Navigation – Plan du site
Compte rendus
Sources et ouvrages de référence

Huck (Dominique), Une histoire des langues de l’Alsace

La Nuée Bleue, 2015, 523 p.
Claude Muller
p. 438
Référence(s) :

Huck (Dominique), Une histoire des langues de l’Alsace, La Nuée Bleue, 2015, 523 p.

Texte intégral

1Après Paul Lévy, Histoire linguistique d’Alsace et de Lorraine (Paris, 1929), deux volumes qui ont fait autorité pendant près d’un siècle, après les travaux d’Adrien Finck, de Frédéric Hartweg, de Raymond Matzen, de Martin Allerheilig, d’Auguste Wackenheim et d’autres, après Robert Greib, Jean-Michel Niedermeyer et François Schaffner, avec Histoire de la langue régionale d’Alsace, (Strasbourg, SALDE, 2013), voici ce qui ressemble à l’aboutissement d’une carrière d’enseignant-chercheur, celle de Dominique Huck : 440 pages, 1522 notes, statistiques, graphiques et tableaux plus explicites les uns et les autres. Précisons d’emblée que cette magnifique somme mérite de figurer dans toute bibliothèque alsatique digne de ce nom.

2La partie la plus consistante et la plus intéressante commence à la page 209, qui nous entraîne de l’après-guerre à nos jours. Elle traite du lent recul de l’alsacien et de la francisation irrémédiable de la région à travers la politique linguistique mise en œuvre, en adéquation avec un nationalisme affirmé. Elle montre que francisation va de pair avec « dégermanisation », mais ne s’intéresse peut-être pas assez au rôle des télévisions et des réseaux sociaux. Une belle formule, « la fonction symbolique de l’alsacien », couronne un chapitre pertinent consacré à la mort du dialecte, maintenu en vie par perfusion, ce qui ne doit pas décourager les partisans du bilinguisme, comme l’écrit l’enseignant aussi militant.

3S’il faut émettre une réserve, règle du genre, ce serait l’inadéquation du titre-accrocheur pour faire vendre – mais cet opus n’a pas besoin de cela – et du contenu. Si l’on se doute bien que le thème évoquera l’alsacien, l’allemand et le français, sans ordre de préséance, il n’en reste pas moins que se dressent deux écueils, avec les mots « histoire » et « langues ». Histoire tout d’abord. Évoquer en soixante pages, un septième du volume, les langues en Alsace jusqu’à la Révolution peut paraître un peu court, d’autant plus que la bibliographie existe dans le trésor des publications des sociétés d’histoire. « Langues » ensuite. Quid du grec, du latin, du yiddisch, du welche, dont l’agonie précède ou est contemporaine de celle de l’alsacien ? Kok ki di ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Huck (Dominique), Une histoire des langues de l’Alsace », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 438.

Référence électronique

Claude Muller, « Huck (Dominique), Une histoire des langues de l’Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2432

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page