Navigation – Plan du site
Mélanges

Entre Suède, Alsace, Paris et Versailles, les Lœwenhaupt au XVIIIe siècle : une identité hybride

Between Sweden, Alsace, Paris and Versailles, the Lœwenhaupt in the 18th century : an hybrid identity
Zwischen Schweden, Elsass, Paris und Versailles, die Loewenhaupt im XVIII. Jahrhundert : eine Hybrid-Identität
Marie-José Laperche-Fournel
p. 315-336

Résumés

Cosmopolite et francophile, telle est au XVIIIe siècle l’aristocratie suédoise à laquelle appartient le comte Adam de Lœwenhaupt. Issu d’une famille illustre et cousin du maréchal de Saxe, en 1742, dans un contexte troublé, il quitte pour la France les rives de la Baltique, lieu de fortes migrations nobiliaires ; établi en Alsace où il épouse sa cousine, la baronne de Sainclair, il termine ses jours à Paris en 1775. Sur quelles bases, cette noblesse transnationale fonde-t-elle son identité ? Servant le roi avec fidélité, naturalisés, fréquentant la cour et les salons parisiens, le comte et ses apparentés semblent socialement et culturellement intégrés. Mais suédois, ils sont aussi luthériens. Désormais isolés en terre catholique, pour préserver leur rang et protéger leur confession, ils finissent par rétrécir au cercle de la parenté le jeu des alliances affichant par là même leur refus de se fondre dans la communauté d’accueil. En Alsace, Lœwenhaupt, « homme de guerre », face à Dietrich, son voisin, « baron du fer », affiche aussi sa singularité. Face aux valeurs bourgeoises qu’incarne ce dernier – le talent et l’argent ; des valeurs qui séduisent pour une large part la grande noblesse française –, le comte, à l’instar des petits nobliaux de province, réaffirme hautement les siennes, la naissance et l’honneur. Noblesse cosmopolite ouverte à des courants contradictoires, ces Suédois expatriés, les yeux rivés vers leur patrie, se forgent à l’étranger une identité hybride.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Plan

Les Lœwenhaupt, des aristocrates suédois cosmopolites et francophiles
Cosmopolites…
Francophiles…
Un cercle fermé où l’on se marie entre soi
Un double impératif : préserver son rang, protéger sa confession
Des stratégies d’alliances plurielles pour rester entre soi
Lœwenhaupt et Dietrich, homme de guerre, baron du fer : deux mondes que tout oppose
Les Lœwenhaupt : une noblesse militaire et terrienne
Jean de Dietrich (1719-1795) « un acquéreur opulent avec un désir extrême d’acquérir » 

Aperçu du texte

Des « hérétiques luthériens [qui] partout sans discontinuer pillent, saccagent et torturent » tels sont les Suédois dans les années 1630 pour Malachias Tschamser, père franciscain de Thann. L’Alsace vit alors dans la tourmente suédoise. Saccages, massacres, exactions en tous genres sont attribués à la soldatesque descendue des rives de la Baltique et il n’est qu’un seul mot pour désigner les coupables : « les Suédois ».

Des Suédois, de la Suède et de l’Alsace, il est ici question. Mais à présent point de soudards sanguinaires, l’histoire qui suit est celle, un siècle après, d’un aristocrate suédois de haut vol, le comte Adam de Lœwenhaupt, arrivé en France vers 1740 ; dix ans plus tard, en Alsace, il épouse sa cousine, la baronne de Sainclair, fille d’un Écossais naturalisé suédois et d’une Suédoise Madeleine-Augusta de Lœwenhaupt, sa parente. Un siècle après la tragique guerre de Trente Ans, Alsaciens, Lorrains et Suédois ont appris à vivre ensemble. Car si les Lœwenhaupt sont au cœ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-José Laperche-Fournel, « Entre Suède, Alsace, Paris et Versailles, les Lœwenhaupt au XVIIIe siècle : une identité hybride », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 315-336.

Référence électronique

Marie-José Laperche-Fournel, « Entre Suède, Alsace, Paris et Versailles, les Lœwenhaupt au XVIIIe siècle : une identité hybride », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2541 ; DOI : 10.4000/alsace.2541

Haut de page

Auteur

Marie-José Laperche-Fournel

Maître de conférences honoraire (histoire moderne)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page