Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age et Renaissance

Koch (Jacky), L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles)

PUN-Éditions universitaires de Lorraine, 2015, 561 p.
Charles Kraemer
p. 444-445
Référence(s) :

Koch (Jacky), L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles), PUN-Éditions universitaires de Lorraine, 2015, 561 p.

Texte intégral

1Fruit d’une thèse brillamment soutenue en 2012, cette synthèse, amplement illustrée, est fondée sur 19 des quelque 300 châteaux des Vosges du nord au Sundgau. Ils correspondent aux différents types morphologiques et aux différentes techniques de construction répertoriés, de la fin du Xe siècle, période des premières édifications, à la fin du XIIIe siècle, lorsque le phénomène castral est à son apogée et qu’il participe, par son adaptation au milieu, à la conquête et l’anthropisation des espaces hostiles du versant alsacien de la montagne vosgienne. Tous, exceptée l’enceinte de Soultzbach-les-Bains édifiée en fond de vallée, sont des châteaux de hauteur juchés, entre 260 m et 795 m d’altitude, sur des sites d’éperon, de versant, d’entablement, de sommet ou de barre sommitale ; sept d’entre eux sont posés sur le substrat gréseux, trois sur le « Grauwacke » et les 8 autres, dont Bilstein, sur le socle hercynien. Tous ont fait l’objet, depuis une vingtaine d’années, d’études archéologiques – stratigraphiques et verticales –, de levés topographiques et de « pierre à pierre », parfois de datation absolue par dendrochronologie à partir des boulins d’échafaudage noyés dans la maçonnerie. Ces données confrontées à la bibliographie et aux observations des archéologues précédents n’ont pas manqué d’enrichir la connaissance, voire de trancher des questions de chronologie de sites présumés antiques, comme le Hohegisheim.

2Ces investigations nouvelles ont surtout permis de répondre au questionnement relatif à l’organisation des chantiers, à l’exploitation des matériaux et à leur mise en œuvre, à la pratique de certains savoir-faire. Ce travail s’est aussi accompagné d’analyses des mortiers prélevés dans des maçonneries non restaurées, sur des sites couvrants les différents environnements géologiques disponibles et bien datés. Ce procédé, innovant dans la recherche castellologique de l’Est de la France en raison de sa systématisation, permet un premier niveau d’information dont les limites doivent être soulignées compte tenu de la qualité des mortiers, différemment lessivés, et parce que l’interprétation de chaque échantillon, en tant qu’unicum, invite à une nécessaire prudence.

3Mêlant histoire des châteaux et analyse technique du bâtiment, ce livre, classique par son thème mais novateur par ses processus d’études, offre un regard inédit sur l’habitat élitaire, plus particulièrement sur la question de sa mise en œuvre, qui ne manquera pas de séduire le lecteur, spécialiste ou simple passionné comme il en existe beaucoup dans cette région du Grand-Est.

4On attend désormais de l’auteur qu’il élargisse sa recherche aux châteaux alsaciens des XIVe et XVe siècles, notamment pour mesurer l’impact des armes à feu sur l’architecture, ainsi qu’aux sites dits anhistoriques, en particulier aux enceintes refuges, et à l’habitat turriforme connu en milieu urbain. La valorisation du patrimoine qui bénéficie, encore un peu, de l’attention des élus, offre en ce domaine une opportunité indéniable qu’il lui faudrait saisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Kraemer, « Koch (Jacky), L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles) », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 444-445.

Référence électronique

Charles Kraemer, « Koch (Jacky), L’art de bâtir dans les châteaux forts en Alsace (Xe-XIIIe siècles) », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2443

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page