Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les lieux et les hommes
Strasbourg: cathédrale et Koenigshoffen

Mistler (Anne) (dir.), Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, 100 ans de travaux

I. D. l’Édition, 2015, 188 p.
Jean-Paul Lingelser
p. 470-477
Référence(s) :

Mistler (Anne) (dir.), Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, 100 ans de travaux, I. D. l’Édition, 2015, 188 p.

Texte intégral

1Le titre donne tout le sens à l’ouvrage. La Direction régionale des Affaires culturelles d’Alsace, placée sous l’autorité du préfet de la Région Alsace, préfet du Bas-Rhin, vient en effet de faire paraître un ouvrage très documenté et judicieux sur un siècle de travaux engagés par l’État, propriétaire de la cathédrale. Édifice majeur s’il en est, la cathédrale Notre-Dame a été classée au titre des Monuments historiques en 1862 et inscrite, avec la grande île, sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité en 1988 par l’UNESCO.

2Les spécificités strasbourgeoises, replacées dans leur contexte historique, font l’objet d’une analyse très brève. Alors que la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame a joué un rôle considérable dans l’édification et l’entretien de la cathédrale depuis le Moyen Âge, l’État, au nom de ses pouvoirs régaliens, a mis fin à la maîtrise d’œuvre de l’architecte en chef de l’Œuvre Notre-Dame en 1999 et donc à la dualité des intervenants qui n’avait que trop duré depuis 1918, selon le point de vue du ministère. Désormais, l’architecte en chef des Monuments historiques dispose de pouvoirs très étendus sur les travaux de restauration pour l’ensemble de l’édifice, tout en s’appuyant sur les compétences et l’expertise technique de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame qui restent incontestables.

3On notera au passage que rien n’est dit sur l’apport scientifique et culturel quant à la nécessité de recourir à un Comité scientifique, comme le Ministère des Affaires Culturelles l’avait appelé de ses vœux dans le passé, en 1995, puis en 2008. Il est ainsi des silences qui parlent. C’est bien ce qui transparaît au fil des articles, comme nous le verrons plus loin.

4*

5Le livre comprend précisément six volets successifs. Un premier grand chapitre traite de l’archéologie, abordée par Bernadette Schnitzler, conservateur du Musée archéologique de Strasbourg. À juste titre, l’auteur présente les découvertes faites depuis l’époque moderne sous Daniel Specklin, Jean Georges Heckler, en passant par Ludwig Arntz et Johann Knauth, jusqu’à la période récente avec Jean-Jacques Hatt, François Petry et Erwin Kern. La plume élégante, sobre et rigoureuse de Bernadette Schnitzler livre une belle synthèse de toutes les découvertes révélées par les fouilles archéologiques jusqu’en 1983.

6À son tour, Marie-Dominique Waton, ingénieur d’études à la Direction régionale des Affaires culturelles (DRAC), présente le contexte urbain autour de la cathédrale englobant la place du Château, la rue Mercière, la rue des Hallebardes, etc. Elle met fort justement, elle aussi, l’accent sur l’occupation antique aux IIe-IVe siècles, jusqu’aux vestiges de l’époque médiévale identifiés par Maxime Werlé et d’autres chercheurs.

7C’est enfin au tour de Gertrud Kuhnle, ingénieur chargée de recherches, de procéder à un réexamen du sous-sol de la chapelle Saint-Laurent. Elle livre des informations inédites sur les fondations de la cathédrale ottonienne. Elle révèle surtout, pour la première fois, l’existence d’un bassin dont il ne reste qu’un vestige. Il s’agirait d’une piscine baptismale de l’époque paléochrétienne remontant à l’Antiquité tardive (IVe-Ve siècle). Serait ainsi attesté un premier lieu de culte chrétien à Strasbourg, sous la cathédrale. Cette découverte prouverait l’existence d’un édifice primitif inconnu sous l’actuelle cathédrale, alors que de nombreuses hypothèses avaient été échafaudées sur sa localisation dans le passé.

8*

9Dans une 2e partie, consacrée aux restaurations intervenues dans le passé, différents auteurs présentent les jalons qui ont marqué les grands chantiers du siècle dernier.

10C’est tout d’abord Sabine Bengel, historienne de l’art et documentaliste à la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame qui développe fort judicieusement le rôle éminent de Johann Knauth sauvant la cathédrale d’un désastre qui eût été fatal. Cet architecte en chef, qui fut aussi Conservateur régional des Monuments historiques d’Alsace, avait engagé un travail titanesque en reprenant en sous-œuvre les fondations de la tour nord. L’article s’achève sur le destin tragique de Knauth. Rappelons que ce dernier a été honoré par la Ville de Strasbourg en juin 2015. Un médaillon avec son effigie a été placé sur une façade du XIXe siècle, face à la cathédrale, signe d’apaisement et de réconciliation entre Strasbourg et Offenbourg, où Knauth fut inhumé en 1924. Pour terminer, soulignons que l’article est bien documenté et appuyé par de nombreuses références.

11C’est ensuite Keyne Richard, ingénieur à la DRAC, qui aborde le rôle joué par Bertrand Monnet, qui n’était pas, comme il est précisé dans le titre (p. 60), architecte en chef de la cathédrale, mais bien architecte en chef des Monuments historiques. Son rôle en Alsace a été très important. L’auteur passe très vite sur le projet de la mitre gothique prônée par Bertrand Monnet (p. 62), mais abandonnée vingt ans plus tard au profit de la restauration de la tour Klotz, que Monnet dénigra en la qualifiant de « solution de paresse » (p. 63).

12Dans le prolongement de l’article précédent, la parole est donnée à Jean Richard Haeusser, dernier architecte en chef de la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame. Il présente les travaux engagés depuis son entrée en fonction en 1968, jusqu’à son départ en 1999. Il expose les multiples travaux qu’il a conduits et développe assez longuement, par des documents personnels, la restauration de la tour Klotz qui restera certainement son chantier le plus marquant.

13Eric Fischer, chef de service de l’Œuvre Notre-Dame, donne un aperçu très concis sur la Fondation de l’OND, sur son histoire contemporaine et aborde son statut juridique. Avec beaucoup de clarté et quelques clichés d’époque bien choisis, il présente son champ d’activité et le registre des compétences placées sous son autorité.

14*

15Un troisième volet développe différents aspects concernant la prise en compte du gothique au cours du XXe siècle. Barbara Gatineau, attachée à la conservation du Musée de l’OND, met l’accent sur une approche muséale de la cathédrale, un concept qui a été longtemps en gestation jusqu’à la création en 1931 par Hans Haug d’un musée municipal et son aboutissement avec le Musée de l’OND en 1939. Ce dernier regroupe des pièces originales parmi les plus remarquables de l’édifice. L’article est illustré par de beaux clichés d’époque et fournit un aperçu très complet.

16C’est dans cet esprit que des copies ont été mises en place sur la cathédrale à la place des originaux, entre 1885 et 1920, une période que Louis-Napoléon Panel, conservateur du patrimoine à la DRAC Alsace qualifie d’« âge d’or de la copie », avec l’apparition de cette nouvelle culture de conservation initiée par la Fondation de l’OND.

17De son côté, Nicolas Lefort, docteur en histoire, traite du destin exceptionnel des vitraux à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, leur dépose et leur mise en sécurité en Dordogne. C’est un chapitre passionnant. Il présente aussi la mise en place des mesures de protection prises pour de nombreuses parties de l’édifice. Il expose avec sobriété le périple des verrières de la cathédrale jusqu’à leur retour de Heilbronn en septembre 1945 et leur remise solennelle, le 4 novembre 1945, devant le général américain Keyes. C’est une belle synthèse que Nicolas Lefort nous donne.

18À son tour, Pierre-Olivier Benech, conservateur-stagiaire du patrimoine, présente les travaux de restauration des verrières du bas‑côté sud de la cathédrale réalisés par deux entreprises : l’Atelier Parot à Aiseray et le Vitrail Vinum à Troyes entre 2009 et 2012. Ils ont été « financés conjointement par l’État, l’Évêché et la Ville de Strasbourg. Une opération inédite de mécénat culturel a permis d’apporter un complément d’1,5 million d’euros, pour un coût total de 2,2 millions d’euros », comme le note l’auteur dans un raccourci plutôt bref. On observera au passage que l’État a porté, à la base de la 2e verrière représentant la Vie du Christ, sur la bordure inférieure de quatre lancettes, l’inscription suivante du propriétaire : « LA RESTAURATION  DES VERRIERES DU B  AS COTE SUD A ETE  ACHEVEE EN MMXI ». De son côté, la DRAC avait toujours refusé que le mécénat soit mentionné sur une plaque pérenne à la cathédrale. Concernant les nouvelles mesures de protection retenues avec la mise en place de verrières de doublage à 4 cm des verrières anciennes, rien n’est dit par l’auteur alors que cette technique avait été préconisée par des spécialistes comme Ivo Rauch de Coblence et Rüdiger Becksmann de Fribourg-en-Brisgau en 2003, préconisations qui avaient fait l’objet de deux publications en 2004. Aucune source bibliographique n’est cependant donnée.

19*

20Une nouvelle rubrique aborde quelques éléments mobiliers. C’est ainsi que Christian Lutz, organologue, présente l’histoire plus que mouvementée du grand orgue de la cathédrale, avec toutes les transformations qui ont altéré l’orgue Silbermann. Disons-le, c’est un article rigoureux, parfaitement documenté par des notes en bas de page, et étayé par une approche critique judicieuse. Il permet de suivre les vicissitudes des travaux engagés par Roethinger, pour un orgue dont l’harmonie a été réalisée par Ernest Muhleisen. Cette reconstitution a été achevée en 1935. L’auteur mentionne les dégâts collatéraux de la dernière guerre après le bombardement du 11 août 1944. Une nouvelle reconstruction de l’orgue fut nécessaire et sera confiée à Alfred Kern en 1979, en orientant l’instrument vers un répertoire romantique et symphonique, sous la maîtrise d’œuvre de Marc Schaefer. Le grand orgue sera réceptionné en 1981 avec la participation de deux organistes, Claude Schnitzler et Maurice Moerlen. Enfin, Christian Lutz relate une dernière intervention réalisée en 2015 par Richard Dott, facteur d’orgues à Sélestat et précise que la dorure à la feuille a été financée par la Société des Amis de la Cathédrale de Strasbourg. Pour finir, Christian Lutz confirme la datation du grand buffet d’orgue grâce à une analyse dendrochronologique corroborant l’année 1491.

21Les Tapisseries de la Vie de la Vierge font l’objet d’une étude par Gilbert Poinsot, conservateur en chef du patrimoine qui relate non seulement leur histoire, connue à la suite des recherches de Jules Guiffrey parues en 1902, mais aussi les travaux de restauration très récents. Une importante bibliographie complète l’étude.

22C’est à nouveau Louis-Napoléon Panel, conservateur du patrimoine à la DRAC Alsace, qui livre une notice relativement sommaire sur le patrimoine campanaire, sans fournir de source bibliographique.

23*

24Un cinquième grand chapitre se propose de traiter quelques unes des grandes créations artistiques sans pour autant suivre un ordre chronologique.

25C’est tout d’abord le réaménagement liturgique du chœur de la cathédrale qui est décrit par le chanoine Bernard Xibaut, chancelier de l’archevêché. Cette transformation du chœur a été entreprise par Mgr Doré, archevêque de Strasbourg, en 2004 sous la maîtrise d’ouvrage de l’architecte Jean-Marie Duthilleul, grand spécialiste des gares modernes (dont la gare de Strasbourg qu’il a recouverte d’une bulle de verre). Ce projet avait été examiné par la Commission Supérieure des Monuments historiques le 7 juin 2004 et avait, en son sein, suscité un vif débat. Deux accès latéraux à la crypte avaient été envisagés et n’ont pas été approuvés. Il est vrai, comme le souligne Bernard Xibaut, que les deux escaliers actuels menant à la crypte, avec leur grille métallique, viennent rompre l’harmonie visuelle que le grand emmarchement devait susciter. L’article, bien documenté par des sources, fait le point sur le financement des travaux, les réactions publiques et l’inauguration en espérant que les réserves qui se sont exprimées finiront par s’estomper devant la nouvelle esthétique visuelle.

26Christian Lutz, organologue, aborde un nouveau chapitre en livrant l’historique de l’orgue de chœur, une œuvre du facteur d’orgues parisien Joseph Merklin livrée en 1878. Il traite à nouveau de l’évolution musicale de l’instrument que Koenig transforma en orgue néo-baroque. Il fournit enfin un bref descriptif de l’orgue de la chapelle Saint-Laurent du même facteur d’orgues, installé en 2013. C’est à nouveau un article très bien documenté.

27Le vitrail du Conseil de l’Europe de Max Ingrand fait l’objet d’une brève notice de Louis-Napoléon Panel, conservateur des Monuments historiques. On ne peut que regretter l’absence de toute référence bibliographique sérieuse, comme le livret très documenté paru le jour de l’inauguration en 1956, les articles parus dans la Revue d’Alsace, etc., ce qui aurait évité certaines approximations quant à la lecture iconographique donnée par l’auteur. Ainsi, la fleur de lys tenue par l’enfant Jésus n’est malheureusement pas un symbole capétien mais représente la Ville de Strasbourg, ce signe figurant sur les monnaies de Strasbourg. Un sceau de 1201 rappelle la Civitas Argentina que l’Enfant Jésus protège.

28Enfin, Bernard Goy, conseiller pour les arts plastiques à la DRAC, commente le décor vitré commandé à Véronique Ellena, une photographe réputée, choisie pour réaliser une œuvre figurée pour la chapelle Sainte-Catherine, à la place des verres blancs des deux baies du mur occidental de cette chapelle. Il s’agit de photos imprimées sur du verre. Ce projet, sans consultation des experts, a suscité de nombreuses réactions négatives comme celles d’Albert Châtelet, professeur honoraire à l’université de Strasbourg, de Victor Beyer, inspecteur général honoraire des Musées, ancien membre du corpus vitrearum medii aevi, et de bien d’autres. Les vitraux du XIVe siècle auraient mérité un autre niveau d’inspiration que ce pastiche du Christ de Hans Memling du musée de Boston que Bernard Goy veut cautionner. Il reprend à son compte une longue citation de Véronique Ellena qui démontre si besoin était, une méconnaissance de l’histoire. Selon Véronique Ellena, la chapelle aurait été consacrée à Catherine de Sienne (1347-1380), qu’elle confond, dans un bel anachronisme, avec Catherine d’Alexandrie, une sainte très populaire au Moyen Âge, martyrisée vers 307 sous l’empereur Maximin Daïa, mais parfaitement légendaire (p. 158). Elle avait été vénérée par Bertold de Bucheck, évêque de Strasbourg de 1328 à 1353, au point que ce dernier consacra en 1349 à cette sainte d’Alexandrie sa chapelle funéraire, fondée en 1331. Et que dire de la centaine de visages soi-disant anonymes qui peuplent la figure du Christ de Memling ? Il s’agit plutôt d’une dénaturation d’une œuvre artistique et non, comme le prétend ce conseiller pour les arts plastiques, d’une métaphore spirituelle où des contemporains répondraient aux personnages évangéliques (p. 160).

29*

30Le sixième et dernier grand volet fait le point sur les « projets inaboutis ». C’est, sans doute, une approche pour le moins originale. Simon Piéchaud, conservateur général du patrimoine, se penche à son tour sur la longue gestation d’une nouvelle tour de croisée, à la suite de la destruction partielle de l’œuvre de Klotz le 11 août 1944. Une couverture bitumée provisoire avait été mise en place. Simon Piéchaud se livre à une reconstitution fort intéressante des débats qui avaient alors agité tous les grands esprits. Bertrand Monnet était favorable à une nouvelle mitre. Après le départ de Monnet, la tour de croisée de Klotz revient en force grâce au soutien de la Ville de Strasbourg. Cette tour de croisée néo-romane appartient désormais à l’histoire, telle une création architecturale à retenir comme une œuvre représentative du XIXe siècle. Elle a été aussi comprise comme une réhabilitation d’un architecte éminent dont l’œuvre ne méritait pas d’être aussi décriée. C’est la réalisation la plus spectaculaire de Klotz. L’engagement de Jean-Richard Haeusser, avec le soutien de la Ville, fera le reste.

31Enfin, à son tour, Pierre-Olivier Benech, conservateur-stagiaire du patrimoine, se lance dans une étude sur les différents projets, envisagés sous l’Empire prussien, après l’annexion de l’Alsace en 1871, pour ériger une deuxième tour. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une étude inédite, car différents aspects ont déjà été publiés récemment. Mais, comme le laisse entendre l’auteur, il s’agit bien, après l’achèvement de la cathédrale de Cologne en 1880, d’une émulation nationaliste soutenue par les architectes allemands recherchant un nouveau champ d’activité. C’est bien l’expression d’un manifeste politique dont l’art se doit de porter témoignage. L’ouvrage paru en 1894, et intitulé Strassburg und seine Bauten, en est la parfaite illustration.

32*

33Pour conclure, le regard que pose l’État sur la cathédrale de Strasbourg, à travers un siècle de chantiers les plus divers, apporte un éclairage fort intéressant sur le fonctionnement de la Direction régionale des Affaires culturelles d’Alsace, sa culture administrative, ses orientations et ses rapports avec la société civile. Le nombre d’auteurs issus de son sérail n’est pas sans rapport avec le but poursuivi par cette publication, un plaidoyer pro domo. Le cas le plus emblématique restera sans doute l’évolution de sa doctrine en matière de conservation, comme ce fut le cas pour la tour de croisée de Gustave Klotz. Il est intéressant d’observer que ce sujet, qui a été si sensible, a été abordé par plusieurs auteurs, chacun cherchant à justifier son pré carré. Un auteur extérieur au sujet aurait sans doute pu développer une approche plus indépendante et originale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Lingelser, « Mistler (Anne) (dir.), Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, 100 ans de travaux », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 470-477.

Référence électronique

Jean-Paul Lingelser, « Mistler (Anne) (dir.), Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, 100 ans de travaux », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2498

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Lingelser

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page