Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe et XXe siècles

Anstett (Marlène), Gommées de l’histoire. Des Françaises incorporées de force dans le Service du Travail féminin du IIIe Reich

Éditions du Signe, 2015, 253 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 464-465
Référence(s) :

Anstett (Marlène), Gommées de l’histoire. Des Françaises incorporées de force dans le Service du Travail féminin du IIIe Reich, Éditions du Signe, 2015, 253 p.

Texte intégral

1Largement tirées de l’oubli depuis une bonne quinzaine d’années, les jeunes filles d’Alsace et de Moselle requises pour le Reichsarbeitsdienst (Service du Travail obligatoire du IIIe Reich - RAD), indemnisées en 2008, ne sont heureusement plus « gommées de l’histoire ».

2Détachées comme assistantes ménagères, employées dans des commerces ou aux travaux agricoles, elles ont été confrontées au même dilemme que les garçons : accepter leur sort ou risquer la déportation de leur famille. À leur arrivée au camp, les Arbeitsmädel sont prises en main par une ancienne (Kameradschaftsälteste), plus ou moins sympathique, qui leur enseigne les rudiments d’une discipline toute militaire. Bientôt, elles ne pensent plus et se contentent d’exécuter les ordres, abruties toute la journée par le travail. Ce régime est surtout difficile pour les citadines, qui constituent les gros bataillons du RAD féminin. Plus encore que par le RAD masculin, les pères et mères de famille sont ulcérés par ce service féminin. Ils craignent pour la vertu de leurs filles, s’indignent des séances de gymnastique où elles évoluent à demi nues et sont extrêmement vexés de les voir employées comme bonnes à tout faire dans les familles allemandes.

3Pour beaucoup de recrues féminines, le RAD est suivi par une nouvelle période dans le cadre du Kriegshilfsdienst (KHD). Ce service auxiliaire de guerre pour la jeunesse féminine est introduit en Alsace le 1er octobre 1941 – mais ce n’est qu’un an plus tard que les premières Alsaciennes y sont assujetties. Cette mesure porte à douze mois le temps de service pour l’État, puis à treize en mai 1942 et enfin à dix-huit en 1944 (et de facto il est souvent plus long encore). En sont généralement dispensées les filles d’agriculteurs, les étudiantes, les femmes mariées. Des jeunes filles sont affectées pour leur KHD dans des usines de munitions (où elles sont parfois victimes de bombardements et d’accidents du travail), dans les transports, dans les hôpitaux, dans les établissements sociaux et dans les administrations. Elles rejoignent aussi les services et administrations de la Luftwaffe et de la Kriegsmarine ; parfois même les batteries de la DCA (Flak).

4C’est cette histoire, ce sont ces histoires – le recours aux témoignages oraux ou écrits est impressionnant dans ce travail – que nous raconte Marlène Anstett, avec militantisme et passion. En dépit de quelques manques – dont l’oubli incompréhensible du volumineux mémoire de maîtrise de Laure Balzano-Dupuich, Les Femmes alsaciennes incorporées de force de 1941 à 1945 par le régime national-socialiste, Strasbourg II, 2003 – le lecteur trouvera ici une étude sérieuse et bien étayée. On saluera notamment le chapitre sur « l’après » : séquelles psychologiques, carrières brisées, mais aussi vies « normales », heureusement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « Anstett (Marlène), Gommées de l’histoire. Des Françaises incorporées de force dans le Service du Travail féminin du IIIe Reich », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 464-465.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « Anstett (Marlène), Gommées de l’histoire. Des Françaises incorporées de force dans le Service du Travail féminin du IIIe Reich », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2486

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page