M. » in Bull. de la soc. d’hist. et d’archéol. de Saverne n° 10, 1954/4, 29-34). L’étude la meilleure, quoique partielle, reste Ch.-E. PERRIN, Essai sur la fortune immobilière de l’abbaye alsacienne de Marmoutier aux Xe et XIe s., 1935 ; cf. aussi HEK 810-11.

16  SindUB 7-23. Ce couvent, qui n’a jamais été bien riche, a à sa tête une magistra et non une abbesse.

17  H. BÜTTNER, «Abt Meinrad und die Pfarrei Maursmünster», in Studien und Mitteilungen z. Gesch. des Benediktinerordens 53.1935, 213-28.

18  RBS II 858.

19  C’est sans doute à elle que Berewardus de superiori ecclesia, témoin d’une charte de M. en 1135 (ABR H 555/3, éd. in Jahrbuch der elsass-lothr. wissenschaftl. Gesellschaft 6.1933, 106) doit son nom, bien qu’une famille plus connue (XIIIe-XVIIIe s.) porte celui de l’Oberkirch(e) d’Obernai.

20  Elle est souvent confondue – en dernier lieu dans le Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace, 1995, 222 – avec la chapelle Saint-Denis qui s’élevait à coté d’elle au cimetière.

21  ABR H 610/4 ; manque dans l’éd. de HANAUER, Constitutions, 87-88, qui omet la liste des témoins.

22  Scultetus et populares opidi : exp. ABR H 612/1 (peu lisible) ; vidimus H 612/1a ; copie G 1374.

23  Burger und scheffele ont le droit, reht und gewonheit uf ze setzenne : ABR H 610/6-7, éd. CAOU IV 613-18 n° 3570-71 ; la datation exigerait un long développement sur les dates de tous les sires de Geroldseck qui émettent ces deux chartes presque identiques. – Des échevins (scabiniones) font partie de la familia de l’abbaye en [1137-46] (AD I 225 n° 275 ; cf. plus bas, n. 27) et 1170 (cf. n. 21), mais leurs attributions étaient certainement moindres qu’à la fin du XIIIe s.

24  1384 : AMS 1AST A XX 36/1 ; c’est le seul sceau de ville en navette que je connaisse en Alsace ; le même en 1388 : BEDOS 305 n° 389. – 1392 : ZGO 24.1872, 180 ; 4 gesworne en 1396 : AMS CH 2638. Schoffen und gesworn und der rott gemeinlich en 1470 : AMS 1AST A 60/1.

25  Garten ... wider die stat ..., stoß [!] uf den schiesserein : SindUB 142 n° 17, § q. C’est pour l’instant la seule allusion à une compagnie de tireurs en Alsace avant 1350 ; je n’en tiendrai pas compte dans l’évaluation, en raison de son caractère incertain et par trop contingent.

26  ABR G 131/7 et H 589/8.

27  AD I 226 et 228 n° 275, coutumier de l’abbé Meinhard, daté [1137-46] par PERRIN, Marmoutier (n. 15), 17-18 n. 40. Pratum ... in ipso oppido, cui nomen Portelmata en 1146 : SindUB 92 n° 4.

28  ... sollempni forinsecus iuxta circuitum muri processione en 1142 : AD I 223 n° 270. Iuxta muri ambitum publica pridem via fuerat en 1170 : ABR H 610/4, éd. Hanauer, Constitutions, 87. Extra muros civitatis en 1253 : ABR G 5772/2 ; reg. : SUB IV/1 102 n° 178.

29  MGH SS 17, 116 l. 4 (miracle arrivé en 1280, noté en 1290 ; cf. MENTGEN, 34-35) ; SALFELD 254 ; cf. GJ II/2, 525.

30  Donation aux monastères de M. et Sindelsberg in usus infirmorum utrobique en 1217 : SindUB 113 n° 11. Magister infirmarie en 1278 (ABR H 612/1) et souvent par la suite.

31  SindUB 180 n° 22 (1329). AEA 10.1959, 119 (1330).

32  Filius quondam Alberti rectoris puerorum in M. : SUB VII 248 n° 847.

33  Une rente sur la badstube dans la rue dite Bruchslùck, attestée en 1391 (ABR E 2814/2), figure aussi dans le censier des Geroldseck (StAD D 21A 8/4, copie de 1586, f° 3r).

34  Voir n. 19 (1135) et AD I 225 n° 275, coutumier de [1137-46] cité n. 27.

35  In foro ante portam [monasterii ?] : AD I 226 n° 275, coutumier cité n. 27. Sextarium avene ... forensis mensure Maurimonasterii en 1145 : AD I 230 n° 276 = NSD VII 134 n° 51. Ad nundinas huius fori en 1170 : ABR H 610/4, éd. HANAUER, Constitutions, 87. Le mot nundine suscite un doute : ne s’agirait-il pas plutôt de la foire, attestée avant 1390 (à la Saint-Georges : HANAUER, Constitutions, 81) ? Mais la mention d’une mesure locale convient mieux à un marché.

36  Inv. AM Saverne 33 (1368) ; AMS 1AH 586 f° 304r (1384).

37  Omnes quoque mercatores in hac marcha constituti ... abbati teloneum dabit (sic) : AD I 225 n° 275, coutumier cité n. 27.

38  Mutationem monete abbas constituere debet : AD I 225 n° 275. Cf. ESCHER/HIRSCHMANN, II 398. Pour une clause analogue (mais indatable) à Neuwiller, cf. GRIMM I 756.

39  ESCHER/HIRSCHMANN, II 398, arrivent à des chiffres supérieurs (8 points en 1200, ..., 13 en 1350) en attribuant 2 points à Sindelsberg, ce qui me paraît trop pour cette très modeste maison, et faisant de l’infirmerie de 1217 un Klosterhospiz, ce que la source (n. 30) ne permet pas.

40  MGH Poetae latini I 94 n° VI (coenobium Masunvilre).

41  MGH Epist. saeculi XIII, III 269 n° 301 (1254). En 1399, l’évêque de Bâle parle encore d’abbatia ... Vallismasonis ordinis sancti Benedicti (AHR 10G 1/4, f° 3v), mais dès 1398, un notaire appelle ses occupantes canonice et moniales (ibid. f° 1v).

42  AHR 32H 6 (6 chanoines sont témoins pour l’abbesse en 1287) ; AHR 10G 18/8 (1344, 1484). En général, les chanoines sont en même temps curés des paroisses à la collation de l’abbesse, p. ex. en 1398 (AHR 10G 1/4, f° 1v).

43  L. PFLEGER, Die elsässische Pfarrei, 1936, 41 et 78 ; CLOUZOT, XLIII et 150 (1302) ; HEK 802 et 804-06.

44  P. TRESCH, Masmünster, seine Abtei, seine Gotteshäuser, 1938, 10-17 (trad. fr. E. MARTIN-TRESCH, s.l.t. Histoire de Masevaux, abbaye et sanctuaires, 1995, 21-30 ; compléments ibid. 167-75).

45  .. der vogt und .. der rat und die burger : AM Masevaux EE 1/1.

46  BUB VI 175 n° 177/1.

47  1210 : Tr. I 457 n° 297. 1338 : tout nouveau membre de la corporation doit 7 ß dem vogt (et en 1347, tout nouveau maître tanneur ou cordonnier lui doit les 5 ß qu’il devait au schaffener selon les statuts de 1320) : BRUN, Masevaux, I 79 (1338), 35 (1320), 47 (1347). 1368 : ci-dessus, n. 45.

48  AM Masevaux EE 1/1 ; éd. BRUN, Masevaux, I 206-12.

49  Castrum Maßmunster, fief bâlois « vers 1362 » [date très approximative] : Tr. IV 188 n° 76. Burg und vestinen ... ze M. under der stat en 1409 : AHR 1E 38/9.

50  Tr. IV 711 et ci-dessus, n. 48. Cf. A. BRUN, « 1368 : naissance de la ville de M. », in Patrimoine Doller 8.1998, 5-17.

51  GJ II/2, 525 (1325) ; SALFELD 240 (1338). MENTGEN 53 (1396), 62-63 et index.

52  TRESCH, Masmünster (n. 44), 17-18, cite les AP Masevaux, sans autre précision.

53  AHR 10G 1/2/4 (copie XVIIIe s.).

54  AHR 10G 6/10 (maison d’estuves).

55  AM Masevaux EE 1/5, éd. BRUN, Masevaux aux XIVe et XVe s. : les corporations, la ville. Thèse, Besançon 1979, II 280-82 (1435) ; ibid. II 321-29 (1481). Cf. A. BRUN, « Le commerce de M. à la fin du Moyen Âge », in Annuaire de la soc. d’hist. des régions de Thann-Guebwiller 14.1982, 89-92.

56  AHR 10G 6/10 (1413) ; GRIMM IV 80.

57  All jarmarkt dans la confirmation du bail de la fronwage à la corporation des tisserands en 1418 : BRUN, Masevaux, I 147. De cette thèse n’existe aux AHR (Ms. 218) qu’une photocopie de qualité moyenne, mais infiniment préférable au microfilm presque illisible et non paginé de la BNUS. L’essentiel du travail consiste en l’édition et la traduction des copies (1767) de 22 textes concernant deux corporations de M., puis de 32 textes concernant la ville, dont la plupart sont inconnus par ailleurs (quelques-uns existent aux AM de Masevaux, voir l’inv. qu’en a fait depuis Anne Eichenlaub). Les textes ne sont pas toujours satisfaisants (sans qu’on sache toujours si c’est le copiste ou l’éditeur qui est en cause), les traductions encore moins, le commentaire dépasse rarement la paraphrase. L’auteur n’a tiré de sa thèse que trois minces articles (cf. n. 50, 55, 58), où il mentionne ses découvertes les plus spectaculaires, mais sans les éditer ni même en donner les cotes, ce qui n’est certainement pas la meilleure façon de valoriser ses trouvailles ni de faire avancer la recherche : à preuve le fait que Masevaux n’est pas mentionné dans ESCHER/HIRSCHMANN. 1505 : BRUN, Commerce (n. 55), 91 [d’ap. AM Masevaux HH 7/1].

58  von unsern vordern seligen von Phirt : BRUN, Masevaux, I 77. A. BRUN, « Les corporations de M. », in Ann. Thann-Guebwiller (n. 55) 10.1974, 67-70.

59  BRUN, Masevaux, I 139 ; sur le coutil de M. au XVe s. cf. aussi GRIMM IV 80, AMS 89Z 126a, et H. AMMANN in Alemannisches Jahrbuch 1955, 174-75.

60  BRUN, Masevaux, I 37-39 et 153.

61  AM Belfort CC 1/1, compte communal de 1432, p. 21 ; AHR 10G 6/10 (« 1442 XII 28 »).

62  AHR 10G 6/10 (tuerie ou maison d’escorcherie).

63  BRUN, Masevaux, I 27-43. Les membres de la nouvelle zunft sont tous nommés (I 29-33), mais tous n’ont pas un nom du type prénom + patronyme, de sorte que, même en plaçant les virgules de façon plus logique que ne le fait l’éditeur, on voit parfois mal où commence un nom et où finit le suivant ; le chiffre doit en tout cas être compris entre 142 et 150, dont beaucoup sont « le fils » et certains « le frère » ou « le valet » d’un membre déjà nommé.

64  BRUN, Masevaux. BRUN, Corporations (n. 58).

65  Ein jeder zunftmeister under webern und sutern : AHR 1Mi 601.

66  GRIMM IV 82 (sans date, après 1324).

67  BRUN, Masevaux, I 141.

68  Die zunfftstuben (1477, sans autre précision): AHR 2E 122 Masevaux 2. A.M. IMBS-OBERMULLER, « Tableau des corporations alsaciennes », inArtisans et ouvriers d’Alsace, 1965, 43, et BRUN, Masevaux, II 410, tous deux sans date ni source.

69  Ce qui expliquerait que les bouchers de M., plutôt que de fonder leur propre corporation, adhèrent à celle des tanneurs et cordonniers entre 1347 et 1375, comme le prouvent les statuts de ces deux dates, publiés par BRUN, Masevaux, I 43-53 et 53-67.

70  Sur les escoffiers et courvoisiers (tanneurs et cordonniers) à Belfort au XVe s., cf. B. de VILLELE, Belfort à la fin du Moyen Âge, 1971, passim.

71  Sorores in M. : A. PATSCHOVSKY, in Deutsches Archiv 30.1974, 85-86 n. 53, avec sources.

72  ABR G 3690/1 (« charte »), f° 9v : prope bona beginarum conventui [!] de M. (v. 1300) ; AMS 1AH 854 f° 122r (1313). En 1501, le béguinage est converti en Elendenherberge : OSWALD, Molsheim, 202-03. Cf. HEK 853.

73  Rien à ce sujet dans S. TURCK, Les Dominicains à Strasbourg entre prêche, prière et mendicité, 2002.

74  AMS 1AH 855 f° 337v-38r et 343r ; TURCK, Dominicains (n. 73), 60, et la même in RA 123.1997, 52.

75  Cf. HEK 284-85 (Dompeter) et 850-53 (Molsheim), OSWALD, Molsheim, 163-66, et prochainement B. METZ, « Trois cimetières fortifiés », in ASHAM 2008.

76  En 1198, Philippe de Souabe Mollesheim expugnando cremavit, solo cimeterio in deditionem recepto : MGH SS 17, 169 l. 19 = MGH SS rer. germ. V 73 ; RBS I 701.

77  AMS CH 5940-41 (1466) ; AMS 1AST HS Molsheim 14 (1470).

78  R. WILL, « L’église paroissiale primitive de Molsheim », in ASHAM 1994, 45-61.

79  HEK 851, interprétant RBS II 868 (litige entre l’évêque et l’empereur sur la patronat, la dîme, la cour domaniale et la maison de pierre de M. en 1221). OSWALD, Molsheim, 166 remonterait volontiers aux années 1170-80.

80  Ecclesia parochialis S. Petri iuxta Mollesheim, que est matrix cappelle in Mollesheim : OHI V 236 et VI 79 ; OSWALD, Molsheim, 166 (av. source) ; HEK 851.

81  AD I 336 n° 412 (à la date erronée de 1219, rectifiée in RI V/1, 1088) ; rééd. in OSWALD, Molsheim, 261-63.

82  OHI III 361 n° 395 (universitates parochianorum de Mollesheim et de Mutzicha en 1243) ; RBS II 1121. Universitas civium in Molzheim (!) en 1254 : GLAK 69 v. Türkheim, Nachlaß Grandidier, Codex diplom. III/4, d’ap. exp. aux AM Molsheim ; RBS II 1443 cite une copie du XVIe s.

83  Jurati ... opidi en 1262 (GLAK 69 v. Türkheim, Nachlaß Grandidier, Codex diplom. III/4 ; RBS II 1700) ; giswornen en 1263 (AMS CH 119, éd. CAOU V 23 n° N32 ; Reg. : SUB I 391 n. 1. – 4 magistri en 1350 : ABR G 3464 n° 207/137 ; ils ne sont plus que 2 dès 1368 (ibid. n° 212/142).

84  So wissen wir wol, das alle von Molßheim vellig sint : AMS IV 8/1 ; rien à ce sujet in OSWALD, Molsheim.

85  Sigillum burgensium in M. en 1263 (AMS CH 119 ; Ch. WITTMER, Inventaire des sceaux des AMS, 1946, 43 n° 123) et 1265 (AMS 1AH 7568/1). BEDOS 333 n° 430.

86  SUB I 106 n° 130 ; RBS I 665.

87  1217 : SUB IV/1, 11 n° 17, RBS II 836 ; 1221 : RBS II 872 ; 1374 : ABR G 4747/4.

88  1234 : AMS 1AH 1644 f° 12v, RBS II 1030 ; 1314 : SUB II 262 n° 313.

89  Avec les baillis de Rouffach, Bernstein, Ettenheim et Ortenberg (Ortenau) et le Schultheiß de Saverne, p. ex. en 1353 : ABR G 200/1.

90  Allen den dörfern ... die da hörent in die pflegnùße zu M. : SUB V 364 n° 425.

91  Unser steynin hus und den kelre darunder, dem man sprichet der Pfaltzekelre zu Mollsheim mit allem begriffe, als er gelegen ist uff dem Fronhof : exp. ABR G 962/1 ; copie XVIe s. ABR G 3464 n° 253 (183).

92  Jus ... patronatus cum decima, curti et domo lapidea in Mollesheim : RBS II 868.

93  Cf. néanmoins RBS II 1646 (1261) et 2263 (1290).

94  Cf. METZ, 3 cimetières (n. 75), et pour 1198 ci-dessus, n. 76.

95  En 1249, l’évêque a au cimetière un pressoir et un grenier, qui font certainement partie de sa cour domaniale : AMS 1AST A 1305 ; RBS II 1306. Sur le plan cadastral de 1819 (ABR 3P 142/34), l’emplacement de l’église et de son cimetière est appelé Fronhof.

96  Cf. n. 76.

97  OHI IV 102 et VI 76. Cf. OSWALD, Molsheim, 76-79.

98  Cf. n. 76.

99  ...ut jura, que ab antecessore nostro B. bone memorie tenuistis, utilitati et reparationi opidi vestri applicetis : cf. n. 82.

100  MGH SS 17, 113 l. 1-3 ; RBS II 1678.

101  Quamdiu ... ad peragendum opera dicti oppidi necessaria, vallando ... : GLAK 69 v. Türkheim, Nachlaß Grandidier, Codex diplom. III/4, d’ap. exp. aux AM Molsheim ; RBS II 1700.

102  KÖNIGSHOFEN II 667 ; Notae hist. Arg., in MGH SS n.s. IV, 553.

103  1317 : AMS 1AST B VIII 5 ; reg. : SUB III 259 n° 852. 1318 : ZGO 5.1854, 313 = OSWALD, Molsheim, 263-64 (éd. ABR G 86) ; de même en 1319 et 1324 : E. HAUVILLER, Analecta Argentinensia, I [seul paru], 1900, 52-55 n° 43.

104  G. OSWALD, « Les fortifications de M. du XIIe au XVIIIe s. », in ASHAM 1994, 15-44, ici 17-18 et 35 (et plan p. 20).

105  FEIN, 69 (d’après le plan du XVIIe s.), et HIMLY, Atlas, 29, indiquent 33 ha.

106  H. STEINTHAL, « Un document inédit du XIIIe siècle : un registre des dettes de l’abbaye de Hesse », in Annuaire de la soc. d’hist. et d’archéol. de la Lorraine 47.1938, 219-46, ici 246 l. 94 ; sur la date cf. 242.

107  MGH Const. IV 232 n° 263.

108  1340 : ABR G 2726/3. 1349 : J. EUTING, „Über die älteren hebräischen Steine im Elsaß”, in Festschrift des protestantischen Gymnasiums Straßburg, 1888, 230-3, et à part, 4-5 ; OSWALD, Molsheim, 209-10. MENTGEN 379 n. 197 est sceptique, la source étant très imprécise.

109  In opido M. in vico Judeorum ex opposito synagoge Judeorum en 1338 : AMS 117Z 76 f° 131v. Area ... super qua nunc synagoga Iudeorum est constructa in opido M. en 1377 : SUB VII 512 n° 1763. D. FISCHER, Geschichte der Stadt Zabern, 1874, 223. OSWALD, Molsheim, 210-12.

110  EUTING, in Festschrift ... (n. 108), 245 (ou à part, 19) n° 13. Fragment repr. in OSWALD, Molsheim, 211.

111  G. OSWALD, « Deux siècles de vie religieuse à l’hôpital de M. », in RA 122.1996, 149-57, ici 150, aec sources.

112  Hospitale pauperum et infirmorum en 1317 : SUB III 259 n° 852 ; area ... cum ecclesia seu capella, domo infirmorum ... sub nomine ... zenodochii seu hospitalis pauperum en 1318 : ZGO 5.1854, 313 = OSWALD, Molsheim, 263.

113  Decanus, custos et alii capellani hospitalis en 1343 : AEKG 9.1934, 132. OSWALD, 2 siècles (n. 111), 151-53, en part. n. 18.

114  M. THOMANN, „M. und Zabern, Residenzstädte im Bistum Straßburg”, in V. PRESS, éd., Südwest-deutsche Bischofsresidenzen außerhalb der Kathedralstädte, 1992, 35-48, se concentre sur l’époque moderne.

115  Bi der guten lüten hus en 1298 : P.C. v. PLANTA, Adel, Deutscher Orden und Königtum im Elsaß des 13. Jhs., 1997, 288, éd. ABR H 1450/6 ; iuxta domum leprosorum vers 1345 (ABR G 377 f° 12v), mal daté par HEK 854 („um 1306”) et Himly, AH, 153 n° 1069 (”1351-53”). Cf. prochainement E. CLEMENTZ, « La léproserie de Molsheim », in ASHAM 2008.

116  ABR G 377 f° 9v.

117  ABR G 377 f° 126v et f° 23r.

118  AD I 336 n° 412 in OSWALD, Molsheim, 262.

119  X. NESSEL, Beiträge zur Münzgeschichte des Elsaß, bes. der Hohenstaufenzeit, 1909 [tiré-à-part de Frankfurter Münzzeitung], 98 et 121-23.

120  AMS 1AH 382/2, éd. CAOU V 77 n° N105.

121  ABR G 377 f° 11r.

122  Metzigerstube en 1416 : AMS 1AH 587 f° 200r (= 582 f° 153r) ; Gerwerstube en 1450 : inv. ARA 1J 333.

123  CM I 56-57 n° 64-65.

124  CM I 59-60 n° 68-69, 68-69 n° 84 (1269, signalant qu’Albert le Grand y a consacré un autel et le cimetière), 70 n° 87, 78 n° 101, 80 n° 104.

125  TSCHAMSER I 97 (confusion avec Bâle, où le couvent franciscain a bien été fondé en 1231 ?) et 155 (ici d’après la chronique de Berard Müller – écrite en 1703 et de valeur inégale – éd. M. SEHI in Alemania Franciscana Antiqua 12.1964, 122 ; RBS II 1613 ne se prononce pas sur la fiabilité de cette source).

126  MOEDER, Église, 43-44 ; 1297 : MOEDER, Études, 282 [= BMHM 56.1937, 50].

127  1285 ... recepte sunt domus in M. et Brisaco : « Chronicon provinciae Argentinensis », éd. in Archivum Franciscanum Historicum 4.1911, 679. J.M. GUILLET, « Les ordres mendiants à M., XIIIe-XVIe s. », in Annuaire hist. de la ville de M. 8.1997, 65-78, ici 66, donne la préférence à cette source, en quoi il lui fait plus confiance que son propre éditeur (p. 672). Selon TSCHAMSER I 225, un prédicateur célèbre aurait été enterré chez les Franciscains de M. en 1288.

128  CM I 88-89 n° 119 (dormitorium et coquinam hospitii nostri) ; HIMLY, Atlas, 90 n° 56.

129  TSCHAMSER I 212, d’après Berard Müller, cité n. 125, 122-23.

130  MOEDER, Église, 45-46. 1306 : MOEDER, Études, 287 [= BMHM 56.1937, 55] n° 21.

131  M. MOEDER, Les béguinages à M. [tiré-à-part de BSIM, mars 1934], 15 (1326) ; en 1378, cette maison a un sceau : ibid. 14.

132  MOEDER, Béguinages (n. 131) ; MOEDER, Église, 47-48.

133  AHR 32H 5, éd. CM I 291 n° 308 (1375) ; MOEDER, Église, 48.

134  MOEDER, Études, 272 [= BMHM 56.1937, 40] n° 2. Sur les débuts de la commanderie cf. aussi P.C. von PLANTA, Deutscher Orden (n. 115), 12-14.

135  Conradus der Hohiere de Mulehusen de ordine fratrum Theutonicorum : MOEDER, Études, 273 [= BMHM 56.1937, 41] n° 3.

136  Fratres hospitalis S. Marie domus theutonice apud civitatem nostram M. : CM I 5 n° 9.

137  Domus Theutonicorum en 1264 : CM I 15 n° 21 > Tr. II 150 n° 111. Un commandeur en 1272 : Fr. HEFELE, éd., Urkundenbuch der Stadt Freiburg, I, 1940, 228 n° 254. MOEDER, Église, 38.

138  Domus, magister en 1249 : CM I 13 n° 14. Petrus commendator ... hospitalis S. Johannis in Mulnhusen en 1263 : AHR 34H 3, A7, Überstrass. MOEDER, Études, 103-04 = BMHM 53.1933, 51-52.

139  Pour la première fois en 1274 : AHR 32H 5.

140  CM I 63 n° 76. MOEDER, Études, 104 et 182 [= BMHM 53.1933, 52 et 54.1934, 86] n. 207, admet que la consécration fait suite à une reconstruction, ce que les sources écrites ne permettent pas d’affirmer.

141  MOEDER, Église, 4-6 ; M. MOEDER, « La dîme à M. au Moyen Âge », in BMHM 48.1928, 23-64, en part. 60. D’après R. GUILD et alii, « Fouilles archéol. de l’église Saint-Etienne de M. », in Annuaire hist. de la ville de M. 4.1992, 7-26, elle semble remonter à une chapelle cimitériale implantée au Xe s. sur un cimetière un peu plus ancien.

142  Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung 29.1908, 586 n° 6 et RUB I 57 n° 44 ; cf. M. MOEDER, « Maître Daniel », in BSIM 98.1932, 416-37, et MOEDER, Église, 10.

143  GUILD, Fouilles (n. 141). Cf. M. KOEHNLEIN, « L’ancienne église Saint-Etienne de M. », in BMHM 52.1932, 67-84 et 53.1933, 67-102, avec relevés du XIXe s., antérieurs à sa démolition.

144  MOEDER, Église, 7-8 et 40 – que GUILD, Fouilles (n. 141), ne remet pas vraiment en question.

145  Tr. I 495 n° 331 (1224) ; CM I 50 n° 57 (1267). MOEDER, Études, 82-83 = BMHM 53.1933, 30-31. MOEDER, Église, 50 ; M. MOEDER, « La chapelle Sainte-Marguerite de la procure de Lucelle », in Bull. de la soc. d’hist. et de sciences nat. de M. 3.1936, 31-38. – ESCHER/HIRSCHMANN, II 435-37, considérant cette « procure » comme un quasi-prieuré, lui affectent un point. Je ne les suivrai pas : Moeder ne précise pas à quelle(s) époque(s) son effectif dépassait 2 moines, et je soupçonne que c’est plutôt après 1350. Il est vrai que nous ne sommes pas mieux renseignés sur l’effectif d’autres maisons officiellement qualifiées de prieuré, de chapitre, de béguinage ou de reclusoir, et que nous avons là un bel exemple des limites de nos connaissances et par conséquent de la subjectivité de l’« échelle d’Escher/Hirschmann ».

146  AHR 32H 5 (1286) ; MOEDER, Église, 50.

147  1223 : le passage essentiel de la charte n’est pas dans l’éd. incomplète d’AD I 350 n° 432, mais bien dans les corrections in Ed. WINKELMANN, éd., Acta imperii inedita saeculi XIII, I, 1880, 484 n° 604. 1231 : CM I 4 n° 8.

148  Sculteto, advocato et consiliariis : MOEDER, Études, 272 [= BMHM 56.1937, 40] n° 1.

149  MOEDER, Institutions, 84-86.

150  Universi burgenses in Mulhusen ... communi omnium consilio : CM I 5 n° 9.

151  BUB I 136-37 n° 191 = CM I 11 n° 12 (toute première alliance de villes contre des « chevaliers-brigands » en Alsace).

152  CM I 18 n° 23 (1265), 168 n° 197 (1338), 212 n° 237 (= MGH Const. VIII 455 n° 40 : 1347) ; MOEDER, Institutions, 49.

153  CM I 81 n° 107 (1275) et 90-92 n° 121 = CAOU III 8-9 n° 1671 (1293).

154  CM I 26 et 38 n° 33 et 47 ; empreinte conservée de 1267 : AHR 10H 94/1, éd. CM I 51 n° 57. BEDOS 361-62 n° 476-77.

155  1227 : voir n. 148 ; 1240 : RUB I 77 n° 74.

156  M. MOEDER, « Les avoués impériaux de M. au XIIIe s. », in Bull. de la soc. d’hist. et de sciences nat. de M. 1.1932, 21-27 (résumé in MOEDER, Institutions, 155-56).

157  M. MOEDER, « Les greffiers-syndics de M. au Moyen Âge », in BMHM 43.1923, 17-64, ici 33, d’après une chronique tardive.

158  CM I 25-26 n° 33-34 (1266) et 105 n° 135 (1304).

159  AHR 10H 66/6 (1369) ; MOEDER, Greffiers-syndics (n. 157), 35 ; cf. CM I 299 n° 315 (1377).

160  MGH SS 17, 108 l. 43 ; SS 25, 342 l. 6-10 ; RBS II 1656, 1666. Cf. MOEDER, Études, 125-31 [= BMHM 54.1934, 29-35] (site, date de construction) et 255-56 [= BMHM 56.1937, 23-24] n° 42-45 (sources).

161  Ci-dessus, n. 147 (1223) ; AD I 351 n° 436 (1224) ; CM I 5 n° 9 (1236) ; MOEDER, Études, 80-84 = BMHM 53.1933, 28-32.

162  Ci-dessus, n. 145.

163  CM I 4 n° 8 ; autres exemples en 1233 (Tr. I 528 n° 354), avant 1239 (RUB I 76 n° 70 ; date : RH I 169) et 1246 (CM I 11 n° 12).

164  CM I 6 n° 9 (Rudeger de Porta).

165  CM I 10 n° 11 (possessiones ... infra septa de Mulhusen).

166  HIMLY, Atlas, 29 et 91 (où le plan, censé être au 4 000e, est en fait à plus petite échelle). Le chiffre donné par R. KAHL, „Der Grundriß der Altstadt von M.”, in Elsaß-Lothringisches Jahrbuch 13.1934, 1-26, ici 8, est trop faible (24 ha) ; FEIN, 69, et ESCHER/HIRSCHMANN, II 435, proposent 30 ha.

167  CM I 88 n° 118 (1290) et 102 n° 132, rotule sans date. CM I 168 n° 197 (1338). MENTGEN 37, 235 et index.

168  AHR 10H 94/1, éd. CM I 113 n° 145 (1311) ; MOEDER, Études, 228 = BMHM 55.1936, 60. Cf. aussi AHR 10H 97/3 (XIVe s.).

169  AHR 10H 128/3 (1327), que je comprends comme MENTGEN, 48, et non comme R. BARZEN, F. BURGARD et R. KOSCHE, « The hierarchy of medieval jewish settlements seen through jewish und non-jewish sources », in Jewish Studies 40.2000, 57-67, ici 63.

170  CM I 122 n° 154 (phleger [in dem] armen spital zi Mulnhusen).

171  MOEDER, Études, 293 [= BMHM 56.1937, 61] n° 28 (1314) ; BMHM 55.1936, 115 n° 2 (1338). Cf. Ph. MIEG, « La léproserie de M. », in BMHM 55.1936, 77-120, suivi par MOEDER, Institutions, 149. MOEDER, Études, ici in BMHM 55. 1936, 72, la croit antérieure à 1186, mais avec un argument sans valeur.

172  Magister Johannes, scolasticus de Mulhusen (1266) : CM I 25-26 n° 33-34 ; in vico scolarum en 1268 : AHR 10H 97/2 ; MOEDER, Études, in BMHA 57.1936, 51 n° 16 (1297) ; voir ci-dessus, n. 158-59.

173  CM I 15 n° 21 > Tr. II 151 n° 111 ; cf. MOEDER, Institutions, 140-41.

174  Den zoll an den brugken .. an den merketen : AM Mulhouse I 175.

175  MOEDER, Institutions, 241.

176  CM I 91-92 n° 121.

177  MOEDER, Études, 41-44 in BMHM 52.1932, 47-50, est si persuadé de l’ancienneté du marché qu’il ne songe même pas à indiquer sa première mention, probablement assez tardive.

178  1266 : voir plus bas, n. 181 ; cf. Kahl (n. 166), 10 n. 29. Sur le cimetière comme lieu de marché cf. aussi L.G. WERNER, Topographie historique du Vieux M., 1949, 70.

179  CM I 92 n° 121 (1293) ; BMHM 56.1937, 53 n° 19 (1303) ; AHR 3G évêché de Sbg 50 (18/1A) Niederhergheim (1311).

180  MOEDER, Institutions, 241, avec source. Sur la faible densité du peuplement dans la ville haute, cf. WERNER, Vieux M. (n. 178), 146, et MOEDER, Institutions, 26-27 et 30.

181  AHR 10H 94/1, éd. CM I 38 n° 47 (1266) ; sur le sens du mot cf. M. MOEDER in BMHM 49.1929, 30-33. Ein hus, daz etwenne die watloube waz ... in der statt zu Mulhusen uff dem kilchofe en 1377 : AHR 32H 5, éd. CM I 300 n° 316.

182  1346 : CM I 204 n° 229 ; 1377 : n. 181 ; M. MOEDER in BMHM 49.1929, 27-35.

183  De macellis, de macello carnium dans le rotule de Lucelle, de 1268 : AHR 10H 97/2 ; de opacelli [faute de lecture pour macelli] banco en 1332 : BMHM 55.1936, 114 ; metzge en 1342 : MOEDER, Institutions, 263. Scampni in macello opidi M. en 1349 : AHR 10H 94/1.

184  Inv. AM Mulhouse I 73. Rente uf der brotschalen ze nehst der steininen sùle en 1342 : AHR 10H 94/1, éd. CM I 177 n° 205 ; ici schale semble signifier « étal », et c’est ainsi que le comprend MOEDER, Institutions, 106 ; mais la watschale citée n. 181 est bien une halle. Fr. STAUB et L. TOBLER, éd., Schweizerisches Idiotikon 8, 1920, 530-34, traduisent Schäl par « halle », mais pour certains des exemples cités, « étal » conviendrait mieux. Rien dans Grimm ni Lexer.

185  BMHM 56.1937, 61 n° 27 (1314) ; CM I 121 n° 153 (1316) et 214 n° 239 (1347). Cf. M. MOEDER, « Recherches sur les origines des corporations de M. (1262-1314) », in BMHM 57.1938, 31-52 [en partie spéculatif], et « L’évolution politique des corporations de M. (1314-54) », ibid. 58.1939, 11-32.

186  MOEDER, Institutions, 263 (1342) ; AHR 10H 97/3 f° 7r (XVe s.).

187  MOEDER, Institutions, 112.

188  RegA 15 n° 44 ; MGH SS III 153 l. 7 et 10-17 ; HEK 876.

189  Albertus clericus, canonicus S. Gregorii : ASHM 2.1928, 94 ; Joannes rector ecclesie in Meyenheim, canonicus huius monasterii dans l’obituaire de M. éd. par E. HERZOG, ibid. 7.1933, 84 (sur la date de cette mention – fin XIIIe ou XIVs. – cf. ibid. 14).

190  Thiethardus plebanus, témoin en 1183 dans la suite de l’abbé de M. (RUB I 52 n° 38 = ZGO 106.1958, 174), est appelé plebanus de S. Gregorio en 1187 (Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung 29.1908, 586). Magister Heinricus plebanus S. Gregorii en 1212 (NSD X 268 n° 100 = URR I 14 n° 27) est sûrement le pléban de M., et non de Soultzmatt, comme le croit Barth (HEK 1545).

191  Ecclesia s. Leodegarii parrochialis : GÖSSI 194 n° 140 ; cf. AHR 1H 25/1-6 et 127/3-4.

192  ASHM 7.1933, 26 (aussi in J.L. LEMAITRE, Répertoire des documents nécrologiques français, 1980, II 973 n° 2301).

193  Der rat und die gemeinde alle von dem vorgenanten [S. Gregorien] tal : AHR 1H 17/1, éd. CAOU V 255 n° N335 (voir aussi N336) et ASHM 60.2006, 60.

194  S. communitatis vallis sancti Gregorii ; photo in ASHM 9.1935, 32 ; BEDOS 363 n° 479.

195  K. RUSER, Die Urkunden und Akten der oberdeutschen Städtebünde vom 13. Jh. bis 1549, II Städte- und Landfriedenbündnisse 1347-80, 1, 1988, 21 n° 1 (burgern 1291) ; MGH SS 17, 258 l. 27-28 (cives 1293).

196  Wir der vogt, meister und rath zu M. en 1328 : AHR 1H 117a f° 126v/127v (Rotbuch, XVIe s., double foliotation). Inv. AHR 1H 18/3-4 (1351-53).

197  AHR 1H 117a f° 126v/127v (= inv. AM Munster GG 56 f° 37) ; J. MATTER, „Das Münsterer Rathaus”, in ASHM 4.1930, 9-20.

198  Reg. MGH Const. XI 96 n° 157, éd. in W.D. FRITZ, „Die Neuverleihung des Colmarer Stadtrechts an Kaysersberg, Münster und Türkheim im J. 1354”, in B. TÖPFER, éd., Stadt et Städtebürgertum in der deutschen Geschichte d. 13. Jhs., 1976, 372-88 (tiré à part BNU M.708.975). – 1287 : voir n. 193.

199  Voir n. 190 (1183) et 193 (1287).

200  AMC FF 351/35 (Bechtold Heimburg, wilent statschriber zu Mùnster en 1416). Cf. J. MATTER, „Die Münsterer Stadtschreiber”, in ASHM 9.1935, 36-84.

201  J. BRESCH, La vallée de M., guide du touriste, 1871, 123 ; R. SCHMITT, « Essai d’une reconstitution topographique de M. au XVIe s. », in ASHM 16.1961, 23-27 et plan h.t. [publie le dossier qu’il a réuni en vue de l’Atlas de Himly – dossier fort mince, qui ne fait aucun usage des AHR !] ; HIMLY, Atlas, 17 et 92. Bien entendu, l’enceinte extérieure est beaucoup plus tardive, mais je n’ai rien trouvé qui puisse la dater.

202  Archiv für Kunde österreichischer Geschichtsquellen 6.1851, 170 n. b.

203  Burger ... gesessen inwendig diser stat ze Münstertal oder uswendig : Rappolsteiner Urkundenbuch (RUB) I 183 n° 250.

204  B. METZ, « Les enceintes urbaines d’après les sources écrites en Alsace », à paraître dans Y. HENIGFELD et A. MASQUILLIER, éd., Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace.

205  SCHMITT, Essai (n. 201). HIMLY, Atlas, 29 indique une surface de 4,2 ha, mais figure une ville d’env. 9 ha. En revanche, sur son plan prétendu au 1/4 000 (ibid. 92), Munster aurait une surface d’env. 3 ha ; FEIN 69 indique 7 ha, mais d’après la carte au 1/25 000.

206  X. MOSSMANN in BMHA 16.1893, 126-27 n° 36 ; MENTGEN 46 cite AHR 3G St Pierre 16 (D I 9).

207  SALFELD 239 et 253.

208  P. ACHT, dir., Regesten Kaiser Ludwigs des Bayern, 4 (Elsaß, éd. J. WETZEL), 1998, 83 n° 147 n. 1 ; Korrespondenzblatt des Gesamtvereins 47.1899, 154 n° 8.

209  ASHM 2.1928, 112-13.

210  AD II 167 n° 980 ou (mieux) ASHM 60.2006, 19 l. 58 (éd. AHR 1H 17/10).

211  Pratum iuxta domum leprosorum : ASHM 7.1933, 90 ; sur la date cf. ibid. 14 ; HEK 879.

212  AHR 1H 35 f° 13r, éd. AD I 432 n° 594.

213  AD II 166 n° 980, ou mieux ASHM 60.2006, 18, l. 50.

214  AD II 165 n° 980, ou mieux ASHM 60.2006, 16, l. 27-29.

215  Bibl. Mun. Colmar, Ms. 122 f°1v ; vidimus : AHR 1H 35 f° 13r, éd. AD I 432 n° 594.

216  AHR 1H 35 f° 50r.

217  AD II 165 n° 980, ou mieux ASHM 60.2006, 16, l. 30-31. Ce sont les mêmes métiers qu’on trouve dans l’une des deux premières corporations de Masevaux, autre ville d’éleveurs.

218  A. SCHERLEN, Perles d’Alsace (éd. allemande) I, 1926, 51.

219  RegA 51 n° 109 ; HEK 914 ; Chr. WILSDORF, « Remarques sur la première vie de saint Adelphe de Metz et le pèlerinage de N. », in RA 119.1993, 31-41, ici 40.

220  AD I 235 n° 282.

221  AD I 250 n° 303, qui fait allusion à une matrix ecclesia parochialis apparemment distincte de Saint-Adelphe. HEK 919 date la fondation de l’église paroissiale vers 1100, d’après A.M. BURG, „Das St. Adelphi-Stift zu N. unter Bischof Berthold v. Buchegg (1328-53)”, in AEKG 12.1937, 57-71, ici 57-58, dont les hypothèses reposent sur des bases fausses : l’introduction de la réforme de Hirsau à Neuwiller en 1090 est une invention de Tritheim, cf. M. TISCHLER, „Die Gorzer Reform in N.”, in AEA 51.1994, 69-96, ici 74-75.

222  HEK 919 ; PFLEGER, Pfarrei (n. 43), 25, cite en ce sens des recherches « à paraître » de K. Stenzel, qui n’ont pas été publiées à ma connaissance.

223  MGH SS XV/1, 294-96. Cf. G. WEILL, « Le rayonnement d’un pèlerinage alsacien au IXe s. : Saint-Adelphe de N. », in RA 96.1957, 133-40, et WILSDORF, Remarques (n. 219).

224  Jos. LEVY, Die Wallfahrten der Heiligen im Elsaß, 1926, 49-50.

225  BURG, Adelphi-Stift (n. 221), 69. Sur ce reliquaire (aujourd’hui à l’abbatiale), cf. R. WILL in AEKG 16.1943, 402-05, qui le date vers 1280.

226  Le scultetus, le tribunus [= Heimburge] et 10 judices et jurati représentent les cives ou burgenses de N., in presentia meliorum et potiorum et quam plurium universitatis ipsius opidi personarum, per quas dicti oppidi universitas gubernatur : ABR G 5655 f° A24v, G 5479/1 (copies).

227  WINKELMANN, Acta (n. 147), II, 1885, 361-62 n° 586 ; LU I 457 (mentionne le Conseil de N.) ; Regg. Ludwigs (n. 208), IV 77 n° 136, cf. ibid. II 101 n° 138.

228  LU III 2940 ; ABR G 5655 f° B92r.

229  ABR G 5655 f° A65v (mention : AI II 223) ; pour une empreinte conservée, voir ABR G 5351/8 (1336) et BEDOS 376 n° 500 (1386).

230  Also do ze Nuwilre re[ht ist ?], wan es ir oberste hof ist : CAOU V 297-98 n° N402 in Pays d’Alsace 105, 1978/4, 15 ; commentaire de H.W. HERRMANN ibid. 16. Le terme d’oberhof, dans ce contexte, pourrait faire supposer que l’abbaye de N. ait eu une cour domaniale à Diemeringen ; le fait que l’église de Diemeringen soit dédiée aux saints Pierre et Paul (HEK 275) est compatible avec cette hypothèse, mais elle reste bien fragile, faute d’autres indices en ce sens ; en particulier, cette localité manque dans la confirmation des biens de N. en 1178 (AD I 265 n° 321). – Rien dans le coutumier de N. (GRIMM I 753-57).

231  ABR G 5377/2 (1247) ; LU I 1315 (1380) ; AMS 2OND 136/11 C (1395).

232  Domus magistri Johannis notarii à N. en 1313 : ABR G 5655 f° A76v. Conrat der stette schriber von Nuwilre en 1327 (Inv. des chartes du musée de Bouxwiller, 568) et 1343 (ABR G 5655 f° A45r ; inv. ABR G 5377/5). Inv. ABR G 5345/5 (1426).

233  LU I 904 ; cf. AlsMun 10, 1995, 6 et J.M. RUDRAUF, « Le château médiéval de N., son origine, sa localisation et ses vestiges », in Pays d’Alsace 210, 2005/1, 157-66. En 1356, Simund von Lichtenberg a une curia à N., à côté de Saint-Adelphe (StAD B2/438 ; LU I 791).

234  Les Lichtenberg s’emparent de l’opidum quod ante ipsum claustrum situm est en 1260 [mais ne détruisent pas l’enceinte !] : MGH SS 25, 339. Villa seu oppidum en 1307 : ZGO 14.1862, 63. In opido Novillarensi en 1324 : AMS 2OND 136/1 C. Oppidum Novillarense en 1327 : ZGO 14.1862, 75.

235  Cum cives .... oppidum duxererint ... solidare et munimen impendere eidem ... ad pontes, portas, et in vulgari serras ac trabes turrium lapidearum dicti oppidi : ABR G 5655 f° A24v, G 5479/1 (copies ; mention : AI II 223).

236  1316 est une faute de la copie du XVIe s. : ABR E 2031 f° 1 ; elle est corrigée dans l’éd. de Th. MOMMSEN in Neues Archiv 50.1935, 412 n° 31, et dans LU I 370.

237  H. BANSA, Die Register der Kanzlei Ludwigs des Bayern, I, 1971, 112 n° 111 (1322). Autres mentions de Juifs à N. en 1335 (ABR G 5655 f° A12v) et 1336 (Elsaß-Lothringisches Jahrbuch 20.1942, 66 n° 6, LU I 432). SALFELD 253. Cf. A.M. HAARSCHER, Les Juifs du comté de Hanau-Lichtenberg entre le XIVe s. et la fin de l’Ancien Régime, 1997, 37.

238  Les Juifs de N. doivent un cens von ire schullen, die do gelegen ist zu Nuwilr in der stat gegen Harreres hus an Reinfirte : ABR G 5655 f° A12v. Cf. HAARSCHER (n. 237), 38.

239  Ad elemosinam hospitali cedent : ABR G 5655 f° B64v (l’exp. doit être sous G 5401/1). Donation confirmée usibus hospitalis dicti monasterii en 1269 : ABR G 5344, éd. AD I 466 n° 661 ; LU I 53.

240  HIMLY, AH, 158.

241  ZGO 15.1863, 397 n° 33 (1278) et 54.1900, 194 (1324). Maison „neben der Schule” en 1422 : L.A. KIEFER, Pfarrbuch der Grafschaft Hanau-Lichtenberg, 1890, 280, sans source. École du couvent en 1426 : L. WALTER in BMHA 18.1897, 267 cite ABR G 5345/5. „Herr Niklaus, Schulmeister zu N.” en 1462 : LU III 3899.

242  Estuarium ... in Kallegasse, appelé Mulichs badestube en 1415 : ABR G 5655 f° A82-84.

243  ABR C 282/66 ; LU II 1362.

244  Fritscho in Marckgasse parmi les jurati de N. en 1321 : ABR G 5655 f° A24v (en alémanique, le mot Markt peut perdre son t) ; maison am merckete en 1335 : ibid. f° A10v ; in Marckgasse en 1349 : ibid. f° A90v ; in foro dicti oppidi en 1344 : ibid. f° A5v et A69r. Maison am Käsmarkt en 1480 : inv. ABR G 5364/20. Mention du marché, du change et des zoller de l’abbé dans le coutumier de N., tardivement rédigé, mais aux clauses anciennes : GRIMM I 753-57, ici 753 et 756.

245  Super maccello superiori carnificum en 1330 : ABR G 5655 f° A 27. Maison ex opposito macellorum am merckete en 1335 : ibid. f° A10v. In oppido Nuwilre inter maccella en 1392 : ABR G 5375, charte mutilée servant de reliure au censier du camérier de N. Le pluriel macella semble ici désigner des étals de boucher, mais le maccellum de 1330 est plus que cela, puisqu’il sert à plusieurs bouchers. – Maison gegen der metzigen ùber ... stosset vorn zu uff die allmende strasse gegen der louben und fleischbencken ùber en 1457 : ABR G 5655 f° C60r-v (suggère que la loube n’est pas seulement une Gerichts-, mais aussi une Verkaufslaube).

246  1354 : HIMLY, Atlas, 94, sans source ; ein orthus an der milchlouben (ou milth-, avec un tilde sur le th ou ch) en 1409 : ABR E 1987/6 ; mon hésitation vient de ce qu’aucune autre ville d’Alsace ne semble avoir une Milchlaube.

247  AMS 1AST HE II 1 (1231), I 46-47 et 50-51 (1246), I 238 (1436) ; AD I 389 n° 510 (124[6] ; A. HESSEL, éd., Elsässische Urkunden vornehmlich des 13. Jhs., 1915, 13 n° 11 (1246) ; ces sources sont citées par M. BARTH, „Beiträge zur Geschichte von Oberehnheim, I, Zwei Frauenklöster in O. im Mittelalter”, in ADBO 3.1969, 108-12, ici 108-09 (trad. fr. in Obernai 1977, 333-37, ici 333-34). La localisation du reclusoir est donnée par le lieu-dit in der Glos [= Close = Klause] du plan cadastral de 1812, au SW du Creutzthor (anc. Grüßtor, sur la route de Sélestat) – merci à Christine Muller, archiviste d’Obernai.

248  Swester Grede in der closen ze Ehenheim en 1326 (AMS 1AH 4169), die meisterin und die swester gemeinliche in der closen zu sant Nicholause zu Grùz bi Ehenheim en 1327 (ibid. 4181) ; AMS 1AST HE I 228 (1398). GYSS I 196-98 cite AMS 1AH [4167-88] ; Ch. SCHMIDT in BMHA 9.1876, 210 ; BARTH, Beiträge (n. précédente), 110-12 (trad. fr. in Obernai 1977, 335-37), cite AMS 1AST HE.

249  GYSS I 202-03 y voit sans doute à tort une institution hospitalière (voir plus bas) ; les béguines qui, selon lui, auraient soigné les lépreux du XIVe au XVIIe s. (GYSS I 202, 468 ; II 62, 316) sont tout aussi sujettes à caution.

250  GYSS I 23-27 ; HEK 976. J. Ph. MEYER, « Notes sur l’ancienne église romane d’O. », in ADBO 16.1982, 7-23 (historique détaillé p. 7-16).

251  Die kapelle, d[i]e nuwelingen zue Ehenheim ist gemaht : AMO DD 10/1, éd. CAOU II 120 n° 728 > AD II 32-33 n° 747.

252  MEYER, Église romane (n. 250), 18-23.

253  J. Ph. MEYER, L’église romane de Balbronn, in ASHAM 2005, 63-76, ici 74 (XIe s.) ; AMS 1AH 7796 (ecclesia que ... Obirchirchin dicitur en 1251) ; AEA NS 2.1948, 84 (1371).

254  X. OHRESSER, « L’église Saint-Jean-Baptiste d’Oberlinden, dite Oberkirch », in Obernai 1977, 377-78, semble supposer qu’Oberlinden a d’abord eu son propre ban, mais n’en donne aucune preuve et ne cite aucune source.

255  Sigillis ... universitatis de Ehenheim : Al. MEISTER, Die Hohenstaufen im Elsaß, 1890, 115 n° 1 ; universitas civium en 1242 : SUB I 213 n° 278.

256  1276 : SUB III 26 n° 76 ; 1299 : ZGO 7.1856, 191 n° 18 = CAOU IV n° 3206 ; 1312 : ARA 2J 644/26 (copie), éd. AD I 100-01 n° 864.

257  AMS 1AH 4181 (der rat und die burger en 1327) ; MGH Const. VI/1, 626 n° 737 (den meister, den rat … en 1330) ; GYSS I 176 (1330) et 177 (1350).

258  ABR G 2927/2, éd. MEISTER (n. 255), 115 n° 1 ; photo in ADBO 3.1969, 80 ; cf. Chr. MULLER, « Les sceaux d’O. », in ADBO 32.1998, 97-109. BEDOS 382-83 n° 507-08.

259  GYSS I 9-27.

260  1178 : MGH DD X/3, 319-23 n° 767-69 ; 1196 : RI VI/3, 524-27. GYSS I 42 et 47 suppose sans preuve un séjour de Friedrich Ier en 1153. Critique insuffisante dans MEISTER (n. 255), 52-53. J. BRAUN, « Aux origines d’O. », in ADBO 1.1967, 29-34, ici 34, invente d’autres séjours en 1152, 1180, 1181, 1195 ; dans Obernai 1977, 23, il ne maintient que celui de 1180, qui est encore de trop.

261  GYSS I 45-46, 68-70, 73-78 ; K. BOSL, Die Reichsministerialität der Salier und Staufer, 1950, I 207. Curia Ehenheim, ... quia curia publica ducis dicebatur et sedes judicialis ducis inibi erat ab antiquitate dans le faux testament de sainte Odile (AD I 28 n° 24, 1er tiers du XIIIe s. ; cf. ZGO 91.1939, 113-18). MGH Const. III 3 § 33 (de Einheim 150 marce en 1241). RI VI/1, 1401, 1732a (d’après AD II 25 n° 732 : séance de justice), 1897.

262  MEISTER (n. 255), 115 n° 1 (1240) ; cf. ibid. 116 n° 4 (le notaire royal Rüdiger renonce à la cure d’Ottrott en 1242) ; GYSS I, tableau II h.t. (1381).

263  AI II 403 ; J.M. GYSS, « Le château impérial des Hohenstaufen à O. », in BMHA II/3.1685, 152-62 ; GYSS, I 41-46.

264  KÖNIGSHOFEN I 446 (destruction douteuse en 1246, uniquement selon la version B de la chronique) ; SPECKLIN, Coll., 121 (= BMHA 13.1888, 277) n° 1008 (destruction improbable en 1266) ; cf. RBS II 1831 ; ABR C 295/5 (hoffstatt, die man nennet die purgk en 1398) ; AI II 403 (1466).

265  AMS CH 247, éd. AD II 19 n° 720 (aput Ehenheim en 1280) ; MGH Const. IV/2, 1009 n° 975 (apud oppidum Obernehenheim en 1313).

266  1262 : MGH SS 17, 112 l. 48 ; ringmur en 1283 : ABR G 114/4, éd. CAOU V 172-73 n° N226. Extra muros Ehenheim superioris in der Merzegassen en 1284 : AMS 1AH 4137/1.

267  Inv. ARA 4J 36/1 (exp.) et 2J 646/9bis (copie XVIIIe s.). AI II 402, GYSS I 103 (cf. I 100) et J. BRAUN, « Les fortifications d’O. », in ADBO 4.1970, 67-88, repris in Obernai, 1977, 67-92, ici 67, datent la 2e enceinte de 1298, sans argument sérieux.

268  AD II 114 n° 893 (1314) ; GYSS I 199-200 (1315) et 202 n. 1 (zwischent den ringmuren bi dem Selehofe nebent dem graben, mil. XIVe s.).

269  FEIN 69 ; HIMLY, Atlas, 29 et 97. Obernai, 1977, 37, signale qu’un géomètre a calculé une surface de 12,4 ha pour « la vieille ville sans le faubourg », mais sans préciser si c’est à l’intérieur de la 1re ou de la 2e enceinte. Pour cette dernière, ESCHER/HIRSCHMANN, II 470, indiquent env. 17 ha.

270  1215 : AD I 330 n° 401. 1339 : GYSS I 179 (participation aux menées d’Armleder ?) ; 1347 : inv. AMO AA 6 ; MGH Const. VIII 367 n° 317 et 438 n° 394 ; cf. MENTGEN 361-63 ; 1349 : SALFELD 253 (corrigé par MENTGEN 44 n. 132) et 283. Cf. aussi MENTGEN 255-56.

271  Mil. XIVe s. : ADBO 22.1988, 132 n. 26 ; curia ... qui olim erat synagoga iudeorum in vico dicto Smulhosengasse (??) en 1391 : AMS 1AH 2125 f° 323r.

272  Donation ad usus pauperum infirmorum in synodochio seu hospitali instaurando infra muros en 1314 : AMO GG 45, éd. AD II 114 n° 893 ; GYSS I 199. 1319 : GYSS I 201 [d’ap. AMO GG 46] ; magister hospitalis en 1339 : AMS VIII 188 f° 20v. ESCHER/HIRSCHMANN, II 470, indiquent en outre une Elendenherberge du début du XIVe s. Ils pensent certainement au Luckersgotzhus (ci-dessus, n. 249), que GYSS I 202-03, suivi par J. BRAUN in Obernai 1977, 367, semble interpréter ainsi, sur la foi d’une charte qu’il ne date pas, et qui cite die schwestern und alle, die in demselben gotzhuse die herberge durch Got nemen. Ce n’est pas une preuve suffisante ; à mon sens, cette maison est un simple béguinage, dont l’existence ne semble d’ailleurs plus attestée après 1336.

273  J.M. GYSS, „Ein altes Seelbuch” [AMO GG 14, XIIIe-XVe s.], in Ecclesiasticum Argentinense 11.1892, archiv. Beilage, 122-24 et 126-31, ici 123 et 128 ; GYSS I 259 ; J. KNEPPER, Das Schul- und Unterrichtswesen im Elsaß von den Anfängen bis gegen d.J. 1530, 1905, 256-57.

274  Hoffestette, do die badestube uffe stot en 1323 : Chr. MULLER, « Les anciens bains d’O. », in ADBO 15.1981, 39-51, ici 39, cite ABR G 1230/4 (que d’autres attribuent faussement à Rosheim : ASHAM 1969, 93 et AEA 34.1970, 63) et pour le milieu XIVe s. AMO BB 13 (daté fin XIVe s. in ADBO 31.1997, 102, mais sans doute plus proche du milieu du siècle, à en juger par les rares dates figurant dans l’inventaire).

275  1330 : MGH Const. VI/1, 711 n° 850 (extrait : GYSS I 114 n. 1) ; Fleischbank unter der Metzig en 1397 : GYSS I 155 ; cf. aussi ADBO 31.1997, 102 (metzig fin XIVe s.). Kaufhaus : GYSS II 78.

276  SUB VI 308 n° 588 = G. SCHMOLLER, Die Straßburger Tucher- und Weberzunft, 1879, 13 n° 15 (1390) ; SCHMOLLER 342-43 n° 206 (1391); les deux chartes parlent d’un antwerck, non d’une zunft.

277  WINKELMANN, Acta (n. 147), II, 1885, 199 n° 288 = GYSS I 107.

278  Consules, magistri artificum dicti zunftmeister totaque universitas : GYSS I 149 et 176-77. Cf. ibid. 180 : les « plébéiens », entendons les métiers, entrent au Conseil en 1339.

279  RBS II 2289 (1290) ; ABR G 1510 (1398) ; HEK 116-18 et 1343-44.

280  RBS II 1769 (1264) ; en 1371, elle a encore un sceau, mais apparemment plus de commandeur : SUB V 722 n° 934. Cf. N. BUCHHEIT, « La commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Rh. (milieu XIIIe - milieu XIVe s.) », in Annuaire de la soc. d’hist. des 4 Cantons 20.2002, 77-90.

281  SUB III 367 n° 1216 (1328) ; AEA 2.1948, 90 (1371).

282  RBS II 2375 (1295) ; AMS VIII 188 f° 58r (1365) ; petit cartulaire de Saint-Pierre-le-Vieux à la fin de la liasse ABR G 1510, f° 37v (1391).

283  A. KOCHER, éd., Solothurnisches Urkundenbuch, II, 1971, 142 n° 229 (plebanus) ; RBS II 1790. HEK 1115-18.

284  Universitas civium vers 1261/63 : SUB I 413 n° 543 ; consules en 1267 : SUB II 8 n° 13 ; universitas opidi Rynouwe en 1290 : RBS II 2289 ; der rat von Rinowe en 1301 (AMS 1AH 854 f° 137r) et 1304 (AMS 1OND 5 f° 221r).

285  AMS CH 144 et 193, éd. SUB I 413 n° 543 et II 8 n° 13 ; WITTMER, Inventaire (n. 85) n° 161 et 247. BEDOS 432 n° 575.

286  CAOU V 196 n° N239 (1283) ; voget Gosse témoin après le Schultheiß de Rh. en 1301 : AMS 1AH 854 f° 136v.

287  Castra Bernstein, Girbaden, Tagsburg et Rinowe en 1236 : RBS II 1043 ; de ortis et areis sitis circa castrum Rinowe in der Sneckenowe v. 1345 : ABR G 377 f° 31r, cf. aussi f° 32r.

288  RBS II 845 (1219) et 886 (1223) ; murum civitatis en 1284: AMS 1AH 854 f° 139r ; suburbium en 1371 : AEA 2.1948, 90.

289  AMS 2OND 168/1 C (1294) ; MGH Constit. IV 232 n° 263a-b (1308).

290  Hospitale s. Johannis in R. en 1264 : RBS II 1769 ; StAD F 26/223 (1282, copie de 1660) ; CAOU V 175 n° N230 (1283).

291  SUB III 38 n° 108.

292  hospitale de novo fundatum de oppido Rinowe Arg. dioc. : E. KARLESKIND, in AEKG 10.1935, 415-16 (citant les AM de Rh., qui ont péri en 1945 ; trad. all. de 1626 : ABR G 1864), y voit l’hôpital Saint-Jean, mais celui-ci n’est plus « nouveau » à cette date.

293  HEK 1116 ; cf. HIMLY, AH, I 202-08.

294  C’est aussi l’avis de N. BUCHHEIT (n. 280), 79-80.

295  Der schoulemeister der .... statt von Rinowe en 1275 : GLAK 69 v. Türkheim, Nachlaß Grandidier, Codex diplom. Fasz. 4, éd. in OHI III 407, où « 1257 » est une faute d’impression. Cuntze der kinde meister von Rynowe en 1301 : AMS 1AH 854 f° 137r.

296  RBS II 2537. Un autre, Johann Kusolt, est attesté de 1315 à 1321 (SUB II 284 n° 1315, III 287 n° 952).

297  Estuarium en 1324 : AMS 1AH 855 f° 296r ; in estuario quondam Goßonis advocati en 1328 : AMS VIII 188 f° 57v ; bi der nuwen badestuben en 1383 : AM Sélestat GG 104 p. 63.

298  ABR G 377 f° 31r.

299  Unser stat Rinowe ... mit ... dem vare uf dem Ryne und dem zolle : AMS AA 66 f° 139v-141r.

300  AMS CH 3968 (vidimus de 1427).

301  AMS 2OND 168/1 C (1294) ; ABR G 377 f° 30v (porta zu Mercketbrucken v. 1345).

302  Sub lobio : AMS 2OND 168/1 C.

303  Brotbanck ... under der louben en 1359 (AMS 1AH 2074 f° 178r) ; brotbanck ... nebent der tuchlouben ... schuchsuterbanck under der metzige en 1362 (ibid. f° 180r-v).

304  AMS CH 1335, transfixe.

305  E. KARLESKIND, „Die Rheinüberschwemmungen bei Rheinau”, in Annuaire de la soc. historique, littéraire et scientifique du Club Vosgien NS 5.1938, 105-17 ; AMS AA 1591/69 (1564) ; AMS 117Z 2127 (1594-1602).

306  J. TREFFEISEN, „Beschädigung und Zerstörung Neuenburgs durch den Rhein bis zum beginnenden 16. Jh.”, in U. HUGGLE et Th. ZOTZ, éd., Kriege, Krisen und Katastrophen am Oberrhein vom Mittelalter bis zur Frühen Neuzeit (Das Markgräflerland, 2/2007), 131-39.

307  RUB I 155-59 n° 215-16 et 218-20 ; BUB III 209-10 n° 392. Cf. X. OHRESSER, « Le couvent des Ermites de Saint-Augustin de R. », in AEA 33.1969, 267-325.

308  AHR 4H 1/1 (1297) ; dominus de Sancto Morando doit un cens en 1306 : AHR E 2661/1.

309  Misit duos [monachos] ad capellam de Rapolstein ad reformandum locum en 1312 : G. CHARVIN, Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny, II, 1967, 324 ; l’éd. songe à la chapelle d’Ulrichsburg, mais il ne peut s’agir que de Saint-Morand. Bruder Helyas, pfleger des gotteshusez von sante Morande OSB, das gelegen ist in dem obern dorfe vor der obern stat ze Rapolzwilre en 1319 : RUB I 260 n° 352 ; der probst von sant Morande en 1339 : AHR 19J 17, 1er cahier, f° 8v.

310  RUB I 471-75 n° 618 (1350), 509 n° 659 (confirmation en 1352), 540 n° 700 (elle est in der obern stat en 1356). Elle est in der alten stat en 1442 (AHR 19J 1/27) et existe encore en 1509 et 1511 (AHR E 2705).

311  896 : MGH DD Karol. IV 29 n° 6 ; RUB I 3 n° 4 ; RegA 386 n° 646. 1284 : RUB I 124 n° 156. Dans HEK 1090-92, la mention de 1264 est fausse (c’est celle de 1284, mal datée par Clauss) et celle de 1268 (ci-dessous, n. 325) peu sûre, car toutes les localités citées dans la charte ne sont pas le siège d’une paroisse, p. ex. Hagenach.

312  Cives en 1293 : MGH SS 17, 259 l. 35 (cité in RUB I 151 l. 25) ; universitas en 1297 : RUB I 156 n° 215.

313  Die alte stat ... die nuwe stat und das obere dorf et die nidere stat ... die obere stat en 1298 : RUB I 161-62 n° 223 = CAOU 299-305 n° 3055 ; die zwo öbern stette zu Rapolczwilr – die zwo nidern stette en 1373 : RUB II 89 n° 111.

314  RUB I 260 n° 352 (die burger gemeinlich von der obern stat ze R. scellent en 1319), 274 n° 376 (1324), 285 n° 389 (1327).

315  Voir n. 314.

316  RUB I 242 n° 334 (1317), 340 n° 459 (1335), 348 n° 470 (1336), II 515 n° 664 (1401).

317  R. BRIEGER, Die Herrschaft Rappoltstein, 1907 (on souhaiterait que l’auteur ait fait de RUB un usage moins superficiel).

318  Cf. Th. BILLER et B. METZ, Die Burgen des Elsaß, Architektur und Geschichte, II, 2007, 225-28 (Girsberg) et 277-83 (Hohrappoltstein), et I, à paraître (Ulrichsburg = Groß-Rappoltstein).

319  Johann von Rappoltstein-Oberstadt achète en 1335 une part an dem turne ze sant Margrede : RUB I 335-38 n° 453 et 456; cf. ibid. 427 n° 553 (1344), 520 n° 673 (uff dem kilchhoffe sitzen mit huse, 1353).

320  P. BRUNEL, « À propos du château bas de Ribeauvillé », in Annuaire de Colmar 26.1976/77, 113-20 ; B. JORDAN, Les sires de Ribeaupierre (1451-1585), 1991, 152-54. J. KOCH, « Le site du château de Ribeauvillé », in Cahiers alsaciens d’archéol., d’art et d’hist. 34.2000, 55-66.

321  Castrum sive curiam suam sitam in inferiori opido R. est à Bruno von Rappoltstein en 1388: RUB II 252 n° 295, tout comme den hof, den man nennet die burg zu R. en 1393 : GLAK 67/73 f° 7v (plainte de Strasbourg contre Bruno von Rappoltstein, différente de SUB VI 438 n° 743).

322  SUB V 1023 n° 1401 (reg. RUB V 557 n° 1564 ; vers 1370-80). RUB II 124 n° 138, 162 n° 176 (1376, 1379).

323  Anshelmus quondam procurator de Rapolzwilre en 1241 : RUB I 79 n° 75.

324  MGH SS 17, 256 l. 6-11 (1287). B. BERNHARD, Recherches sur l’histoire de la ville de R. [éd. posthume par X. Mossmann], 1888 (rééd. 1988), 42-44 – suivi notamment par K. ALBRECHT in Das Reichsland Elsaß-Lothringen, III, Ortsbeschreibung, 1901-03, II 860, et en partie par ESCHER/HIRSCHMANN, II 498 – cite pour 1284 les Annales de Luck (XVIIe s.), que ni RUB ni RI n’ont suivies sur ce point. Une visite du roi Rudolf à Rappoltstein est attestée en 1281 (MGH SS 17, 208 ; RI VI/1, 1404a), mais il n’avait nul besoin de venir sur place pour autoriser la fortification de R. ; et surtout, les Rappoltstein n’avaient nul besoin d’un privilège royal pour bâtir les murs de la ville : voir plus haut l’exemple de Neuwiller (n. 236).

325  En 1268, la délimitation des territoires de quête des Dominicains de Fribourg et de Bâle est modifiée ; les premiers obtiennent hec oppida et hec ville : Columbaria, Rapolteswilre, Teienhein [Deinheim, disp., juste au N de Colmar], Husen, Osthein, Gemere, Richenwilre, Hunewilre, Hagenoch [disp., entre R. et Bergheim], Bercheim, ..., Cellemberch : UB Freiburg (n. 137), I 195 n° 221. Cette énumération suit un ordre géographique assez logique, sauf que R. n’est pas du tout à sa place – serait-ce que le rédacteur a nommé les oppida – Colmar et R. – avant les ville ?

326  RUB I 139 n° 285 > AD II 45 n° 768. Sur le sens de stat cf. plus haut, n. 204.

327  HIMLY, Atlas, 98-99, l’a bien vu, mais induit le lecteur en erreur tant par ses datations arbitraires que par ses confusions : sur son plan, le n° 37 correspond en fait aux Augustins, le n° 40 au réclusoir, le n° 41 à l’église paroissiale.

328  Voir n. 313.

329  In dem obern dorfe en 1306 : ABR E 2661/1 ; en 1319, Saint-Morand est in dem obern dorfe vor der obern stat ze R. : RUB I 260 n° 352. Die nidern stette R. beide, et die obern zwo stette zu R. en 1341 : RUB I 391 n° 521.

330  BERNHARD (n. 324), 44-45 ; HIMLY, Atlas, 98.

331  Ce que RUB et son index très détaillé facilitent ; mais la difficulté tient au fait que chaque fois qu’une nouvelle enceinte s’ajoute aux précédentes, ce n’est plus forcément la même qui est die obere, die niedere ou die Mittelstat.

332  Die juden 2 ß von dem wighus bi irre schule en 1311 : RUB I 203 n° 284 ; RUB I 307 n° 416 (1331). SALFELD 239 et 253.

333  Dans une copie de 1769 d’une charte de 1425 (AHR E 2702), on dit d’un bourgeois de R. : als der juden spital zu Rappoltswiler kommen ; il faut évidemment lire als der in den spital ...

334  Inscription citée in RA 43.1892, 248 ; selon d’autres (sans source), les fondateurs seraient les Rappoltstein. Hus in der alten stat ze Rapoltzwilre in Gerwergaße nebent der Spitalmüln en 1344 : AHR 24H 10/5 ; reg. : RUB I 431 n° 557. Her Peter, cappelan ze dem spital en 1346 : RUB I 452 n° 585.

335  RUB II 531 n° 690 (1403) ; KNEPPER (n. 273), 242-43. SCHERLEN, Perles (n. 218), II, 1929, 306, mentionne sans source Dietrich, der alt schulmeister von R. en 1401.

336  Nuwe cinse in der nuwen stat : von der badestube nebent mins herren müle : AHR 19J 1/17, cahier B, f° 9r (1339 svv.) ; rente uf der öbersten badestuben ... in derselben [= nuwen] stat en 1350 : RUB I 475 n° 619.

337  ESCHER/HIRSCHMANN II 498-999 d’après RUB I 177 n° 244 (= AD II 78 n° 825) : die watloube und swas man mit der elen ussnidet, ... spengeler, messerer et nombreux autres artisans.

338  Swas merkete sù hant, die sollent gemeine sin en 1298 : voir n. 313 ; krutmerket, holzmerket, etc., en 1302 : n. 337 ; la charte ne décrivant que la part de Heinrich, il faut supposer que celle d’Anselm comprenait d’autres marchés. 1307 : UBPB 17 n° 8 ; rég. RUB I 191 n° 284 ; cf. RA 128.2002, 62.

339  Ze R. in der alten stat uffen den bach bi dem vischemerkete an der steininbrucke en 1321 : AHR 29H 1/1 ; Syfrit am Kornmerckt (à R.) en 1368 au plus tôt : AHR 11H 12/4 p. 61. Der merket in der Obern stat : AHR 19J 1/17, cahier A f° 16v = cahier B f° 4r.

340  MGH SS 17, 218 l. 33 ; B. BREYVOGEL, Silberbergbau und Silbermünzprägung am südlichen Oberrhein, 2003, 165 („illegale Beischläge”). BUB V 100 n° 94 (1387). NESSEL, Beiträge (n. 119), 169. ESCHER/HIRSCHMANN II 498 citent Al. REVERCHON, Metzer Geldgeschichte, 2004.

341  Hoff ... bei der louben en 1297 : RUB I 156 n° 216. Watloube en 1302 : RUB I 177 n° 244. La mention d’une obern watlouben en 1388 (RUB II 260 n° 301) suggère que chaque coseigneur a voulu avoir la sienne. In der alten stat ze R. uffen den bache gegen der brotlouben en 1335 : AHR 29H 1/1. In der obern stat nebent der fleischlouben en 1342 : RUB I 402 n° 531. Le censier des Rappoltstein commencé en 1339 mentionne notamment 15 fleischbenken under der louben, ... die wage, ... die benke under der fleischlouben, do men brot uffe veile hat (2e main du XIVe s.), et das schinthuse : AHR 19J 1/17, cahier A f° 16r-v, cahier B f° 4r et 13r. Nebent der nydern kornlouben en 1431 : RUB III 327 n° 668. Il y a donc sûrement une obere Kornlaube, et ce dédoublement doit remonter à l’époque où la ville était partagée entre deux seigneurs, donc avant 1400.

342  Murrin der Lamperter [und] sine gesellen : RUB II 401 n° 531.

343  Die ... wehseler en 1302 : RUB I 177 n° 244 ; AHR 19J 1/17, cahier A, f° 8 svv. ; RUB I 498 n° 645 (1352).

344  SCHERLEN, Perles (n. 218), I, 1926, 51.

345  Cette notice doit beaucoup à ma collègue Christine Muller, qui l’a relue et m’a communiqué de nombreuses informations complémentaires. Qu’elle en soit vivement remerciée.

346  1050 : A. CALMET, Histoire ... de Lorraine, 2e éd. 1745, II pr. 289; JL 4245; M. PARISSE, « Bullaire de la Lorraine », in Annuaire de la soc. d’hist. et d’archéol. de la Lorraine 69.1969, 15 n° 36, la dit fausse, mais sans argument. 1137 : SUB I 65 n° 85. Selon la chronique latine de Königshofen, éd. L. Dacheux in Fragments des anciennes chroniques d’Alsace, IV 10 (= BMHA 15.1892, 290) n° 3653, l’évêque Erchenbald (965-91) aurait consacré 2 chapelles à R., mais RBS I ne reprend pas cette affirmation. HEK 1145-47.

347  R. LEHNI, « L’église Saint-Etienne de R. », in ASHAM 4.1970, 7-12. Pour Saint-Pierre cf. J. Ph. MEYER, Voûtes romanes, 2003, 239-53 (avec la bibl. antérieure).

348  Sur la cour de Hohenburg cf. notamment HANAUER, Constitutions, 253-66, AMS CH 3574 (1419) et N. BRETZ in ASHAM 2000, 145-78 ; sur le closterhof de Niedermünster (1341) : MULLER, Topographie, ici 1978, 36 et n. 82; sur la curia abbatisse de Hessen v. 1345 : ABR G 377 f° 20r ; sur la curia de Senones, avec domus lapidea avant 1225 : MGH SS 25, 311 ; sur la curtis du Grand Chapitre, liée à l’église Saint-Etienne : SUB I 65 n° 85. Des probstes hove zu S. Peter zu Strazburg en 1328 : AMS 1AH 586 f° 221r. Maison d’Obersteigen à R. 1262 : Alsatia 1874, 190.

349  ZGO 14.1862, 192 n° 8 (1232) ; MEISTER (n. 255), 114 n° 1 (1240) ; ABR G 111/3 (1262) ; CAOU V 245 n° N321 (die gemeine zu Rodisheim en 1286) ; ABR G 2868/10 (sceau de 2 scheffele en 1341, signalé par Chr. Muller) ; AMS 1AH 4393 (sceau de 2 cheffeln en 1342) ; ABR H 1502/5 (sceau d’un scheffel en 1346).

350  AM Sélestat JJ 36. En 1419, Florenz von Ittenheim est nunc unus magistrorum ex parte nobilium opidi Roßheim : AMS CH 3574 (en partie lue à la lampe de Wood).

351  ABR G 111/3 (1262 ; le 14e sceau, disparu, était probablement celui de la ville, mais il n’est pas clairement annoncé) et 1G 219, éd. CAOU V 245 n° N321 (1286 ; sceau conservé : il figure saint Pierre, qui n’est pourtant patron que d’une des deux églises de R. ; dessin : Chr. MULLER, « Les armes de la ville de R. », in ASHAM 1977, 61-72, ici 67 fig. 6). Un sceau secret apparaît en 1359, et un nouveau grand sceau en 1360 ; tous deux portent une rose (MULLER, Armes, 62 ; dessins : ibid. 67 fig. 7-8). BEDOS 440-41 n° 588-89 ne connaît que ces deux derniers.

352  Annales de l’Est 6.1892, 103-10 n° 6-12.

353  Berhtoldus advocatus en 1262 : ABR G 111/3.

354  Ch. L. SALCH, Rosheim. Châteaux, palais, maisons nobles, remparts (XIIe et XIIIe s.), 1988, évidemment sans aucune référence. Cf. en dernier lieu Chr. MULLER, « Le quartier de la « Maison Romane » à R. : note sur les maisons de pierre médiévales d’après les textes (1re partie) », in ASHAM 2006, 67-80, av. la bibl. antérieure.

355  Chr. MULLER, « Greffiers à Rosheim », in ASHAM 1986, 77-89. Échevins : ci-dessus, n. 349. Jacob Grinlins dochterman de[r] schriber est attesté en 1303 (ABR G 1218, f° 20), † Isenhart Scriptor au début du XIVe s. (ABR G 2763/3 f° 4), le patronyme de Schriber en 1327 (ABR H 2673/2) ; je dois ces trois références à Chr. Muller.

356  Richer de Senones, in MGH SS 25, 298-99 ; il mentionne aussi « la porte vers le Val de Bruche », ainsi qu’un cimetière (atrium) servant de refuge.

357  Ad ... fossata vel muros vel ad quascumque munitiones in dicta villa Rodesheim faciendas : ABR G 111/3 ; le passage essentiel est cité par MULLER, Topographie, ici 1978, 45 n. 93.

358  RBS II 1840 (1267) ; MULLER, Topographie, ici 1978, 46 n. 93 (1274). N. BRETZ, « Contribution à l’étude de R. à l’époque romane », in ASHAM 2000, 145-78, date la première enceinte de la fin du XIIe ou du début du XIIIe s., en se fondant sur la datation (bien fragile) de fenêtres percées dans son mur et sur une interprétation des sources écrites qui diffère beaucoup de la mienne.

359  ABR G 114/3 (1282) ; apud Lewerburgetor en 1300 : BN ms. lat. 9074 n° 6 [= f° 5] – ce qui prouve que ce nom n’a rien à voir avec des lions, mais bien avec les « tertres » – Lewer étant le pluriel de Le(he) – auquel un quartier de Rosheim doit son nom. Cf. hof in Lewern in der stat zu R. ... nebent der muren en 1346 : ABR H 1502/5, aimablement signalé par Chr. Muller. Cf. aussi la même, Maisons de pierre (n. 354), 71 n. 15 et 77.

360  MULLER, Topographie, ici 1978, 39.

361  ABR G 3624/5 ; je dois cette référence et la localisation de la Breitegasse à Chr. Muller. La mention d’une inndere stat – impliquant une ussere stat – en 1346 (MULLER, Topographie, ici 1978, 39) va dans le même sens.

362  B. METZ, « Les enceintes urbaines d’après les sources écrites en Alsace », à paraître dans Y. HENIGFELD et A. MASQUILLIER, éd., Archéologie des enceintes urbaines et de leurs abords en Lorraine et en Alsace.

363  HIMLY, Atlas, 30 ; FEIN, 69, indique 22,5 ha, mais d’après la carte au 1/25 000 !

364  AD I 330 n° 401 (1215) ; SALFELD 253 et 284 (1349). MENTGEN 304-05 ne concerne que les XVe et XVIe s.

365  R. WEYL, Patrimoine d’Alsace. Le cimetière de Rosenwiller, 1988, non paginé, « Historique », cite ABR H 1250. MENTGEN 53 accepte cette source – pourtant problématique, puisqu’on n’en a qu’un extrait du XVIIIe s. ; la date de l’original n’est donc nullement assurée.

366  1321 : ABR G 2715/20. 1345 : M. JOUANNY, Les Hospitaliers en Basse-Alsace (1217-1529), thèse ms. de l’Ecole des Chartes [vers 1925] (AMS 67Z 8), 65, sans source ; 1363 : HIMLY, AH, 211 n° 1425 cite AM Rosheim GG 6 ; cf. aussi MULLER, Topographie, ici 1978, 42 n. 33. Chapelain et malades de l’hôpital en 1365 : SUB VII 350-51 n° 1193.

367  MULLER, Topographie, ici 1979, 34-35 n. 17, cite ABR G 1218/1a.

368  MULLER, Topographie, ici 1978, 26, cite ABR G 1243/2 (2e m. XIIIe s.). Ortus in der badegassen ex opposito estuarii in Rodesheim en 1321 : ABR G 2715/20. Sur l’emplacement du badegraben (ville basse ?) et du bain (ville haute), je remercie Chr. Muller de ses informations.

369  1240 : ci-dessus, n. 349. Le rotule de la cour de Hohenburg à R. évoque bien des hofestete ... do man mercket hette oder veilen kouff (HANAUER, Constitutions, 258), mais ici mercket désigne clairement toute activité commerciale. Allusion au cours des grains uff dem merckete zu R. en 1441 : ABR H 1503/23, signalé par Chr. Muller.

370  under der louben doselbes : AMS 1AH 4396 (charte) ; in der Mittelstat gegen der louben ùber en 1419 : AMS CH 3574.

371  Maisons prope carnifices (fin XIIIe s.) : ABR G 1243/3, 7 et 1243/1, 8 ; vor der metzige en 1328 : ABR H 2673/3 ; by den fleischbencken en 1367 : ABR G 1230/9 ; in der öbern stat by der metzige en 1438 : ABR G 3627/15. Je dois toutes ces références à Chr. Muller.

372  AMH JJ 234/23.

373  Renseignement de Chr. Muller, d’après AM Rosheim DD 1 et CC 7a.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernhard Metz, « Essai sur la hiérarchie des villes médiévales d’Alsace (1250-1350). 2e partie », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 129-167.

Référence électronique

Bernhard Metz, « Essai sur la hiérarchie des villes médiévales d’Alsace (1250-1350). 2e partie », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/990 ; DOI : 10.4000/alsace.990

Haut de page

Auteur

Bernhard Metz

Archiviste de la Ville et de la Communauté Urbaine de Strasbourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page